" Claquettes Jazz " par Fabien Ruiz au Studio Hébertot

Publié le par Guillaume Lagrée

" Claquettes Jazz "

Studio Hébertot. Paris

Spectacle en cours jusqu'au dimanche 28 janvier 2018

Mardi et mercredi à 19h, dimanche à 19h30

 

Fabien Ruiz: claquettes et pédagogie

Michel Van Der Esch: piano électrique

Séance du mercredi 27 décembre 2017 à 19h.

Un piano électrique joué comme un piano Jazz cela manque de toucher mais cela fera l'affaire. Les standards font la percussion. Fabien Ruiz, le chorégraphe de The Artist, le film aux 5 Oscars (sauf que c'est Huggie le chien qui méritait l'Oscar du meilleur acteur) est plus dans le son que dans le show. 

Il s'agit d'un spectacle pédagogique. Rappel historique sur Fred Astaire, danseur, chanteur, comédien et batteur. Il ne jouait de la batterie que chez lui pour le plaisir. Fred Astaire n'improvisait pas. Tous ses numéros étaient écrits précisément.

Fabien Ruiz, lui, travaille en Jazzman. A partir de matériaux connus, il improvise. Par exemple, avec ce " Cheek to cheek ". 

Comment jouer des balais avec les pieds? Les fers claquent mais ne frottent pas. Le truc, c'est de mettre du sable sur la planche du danseur comme le faisaient si bien Mr " Sandman " Sims (1917-2003) et déjà Bill " Bojangles " Robinson (1878-1949) dans sa " Sand Dance ". Pourquoi Fabien Ruiz a t-il essayé de nous faire croire qu'il a inventé un truc qui existe au moins depuis les années 1930? Mystère. Qu'il l'ait trouvé en renversant du riz sur le sol de sa cuisine, admettons mais il est certain qu'il ne l'a pas inventé. 

Impro sur une chanson française, une valse, " Sous le ciel de Paris ", titre éponyme du film de Julien Duvivier (1951).  " Under Paris skies " pour les Américains. Un rythme à trois temps en claquettes, ce serait rare. Sachant que le Jazz se joue lui aussi à trois temps, que les claquettes sont nées avec le Jazz, cette assertion me surprend mais admettons. En tout cas, ça sonne bien. 

Explication historique sur l'origine des claquettes. Comme le Jazz, c'est un art métis né de la rencontre entre la gigue irlandaise et les danses africaines. Des danses avec des sabots et des danses pieds nus mais qui toutes jouent avec la Terre au lieu de vouloir à tout prix s'en détacher comme c'est le cas dans la danse classique de création française. 

Une autre chanson française devenue un standard du Jazz, " Les feuilles mortes " . " Autumn leaves " pour les Américains. Juliette Gréco la chantait, Miles Davis, son amant, la jouait. Elle aussi tirée d'un film de Marcel Carné et Jacques Prévert, " Les portes de la nuit " (1946). Le film et la chanson firent un flop à leur sortie mais, passant par les USA, où Frank Sinatra demanda des paroles en anglais pour chanter " Autumn leaves ", ils revinrent avec succès en France. Version rythmée et rapide.

Explication sur le passage de la chaussure en bois à la chaussure ferrée en 1930. Cela correspond à la naissance du cinéma parlant. Enfin, danseurs et musiciens furent filmés. C'est ainsi que Bill Bojangles Robinson, après 40 ans de carrière sur les scènes des théâtres réservés aux Gens de couleur, put devenir une star internationale en tournant avec Shirley Temple. 

En mettant du sable sur sa planche, Fabien Ruiz peut accompagner en douceur, en frottant, " I am beginning to see the light ".

Le pianiste a droit à son solo avec " On the sunnyside of the street ".

S'ensuit une première leçon de claquettes avec démonstration des pas de base, avec le talon ou la pointe, fixe ou en avançant ou reculant. 

Retour au duo avec la " Samba de una nota so " d'Antonion Carlos Jobim. " One note Samba " aux USA. 

Pour finir, retour à l'essence du Swing avec Duke Ellington. " It don't mean a thing if it ain't got that swing ". Duke Ellington était l'accompagnateur des vedettes Bill Bojangles Robinson ou les Nicholas Brothers au Cotton Club. Quant au film " Cotton Club " (Francis Ford Coppola, 1984). c'est Gregory Hines qui y joue le rôle du danseur.

Pour conclure cette chronique d'un spectacle pédagogique et familial, vivement recommandé pour faire découvrir le lien entre Jazz et Tap dancing aux adultes comme aux enfants, j'y joins une vidéo où Gregory Hines décortique le numéro des Nicholas Brothers dans l'orchestre de Cab Calloway pour le film " Stormy Weather " (Andrew L Stone, 1943) le premier film américain où des artistes Noirs sont les seules vedettes. Avec Gene Kelly, les Nicholas Brothers (Fayard Nicholas, 1914-2006 et Harold Nicholas 1921-2000) dansaient en ralentissant pour qu'il puisse suivre. Seuls, ils sont tout simplement inimitables comme l'explique fort bien Gregory Hines. Ils ne dansent pas avec la musique, ils dansent dans la musique. Le plus grand numéro de claquettes dans une comédie musicale selon Fred Astaire lui même. N'essayez pas de refaire leur numéro dans votre salon. Vous finiriez à l'hôpital. 

 

La photographie de Fabien Ruiz est l'œuvre de Didier PALLAGES. Toute reproduction de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Fabien Ruiz par Didier PALLAGES

Fabien Ruiz par Didier PALLAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article