Soirée Duke Ellington au cinéma Le Balzac

Publié le par Guillaume Lagrée

Festival Jazz et Images

Cinéma Le Balzac. Paris

Vendredi 8 avril 2016. 20h30

Soirée Duke Ellington

Cela commence par un concert d’élèves de la classe de Jazz du Conservatoire National supérieur de musique et de danse de Paris qui ont constitué un petit orchestre pour jouer le répertoire créé par Duke Ellington dans les années 1920. Il n’existe pas de partitions de ces morceaux. Il leur a donc fallu écouter des disques crachotants, relever les partitions, savoir qui joue quoi à la seconde près, arranger, répéter, s’assurer que cela ressemble à l’original, bref un travail de bénédictin pour louer un seigneur, le Duc d’Ellington. L’orchestre se nomme l’Ellington Small Band et il est dirigé par Pascal Mabit (saxophone).

C’est un travail d’interprétation de haute fidélité. Il s’agit de restituer une musique peu connue et dont les seuls enregistrements disponibles heurtent des oreilles contemporaines habituées à un son propre.

Piano, contrebasse, batterie, banjo, trompettes, saxophones, tuba.

Ces jeunes gens ont le feu sacré. Certes, ils ne jouent pas comme si leur vie en dépendait alors que c’est un sentiment que l’on ressent en écoutant les enregistrements originaux mais il s’agit bien d’une interprétation vivante, pas d’une pâle copie. Quand ils jouent « Doin the woo woo », vous l’entendez le woo woo, venu tout droit de la locomotive à vapeur.

Ils jouent aussi des standards comme « The Mooche » et « Mood Indigo » avec leur professeur, Vincent Le Quang, programmateur du festival Jazz et Images au cinéma Le Balzac.

Ellington Small Band doit être programmé en salle ou en plein air avec la place pour danser le charleston car la musique de Duke Ellington, spécialement celle des années 1920, est d’abord faite pour danser.

Après ce joyeux concert d’amis, un autre groupe d’amis, l’orchestre de Duke Ellington en concert à Paris, salle Pleyel, en 1958. Ni le son ni l’image ne sont à la hauteur de la musique mais pour l’amateur de Jazz, ce film est incontournable. Lectrices Hip, lecteurs Cool, je vous renvoie à ma chronique de ce concert.

Voici un extrait de cette vidéo grâce à l'INA.

La soirée fut aussi l’occasion de présenter au public Laurent Lukic, cinéaste documentariste, auteur du film « Une poule sur un piano » sur le séjour de Duke Ellington au château de Goutelas (Loire, Rhône-Alpes, France) en 1966., un film déjà présenté sur ce blog et qui a toute sa place dans la programmation du cinéma Le Balzac.

Prochaine soirée du festival Jazz et Images au Cinéma Balzac, à Paris, le vendredi 20 mai 2016 à 20h30: soirée spéciale Aldo Romano composée d'un concert du trio d'Aldo Romano, Henri Texier et Vincent Le Quang sur scène et de la projection de " Appunti per un film sul Jazz. VII Festival internazionale di Bologna " ( Gianni Amico, 1965, 36' con Aldo Romano, Jean-François Jenny Clark, Steve Lacy, Don Cherry e Mal Waldron). Evviva Aldo Romano!

Commenter cet article