Fox en concert au Duc des Lombards

Publié le par Guillaume Lagrée

Fox

Paris. Le Duc des Lombards.

Mardi 29 mars 2016. 21h30

Le trio Fox est composé de

Pierre Perchaud: guitare électrique, compositions, direction

Nicolas Moreaux: contrebasse, compositions

Jorge Rossy: batterie

Concert de sortie de l'album " Fox " chez Jazz & People, label participatif.

Un an après, me voici de nouveau face au trio de Pierre Perchaud. En attendant le début du concert, la sono diffuse de la bonne musique. Miles Davis live at the Isle of Wight (1970) puis " For musicians only " avec Dizzy Gillespie, Stan Getz, Sonny Stitt (1957).

" Paloma " (Nicolas Moreaux). Tout de suite, ça coule de source entre contrebasse et guitare. Ca glisse à la guitare, pince à la contrebasse, tout en souplesse. Nul besoin de voix humaine pour que cela chante. Jorge Rossy arrive aux balais et le trio part sur un air assez énergique mais souple.Le batteur est passé aux baguettes et l'air monte en puissance. Retour à la jolie mélodie chantante du début entre les cordes, jusqu'au final, tout en douceur.

" Ya Ya " (Pierre Perchaud) écrit pour sa fille Julia lorsqu'elle était trop petite pour dire son prénom. Le morceau doit nous donner une idée de l'ambiance à la maison des Perchaud. Air sautillant, léger comme une petite fille remuante. Le batteur tapote joyeusement ses tambours aux baguettes. Jorge Rossy, était le batteur du trio du pianiste Brad Mets de l'eau au talent duquel je suis toujours resté hermétiquement étanche.

Une ballade. Le batteur aux maillets. Le bassiste tient la pulsation. Musique lente, inquiétante. Bonne bande son de film d'angoisse. " Strange animal ", un lézard géant qui marche très doucement, genre Donald Trump, ajoute Jorge Rossy.

" Whispering " (Nicolas Moreaux). A ne pas confondre avec le standard homonyme de Paul Whiteman (1920) dont Dizzy Gillespie tira " Groovin High " et Boris Vian " Ah si j'avais 1F50 ". Le contrebassiste attaque son morceau. Malgré le titre (" Murmurant " comme dans " le mur murant Paris rend Paris murmurant " ), jeu énergique des baguettes sur la batterie. Au dessus de cette tension, la guitare calme et tranquille. Retour au calme avec cette belle ligne de basse.

" Pour Henri " un Blues qui n'est pas dédié à Henri Salvador ou à Henri Chapier, pas même à Henri Leconte. Très beau Blues entamé à la guitare. La contrebasse suit à pas de chat. Le batteur, aux baguettes, retient sa force. Ce Blues est en fait dédié à un oncle de Pierre Perchaud, apparemment lent mais en fait très rapide. Il construisait des maisons, métier honorable et il les faisait sans geste inutile, efficacement.

" Fox ", le titre album. Bonne ambiance sur scène. Les musiciens rient entre eux.

Batteur aux balais. J'aime ce morceau qui donne une ambiance de western spaghetti. Les grands espaces, le héros qui chevauche dans la sierra (Sergio Leone tournait en Espagne), un soleil de plomb, le vent qui fait pencher les hautes herbes et siffler la poussière, la chanteuse qui reste seule au saloon, digne, sans pleurer. L'air monte en puissance avec le batteur aux baguettes jusqu'au final. Je me suis fait un film qui n'a rien à voir avec la chanson, " And I love her " (Lennon/Mac Cartney), la première chanson adulte des Beatles selon Sir Paul Mac Cartney, mélodiste de génie.

" Paloma sonando " (Nicolas Moreaux). Manifestement, Nicolas est amoureux de cette Paloma là. Comme le titre le suggère (Paloma rêvant), c'est une ballade. Batteur aux balais.

Nouveau morceau " Yoda's Power " (Nicolas Moreaux) manifestement inspiré par la saga cinématographique de la Guerre des étoiles. Solo de guitare pour une jolie mélodie. Le trio démarre. Batteur aux baguettes. Pouvoir tranquille. Le batteur attaque et le morceau s'agite. Le guitariste est dedans. Il grommelle l'air qu'il joue. Ca swingue, saperlipopette! Pouvoir énergique mais pacifique, c'est bien Maître Yoda. Belles flamboyances de la guitare chauffée par la contrebasse et la batterie.

RAPPEL

" I remember You ", le premier standard de Jazz du concert. Chet Baker le joua et le chanta. Batteur aux balais. Dialogue avec la guitare sur un tempo rapide. Ca tricote. Jorge Rossy reprend les baguettes et le trio démarre. Un couple d'anciens est passionné par la musique. Ils chantent, tapent des mains, commentent. Bref, leur jeunesse d'esprit fait plaisir à voir. Retour aux balais pour un dialogue avec la contrebasse en solo, légèrement ponctuée par la guitare. Breaks de batterie aux baguettes. Charmant point final.

Grâce à la radio TSF Jazz, voici le podcast du concert de Fox le mercredi 30 mars 2016 au Duc des Lombards.

Commenter cet article