RIP BB King (1926-2015)

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices funky, lecteurs bluesy, comme moi, vous êtes en deuil suite au décès de BB King le jeudi 14 mai 2015 à Las Vegas, Nevada, USA.

BB King était né en 1926 comme Chuck Berry, toujours en vie. Le roi du Blues et celui du Rock'n Roll. AC/DC et ZZ Top ont choisi leurs noms en hommage à BB King. Lui même avait choisi son nom de scène parce qu'il avait fait une chanson publicitaire pour les King biscuits.

Pour un avis d'expert, je vous renvoie à l'écrivain français Gérard Herzaft, auteur de " La Grande encyclopédie du Blues " qui, traduite en anglais, est l'ouvrage le plus vendu aux USA sur le sujet. Il ne manquera pas d'écrire bientôt un article complet sur BB King.

BB King appelait sa guitare Lucile parce qu'un jour qu'il jouait dans un juke joint, éclairé par des lampes à pétrole, deux types ont y mis le feu en se battant pour une Lucile. BB King risqua sa vie dans les flammes pour sauver sa guitare comme Django Reinhardt le fit dans l'incendie de sa roulotte (Django y perdit l'usage de 3 doigts sur 5 à la main gauche).

Un beau jour de l'an de grâce 1968, BB King allait jouer à San Francisco, au Fillmore West, du Blues avec un groupe composé exclusivement de Noirs. Le groupe voyageait en bus. A l'arrivée, le chauffeur du bus, noir lui aussi, vit un groupe de Blancs qui attendait devant la salle. Que des Blancs, pas un Noir. Le chauffeur fit demi tour, croyant s'être trompé d'adresse. Après l'avoir relue, il revint au même endroit. Toujours ces jeunes Blancs qui attendaient pour un concert de Blues donné par BB King. Pas d'erreur possible. C'était la salle, c'était le public. BB King dit alors à ses musiciens: " Ca y est, les gars. Nous y sommes arrivés ". Ils avaient franchi la barrière raciale, avec une musique noire, le Blues.

J'ai vu BB King en concert à Rennes il y a 20 ans environ. Je me souviens d'un show calibré au millimètre et à la seconde près. Je me souviens de BB King nous disant que nous étions le meilleur public de sa tournée. Sur le coup, j'y ai cru. Après réflexion, je me suis dit qu'il disait cela chaque soir mais que c'était dit avec tellement d'empathie et de professionnalisme que j'y avais cru. Je me souviens surtout de passages où BB King jouait seul, assis, de sa guitare. Là, il était le Blues incarné. Imparable. Comme Chuck Berry, il avait trouvé un style, le sien, et n'en avait jamais varié. Aux autres d'évoluer. Changerait-on la forme des pyramides d'Egypte? On ne changeait pas BB King.

En souvenir de BB King, lectrices funky, lectrices bluesy, je vous offre la chanson que lui composa Stevie Wonder " To know You is to love You " (1974) et un extrait du concert qu'il donna en Afrique, à Kinshasa, en 1974 pour le match du siècle entre Mohamed Ali et Georges Foreman: " Everybody want to know why I sing the Blues ". Rien à ajouter.

Commenter cet article