Le trio de Jean-Philippe Viret joue à domicile au Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Jean-Philippe Viret Trio

Le Sunside. Paris.

Vendredi 22 décembre 2017. 21h.

Jean-Philippe Viret: contrebasse, composition, direction

Edouard Ferlet: piano, composition

Fabrice Moreau: batterie, composition

Le trio nous emmène dans sa vague dès le départ. C'est fin et puissant. Le chef du triumvirat est à l'archet. Retour au pizzicato. Quelle bonne vibration! Son majestueux de la contrebasse. Le batteur ajoute de la puissance. Le piano, c'est le flux de l'eau. Il y a tant d'ambiances différentes dans ce morceau qu'il devient une suite orchestrale. 

Ca démarre tranquille Frottent, frottent les balais. Solo de contrebasse en pizzicato. Jean-Philippe Viret ne fait pas slapper la basse tout comme Lee Konitz ne joue pas bluesy. Ce n'est pas sa culture. Il crée un autre genre de beauté. Les baguettes amènent plus de rythme à l'ensemble. Une boucle rythmique tourne et nous emporte.

" Tous contraints " (cf extrait audio sous cet article). Duo piano & contrebasse tout en douceur pour commencer. Fabrice Moreau ajoute quelques tapotis de ses mains sur les tambours. Une musique de film romantique mais pas en toc.

Une première mondiale : " A la Saint A Oua Oua " (sic). Musique ultra rythmique et ultra précise. De l'électro en acoustique. Bluffant et inattendu de la part de ce trio.

PAUSE

Lectrices insatiables, lecteurs infatigables, j'espère que vous voudrez bien m'excuser mais ma chronique cesse ici. Mon stylo rendit l'âme foudroyé par tant de beauté. Madame M-H qui poursuit son initiation au Jazz actuel par les batteurs n'en avait pas à me prêter. La maîtrise de ces gaillards l'a impressionné, spécialement le relâchement du batteur, Fabrice Moreau.

Au deuxième set, d'autres morceaux en première mondiale. D'autres compositions aux titres subtils dignes de Martial Solal " En un mot commençant " par exemple. D'autres climats, d'autres voyages. Le trio de Jean-Philippe Viret fêtera bientôt ses vingt ans d'âge. Il a changé de batteur en route, Fabrice Moreau succédant sur le trône à Antoine Banville mais il n'a pas perdu son âme. Un nouvel album et de nouveaux concerts fêteront dignement l'événement. Affaire à suivre. 

La photographie de Jean-Philippe Viret & Edouard Ferlet est l'œuvre du Fidèle Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Jean-Philippe Viret & Edouard Ferlet par Juan Carlos HERNANDEZ

Jean-Philippe Viret & Edouard Ferlet par Juan Carlos HERNANDEZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article