Isabelle Olivier sur sa harpe perchée

Publié le par Guillaume Lagrée

Isabelle Olivier

" Don't worry be harpy "

Théâtre du Marais. Paris.

Dimanche 25 septembre 2016. 19h.

Isabelle Olivier: harpes, voix, direction du public

Vives lectrices, vivants lecteurs, même si vous n'avez pas lu " Le baron perché " d'Italo Calvino ( " Il barone rampante " in italiano), écoutez ce qu'en fait la harpiste Isabelle Olivier.

Rappelons l'argument comme disent les Italiens. Le 15 juin 1767 le baron Côme de la Verse du Rondeau ( Cosimo del Vasco del Rondo en VO) décide de monter sur un arbre et de ne plus jamais en descendre. Depuis les arbres, il séduit des femmes, correspond avec le monde, se bat pour la Liberté et discute avec Napoléon Bonaparte. C'est une fable philosophique sur la posture d'observateur de l'écrivain et son (dés)engagement politique. En effet, Italo Calvino (1923-1985) l'écrivit en 1957, un an après avoir rompu avec le PCI suite à la répression par l'Armée rouge de l'insurrection de Budapest.

Isabelle Olivier part de cet argument pour créer son opéra bouffe, nous emmener en voyage avec le comte.

Lors de la représentation du dimanche 25 septembre à Paris, au théâtre du Marais, elle était seule sur scène avec 2 harpes, une grande et une petite, sans micro. Elle joua, nous fit jouer avec des instruments qu'elle nous distribua, chanter, battre la mesure, siffler. Bref, elle fit du public son orchestre avec humour, empathie, fantaisie et sensualité. Nous étions peu nombreux mais nous savions que nous étions les heureux élus.

Les représentations antérieures et postérieures étaient forcément différentes puisqu'elle joue seule, en duo, en trio, en quatuor ou plus si affinités. 

La réussite de ce spectacle dépend aussi du public. Des pisse freins, comme disait mon grand-père pour qualifier les avares, ne peuvent que lui nuire. Il faut venir les oreilles, le coeur et l'esprit grand ouverts, prêts à participer et non seulement à consommer. Vous n'êtes pas face à un écran mais face à une femme, vivante et vibrante.

Isabelle Olivier recrute hommes et femmes de bonne volonté pour donner à ce spectacle une dimension cosmicomique plus grande encore. Don't worry, be harpy!

 

 

Commenter cet article