" Gonam City " Marc Benham & Quentin Ghomari

Publié le par Guillaume Lagrée

" Gonam City "

Marc Benham & Quentin Ghomari

Neuklang Records.

Sortie le vendredi 16 novembre 2018

En concert à Paris, au Sunside, vendredi 22 mars 2019 à 21h30.

 

Marc Benham: piano, compositions

Quentin Ghomari: trompettes, compositions

Lectrices trompettistes, lecteurs pianistes, vous avez déjà pu apprécier sur ce blog les duos Giovanni Falzone & Bruno Angelini et Eric Le Lann & Michel Graillier. " Weather Bird " par Earl Hines & Louis Armstrong constitue votre Saint Graal. Vous appréciez aussi les duos Eric Le Lann & Martial Solal (glop) et Dave Douglas & Martial Solal (pas glop). 

Eric Le Lann vient d'ailleurs de sortir un nouvel album en duo avec son pianiste Paul Lay " Thanks a million " en hommage à Louis Armstrong.

Le cadre étant posé, venons au sujet. Ce duo de jeunes lions entre Marc Benham (piano) et Quentin Ghomari (trompettes).  J'ai déjà chanté les louanges de deux albums de Marc Benham en solo, " Fats Food " (2016) après " Herbst " (2013). Voici que ce pianiste s'ouvre au monde et dialogue en duo. Le prochain album sera en trio et d'ici 20 ans, il en arrivera au grand orchestre. 

Qu'est ce qui distingue ce duo piano & trompette de ceux précédemment cités? D'abord, l'état civil des musiciens. Ce ne sont pas ceux déjà mentionnés et ils sont de la même génération. 

Mais encore? Le choix des instruments.

Marc Benham joue sur un piano Paulello à 102 touches, soit 14 de plus que le piano habituel. Cet instrument unique est fabriqué artisanalement, avec du bois d'arbre et des mains d'hommes, en France, dans l'Yonne, en Bourgogne. Si vous demandez le prix, c'est que vous ne pouvez pas vous l'offrir. En l'espèce, ce superbe crocodile lui a été prêté. ( Pour plus d'informations sur ce grand piano, lisez " La facture du piano et ses métamorphoses " de Ziad Kreidy, ouvrage chroniqué sur ce blog ). Quentin Ghomari, lui, joue sur une trompette à pistons (classique) et sur une trompette à coulisse (plus rare). Le trombone (grande trompette étymologiquement, techniquement et historiquement) lui se joue le plus souvent à coulisse et bien plus rarement à pistons (Bob Brookmeyer). Avec de tels instruments, joués par de tels instrumentistes, dans un beau studio avec un bon ingénieur du son (Deutsche Qualität), le résultat sonore est époustouflant. A ne pas écouter sous format de fichier informatique écrasé. Tout en restant fidèle aux instruments acoustiques, nos deux compères se donnent les moyens de produire de nouveaux sons et ils le font avec goût.

Mais ensuite? La musique bien sûr.

Le dialogue entre les musiciens est si riche que toutes leurs compositions sont cosignées sauf " Mésozoïque " (9) de Quentin Ghomari joué en solo. L'usage aurait voulu un solo de piano. Pour nous surprendre, c'est un solo de trompette et quel solo! Quel souffle! Quel coup de langue! Le Mésozoïque, pour ceux qui l'ignoraient, comme moi, est l'ère géologique secondaire qui vit disparaître les dinosaures et apparaître les plantes à fleurs et les mammifères. Cela méritait bien un solo de trompette. 

" La musique est la langue des passions " (Emmanuel Kant). Ici cela s'entend vivement. " From Gonam City with love " (3) nous délivre plein d'amour de Quentin Ghomari (GO) et Marc Benham (NAM). Avec une allusion subtile à Gotham City qui n'aura pas échappé aux fans de Batman et de Prince réunis.

Ces deux créateurs s'amusent à nous promener dans leur jeu de piste. Après une version inspirée de " Misterioso " (7) de Thelonious Monk, ils en font une version stride dans " Background Music " (10). Même sur des thèmes rabâchés comme " Petite fleur " (6) de Sidney Bechet et " Willow weep for me " (11), ils parviennent à sonner neuf et frais. 

Cet album est un carnet de route, au gré des humeurs des artistes. Féroces pour " Pithecanthropus erectus " (2) de Charles Mingus, tendres pour " Terrarium " (12) qui conclut l'album. Même s'il y a des passages du côté obscur de la Force, c'est bien le Bien qui triomphe à la fin. Tout sonne juste et bon. 

Pour apprécier toute la richesse de cette musique en direct, rendez-vous, lectrices trompettistes, lecteurs pianistes, au Triton, aux Lilas (93), vendredi 16 novembre 2018 à 20h01 pour le concert de sortie de l'album " Gonam City " de Marc Benham & Quentin Ghomari

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article