" Uncertain weather " Lou Tavano

Publié le par Guillaume Lagrée

Lou Tavano

" Uncertain Weather "

L'Autre Distribution. 2020.

Lou Tavano: chant, composition

Alexei Asantcheeff: piano, chant (2, 4 & 8) , composition

Guillaume Latil: violoncelle, effets

Alexandre Perrot: contrebasse

Ariel Tessier: batterie, percussions préparées

Eric Perez: choeur (1, 6, 7 & 8)

Pierre Rereygeol: choeur (1, 6, 7 & 8)

Toutes les chansons ont été écrites et composées par Lou Tavano et Alexei Asantcheeff à Greenock, Ecosse, Royaume Uni.

" Le mauvais temps, c'est le temps qui dure trop longtemps " m'apprit un agriculteur du Jura français alors que je marchais avec un ami sur le sentier de la Grande Traversée du Jura entre Pontarlier (France) et Nyon (Suisse) par un mois de juillet froid et humide où le soleil revenait enfin pour sécher le fourrage. Il était temps. Les vaches montbéliardes qui font le lait qui fait le comté (s'il est jaune, c'est qu'elles ont brouté dans le pré. A condition qu'il n'ait pas été coloré artificiellement avec de la carotte. S'il est blanc, n'en mangez pas, c'est un ersatz) commençaient à avoir leurs sabots infectés à force de marcher dans la boue. 

A Greenock, en Ecosse, où fut composé cet album (terre de la mère du pianiste Alexei Asantcheeff), le temps change souvent, comme dans ma Bretagne natale. C'est cette ambiance de fugacité et d'incertitude qui est le fil conducteur de cet album " Uncertain weather ". Les chansons sont en anglais sauf deux. " J'attends " (7) chanson que je désapprouve. Lou Tavano est une jeune femme manifestement parée de sagesse et de beauté, heureuse à la ville comme à la scène avec son pianiste Alexei Atsancheeff. C'est une chanson d'amour triste alors qu'une Dame de cette qualité a manifestement le choix de l'embarras dans ses amours. Bref, je ne crois pas à cette chanson. A tort, peut-être. Par contre, " Le fil de la vie " (8) est particulièrement d'actualité en ce temps incertain de pandémie de COVID19. Cf extrait audio au dessus de cet article.

La musique repose sur les cordes. Vocales, de la contrebasse et du violoncelle. Pas de guitare, pas de cuivre, pas de saxophone. Pas d'instrument brillant et bruyant. Ariel Tessier, à la batterie et aux percussions, se met au diapason de l'ensemble, ponctuant, soulignant mais jamais envahissant. 

Tout est suspendu dans l'air comme un cumulonimbus . Enorme, puissant, multicolore entre la lumière du soleil et les reflets du miroir de la mer mais léger, changeant de forme à tout instant et pouvant même disparaître sous un coup de vent. 

C'est cette ambiance que retranscrit à merveille " The Dancer " (4) ou " As we part " (5).

Les sentiments exprimés sont complexes. Pour autant, la musique est simple d'apparence car elle va à l'essentiel. Ainsi appelle t-elle aux " Simples Ways to be " (2). Cf vidéo sous cet article.

 Divers concerts de ce groupe sont prévus en France mais, en ce temps incertain, je préfère ne pas les annoncer. Quand la pandémie de COVID 19 sera terminée, que la musique pourra se savourer de nouveau fraîche, directement du producteur au consomacteur, je ne manquerai pas de vous faire part des concerts de Lou Tavano et de ses hommes, lectrices subtiles, lecteurs agiles. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article