Le Tropical Jazz Trio chauffe le Bal Blomet

Publié le par Guillaume Lagrée

Tropical Jazz Trio

Jeudi Jazz Magazine

Bal Blomet, Paris

Jeudi 3 octobre 2019, 20h30

Le Tropical Jazz Trio est composé de

Alain Jean-Marie: piano

Patrice Caratini: contrebasse

Roger Raspail: Ka, djembé, congas, percussions

 

Lectrices d'ici, lecteurs d'ailleurs, je vous ai déjà chanté les louanges du Tropical Jazz trio pour son album éponyme. Il est temps de le savourer sur scène, au Bal Blomet, héritier d"une salle constitutive de l'histoire de la musique antillaise, le Bal Colonial dit Bal Nègre

Ils commencent par le premier morceau de l'album, " Morena's Rêverie " composé par Alain Jean-Marie pour sa compagne, la chanteuse Morena Fattorini. Elle est décrite le matin au petit déjeuner, lorsqu'elle n'est pas encore tout à fait éveillée. Ca balance dès les premières notes. Pulsation de la  contrebasse, chaleur des tambours, rythme chaloupé et nostalgique du piano. Tout est impeccable. Roger Raspail utilise aussi des lanières de cuir pour tapoter ses tambours. C'est tout de suite plus chaud quand il joue à mains nues. 

Un air de Jazz créolisé. La basse tient la pulsation, le pianiste mène le bal, bal Blomet bien sûr et les percussions lui répondent. Premier solo de contrebasse. Piano et percussions ponctuent de manière saccadée. Au tour de Roger Raspail de se lancer. Les tambours chantent sous ses mains. Le public est concentré. Il n'applaudit pas les soli. 

Alain Jean- Marie lance un air afro cubain. " Le rythme afro cubain est comme la joie de l'homme qui a découvert le feu " (Michel Leiris). Il s'agit de " Manteca " de Dizzy Gillespie (1917-1993), morceau fondateur de la Salsa. Michel Leiris, Serge Gainsbourg & Michel Legrand étaient au concert du grand orchestre de Dizzy Gillespie avec Chano Pozo (congas) à Paris, salle Pleyel, en février 1948 et en restèrent marqués à vie. Il est étonnant 'd'écouter " Manteca " sans cuivres mais ça swingue toujours autant. 

Alain Jean-Marie explique le morceau suivant pour les profanes comme moi. Il s'agit d'un boléro antillais. Un morceau dangereux pour les musiciens car, pendant qu'ils jouent, les danseurs peuvent emballer leurs copines. Ce soir, nous ne perdrons pas nos petites amies. Elles sont attachées à leurs sièges conclue Alain Jean-Marie. Effectivement, c'est langoureux et sensuel à souhait. Ca balance souplement. Le Bal Blomet de 2019 n'est pas celui de 1929. Le public ne danse plus. Il reste assis sagement à écouter la musique. 

Une composition de Roger Raspail. " Dandé ". Je ne garantis pas l'orthographe car il s'agit d'un fruit de Guadeloupe dont le noyau est particulièrement dur. Un homme à la tête dandé a la tête dure. Contrebasse sous l'archet pour l'intro. Le trio glisse doucement. Ca démarre. Ca balance toujours. Musique à écouter ou à danser selon ses envies. 

Un petit air nostalgique, élégant. Le balancement est plus doux, plus lent. 

Un air particulièrement dansant et roulant. C'est le " Senor Blues " d'Horace Silver (1928-2014). Cf extrait audio au dessus de l'article. Horace Silver était un citoyen des Etats-Unis d'Amérique né d'un père portugais du Cap Vert et d'une mère métisse irlandaise et noire. Toutes ces racines se retrouvent dans sa musique. Quel doux balancement transatlantique entre Cap Vert et Caraïbes! Roger joue de la main gauche sur un tambour et d'une baguette tenue main droite sur une cymbale. Ca pulse de plus en plus. 

" Pytang Pytang Bang " une composition de Roger Raspail qui résume une figure rythmique classique de la musique antillaise. Gros solo de contrebasse en pizzicato pour commencer. Ca vibre, se dilate dans l'espace. Patrice Caratini commence à poser l'air. Bondissant, dansant, saccadé. Percussions et piano entrent dans la danse. Ca, c'est caribéen, sapristi! Roger Raspail chante en créole tout en malaxant ses tambours. Fausse fin et ça repart joyeusement. 

Un air ancien de Patrice Caratini, " CaraSamba " renouvelé sous le titre " SambaCara " explique Alain Jean-Marie. Rien à ajouter, précise Patrice Caratini. Rythme brésilien. Roger Raspail tapote doucement un tambourin. Le contrebassiste et compositeur mène le bal. Ca danse tranquille.

" Fleurette africaine " (Duke Ellington), morceau diffusé dans mon émission d'octobre 2019, le vendredi et le dimanche à 1h du matin et 18h (heure de Paris) sur Couleurs Jazz Radio. Thème du mois: L'Afrique, c'est chic! L'Afrique rêvée et vécue par les Jazzmen. Introduction très africaine grâce aux percussions. La quintessence de la ballade. Version un peu tourmentée mais respectueuse. L'envoûtement fonctionne. Dieux, que c'est beau!

Intro en contrebasse solo. Les  notes vibrent, s'étirent. Piano et percussions entrent dans la danse. Ca balance tranquille. Un classique de la chanson française. " Le temps des cerises ". Une chanson d'amour devenue, par association d'idée, un chant révolutionnaire. L'air est reconnaissable au piano. Roger Raspail y ajoute les couleurs chatoyantes de ses tambours. Tour de magie sonore entre piano et chimes. 

Une deuxième composition d'Horace Silver. Un nouvel hommage à son père après son album culte " Song for my father " (sous-titré en portugais " Cantiga para meu pai "), le titre album " Cape Verdean Blues ". Morceau particulièrement dynamique. Un Blues joyeux, rapide. Nom de Zeus, ça balance! 

RAPPEL

Une nouvelle composition d'Horace Silver . Dédiée à la baronne Pannonica de Koenigswarter (1913-1988), née Rotschild, mécène du Jazz chez qui Charlie Parker et Thelonious Monk vécurent et moururent: " Nica's dream ". Ca balance toujours. Du Hard Bop avec l'accent créole des Antilles françaises. beau solo de Gwo Ka au milieu de ce classique.

Cela fait plus de 40 ans qu'Alain Jean-Marie, Patrice Caratini & Roger Raspail jouent ensemble dans différents contextes musicaux. Enfin, ils se sont réunis en studio pour créer le Tropical Jazz Trio. Les retrouver sur scène est une joie pour le corps et l'âme. Madame M-H m'accompagnait. Après une journée de travail particulièrement difficile, la musique de cette association de bienfaiteurs lui a nettoyé la tête, chassant les ondes négatives de la journée. Grâces en soient rendues au Tropical Jazz Trio ! Que les Dieux et les Muses les protègent! Que les programmateurs les programment de part et d'autre de l'Atlantique, des Antilles à l'Hexagone, du Cap Vert à New York, USA. 

Le Tropical Jazz Trio est à retrouver en concert gratuit à Paris, au Sunside, mardi 15 octobre de 20h à 21h, dans le cadre du festival Jazz sur Seine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article