Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Denis Colin et la Société des arpenteurs: Subject to change

Publié le par Guillaume Lagrée

Denis Colin et la Société des arpenteursSubject to change.

Denis Colin
: clarinette basse
Tony Malaby : saxophone ténor
Sylvaine Hélary : flûte piccolo, flûte en sol
Fabrice Theuillon : saxophone soprano, saxophone baryton
Antoine Berjeaut : trompette
Julien Omé : guitare électrique
Benjamin Moussay : claviers
Arnault Cuisinier : contrebasse
Stéphane Kerecki : contrebasse
Eric Echampard : batterie




Tony Malaby
photographié ici par le Raffiné Juan Carlos Hernandez est l'oncle d'Amérique de cet album.

Voici le nouvel album d'une joyeuse troupe pétulante et vibrante menée en toute liberté par le citoyen Denis Colin.

3 raisons essentielles doivent guider l'auditeur curieux vers cette musique:
1) ça fait du bien par où ça passe
2) ça ne fait pas de mal de se faire du bien
3) c'est excellent pour ce que vous avez

La musique est polymorphe, libre et cadrée, électrique et acoustique, funky et française, classique et d'avant-garde. Le groupe tourne comme un moteur de GT Sport: deux contrebasses et un batteur. Des sons originaux s'allient. Qu'est ce d'autre que la bonne musique si ce n'est l'art de décaler les sons? Certains morceaux vous soulèvent de votre fauteuil tant ils vous invitent à la danse. C'est assez rare pour être signalé dans le Jazz français. Ce ne sont pas non plus des morceaux basiques et répétitifs pour pistes de danse. Les ambiances varient en cours de morceau (ex: n°3 de l'album).

La musique peut s'avérer enthousiasmante et grandiose en concert (ex: n°5). Je vois le feu d'artifice royal derrière quand je l'entends. A jouer dans les jardins de Versailles ou dans ceux d'un château en Bretagne (Vitré, Fougères, Combourg Suscinio...) tant ce morceau sonne breton à certains moments.

Guitare et claviers créent des ambiances sur lesquelles planent les souffleurs (ex:N°6).  Après le passage calme, déclenchement de la bourrasque qui vous emporte, fait bouger votre corps sans effort (n°7). Morceau sous influence ouest africaine  dans le jeu de guitare (n°8). Benjamin Moussay est notre sorcier des claviers, notre Georges Duke. Prions Euterpe, muse de la musique, pour qu'il ne gâche point son talent dans les mêmes dérives commerciales que son illustre collègue!

Et, pour finir, dans un clin d'oeil élégant à la tradition du Jazz, une très curieuse citation de " Love for sale " vient conclure l'album.





Partager cet article

Repost0

We want Miles! L'exposition à Paris

Publié le par Guillaume Lagrée

 

MIles Davis nous a appris l'impuissance de la technique face à la puissance du désir
Keith Jarrett


We want Miles! exposition à la Cité de la Musique, Paris, jusqu'au dimanche 17 janvier 2010.

Miles Davis (1926-1991), trompettiste noir américain, dit " Le Sorcier " dit " Le Prince des Ténèbres " dit " Le Picasso du Jazz " est de retour à Paris, à la Cité de la Musique, lieu de son dernier triomphe, un concert sur le parvis de la Villette en juillet 1991, jusqu'au dimanche 17 janvier 2010.

Pourquoi cette exposition s'appelle " We want Miles! "?
Parce que c'est le titre d'un album de Miles enregistré live in concert en 1981 qui signait le retour de Miles Davis sur scène après 5 ans de silence. " Dieu t'a donné un don pour la musique, Miles.  Si tu ne l'exerces pas, il va te le retirer " lui avait dit son Maître et ami, Dizzy Gillespie.

Pourquoi " Le Sorcier ", " Le Prince des Ténèbres " ?
Parce que ce sont deux titres " Sorcerer ", " Prince of Darkness " qui figurent sur l'album " Sorcerer " avec le dernier quintette acoustique de Miles Davis:
Miles Davis, trompette
Wayne Shorter, saxophone ténor
Herbie Hancock, piano
Ron Carter, contrebasse
Tony Williams, batterie
et que ces titres lui collent à la peau.

Pourquoi " Le Picasso du Jazz "?
Parce que comme Pablo Picasso, et Serge Gainsbourg d'ailleurs, Miles Davis changeait radicalement de style tous les 10 ans tout en restant lui même. " You are under arrest " c'est le titre d'un album de Miles Davis (1985) et d'un album de Serge Gainsbourg (1987).

Concrètement, si vous avez oublié votre casque audio, la Cité de la Musique vous en prête un le temps de la visite.

Qu'y a t-il à voir et à entendre?

Des objets de culte: trompettes, tenues de scène, partitions, pochettes d'albums, enregistrements

Des cérémonies de culte: les concerts de Miles Davis.

J'ai vu Miles Davis sur scène à la salle de Robien à Saint Brieuc, Côtes d'Armor, Bretagne le vendredi 26 octobre 1990 dans le cadre du festival Art Rock. J'y emmenais mon frère dont c'était le cadeau d'anniversaire la veille de ses 12 ans. Nous nous en souvenons encore.

J'ai passé 4h à l'exposition de 14h à 18h un dimanche. Quand je me suis fait expulser à la fermeture, je n'avais pas encore tout vu ni tout entendu et je n'ai pas regardé l'heure un instant. l va falloir que j'y retourne.


Je ne vais pas raconter la carrière de Miles Davis. L'expo le fait TRES bien. Juste mes coups de coeur.

D'abord, il y a beaucoup de monde et beaucoup de parents avec leurs enfants. C'est bien. Le message passe.

Ensuite, pour le fan que je suis, c'est un Paradis. Plonger sur grand écran dans le quintette acoustique de Miles en Allemagne en 1967, dans le concert à l'île de Wight en 1970 ( 600 000 spectateurs) record absolu pour un Jazzman, dans celui de Tokyo en 1973 avec Dave Liebman aux saxophones ( " Miles, qu'est ce que je fais, moi un Blanc Juif Newyorkais, à jouer du Funk avec tous ces Noirs?" " Les gens aiment voir tes doigts bouger vite sur le saxophone, Dave "), dans celui de Paris à la Villette en 1991, ce sont des expériences hyperbolicsysquadellimystic (Isaac Hayes).

Cela peut faire peur, impressionner, émerveiller mais cela ne laisse pas indifférent.

En plus de l'exposition, toute une série de concerts rend hommage au Sorcier. Miles étant plus un interprète, un meneur d'hommes qu'un compositeur, un arrangeur, jouer Miles sans Miles ne m'intéresse pas. A tort ou à raison, je n'irai pas à ces concerts.

La visite peut être guidée par des musiciens, des musicologues.

Des films ont été projetés. J'étais à l'après midi du dimanche 1er novembre où fut passé " Miles Davis electric. A different kind of blue ". C'est à mon avis LE documentaire qu'il faut voir et revoir sur Miles Davis. Il tourne autour du concert donné à l'île de Wight le 29 août 1970 devant 600 000 spectateurs lors du dernier grand festival rock des 60's. C'est sur l'île de Wight que mourut Victoria, reine d'Angleterre et impératrice des Indes en 1901. C'est sur l'île de Wight que le Royal Yacht Club tient chaque année les régates de Cowes.

Sur ce fleuron de l'aristocratie anglaise dans la Manche, 600 000 jeunes étaient réunis pour écouter du Rock, du Fok, de la Pop quand débarquèrent Miles Davis et ses hommes.

Chick Corea: Fender Rhodes
Keith Jarrett: orgue Hammond
Dave Holland: guitare basse électrique
Jack de Johnette: batterie
Airto Moreira: percussions
Gary Bartz: saxophones alto, soprano

Après 37mn d'un concert qui laissa le public ko, Miles Davis à qui un journaliste demandait comment appeler cette musique répondit " Call it anything " (Appelez la n'importe comment).

Tous les musiciens présents à ce concert témoignent sur ce que représentait jouer avec Miles à l'époque représentait, passer du Jazz au Rock'n Roll, de l'acoustique à l'électrique. Carlos Santana joue le maître de cérémonie expliquant, avec l'aide de sa guitare, les influences réciproques entre Miles et les rockers (Santana, Hendrix...). D'autres musiciens de Miles témoignent: Herbie Hancock, Dave Liebman, Pete Cosey (guitariste qui joua de 1973 à 1975 avec Miles). Après une longue et belle introduction, le concert lui même puis deux hommages improvisés en solo par Airto Moreira puis Herbie Hancock terminent le film. Ca se trouve en DVD chez tous les marchands de musique dignes de ce nom.

Comme il est écrit dans le texte de présentation de " Bitches Brew " (1969), l'album le plus stupéfiant de Miles, " Dans le jazz moderne, Miles Davis définit les termes. C'est son boulot ".


Il est rare de rencontrer un êre humain plus grand que la vie (larger than life comme disent les Américains). Miles Davis en faisait partie. " Une légende, c'est un vieil homme avec une canne qui est connu pour ce qu'il a fait. Moi, je le fais toujours " (Miles Davis). Il le fait  à la Cité de la Musique jusqu'au 17 janvier 2010 et, franchement, ça le fait.









Partager cet article

Repost0

<< < 1 2