Bach Plucked/Unplucked servi serré au Café de la Danse

Publié le par Guillaume Lagrée

Bach Plucked/Unplucked

Paris. Le Café de la Danse.

Mardi 9 février 2016. 20h30.

Edouard Ferlet : piano, arrangements

Violaine Cochard : clavecin

Concert de sortie de l’album « Bach Plucked/Unplucked ».

Lectrices bienveillantes, lecteurs miséricordieux, je vous prie de bien vouloir excuser cette brève chronique indigne de cette grande musique. En effet, je n’arrive pas à relire mes notes, écrites en direct dans la pénombre du concert.

Après la démonstration en club au Sunside avec un piano droit, le concert en salle avec un piano à queue pour ce duo inédit piano/clavecin autour de la musique de John Sebastian Bach. Il y a des micros sur la scène même si je ne les crois pas indispensables étant donné la salle et la musique. Les instruments sont côte à côte. Le piano ½ queue est un peu plus long et surtout plus large que le clavecin. Salle comble. C’est de ma faute. J’ai écrit trop de bien de cet album.

Sans un mot, ils s’installent et commencent à jouer. Ils ne jouent pas Bach, ils jouent avec Bach. Le piano n’existait pas à l’époque de Johann Sebastian Bach . Il composait pour clavecin. Toute interprétation de Bach au piano est donc une transposition. Edouard Ferlet, en Jazzman, se permet d’improviser dessus dans son style alors que Violaine Cochard improvise, elle, dans l’esprit baroque ( à cette époque, les musiciens qualifiés aujourd’hui de classiques improvisaient) et sur un instrument baroque. Cette musique est bonne pour le système nerveux. Elle stimule et apaise.

Un air rapide chant/contrechant. Ca swingue. Bach est le plus swinguant des compositeurs classiques. C’est pourquoi d’ailleurs il est le compositeur classique le plus repris par les Jazzmen.

Edouard Ferlet nous explique sa méthode, comment il a trafiqué les compositions de Bach en les jouant, en les lisant à l’envers, dans un miroir, en les découpant, en les recomposant, bref en se les appropriant sans les dénaturer. Il remercie Arièle Buteaux, marraine du projet, productrice et animatrice sur France Musique, qui les fit jouer pour la première fois en duo lors d’une émission 2012 alors que chacun d’entre eux venait présenter son album Bach. Comme le dit si bien Edouard Ferlet, est réuni ici un public qui n’aime pas le piano et un public qui n’aime pas le clavecin. Je suis dans la 2e catégorie alors que mon épouse qui m’accompagne aime les deux. Nos voisins de droite sont deux amis, l’un amateur de classique, l’autre de Jazz qui se sont mis d’accord sur ce concert sans avoir jamais entendu une note de ce duo.

Comme sur l’album, mon morceau préféré est une composition d’Edouard Ferlet qui n’a rien à voir avec Bach, son « Magnetic Tango ». Mon épouse, elle, préfère décidément Bach.

Sur le final, ils lâchent les chevaux ensemble, galopant de concert à bride abattue.

RAPPEL

« Miss Magdalena » hommage à l’épouse de Jean Sébastien Bach qui copiait ses morceaux. En a-t-elle écrit certains ? Les experts se querellent à ce sujet.

Le 2e rappel est une première mondiale, basée sur un compositeur russe. Une mise en bouche pour le prochain projet de ce duo. Manifestement, nous sommes partis loin à l’Est de Leipzig. Un autre genre de rythme et d’ambiance. Il y a plus d’espace.

Le 3e rappel est demandé par le public qui obtient une nouvelle interprétation d’Utopia, morceau de l’album.

Bref, vous l’avez compris, lectrices bienveillantes, lecteurs miséricordieux, il faut écouter le duo Edouard Ferlet/Violaine Cochard, acheter et écouter leur album « Bach Plucked/Unplucked », acheter vos places pour leurs prochains concerts (par exemple aux Flâneries musicales de Reims entre le jeudi 23 juin et le mardi 12 juillet 2016) et attendre leurs prochains bons baisers de Russie. Votre équilibre psychique en dépend sans risque de dépendance ni d’effet secondaire.

La photographie d'Edouard Ferlet est l'oeuvre du Resplendissant Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Edouard Ferlet par Juan Carlos HERNANDEZ

Edouard Ferlet par Juan Carlos HERNANDEZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article