Julie Saury célèbre son Pater Maximus au Bal Blomet

Publié le par Guillaume Lagrée

Julie Saury

" For Maxim. A Jazz Love Story "

Le Bal Blomet

Jeudi Jazz Magazine

Paris. Jeudi 23 novembre 2017. 20h30

Julie Saury: batterie, direction

Bruno Rousselet: contrebasse

Philippe Milanta: piano

Jérôme Etcheberry: trompette

Aurélie Tropez: clarinette

Frédéric Couderc: saxophones et bruitages

 

Julie Saury a consacré un album entier à son père, Maxim Saury (1928-2012), clarinettiste New Orléans, " For Maxim. A Jazz Love Story ". Elle revisite à sa manière les standards old school qu'interpréta, avec le même enthousiasme, son père  pendant six décennies. Je vais enfin découvrir cette musique sur scène  dans un nouveau lieu du Jazz à Paris, le Bal Blomet, dans le quartier de Montparnasse, berceau du Jazz français dans l'entre-deux-guerres. 

Dès les premières notes de contrebasse, je reconnais " Sweet Georgia Brown ". Par rapport à l'album, la tromboniste et chanteuse Shannon Barnett est remplacée par le trompettiste Jérôme Etcheberry. Bonne pulsation de la rythmique. Les solos des souffleurs s'enchaînent agréablement. Frédéric Couderc, disciple de Rahsaan Roland Kirk, joue de deux saxophones en même temps, saxophone ténor et saxello. Final tout en douceur.

La musique va bien avec le lieu, ses murs de briques, ses piliers de fonte. Un décor Années Folles revisité. 

" Moppin and Boppin " (Fats Waller). Les souffleurs sont groupés, la rythmique soudée. Ca swingue, sapristi! Solo brillant de trompette. Grognements et gémissements du sax ténor. La rythmique roule tranquille sous les doigts de Philippe Milanta. Retour au thème groupé. Impeccable. 

" Avalon ", ce n'est ni la charmante commune de l'Yonne en Bourgogne ni la chanson de Roxy Music, mais un standard du Jazz. Maxim aimait beaucoup le jouer et, pour lui rendre hommage, la clarinettiste reste seule sur scène devant la rythmique. 

" Do You know what it means to miss New Orléans? ". Après avoir beaucoup donné au morceau précédent, Aurélie Tropez a droit, à son tour, à sa pause syndicale. La trompette sonne comme un canard, typique des années 20. Si vous connaissez la chanson, vous reconnaissez les paroles en écoutant les notes de Jérôme Etcheberry. Sax ténor velouté à souhait. Batteure aux balais. Contrebasse en souplesse. Le piano distille les notes. 

Pour son 1er album en leader, non seulement Julie Saury rend hommage à la musique de son père préféré mais, en plus, elle s'est inspirée du graphisme d'un de ses albums. Toutefois, elle garde sa liberté de parole. C'est ainsi qu'elle nous annonce qu'ils vont jouer un morceau qu'elle n'aime pas. " Basin street Blues " chef d'œuvre immortel de Louis Armstrong (il n'en est pas le compositeur mais son interprétation avec son Hot Five en 1928 demeure). Thème bien reconnaissable avec la trompette wah wah. Ensuite, ils chahutent le thème tout en le gardant. La clarinette relance le débat. Fred Couderc répond avec divers appeaux et sifflets à faire pâlir d'envie un chasseur solognot. Solo de trompette brillant, à la Armstrong. " A la trompette, même dans les trucs les plus modernes, vous ne pouvez rien faire qui ne vienne de Louis " (Miles Davis). Solo de Fred Couderc au saxello. La clarinettiste lui fait du charme mais il reste concentré. Bon final groupé hurlant et grognant à loisir. Un dernier coup de sifflet et ça y est.

" Back home again in Indiana " . Fred Couderc reprend le sax ténor et reste le seul souffleur sur scène. Un morceau swinguant qui pulse sec.

Retour de Jérôme et d'Aurélie pour " Together ". Logique vu le titre. Par contre, Fred Couderc se repose au comptoir après avoir lancé un cochonnet en plastique couineur sur scène. C'est un collaborateur indiscipliné. Sauf quand il joue sur scène et c'est bien l'essentiel. Solo de contrebasse soutenu par la batterie malaxée aux balais par Julie Saury.

" Saint Louis Blues ". Solo de Julie aux maillets pour commencer le morceau. Elle est seule sur scène, occupant toute la place mais sans s'étaler. Une femme de goût. La musique voyage de l'Afrique par l'Amérique en passant par les Antilles, la route de l'esclavage et du Jazz. Passage aux baguettes au rythme d'une marche militaire, une des origines du Jazz. Le groupe enchaîne, chaud et lent comme le bayou. Philippe Milanta se permet des ellingtonismes au piano. Le thème de " Saint Louis Blues " sort du sax ténor. Relaxé et swinguant. Solo posé, réfléchi du trompettiste. La musique monte chaleureusement en vigueur. Maxim Saury peut dormir tranquille. Sa fille, Julie et son groupe veillent à ce que la flamme du Jazz ne s'éteigne pas.

' When it's sleepy time down South ". Fred Couderc s'en va. Aurélie Tropez le remplace. Solo de trompette bouchée en duo avec la contrebasse. Tranquille comme il se doit. La rythmique démarre avec Julie aux balais. Clarinette paresseuse et voluptueuse à souhait. Retour au duo trompette & contrebasse pour le final. Superbe. 

Fred Couderc revient sur scène et prend un porte voix pour annoncer Julie Saury. Elle finit avec un morceau qu'elle n'aime pas, " Crazy rythm ". Un solo de batterie aux baguettes pour lancer un morceau endiablé, rythmé. La rythmique s'efface derrière les 3 souffleurs puis le groupe repart. La rythmique se dérouille vigoureusement les pattes.

RAPPEL

Son papa devait jouer ce morceau à chacun de ses concerts faute de quoi des gens se seraient plaints. 

Fred Couderc seul avec son saxello devant la rythmique. Bien entendu, c'est " Petite fleur " de Sidney Bechet avec qui Maxim Saury joua. Très belle version. Ils sont dedans.

Restaurant, bar, club de Jazz, bien pensé et bien réalisé, le Bal Blomet, vaut d'être découvert. 

Madame M.H poursuit son initiation au Jazz, centrée sur la batterie. Après Daniel Humair et François Merville, Julie Saury, dans un rôle plus classique de moteur du groupe, qu'elle a vivement apprécié.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article