" Blue Giant " un manga sur le Jazz par Shinichi Ishizuka

Publié le par Guillaume Lagrée

" Blue Giant "

Tenor Saxophone: Myamoto Dai

Volume 1 par Shinichi Ishizuka

Glénat Manga, Paris, 2018, 226 pages.

Parution le mercredi 6 juin 2018.

 

Bienvenue à la 43e abonnée de ce blog. Que les Dieux et les Muses la protègent!

Lectrices phylactéristes, lecteurs dessinateurs, réjouissez vous car un Bildungsroman sur le Jazz vient de paraître en français. Il est l'œuvre d'un Japonais, Shinichi Ichizuka. Il s'agit d'un manga en 10 volumes. Je viens de lire le premier et j'attends le deuxième avec gourmandise. Le japonais est une langue orientale. Comme l'arabe et l'hébreu, il se lit de droite à gauche. Pour un Francophone, l'ouvrage commence donc par ce qui est habituellement la fin.

C'est l'histoire d'un garçon, Myamoto Dai, collégien puis lycéen à Sendaï, Japon, qui décide, tout seul dans son coin, de devenir le plus grand Jazzman du monde. Il a écouté quelques albums, ne connaît rien au solfège, ne sait pas jouer du piano mais il s'est acheté un saxophone ténor dont il joue dehors chaque jour qu'il pleuve, vente ou fasse grand soleil.

Ses amis ne comprennent pas grand chose à sa passion, les filles encore moins ( " Le donne odiavano il Jazz e noi non capivamo il motivo. Ragazzi Pazzi di Jazz, cosi eravamo noi, cosi eravamo noi " chante Paolo Conte) mais son père le soutient alors que le garçon néglige ses études et le basket ball pour devenir exclusivement musicien. 

Dai Myamoto rêve de jouer à New York (cf photo de cet article), avec un son de saxophone ténor aussi émouvant que Johnny Griffin (cf extrait audio dans cet article) et aussi puissant que Sonny Rollins (cf vidéo dans cet article).

En attendant, il gagne sa vie en travaillant dans une station service et joue de son instrument en usant ses anches à grande vitesse. A force d'acheter des anches, le vendeur du magasin de musique s'intéresse à lui et lui fournit son premier gig. Problème, bien qu'il joue au basket ball, à force de répéter seul, notre apprenti Jazzman a oublié que le Jazz est un sport collectif. Pour en rester au format du Basket Ball, citons deux Cinq majeurs de l'histoire du Jazz, les Hot Five de Louis Armstrong et le Miles Davis Quintet. 

Comme cela était prévisible, ce premier concert tourne à la catastrophe pour notre jeune héros qui ne connaît ni le solfège, ni les standards et surtout joue sans écouter ses partenaires, faute rédhibitoire dans n'importe quel genre musical mais, plus encore, dans le Jazz où la musique se crée en la jouant, dans l'interaction de l'instant.

Cela ne le découragera pas et je ne doute pas que le deuxième épisode me permettra de savoir comment il remonte la pente. 

C'est un manga. Style très dynamique, images simples et efficaces, rythme rapide, saccadé. L'auteur nous transmet la passion de son héros pour cette musique qui permet d'exprimer ses passions, son identité en toute liberté. De ci, de là, des reproductions de pochettes d'albums donnent des pistes d'écoute aux lecteurs. Pour prolonger l'expérience, lectrices phylactéristes, lecteurs dessinateurs, écoutez la sélection de morceaux concoctée par Jérôme Badini, producteur d'émissions de Jazz sur France Musique

Lecture recommandée de 7 à 77 ans pour inoculer le virus du Jazz ou le développer. 

La photographie de New York est l'œuvre de l'Urbain Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

New York par Juan Carlos HERNANDEZ

New York par Juan Carlos HERNANDEZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article