" Le déclic créatif " Yaron Herman

Publié le par Guillaume Lagrée

" Le déclic créatif 

Vivez la magie de la créativité au quotidien "

Yaron Herman

Fayard, Paris, 2020, 288p, 20€

 

Lectrices piano, lecteurs forte, ce blog ne vous a jamais parlé du pianiste de Jazz Yaron Herman. Ce n'est pas un oubli. Je suis hermétique à sa musique. Jusqu'à présent. Il peut évoluer et moi aussi.

Yaron Herman ne se destinait pas à devenir pianiste. Il voulait être basketteur professionnel quand, à 16 ans, un incident en match l'a contraint à changer de vie et de passion. Il s'est mis au piano.

Eric Le Lann s'est mis sérieusement à la trompette en étant immobilisé des mois à 18 ans suite à un accident de la circulation, renonçant à devenir footballeur professionnel mais Eric jouait déjà auparavant, avec son père, dentiste et trompettiste. 

Dans son premier livre, " Le déclic créatif ", Yaron Herman nous explique, avec des mots simples, en français (qui n'est pas sa langue maternelle) et des exemples plein de bon sens une méthode pour épanouir notre créativité, en tout domaine.

Yaron Herman nous décrit son parcours personnel de débutant tardif affrontant des jeunes cracks qui jouaient les concertos pour piano de Sergueï Rachmaninov (1873-1943) à 8 ans ou jouaient d'oreille le bruit d'une imprimante à celui de musicien reconnu internationalement. 

Son livre est un " Discours de la méthode " de la créativité mais dans le style d'un homme cosmopolite du XXI° siècle, pas dans celui de René Descartes. 

8 parties au programme:

I. La rencontre. La rencontre décisive qui déclenche la créativité. Pour lui, le piano. Pour vous, lectrices piano, lecteurs forte, n'importe quel instrument, même s'il n'est pas de musique.

II. La permission. Personne n'a vous à permettre d'être créatif. A vous de vous le permettre, quel que soit votre âge, sexe, religion, condition sociale.

III. La créativité, mode d'emploi. Il existe des méthodes d'improvisation. Pourquoi pas de créativité?

IV. Retour sur Terre. Eviter les pièges (se comparer, paresser, chercher des soutiens). Ecouter ses émotions.

V. L'habitude créative. " Le talent, sans travail, n'est qu'une sale manie " (Georges Brassens). Citation qui ne figure pas dans ce livre mais résume bien cette partie. Victor Hugo écrivait chaque jour, à heures fixes, en prose ou en vers. Dans la masse, avec un tel talent au départ et tant de travail, des chefs d'oeuvre apparaissent forcément.

VI. C'est magique. La créativité c'est magique. Vous le savez déjà, lectrices piano, lecteurs forte mais il est bon de le rappeler. Quand un sportif joue dans la Zone, quand un musicien est inspiré par l'instant qui vient couronner des années de travail, il est inoubliable. Pour moi, comme spectateur, c'est Pete Sampras pliant André Agassi en 3 sets en finale de Wimbledon 1999 (Il était injouable aujourd'hui reconnurent André Agassi et son entraîneur Brad Gilbert après le match) ou Eric Le Lann & Sylvain Luc (guitare) improvisant au rythme de la pluie qui tombait sur le toit du théâtre des Jacobins de Dinan un soir d'octobre. Comme acteur, ce sont certains articles de ce blog où des musiciens me disent se reconnaître ou mes émissions de radio où des auditrices vénérées et des auditeurs vénérables se disent stimulés par le choix des musiques et leur mise en valeur.

VII. Bienvenue dans les résistances. Les résistances, c'est tout ce qui veut vous empêche de créer mais ne doit jamais prendre le contrôle de vous, lectrices piano, lecteurs forte. Yaron Herman trouve ici une comparaison éclairante. Des enfants à l'arrière d'une voiture, dans un long voyage, même attachés, disposant de quoi dormir, jouer, manger et boire, peuvent crier et pleurer. Normal. Ce sont des enfants. Par contre, ils n'ont pas le droit de conduire la voiture.

VIII. L'enjeu. Qu'est ce qui en jeu dans l'expression de votre créativité, lectrices piano, lecteurs forte? La vie bonne, chère aux philosophes. Pas nécessairement longue mais utile socialement car l'homme est un animal social et épanouissante personnellement car la vie est trop brève pour se la gâcher. L'auteur termine par les Dix commandements de la créativité. Ayant moi aussi reçu les Dix commandements dans mon éducation morale et religieuse, cette référence me parle. 

En résumé, ce livre sur la créativité n'est pas le premier sur le sujet. C'est le premier que je lis pour ma part.

Je l'ai dévoré tant il m'a parlé, contrairement à la musique de Yaron Herman d'ailleurs. Le raisonnement est simple et facile à suivre. Le style est clair, truffé d'exemples parlants et de citations pertinentes. Chaque chapitre se termine par des conclusions brèves qui permettent d'en tirer l'essentiel. La méthode décrite est applicable dans la vie courante du comptable affairé ou de la chevrière occupée.

En illustration sonore, deux Maîtres pour Yaron Herman qui ne figurent pas parmi mes pianistes favoris (je ne possède qu'un seul album de chaque).

En extrait audio, Brad Meldhau (1970) en trio jouant " Blackbird ", la merveilleuse mélodie composée par Sir Paul Mac Cartney pour les Beatles.

En vidéo ci-dessous, l'errance en scooter de Nanni Moretti devant la plage d'Ostie où mourut, assassiné, l'écrivain et cinéaste Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Scène tirée du film " Caro Diario " (Journal intime, 1993). Sur une musique de Keith Jarrett (1945), le " Köln Concert " (1975), un des albums les plus vendus de l'histoire du Jazz. Les créativités de Pier Paolo Pasolini et de Keith Jarrett inspirent celle de Nanni Moretti. Belle morale pour conclure cette histoire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article