Simon Martineau trio joue Monk au 38 Riv

Publié le par Guillaume Lagrée

Simon Martineau Trio

joue Monk

Le 38 Riv

Paris, Ile de France, France

Mercredi 5 août 2020, 20h30

Simon Martineau: guitare électrique

Gabriel Midon: contrebasse

Thomas Delor: batterie

 

Bienvenue au 54e abonné de ce blog. Que les Dieux et les Muses le protègent!

Eblouissantes lectrices, resplendissants lecteurs, si vous suivez ce blog avec attention, vous noterez que ce concert est joué par le 3e trio guitare/contrebasse/batterie auquel participe le guitariste français Simon Martineau.

Accompagnateur au sein du Nuzut Trio avec le même batteur mais un autre contrebassiste (Flavio Perrella) en chef et du trio de Thomas Delor, encore le même batteur mais un 2e contrebassiste (Georges Correia), le voici leader toujours avec Thomas Delor à la batterie et un 3e contrebassiste, Gabriel Midon.

Bien que sa formule de trio et son batteur ne changent pas, Simon Martineau change de musique, de contrebassiste et de chef à chaque groupe. Cette fois, sous son égide, il s'empare des thèmes de Thelonious Sphere Monk (1917-1982), le Moine Bleu du piano , qui n'a jamais joué en leader avec un guitariste, à ma connaissance. Monk était dans les jam sessions du Minton's Play House, berceau du Be Bop, avec Charlie Christian (1916-1942), mais ceci est une autre histoire. 

Monk ne jouait pas avec un guitariste. Ce trio, mené par un guitariste, joue Monk sans piano. Tout comme le trio Kubik de Pierrick Pédron (sax alto). 

Une ballade. Batteur aux balais.. C'est du Monk joué avec tendresse. Le guitariste fait vibrer et durer les notes. 

Enchaînement direct sur un autre thème plus rapide mais toujours tranquille. Batteur aux balais. Les musiciens jouent masqués. La pandémie de Covid 19 n'est pas finie. Ils sont pourtant à plus de 2m des spectateurs et ne projettent pas de salive vu leurs instruments respectifs (ni voix, ni souffleur dans le trio). Les spectateurs n'en portent pas ce qui me permet d'admirer les ravissantes spectatrices. La musique swingue fort agréablement. Ca s'énerve sans s'emporter. Joli duo contrebasse&batterie à mains nues. Ca tient chaud  l'âme. La guitare ponctue légèrement. 

C'était " Monk's Mood " suivi de " Sweet and Lovely ", standard arrangé par Monk. 

" Hackensack " (TS Monk). Batteur aux baguettes. La saccade propre à Monk est bien là. " On espère que s'il était là il aimerait " nous a déclaré Simon Martineau. Sachant que Monk s'est enfermé dans le silence en 1972 et est mort en 1982, c'est l'hommage de musiciens nés après la mort de Monk. Ils rafraîchissent les thèmes. Je bats la mesure joyeusement du pied comme Monk au piano. Il pouvait même s'arrêter de longues minutes en plein concert pour danser sur scène emporté par sa propre musique. Batteur aux maillets. Ca swingue décalé comme il convient pour jouer la musique du Moine Bleu. La musique n'est-elle pas l'art de décaler les sons?

Solo de guitare pour commencer. Avec un peu d'effet de réverbération. Après cette belle intro, un coup de balais du batteur et le trio démarre sur un classique de Monk. La musique devient plus tourmentée, chaotique avec le batteur aux maillets, la vibration de la contrebasse & les sons étirés de la guitare. Le trio repart dans un jeu plus serré avec le batteur aux baguettes jusqu'au final. 

" Ruby, my dear " (TS Monk). Solo de guitare. Je reconnais le thème superbement chanté par Carmen Mac Rae. Batteur aux balais. Ca ronronne comme il faut.

PAUSE

Solo de guitare pour redémarrer. Tout en douceur. Une ballade je suppose. Batteur aux balais. Quelle surprise! Je reconnais un thème de Monk. Ca roule tranquille. Bon massage cérébral. 

Très professionnel, Simon reprend pendant les applaudissements. Je reconnais tous les thèmes de Monk joués mais les titres m'échappent. Batteur aux baguettes. Le morceau s'agite franchement mais pas frénétiquement. C'est du Monk mais pas du Monk'n Roll.  Ils jouèrent donc " Let's cool one " puis " Brilliant Corners ", deux compositions de TS Monk. Cf extrait audio au dessus de cet article. 

" Boo Boo's Birthday " (TS Monk). Intro en solo de guitare qui prolonge et détache chaque note. Avec unléger effet de réverbération. Avec goût et mesure. Batteur aux balais. La contrebasse vibre dans ma colonne vertébrale. Très joli son de guitare venu du Folk et qui colle avec Monk. Le thème devient obsédant. Le batteur aux baguettes est poussé vers une apogée par la contrebasse et la guitare. La tension se maintient dans un decrescendo final. Toujours sur le même thème envoûtant.

Le guitariste attaque aussitôt un autre thème de Monk. Energiquement. Grosse pulsation de la contrebasse. Thomas Delor hache menu aux baguettes. Guitare plus rock, plus tranchante dans le son. Premier solo de batterie du concert. Premier solo de batterie du concert. Aux baguettes. Thomas maintient la pulsation tout en tournant autour. Ca dépote bien. C'était " Evidence ".

" Crepuscule with Nellie ", thème dédié par TS Monk à son épouse, Nellie Monk. Leur fils Thelonious Sphere Monk III (1949) est batteur et joue la musique de son père, le 2e compositeur le plus joué du Jazz après Duke Ellington. Une superbe ballade. Batteur aux balais. C'est joué avec la tendresse qu'il faut.

Un air plus vif. " Rythm a ning " (TS Monk). Nouveau solo de batterie avec de bons roulements de tambour. 

" I surrender Dear ". Un standard joué par Monk. Une ballade. Batteur aux balais. Solo de contrebasse souple, bondissant, bien soutenu par la guitare et la batterie. Le trio repart avec le batteur aux baguettes.

Voilà, c'est fini, éblouissantes lectrices, resplendissants lecteurs. 

Dans la vidéo ci-dessous, Simon Martineau joue son programme Monk dans un autre club parisien de Jazz, le Sunset, avec deux autres partenaires, Blaise Chevallier (contrebasse) & Fred Pasqua (batterie). 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article