" Dictionnaire amoureux du Jazz " Patrice Blanc-Francard

Publié le par Guillaume Lagrée

" Dictionnaire amoureux du Jazz "

Patrice Blanc-Francard

Editions Plon, Paris, 2018, 635 p.

 

Lectrices Swing, lecteurs Hot, comme je l'ai déjà écrit sur ce blog, la Bible du Jazz en français c'est le " Nouveau dictionnaire du Jazz " dirigé par Philippe Carles, André Clergeat et Jean-Louis Comolli dont la dernière édition date de 2011. Tout y figure. Les musiciens américains et européens, japonais même, les instruments, les styles, les villes, les lieux du Jazz, rien ne manque.

Par contre, comme toute Bible, c'est imposant et intimidant. Pour découvrir le Jazz, je vous ai déjà parlé de l'ouvrage britannique " 3 minutes pour comprendre les 50 concepts, styles et musiciens du Jazz ".

Voici que le Français Patrice Blanc-Francard (1942), homme de radio et de télévision, ingénieur du son, animateur et producteur, nous propose sa vision en un " Dictionnaire amoureux du Jazz " qui respire la passion de la musique et des musiciens. 

Il ne parle que de musiciens à part La Nouvelle Orléans, seul lieu du Jazz évoqué et " Autour de minuit " (1986) le film de Bertrand Tavernier (cf vidéo sous cet article). Il ne parle d'ailleurs que de musiciens américains à part Django Reinhardt (1910-1953) qui demeure le musicien français de Jazz le plus connu et le plus respecté dans le monde, à juste titre. Parler de Django Reinhardt sans consacrer un article à son complice Stéphane Grapelli me semble regrettable. Le deuxième musicien français à bénéficier d'un article dans ce dictionnaire est le saxophoniste Jacques Schwartz-Bart. Jacques qui? " You can not be serious! " (John Mac Enroe). Non que j'ignore l'existence de ce saxophoniste bien vivant mais ce que j'en ai entendu ne m'a jamais donné envie de l'écouter. S'il s'agit de sax ténor, en France, Barney Wilen (1937-1996) est bien plus important dans l'histoire du Jazz et, pour le piano, la composition, la direction d'orchestre, le Jazz, Martial Solal (1927) est d'une toute autre dimension. 

Hormis ce désaccord stylistique, la méthode de l'auteur me plaît. Il nous raconte de belles histoires, ses découvertes, ses émerveillements et suggère des livres, des disques, des vidéos sur Internet pour découvrir cette musique toujours vivante après plus d'un siècle d'existence. 

Les articles sont courts, vivants, bien menés. Ils vous donnent faim et soif de Jazz, corps et âme. 

Ornette Coleman (1930-2015) lui figure bien dans ce dictionnaire (cf photo et extrait audio dans cet article). A consommer sans modération. 

Les photographies d'Ornette Coleman sont l'œuvre du Libre Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Orntette Coleman par Juan Carlos HERNANDEZ

Orntette Coleman par Juan Carlos HERNANDEZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article