Michele Hendricks Septet chauffe le Sunset

Publié le par Guillaume Lagrée

Michele Hendricks Septet

Paris. Le Sunset.

Vendredi 29 janvier 2016. 21h.

Michele Hendricks: chant

Olivier Temime: saxophone ténor

Ronald Baker: trompette

Denis Leloup: trombone

Arnaud Mattei: piano

Bruno Rousselet: contrebasse

Philippe Soirat: batterie

Concert de sortie de l'album " A little bit of Ella ".

Dès la première chanson, Michele Hendricks fait chanter le public " Not much ". C'est sa version funky de " Sweet Georgia Brown " qui m'a régalé sur l'album. C'est bien soudé. Le public applaudit en mesure dès le premier morceau. Cette chanteuse sait mettre le public dans sa poche. C'est le professionnalisme à l'américaine. Sur ce genre de swing funky, Olivier Témime est tout à son aise et cela s'entend. Ca abat du bois. Le mélange entre rap et scat groove terriblement. La salle est aussi comble que comblée.

"Lady be good ", juste accompagnée par la rythmique, sonne plus classiquement Jazz. Le saxophoniste boit un verre au bar alors que le tromboniste et le trompettiste sont à l'oeuvre.

Duo basse/batterie très funky pour commencer. " Love for sale " (Cole Porter). Cette fois, c'est au trompettiste de prendre sa pause syndicale au bar. C'est une voix sensuelle, d'une vraie chanteuse de Jazz, qui est un instrument du groupe. Seule la rythmique ne se repose jamais. Sont-ils mieux payés par la patronne? Ils méritent une prime d'assiduité, en tout cas. Denis Leloup enchaîne à pas, à pas de quoi? A pas de loup, pardi! Même en pause, Ronald Baker apprécie visiblement le travail de ses compères.

La chanson titre de l'album écrite par Michele Hendricks en hommage à Ella Fitzgerald " A little bit of Ella ". Elle comprend plusieurs titres de chansons d'Ella. Je reconnais, cités, " Mr Paganini, Lady be good, Mack the knife ". 1er solo de contrebasse du concert, bien chaud et boisé. Michele le refait seule puis en duo avec la contrebasse. Un moment de grande complicité musicale.

lls sortent maintenant de l'album. Une chanson écrite par Michele Hendricks pour les morts de la drogue " Don't give your soul away ". Une chanson engagée qui swingue. Pour Michele Hendricks, manifestement, la musique est sa seule drogue. Le sextet accompagne doucement. Olivier Témime s'est remis au boulot, au saxo, bien bluesy.

" Blue Christmas ", une chanson écrite par Michele Hendricks pour un film qui n'a jamais été tourné. Par contre, la chanson est sortie sur une compilation Jazz de chansons de Noël. Chaque Noël, elle a droit à son cadeau, avec les droits d'auteur versés par l'ASCAP (American Society of Authors, Composers and Producers). C'est le Blues de Noël. Paroles tristes mais air joyeux. Chaque souffleur souffle son Blues tour à tour.

Duo voix/piano pour " I fall in love too easily ". C'est agréable mais ce n'est plus Tommy Flanagan au piano comme sur l'album et Chet Baker était plus touchant sur ce genre de ballade. C'est d'un bon niveau tout de même.

" La philosophie de Duke Ellington mais aussi la mienne " annonce Michele Hendricks. " It don't mean a thing if it ain't got that swing ". Feu d'artifice de Swing jusqu'au final.

PAUSE

Le concert est excellent mais prendre des notes debout au bar n'a jamais été de mon âge. C'est pourquoi, pour moi, la soirée s'est finie là. That's all, folks!

Commenter cet article