Alain Jean-Marie trio en verve au Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Darryl Hall par Juan Carlos HERNANDEZ

Darryl Hall par Juan Carlos HERNANDEZ

Alain Jean-Marie Trio

Paris. Le Sunside.

Vendredi 8 novembre 2019. 21h30.

Concert de sortie de l'album " Pensativa "

Alain Jean-Marie: piano

Darryl Hall: contrebasse

Donald Kontomanou: batterie

 

Je n'avais même pas entendu parler de l'album " Pensativa " avant ce concert mais un trio avec Alain Jean-Marie au piano, Darryl Hall à la contrebasse et Donald Kontomanou à la batterie, c'est une assurance tous risques en termes de bonnes vibrations. Cf vidéo sous cet article.

Un standard pour commencer. " You don't know what love is ". Alain Jean-Marie rôde autour du thème puis le lance avec la rythmique.C'est joué sur un tempo rapide. Batteur aux baguettes. Ca pulse bien. Chet Baker, avec qui Alain Jean-Marie joua dans les années 1980, le chantait sur un rythme bien plus lent. Là, ça pulse. Premier solo de contrebasse sautillant à souhait. Batteur aux balais pour malaxer la pâte sonore. Le pianiste ponctue, relance. 

" Full House " ( Wes Montgomery). Ecoutez la version " Live at Tsubo " avec Johnny Griffin au saxophone ténor. Alain attaque. Cliquetis des baguettes sur les tambours. C'est souple et bondissant comme il se doit. Ca swingue, nom de Zeus! En trio, sans solo apparent. Dans l'interaction sous la direction du pianiste.

Batteur aux baguettes. Un air vif et grave à la fois. Inconnu de mes services. Ca pulse toujours. Breaks courts de Donald Kontomanou qui remet du charbon dans la chaudière. 

Intro en piano solo. Un thème méditatif tourne en boucle. Il en sort en trio. La contrebasse entre en résonance avec le piano. Je ne connais pas le thème méditatif et swinguant en même temps. Solo de contrebasse. Ca glisse, vibre, bien soutenu par la batterie. 

Une ballade introduite au piano. Batteur aux balais. C'est élégant et nostalgique à souhait mais sans sucre ajouté. Solo méditatif de contrebasse bien ponctué par le piano et la batterie. C'était " Lament " de J J Johnson à qui le titre de ce blog, le Jars jase Jazz, rend hommage

" Calypso " (Kenny Barron). Cf extrait audio au dessus de cet article. Contrebasse et batterie marquent les syncopes typiques de ce genre musical caribéen, la calypso, que vous pûtes apprécier dans mon émission de juin 2019 sur Couleurs Jazz Radio consacrée au Jazz caraïbe anglophone lectrices métisses, lecteurs danseurs. Ca marche. Je balance de la tête et des épaules. Darryl Hall danse avec sa contrebasse. Le Guadeloupéen Alain Jean-Marie est parfaitement à son aise sur ces rythmes de ses voisins anglophones. Une calypso savante mais toujours dansante. Le pianiste mène le bal. Il est vraiment chez lui.

" Pensativa " (Clare Fischer). Le titre album. Cf vidéo sous cet article. Dédié aux femmes rêveuses. Alain Jean-Marie a écrit pour sa compagne, la chanteuse Morena Fattorini, " Morena's rêverie ". C'est dire s'il connaît son sujet. Un morceau énergique. Rêverie n'est pas synonyme d'inaction. La tension est soutenue par la contrebasse et la batterie aux baguettes. Ca balance sévère. 

Balais. Une petite ballade tranquille pour conclure.

PAUSE

" Come rain or come shine ". Bien joué pour un soir de novembre à Paris. Batteur aux baguettes pour une chanson d'amour sur un rythme vif. 

Intro au piano. Batteur aux baguettes. Feeling latin Jazz. Ca balance tranquille. Alain Jean-Marie cite au piano " Don't stop the carnival ", un classique de la calypso que Sonny Rollins, Caribéen de New York, aimait tant jouer. Joué en mezzo voce. Jolie conclusion rythmée. 

Intro en piano solo. Nostalgie en rythme comme sait si bien la jouer Alain Jean-Marie. Batteur aux balais. Une ballade. 

Un standard dont le titre m'échappe. Un air vif, léger, avec le batteur aux balais. Solo véloce du bassiste ponctué par le batteur aux baguettes sur les cymbales et les bords de caisses. Solo du batteur aux baguettes. Les tambours chantent.

Un solo de piano introduit un air cubain. Danse souple et lente. Un air connu mais dont le titre m'échappe. Batteur aux baguettes. " Dos gardenias " un bolero d'Isolina Carrillo qui a contribué à répandre la musique cubaine dans le monde. 

Un interlude plus rapide, plus rythmé. 

Pour vraiment conclure le 2e set, " Una mas " (Kenny Dorham).  Un titre album daté de 1963 et toujours d'actualité. " Un de plus " en espagnol. Bassiste et batteur aux balais introduisent le thème. Le pianiste ponctue. La rythmique de 1963 était composée de Herbie Hancock, Butch Warren et Tony Williams, Herbie et Tony n'étant pas encore passés sous la direction de Miles Davis. Plus Kenny Dorham (trompette) et Joe Henderson (sax ténor) Cela vous situe le niveau de ce chef d'oeuvre. Gros son chaud et souple de la contrebasse. Les cordes sont subtilement pincées. Ca glisse tout seul. Accompagnement tout en finesse aux balais. Retour au thème et aux baguettes pour conclure le 2e set.

PAUSE

Le trio était chaud pour jouer un 3e set gagnant. Le public aussi mais mon train du samedi matin partait tôt de Paris Montparnasse. La chronique cesse donc ici.

 

La photographie de Darryl Hall est l'oeuvre du Secret Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article