Portés disparus: 143 festivals en France en 2015

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices festives, lecteurs d'estive, sachez que 143 festivals culturels n'auront pas lieu en France en 2015.

La comptabilité en est tenue jour après jour par Le Boulon, centre national des arts de la rue situé à Vieux Condé, Nord, Nord Pas-de-Calais, France.

Pour le Jazz, j'ai déjà observé la disparition de:

- Calvi Jazz Festival (Haute Corse, Corse)

- l'agglo du Jazz à Nîmes (Gard, Languedoc Roussillon)

- Festival Jazz en cordée à Bagnères de Luchon (Haute Garonne, Midi Pyrénées))

- le festival de Jazz à Cugnaux (Haute Garonne, Midi Pyrénées)

- Orléans Jazz (Loiret, Centre)

- le festival de Jazz à Amiens (Somme, Picardie)

En voici la carte.

La raison en est simple: les phynances comme disait le père Ubu.

L'économie de ces festivals reposait sur des subventions publiques qui ont disparu. Les collectivités locales font des économies. Espérons que leurs dirigeants ont opéré un vrai calcul coût/avantages de telles mesures. Qu'en pensent les offices de tourisme, hôteliers, cafetiers, restaurateurs, gérants de camping, loueurs de chaises, de scènes, ingénieurs du son, taxis et autres métiers qui vivent de ces festivals?

" On peut vivre sans théâtre, sans philosophie, sans poésie, sans musique, sans mathématiques mais pas aussi bien " (Vladimir Jankélévitch).

Pour les passionnés qui veulent toujours faire venir l'Art vivant chez eux, il faudra inventer un nouveau modèle économique, trouver des mécènes privés plutôt que publics (des fabricants de voitures et de parfums utilisent le mot Jazz allègrement), faire marcher le sens de la solidarité, de l'associatif, de la coopération.

Qualités encore plus nécessaires lorsqu'il s'agit de petits festivals innovants, ne bénéficiant pas des subsides de l'industrie spectaculaire marchande, ne ramenant pas des vedettes surannées et coûteuses, qui ont pour but de faire découvrir des arts et des créations échappant aux antennes des médias de masse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article