Pierrick Pédron comme un air d'inconnu au Duc des Lombards

Publié le par Guillaume Lagrée

Pierrick Pédron

« Unknown »

Paris. Le Duc des Lombards

Lundi 23 octobre 2017. 19h30.

 

Pierrick Pédron : saxophone alto, compositions sauf indication

Carl-Henri Morrisset : piano

Thomas Bramerie : contrebasse

Gregory Hutchinson : batterie

 

Bienvenue au 38e abonné de ce blog. Que les dieux et les muses le protègent!

Pour ses 6 concerts de sortie de l’album “ Unknown ” au Duc des Lombards, Pierrick Pédron est venu avec la rythmique de l’album. C’est plus sûr.

D’ailleurs, cela s’entend. C’est le premier concert de la série (lundi 23, mardi 24 et mercredi 25 octobre à 19h30 et 21h30) et dès l’entame du premier morceau, Pierrick attaque. C’est le premier morceau de l’album, aux effluves de Free Jazz. Un écho de la comptine triste d’Ornette Coleman. Solo de piano bien chauffé par basse et batterie. Batteur aux baguettes. Ca chauffe en souplesse avec le retour du sax.

Ballade. Duo langoureux piano & saxo. Ca roule tranquille avec le batteur aux maillets. Son de sax caressant mais l’aigreur de l’alto évite le mièvre. Batteur en douceur comme au commencement.

C’était « Unknown » puis « Mum’s eyes » dédié aux yeux de sa mère. Rien à voir avec la chanson d’Arno « Dans les yeux de ma mère ». Un autre genre de beauté.

« Val André » inspiré de la station balnéaire bretonne. Pierrick Pédron est un Breton pur beurre salé, des Côtes d'Armor, comme son complice trompettiste Eric Le Lann. Un morceau énergique comme les flots de la Manche sur la plage. A comparer avec la version électrique sur l’album « Omry » (2009). En acoustique, cette mélodie garde toute son énergie. Elle emporte, élève. Atterrissage en douceur pour un solo de contrebasse au rythme de pas sur la plage. Le batteur martèle le tempo aux baguettes et le quartet repart vivement. Avis de tempête sur la Bretagne !

Un morceau de style plus be bop. Ca file vite. Un petit détour en douceur et, paf, ça repart aussi sec. La rythmique file sans le sax. Le pianiste a des doigts de prestidigitateur, fermes et rapides. Solo de Greg Hutchinson aux baguettes.  Ta ra ta ta ! Les marches militaires revisitées. C’était « Mr Miller » en hommage au pianiste Mulgrew Miller avec qui Pierrick Pédron joua et enregistra.

« A broken reed ». Une ballade. Batteur aux balais. Tranquille mais toujours avec cette plainte aigüe du sax alto qui évite les trémolos. Pierrick construit son solo porté, avec légèreté, par la rythmique. Solo de sax sans rythmique qui revient progressivement avec des tintements de batterie et des marques de contrebasse. Le quartet repart en accélérant sec.

Ils enchaînent sur un autre morceau sans nous laisser le temps de nous en apercevoir et d’applaudir le précédent. Solo véloce de contrebasse. Splendide. Greg repart en faisant rouler ses tambours. Il décortique le tempo, joue avec nos nerfs sur les bords de caisse. Le quartet repart jusqu’au final.

« Enjoy the silence » (Dépêche Mode). Sur un tempo lent, en acoustique, ça le fait. Dépêche Mode avait accéléré le tempo pour faire de cette ballade un hit mondial. Mission accomplie. Pierrick Pédron ne cherche pas le même effet. Il prend ce morceau sur un tempo lent. La rythmique part en ballade et la musique s’étire paresseusement.

« With the 2B’s » souvenir de vacances chez Thomas et Régine Bramerie. Morceau énergique. Le batteur malaxe fermement aux baguettes. Le pianiste envoie. Le bassiste fait le lien. Les vacances furent énergiques et joyeuses à ouïr ce morceau. Belle envolée finale du quartet.

RAPPEL

Le groupe doit enchaîner un autre concert dans le même club à 21h30. Pour calmer le jeu, une berceuse composée par Pierrick pour son fils âgé de 2 ans et demi. Pierrick Pédron est dans la place. Tout baigne.

L'enregistrement du concert est disponible dans l'émission Jazz Live sur TSF Jazz. Audible n'importe où et n'importe quand du moment que vous disposez d'une connexion à la Toile.

Madame I n’avait pas écouté Pierrick Pédron en concert depuis l’époque d’Omry. Elle fut ravie de reconnaître Val André et Dépêche Mode ainsi que de découvrir ce nouveau quartet et cette nouvelle musique. Que les dieux et les muses rendent « Unknown » fameux !

 La photographie de Pierrick Pédron est l'œuvre de l'Illustre Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Pierrick Pédron par Juan Carlos HERNANDEZ

Pierrick Pédron par Juan Carlos HERNANDEZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article