Tryptique lusitano-français au festival Jazzycolors 2019

Publié le par Guillaume Lagrée

Festival Jazzy Colors

17e édition.

Paris. Centre culturel tchèque

Samedi 16 novembre 2019. 20h.

André Carvalho Group

André Carvalho: contrebasse, composition, direction

José Soares: saxophone alto

Gonçalo Marques: trompette

Romain Pilon: guitare électrique

Guilhem Flouzat: batterie

 

Bienvenue au 49e abonné de ce blog. Que les Dieux et les Muses le protègent!

Paris est la ville qui réunit le plus de centres culturels étrangers au monde. Plus de 50. Pour les unir, divers festivals ont lieu chaque année dont Jazzy Colors, créé par le centre culturel tchèque, qui vient d'atteindre sa 17e édition en 2019. Le festival dure jusqu'au samedi 30 novembre 2019 inclus. 

Dans l'esprit de fraternité entre les peuples qui caractérise ce festival, ce soir, les Tchèques accueillent le quintette du Portugais André Carvalho (contrebasse, composition, direction) accompagné de deux compatriotes au sax alto et à la trompette et de deux Français à la guitare électrique et à la batterie.

Le quintet joue des compositions du leader inspiré du tryptique " Le jardin des délices " du Flamand Jérôme Bosch (1453-1516), oeuvre visible au Musée national du Prado à Madrid, en Espagne. Portugal, France, Flandres, Espagne. Cette musique est vraiment européenne, en plus de ses inspirations américaines puisqu'il s'agit de Jazz.

Contrebasse à l'archet. Batteur aux maillets. Guitare électrique qui prolonge les sons. Une vague douce et lente nous porte. Le sax alto grogne, gémit en douceur. La musique est rigoureusement travaillée mais pas au détriment de l'émotion. La trompette vient ajouter une couche supplémentaire à la vague. Le batteur est passé aux balais. Comme musique de film d'angoisse, ce serait excellent. Heureusement, ce soir, les lumières ne sont pas éteintes. Le batteur passe aux baguettes. C'est une ballade mystérieuse et planante. C'est le " Prélude ". Cf extrait audio au dessus de l'article. Ca roule en ondulant doucement puis descend tranquillement jusqu'au final.

La rythmique enchaîne sur un air plus vif. Le batteur percute plus. Nous sommes dans une vraie cave en pierre de taille. C'est Saint Germain des Prés où il n'y a plus d'après, comme l'écrivait Guy Béart. Il y a à boire et à manger au bar. L'accueil est chaleureux. Du bon Jazz est joué. Bref, cela ressemble à un club de Jazz comme on l'imagine mais, heureusement, sans tabac. L'alcool reste consommable mais toujours en compagnie de Mme Maud Eration. Contrebasse et batterie sautillent. La guitare ponctue légèrement. Le sax s'est effacé. Le quintet repart. Le batteur cliquette aux baguettes. Tout ondule en souplesse. 

André Carvalho nous parle en anglais car il ne connaît que 3 mots de français: " pain, vin, fromage ". Ca lui permet de survivre en France, selon ses dires. 

" The Fountain ". Le batteur fait des passes rapides et légères aux balais. La guitare donne un son aqueux avec la réverbération. Les souffleurs aussi s'ingénient à reproduire le bruit de l'eau qui coule. La musique s'étire nonchalamment, rafraîchissante. Elle serait plus appréciée l'été, en juillet, sur une place de village, à l'ombre d'un bel arbre avec une fontaine qui coule en fond sonore et un verre d'eau fraîche à portée de main. Cependant, même en novembre, au creux d'une cave parisienne, c'est bien agréable. Guilhem Flouzat lance le final en cinglant les cymbales à coups de maillets. Beau son.

Romain Pilon prend la main, pour la première fois du concert. Il lance la rythmique sur un Blues lent, décalé. Le groupe reste dans le rêveur, le méditatif. Ils y sont bons et ils savent varier sur cette ambiance sans se répéter. La trompette susurre quelques notes puis s'efface pour un solo d'André Carvalho. Les cordes de la contrebasse chantent, bien pincées. Tout le monde écoute, groupe compris. Les souffleurs reprennent le même air et la rythmique en démarre un autre. Ca balance tranquille et viril. Jeu du saxophoniste dans le grave de l'alto.

Mon carnet de notes finit ici. La chronique aussi.

Pour aller plus loin, lectrices esthètes, lecteurs mélomanes, écoutez l'album " The Garden of earthly delights " sélectionné pour les Grammy Awards, édition 2020. Cf vidéo sous cet article. Et allez voir le délicieux quintette d'André Carvalho sur scène, en France, en Espagne, en Flandres, en Portugal, partout où ils pourront jouer cette musique en direct et sans trucage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article