Le trio de Pierre Perchaud emballe le Bab Ilo

Publié le par Guillaume Lagrée

Pierre Perchaud Trio

Bab Ilo

Paris, Ile de France, France

Samedi 14 février 2015. 22h.

Pierre Perchaud: guitare électrique, direction, compositions

Nicolas Moreaux: contrebasse, compositions

Jorge Rossy: batterie

Un week end à Paris. Je loge chez un couple d'amis et repère dans Pariscope ce concert que je n'avais pas vu sur le Net: le trio Perchaud/Moreaux/Rossy, des musiciens que je ne connais que de nom. Après vérification de leur CV, prestigieux, sur la Toile, nous voici partis. A pied car le concert est dans le quartier. Parfait.

Annoncé pour 22h, le concert n'a pas commencé avant 22h30. Heureusement, c'est le samedi soir et nous n'avons pas école demain.

Beau toucher de guitare. Léger, fluide. Une note de contrebasse par ci par là vient endiguer le flot de la musique. Le batteur glisse ses balais en douceur dans le morceau. C'était une nouvelle composition de Pierre Perchaud.

" Ya Ya " (Pierrre Perchaud). Belle attaque de guitare, à l'africaine. Rythmiquement, ça balance entre Afrique et Amérique. C'est de la dentelle et du solide. Il est rare d'avoir les deux à la fois. Fin comme une claque.

" Renaissance " (Nicolas Moreaux). Une ballade. Coucher de soleil sur la Riviera. Soleil rougeoyant, mer calme, yachts paresseux, température agréable, douce brise, tout est à point.

Tiens, un standard du Jazz. " I remember You " lancé en guitare solo. Chet Baker chantait si bien cette chanson. C'est joué allègrement. Break de batterie très efficace.

" Blues en forme de pipe " ( Pierre Perchaud). Blues composé en hommage à un oncle maçon et fumeur de pipe. Apparemment, il était très lent mais, en fait, il était très efficace car aucun de ses gestes n'était inutile. Belle leçon à méditer pour des musiciens. Blues lent, très relax. Cet oncle était un homme bien. Ca s'entend. Décidément, dans la guitare Jazz en France, nous sommes gâtés en ce moment avec Pierre Durand, Manu Codjia, Nelson Veras, Paul Jarret et Pierre Perchaud.

" Whispering ", le tube de Nicolas Moreaux annonce Pierre Perchaud. Je suppose que c'est du second degré car " Whispering " est un standard du Jazz, créé en 1920, qui servit de base à Dizzy Gillespie pour son " Groovin High ". Un morceau rapide, entraînant, joué groupé.

" Zen sleeper " (Nicolas Moreaux). Solo de batterie aux baguettes pour commencer. Morceau énergique, malgré son titre. Ca avance bien.

" Fox ", nouvelle composition de je ne sais qui. Morceau énergique, sautillant comme deux renards se défiant, dressés sur leurs pattes arrières.

RAPPEL

" And I love her " (Lennon/Mac Cartney). Une chanson des Beatles, c'est la garantie d'une belle mélodie surtout quand elle est essentiellement l'oeuvre de Sir Paul Marc Cartney. Batteur aux balais. C'est superbement joué. L'esprit pop song est bien là mêlé au feeling subtil du Jazz. Ca plane pour nous. Une très bonne vague nous ramène doucement au rivage. Parfait pour conclure ce concert.

Monsieur G, Madame N et moi avons tous apprécié la soirée qui a certainement apporté de bonnes vibrations au bébé de 8 mois que porte Madame N. L'éducation de l'oreille doit se faire dès le plus jeune âge.

Le trio Perchaud/Morreaux.Rossy enregistrera un album le mardi 17 février 2015. Affaire à suivre. Les compositions ne ressemblent pas à des exercices de style et les interprétations ne sont pas des démonstrations de virtuosité. Bref, c'est de la musique.

Le Bab Ilo propose des concerts pas chers (10€ la place en plus du verre car il s'agit d'un bar), dans une ambiance intimiste (30 places au sous sol maximum) mais pas étouffante. Adresse à retenir (9 rue du Baigneur, 75018 Paris, France).

En attendant la sortie de l'album de ce trio, lectrices exigeantes, lecteurs impatients, voici un extrait audio du dernier album de Pierre Perchaud en trio avec Nicolas Moreaux et Chris Cheek (saxophone ténor), " Waterfalls " ainsi qu'une vidéo d'une autre version de sa composition " Ya Ya " jouée en trio au Chat Vert à Rouen (76) avec Nicolas Moreaux et Karl Jannuska (batterie). Rien à ajouter.

Commenter cet article