Marc Benham est passé par Annecy

Publié le par Guillaume Lagrée

Marc Benham

Scène Nationale de Bonlieu & Jazz Club d'Annecy

Annecy, Haute-Savoie, Rhône Alpes, France

Mercredi 15 octobre 2014. 19h30.

Marc Benham: piano

Ce concert était donné en pré-inauguration de la Scène nationale de Bonlieu à Annecy qui ouvre de nouveau après 4 ans de travaux. En coopération avec le Jazz Club d'Annecy, Marc Benham a donc quitté Paris (75) pour Annecy (74). Avant le concert et pendant la pause, les heureux invités de ce concert gratuit ont pu bénéficier d'une visite guidée des scènes, des loges, des coulisses. Fort intéressant mais venons en à la musique.

" Doxy " (Sonny Rollins). Influence de Martial Solal dans le jeu construit, charpenté et pourtant vagabond. Jeu en questions réponses avec des réponses efficaces note Ma Dame F. Ca marche. Je bats la mesure du pied. Le petit piano (1/4 de queue) sonne puissamment. Fausse puis vraie fin.

" Herbst " (Marc Benham). Un morceau plus fluide, liquide. Normal, le lac d'Annecy est en face de la scène nationale de Bonlieu. Une chanson de saison puisque cela signifie " " Automne " en allemand. Cela vient de Claude Debussy et du romantisme. Il y ajoute du muscle. Il y a des retours comme le reflux des vagues.

Cette composition est un hommage à un ami assureur qui lui a vendu une excellente complémentaire santé (sic). Morceau viril, scintillant qui franchit les obstacles. Un souvenir du stride mais revisité. Ca avance bien chaloupé. L'assureur peut prendre la musique comme jingle publicitaire. Ca marchera.

Un morceau rapide suivi d'une ballade. C'est l'alternance démocratique selon Marc Benham. Ne serait-ce pas Everything happens to me que chantait si bien Chet Baker?

Il repart en vitesse. Il tourne autour du pot. Qu'il trouve sa mélodie, sapristi! Le morceau est fini avant qu'il ne l'ait trouvée. Ma Dame F n'aime pas non plus ce morceau là.

" Whisper not " (Benny Golson) joué en hommage au jour anniversaire de Friedrich Nietzsche et Didier Deschamps, le 15 octobre. Ecoutez la version du compositeur au sein des Jazz Messengers d'Art Blakey. C'est joué comme il faut, viril et tendre à la fois.

Une ballade connue de chez connue. " Somewhere over the rainbow ". Très joliment joué: chatoyant, coloré, tendre.

" Carolina Shout " de James P. Johnson dit " La Brute ". Un standard des années 1920. Il faut des doigts d'acier pour jouer ce morceau. Marc Benham les a.

PAUSE

Une ballade. C'est solidement bâti et il y a de l'émotion. Bref, tout ce qu'il faut pour du bon piano. " Just friends ". Joué de manière sautillante. Les notes s'enchaînent en pluie rythmée. De nouveau, Marc Benham visite le stride. Jolie pirouette finale.

" Portrait en blanc et noir " (Antonio Carlos Jobim). Les lectrices lusophones, les lecteurs lusophiles rétabliront d'eux mêmes le titre original de ce morceau brésilien dont il existe une très belle version en duo par Martial Solal et Eric Le Lann enregistrée en concert au festival de Jazz de Vannes en 1999. Ballade nostalgique comme un vieux film en noire et blancs sur nos amours perdues. Marc Benham fut pianiste de croisière sur des paquebots. Cela s'entend. Il sait donner le vague à l'âme.

Il attaque dur tout de suite. Un standard. De Thelonious Sphere Monk. Même s'il en arrondit les angles, cela reste rêche comme du Monk. Il le traite façon boogie woogie, très rapide. Ca le fait.

Une chanson française. " Tous les cris, les SOS " (Daniel Balavoine). La mélodie est reconnaissable et fort joliment traitée, embellie, enrichie tout en gardant l'émotion originale.

" Bistrology " l'hommage au musette de Marc Benham. Effectivement, cela sonne comme l'accordéon du riche avec des effets de soufflet. Très chouette.

Un morceau qui a fait de Marc Benham un demi dieu vivant au Japon. " Super Mario Land " musique bien connue des joueurs sur écran. Un délice ludique et comique. Le public rit. Marc explique en même temps ce qu'il joue, ralentit le tempo pour le jouer bluesy puis le réaccélère en stride.

" Gojon " composition de Larry Coryell en hommage à son ami du Jazz Club d'Annecy, Jean François Gojon. Marc Benham a photographié la partition sur son téléphone et nous la joue.

RAPPEL

" Pour que vous partiez sur une bonne impression " nous dit l'artiste.

C'est une de ces vieilles chansons nord américaines que joue si bien Bill Carrothers, " Battle hymn of the Republic ". Dans mon souvenir, cela fait quelque chose comme " Glory, Glory, Alleluia(bis). And the people are marching home ". Marc Benham le fait très bien.

Il a fallu que je sois à Annecy pour écouter en concert Marc Benham que j'ai connu à Paris. Cela valait le voyage.

Tiré d'un concert à Paris, voici Marc Benham jouant sa " Bistrology ". Santé!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article