Leila Olivesi Utopia Quartet en concert réel au Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Leila Olivesi Utopia Quartet

Festival Pianissimo

Le Sunside

Paris, Ile de France, France

Samedi 25 juillet 2020, 21h

Leila Olivesi: piano, composition, direction

Yoni Zelnik: contrebasse

Donald Kontomanou: batterie

Manu Codjia: guitare électrique

 

Leila Olivesi joue ce soir avec le groupe d'un ancien album " Utopia "  (2015) célébré sur ce blog. Légèrement réduit puisqu'il n'y a pas de saxophoniste sur la scène du Sunside ce soir. 

" African Song ". Une composition de Leila dédiée à sa filiation africaine (son père est Mauritanien). Effectivement, le rythme sonne nord africain. Le franco-béninois Manu Codjia vient ajouter sa part de fraîcheur à la chaleur du désert. Donald Kontomanou, lui, est le fils de la chanteuse Elisabeth Kontomanou, citoyenne française née d'un père Grec et d'une mère Guinéenne. Mauritanie, Guinée, Bénin. L' Afrique est bien représentée ce soir. Batteur aux baguettes. Ballade simple et tranquille. Pas molle, attention. Je hoche la tête de satisfaction. Dialogue entre pianiste et batteur. Solo de piano avec un stride venu du Jazz mêlé à des rythmes nord africains. Ca marche. Le Jazz est toujours une musique métisse. 

Leila Olivesi nous explique que ce quartet existe depuis 15 ans. " Con Calma ", histoire d'un petit oiseau qui doit s'envoler tout seul, sans l'aide de ses parents. Il s'en sortira, rassurez vous. " Con Calma ", cela fait aussi penser à " Con Alma " superbe ballade de Dizzy Gillespie. Duo aérien entre piano et guitare pour commencer. Batteur aux balais. Le quartet avance à pas lents comme le petit oiseau qui fait le tour de son nid. Bel échange triangulaire entre les 3 pointes de la rythmique. La tension monte subtilement. Batteur aux maillets pour donner une vibration différente aux cymbales. 

Histoire de Cyrano de Bergerac (1619-1655), l'écrivain libertin et utopiste du XVII° siècle, pas le personnage romancé par Edmond Rostand. " Le monde de Cyrano " mêle Jazz et Baroque. Intro en piano solo. Le quartet part sur le thème. Allegro maestoso. Cyrano de Bergerac avait imaginé au XVII° siècle de décoller vers la Lune et d'atterrir au Canada en raison de la rotation de la Terre. C'est ce genre de voyage que procure la musique avec un excellent bilan carbone. Batteur aux baguettes. Tension - relâchement, tout en souplesse. La guitare prend le commandement ou plutôt l'avant-poste. La pianiste reste la seule pilote de l'aéronef. 

Une histoire qui broie du noir nous annonce Leila. En effet, elle joue seule au piano, en intro, un Blues low down à souhait. " Je vous avais prévenu " commente Leila tout en jouant.  Quelques notes d'espoir surgissent. Les leçons du Maestro Duke Ellington surgissent des doigts de Leila Olivesi: blues & romance, un mélange toujours efficace. La guitare reprend en étirant le son. Elle prend la place de la voix humaine puisqu'il n'y a pas de chanteuse sur scène. Le quartet est en marche, d'un même pas lent et réfléchi. Solo de contrebasse grave et bondissant ponctué légèrement par la pianiste et le batteur aux baguettes puis aux balais. Bon massage cérébral. La guitare surgit à l'avant-scène. Blues lent de la rythmique. Le son de guitare s'étire, se déchire. C'est le style de Manu Codjia. Le style est l'homme même (Buffon, le naturaliste français, pas le sportif italien). 

" Révolutions " au sens astronomique. Cf extrait audio au dessus de cet article. Manu Codjia doit installer le chaos de l'Univers et les 3 autres musiciens l'organiser. Vaste programme! Solo de guitare bien tortueux avec des lignes sans cesse brisées. Le quartet démarre et s'organise. Solo de contrebasse finement ponctué par le piano et la batterie sous les baguettes. La pianiste commande l'ensemble de main de maîtresse. La guitare revient, bien plus calme qu'au départ. Joli duo entre contrebasse et batteur aux balais. Tout le monde tourne autour de la pulsation de la batterie. Belle révolution copernicienne.

PAUSE

La musique est superbe et je n'ai pas école le lendemain. Toutefois, j'ai très peu dormi la nuit précédente et mon état de fatigue général ne me permet plus de suivre le concert. Ma chronique cesse donc ici et maintenant. 

Le festival Pianissimo se poursuit au Sunside, à Paris, en France, jusqu'au dimanche 23 août 2020 inclus avec, notamment, mardi 11 août à 21h, Marc Benham en trio pour son album " Biotope " acclamé sur ce blog. 

La photographie de Manu Codjia est l'oeuvre de l'Etonnant Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article