Matthieu Marthouret Bounce Trio " Contrasts " featuring Serge Lazarévitch

Publié le par Guillaume Lagrée

Matthieu Marthouret

Bounce Trio

" Contrasts "

Avec Serge Lazarévitch

We See Music Records.

Sortie lundi 3 octobre 2016.

Le Bounce Trio est composé de

Matthieu Marthouret: orgue & claviers

Toine Thys: saxophone ténor & clarinette basse

Gautier Garrigue: batterie

Invités

Serge Lazarévitch: guitare électrique

Nicolas Kummert: chant (10)

En concert à Paris:

- le mercredi 23 novembre 2016 au Studio de l'Ermitage.

- le samedi 23 mars 2017 à la Maison de la Radio. Concert diffusé dans l'émission " Jazz sur le vif " sur France Musique.

Lectrices attentives, lecteurs exhaustifs, vous avez déjà remarqué que le jars a souvent jasé des louanges à propos du pianiste et organiste français Matthieu Marthouret.

Voici son dernier album " Contrasts ", contrastes avec ce trio qui augmente jusqu'au quintet, avec des claviers divers et variés ( orgue, synthétiseurs, Moog) selon les envies du chef, des tempos parfois nerveux " Bounce one " (4) parfois calmes " Keepin'it quiet " (5).

Ces artistes ne sont pas hors du monde. Ils rendent hommage aux victimes des attentats parisiens de janvier 2015 (Charlie Hebdo) et de novembre 2015 (Le Bataclan) avec " It should have been a normal day " (2) et " Innocent victims " (10) que chante Nicolas Kummert. Depuis, le Nice Jazz Festival a été annulé suite à la nuit meurtrière du 14 juillet 2016. Le message est toujours d'actualité.

Une reprise de Pink Floyd " Shine on your crazy diamond " (8) qui fait église alors que l'original fait cathédrale.

C'est mon seul bémol concernant l'album " Contrasts " qui brille par ses différents éclairages.

La photographie de Matthieu Marthouret est l'oeuvre de l'Inénarrable Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Matthieu Marthouret par Juan Carlos HERNANDEZ

Matthieu Marthouret par Juan Carlos HERNANDEZ

Commenter cet article