" Hope " Tomas Liska & Invisible World

Publié le par Guillaume Lagrée

Tomas Liska & Invisible World

" Hope "

Invisible Records. 2020

 

Tomas Liska: contrebasse, basse électrique et piccolo, chant, composition

Nikola Zaric: accordéon, chant

Efe Turumtay: violon, chant

Kamil Slezak: batterie, cajon & autres percussions, chant

Sakina Teyna: chant (2, 7 & 9)

Lectrices Centrales, lecteurs Orientaux, je vous ai déjà chanté les louanges du Quartet Invisible World mené par le Tchèque Tomas Liska en concert. A la pause du concert, j'ai acheté l'album " Hope " du même quartet. C 'était tellement bon sur scène. L'est-ce en studio sans un public pour les stimuler? Bien sûr que oui.

" Mafioso " (1) se révèle moins inquiétant en studio qu'en concert. Cf vidéo sous l'article.

" Hope " (2) dégage la même énergie vitale, celle qui vous donne de l'espoir, justement. Il paraît que Sakina Teyna chante sur ce morceau. Je ne l'ai pas entendue.  Mais avec une basse électrique, ça sonne plus funky. " Shaker " (3) vous enivre comme un cocktail mais sans effets secondaires indésirables. Ah cet accordéon qui vous emballe et vous met le coeur à l'envers! Et cette pulsation subtile du batteur & percussionniste. " Soundtrack " (4) ferait une superbe musique de comédie romantique. Le violon vous emballe sec dans le flux de l'accordéon, porté par la douce pulsation de la contrebasse & des percussions. 

" Para Virgi " (5) sort de l'Europe centrale et orientale pour aller vers des sonorités plus latines. Ce duo contrebasse & percussions, c'est du miel pour les oreilles. 

" Dunga runga " (6) ou " Notalea ovata ", un arbre du bush australien au bois très dur, idéal pour les outils. Vous entendez le vent dans le désert, vous voyez ce petit arbre qui plie mais ne rompt pas. Bref, vous y êtes. Mais vous êtes aussi autour du feu de camp quelque part dans la plaine d'Europe centrale dansant au son du violon et de l'accordéon. La preuve, à la fin du morceau, ça chante. Il me semble bien entendre une voix de femme et pourtant elle n'est pas indiquée. Je n'entends pas Sakina Teyna au 2e morceau où elle est indiquée mais je l'entends au 6e où elle ne l'est pas. Cf extrait audio au dessus de l'article.

" Frankie " (7). Un morceau dédié au docteur Victor Frankenstein, le héros du roman de Mary Shelley, le créateur de la fameuse créature, dépassé par sa création qu'il ne maîtrise plus. Un morceau sombre, inquiétant à souhait tout en restant ludique. Avec grincements de portes et violon grimaçant. Là aussi, Sakina Teyna est censée chanter mais je ne l'entends toujours pas. 

" Another thing to think about " (8). Une ballade langoureuse en diable. Le violon, l'accordéon, la basse piccolo, tout joue l'étirement languissant. Le genre de morceau à vous faire rester au lit. 

" Hope " (9), une 2e version du 2e morceau, plus courte, faite pour la radio en guise de conclusion. Toujours aussi énergique. Ca y est, j'entends la voix de Sakina Teyna en arrière plan du violon. Pas assez à mon goût.

Voici le seul reproche que je ferai à cet album. Je n'entends pas assez la voix de la chanteuse Sakina Teyna.  Je vous laisse vous inventer vos histoires en écoutant les 9 morceaux de l'album " Hope " de Tomas Liska & Invisible World , lectrices centrales, lecteurs orientaux.

Dernier jeu de piste: sur la pochette du CD, il est écrit " Invisible Word " (Mot invisible). Sur le site Internet et sur la tranche du CD, il est écrit " Invisible World " (Monde invisible). Etonnant, non? 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article