Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pierrick Pédron " Unknown "

Publié le par Guillaume Lagrée

Pierrick Pédron

" Unknown "

Fo Feo Productions distribué par Caroline Productions France une division de Universal Music France. Sorti le 15 septembre 2017.

Pierrick Pédron: saxophone alto, compositions sauf n°7 et 10

Carl-Henri Morrisset: piano

Thomas Bramerie: contrebasse

Gregory Hutchinson: batterie

Concert en première partie de la soirée spéciale centenaire de Thelonious Sphere Monk samedi 21 octobre 2017 à 20h30 à Paris, à la Maison de la Radio, au studio 104. Concert diffusé dans l'émission " Jazz sur le Vif " sur France Musique

Concerts de lancement de l'album lundi 23, mardi 24 et mercredi 25 octobre 2017 à 19h30 et 21h30 au Duc des Lombards à Paris. 

Eblouissantes lectrices, fulgurants lecteurs, sachez qu'après quelques années d'aventures électro galactiques, ponctués de deux albums acoustiques en trio voués à Thelonious Monk (2012) et à The Cure (2014) le saxophoniste costarmoricain Pierrick Pédron signe son retour au Jazz et à l'acoustique en quartet avec l'album " Unknown ". 

Un titre clin d'œil (n°1 de l'album) car il rend hommage ici aux gens et aux lieux qu'il aime. " Mum's eyes " (2), c'est pour sa maman évidemment. " Val André " (n°3), c'est un tribut à la station balnéaire bretonne, dans les Côtes d'Armor, de Pléneuf Val André, sur la côte de Penthièvre. Version à comparer avec la version électrique donnée sur l'excellent album " Omry " (2009). " Mister Miller " (4) doit être logiquement un hommage au défunt pianiste américain Mulgrew Miller (1955-2013) avec qui Pierrick Pédron joua et enregistra. Pour " With the 2 B's " (8) je ne parierai pas pour un hommage au défunt Boy's Band les 2 B Free mais plutôt pour deux Jazzmen bretons, les frères Gildas  et Jean-Baptiste   Boclé

Outre son amour profond du Be Bop (il avait joué Charlie Parker pour une Leçon de Jazz d'Antoine Hervé), Pierrick Pédron aime la Pop anglaise des années 80, celle de son adolescence. Il a déjà consacré en 2014 un splendide album en trio acoustique à The Cure. Voici qu'en 2017 dans cet album " Unknown " il livre deux versions acoustiques d'un méga tube de Dépêche Mode " Enjoy the silence " (n° 7 et 10). Le tempo est ralenti, la mélodie est respectée et le charme opère.

Pierrick Pédron a toujours un superbe son de saxophone alto, acide mais pas aigre. Il est soutenu ici par une rythmique de rêve. Son vieux et fidèle complice Thomas Bramerie à la contrebasse. Un batteur américain dont la réputation n'est plus à faire, Gregory Hutchinson. Un jeune pianiste français se mêle sans problème à l'affaire, Carl Henri Morrisset. Il était temps que je le découvre puisqu'il joue déjà avec Riccardo del Fra et Archie Shepp

Bref, l'affaire est dans le sac et " Unknown " ne vous restera pas inconnu, lectrices éblouissantes, lecteurs fulgurants. Comme son compatriote et ami Eric Le Lann, autre Jazzman costarmoricain, Pierrick Pédron se remet en cause à chaque album. Qu'il poursuive dans son être et que les Dieux et les muses le protègent!

 

 

La photographie de Pierrick Pédron est l'œuvre de l'Insensé Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Pierrick Pédron par Juan Carlos HERNANDEZ

Pierrick Pédron par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost 0

Christian Brun " Melodicity "

Publié le par Guillaume Lagrée

Christian Brun

" Melodicity "

We See Music Records

Sortie le vendredi 6 octobre 2017

Concert de lancement mercredi 18 octobre à 20h30 au Sunset à Paris

Christian Brun: guitare électrique, compositions

Damien Argentieri: Fender Rhodes, piano

Yoni Zelnik: contrebasse

Manu Franchi: batterie

Alex Tassel: bugle (7)

Lectrices cool, lecteurs relax, retrouvez vous en écoutant l'album " Melodicity " du guitariste français Christian Brun

Toutes les compositions sont du leader. Elles sonnent comme des standards. Il ne cherche pas à innover, à surprendre, simplement à vous mettre, lectrices cool, lecteurs relax dans les meilleures dispositions possibles.

Il y arrive avec un phrasé fluide et tranquille, un trio souple et chaud comme du velours. Ca sonne comme une nuit de Paris sous la pluie quand vous êtes à l'abri au sec chez vous, chez des amis, dans un club de Jazz par exemple au Sunset le mercredi 18 octobre 2017 à 20h30 pour le concert de lancement de l'album.

Alex Tassel vient ajouter son souffle et un accent funky sur " A breath of fresh air " (7). J'apprécie particulièrement " Zombie's dance ' (9) qui donne envie de danser entre êtres vivants et " Yes Wes " (10) car moi aussi je chéris Wes Montgomery, influence majeure de Christian Brun. 

Partager cet article

Repost 0

Caratini " Instants d'orchestre "

Publié le par Guillaume Lagrée

CARATINI

" Instants d'orchestre "

Caramusic.

Distribué par l'Autre Distribution

Le Caratini Jazz Ensemble est dirigé et orchestré par Patrice Caratini (contrebasse). Composition de l'orchestre détaillée dans l'album. 

Invitée: Sara Lazarus (chant).

 

Lectrices exquises, lecteurs extra, vous avez remarqué que ce blog chante les louanges de Patrice Caratini tant pour son trio " Short Songs " que pour son " Jazz Ensemble " qui vivifie la tradition des grands orchestres de Jazz. 

Pour fêter ses 20 ans, le Caratini Jazz Ensemble publie sur un album " Instants d'orchestre " une sélection de plusieurs albums enregistrés de 1999 à 2013, en studio ou en concert. 

Dans la situation économique du Jazz en France, faire tourner un grand orchestre depuis 20 ans sans lasser ni ronronner mérite le respect. 

Toute la palette de l'orchestre s'y déploie: du New Orléans à la  New Thing, deux standards de Cole Porter chanté par Sara Lazarus (What is this thing called love? & My heart belongs to daddy) et 8 compositions de Patrice Caratini mêlant Jazz, Blues, musette, Latin Jazz. 

Un concert ou un album de Patrice Caratini, c'est  faire son marché de musiques: vous avez le choix des styles et des envies (écouter ou danser).

" Le Jazz, c'est comme les bananes, ça se consomme sur place " (Jean-Paul Sartre). 

Après 386 concerts réunissant 121 000 spectateurs en 20 ans d'existence, le Caratini Jazz Ensemble tourne toujours à plein régime.

Voici les deux prochains concerts de l'orchestre. N'hésitez pas à les faire venir jouer chez vous, lectrices exquises, lecteurs extra. En ville ou en campagne, à la mer ou à la montagne, le Caratini Jazz Ensemble est un orchestre tout terrain. 

A Paris, à la Maison de la Radio, samedi 30 septembre 2017 à 20h30. Concert enregistré et diffusé dans l'émission Jazz sur le Vif sur France Musique

A Sceaux (92), à la Scène Nationale Les Gémeaux, le mercredi 8 novembre 2017 à 20h45. 

Partager cet article

Repost 0

Fabrice di Falco Quartet haut perché au Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Fabrice di Falco Quartet

Le Sunside

Paris

Mercredi 20 septembre 2017. 19h30.

Fabrice di Falco: chant et saillies

Jonathan Goyvaertz: piano

Julien Leleu: contrebasse

Aurélien Pasquet: batterie

Fabrice di Falco est un sopraniste qui ornemente son chant dans la pure tradition baroque mais accompagné d'un trio de Jazz. Né de père italien et de mère martiniquaise, la fusion des cultures est pour lui une évidence. Fabrice di Falco est métis de tout son être et de tout son art. Il explique sa démarche dans la vidéo sous cet article.

Au fur et à mesure du premier morceau, ça swingue de plus en plus. Dommage que le chanteur use d'un micro. Il est vrai que les musiciens sont amplifiés. Solo de contrebasse qui impulse un nouveau rythme. Fabrice passe dans le grave pour lancer une mélopée en fusion avec la rythmique. A l'évidence, cet homme a une voix exceptionnelle. Pour un chanteur classique, il sait se servir d'un microphone. Le trio accélère tranquillement. Ca balance plus. Un peu caribéen même. Bref, c'est du Jazz. Après un superbe passage grave, il reprend la voix de soprano et le chant classique. 

Ca repart en swing avec des vocalises et  non pas du scat. Comme dans un concert classique, les morceaux s'enchaînent sans pause ni applaudissement. Un solo de piano bluesy. Le trio colorie l'espace derrière cette voix. Solo de batterie avec les maillets sur les tambours. Le trio repart sur un tempo lento dramatico. Contrebasse et batterie ponctuent le chant qui se déploie. Même la sonnerie d'un portable ne les perturbe pas. En 2017, il existe encore des spectateurs qui oublient de rallumer leur telefonino après le concert. O tempora, o mores! 

Douce plainte du chant accompagné par le trio en ballade, contrebasse à l'archet et batteur aux balais. Le batteur a repris les baguettes et le contrebassiste les mains nues sur l'instrument. Ca swingue plus sur cet " Amen ". 

Pause pour nous expliquer les castrats et leurs talents d'amants, garantis sans enfant illégitime. Le péché sans la conception, quelles divines délices pour des épouses chrétiennes! 

Après cette variation sur le " Stabat Mater " de Vivaldi, " Facet ardeat " de Pergolèse. Fabrice Di Falco n'a pas été opéré. Les dames peuvent le vérifier après le concert les rassure t-il. Air léger, rapide, swinguant.

Retour au drame avec " La mort de Didon " dans le " Didon et Enée " de Purcell. Présentation humoristique du triste sort de Didon qui préfère se suicider plutôt que de rester seule après le départ d'Enée, cet amant infidèle. Le chant, par contre, est émouvant. Nous passons du quartet au duo " Les contres " entre une contrebasse et un contre ténor. Pianiste et batteur en profitent pour prendre leur pause syndicale au bar. Belle walking bass. Jolie improvisation vocale en restant dans le thème et l'émotion. 

" Dans les opéras, il n'y a pas d'air où les femmes trompent leurs maris " " Il y a Feydeau pour ça " lui réplique une spectatrice. " Mettez le en musique et je le chante " la défie il signore Di Falco. 

Extrait des " Indes galantes " de Rameau, " La danse des sauvages ". Il s'agit des Indes occidentales (West Indies in English) c'est-à-dire la terre natale de Fabrice di Falco. Le trio joue un petit air qui balance. Chanson d'amour un peu niaise (une Indienne épouse un Blanc par amour) auquel il ajoute de l'humour et des vocalises. 

Un air de Jean Sébastien Bach. Batteur aux balais. Un air qui swingue. Normal, c'est du Bach.

" Aria " de Bach. Une pensée pour les Antilles qui viennent de sortir des ouragans. Normal pour un Martiniquais. C'est bien le fameux Aria avec le trio qui swingue derrière. Batteur aux baguettes. Bach n'imaginait ni le piano ni la batterie. La contrebasse existait déjà de son temps mais j'avoue ignorer s'il en a fait usage. En tout cas, ça marche. 

RAPPEL

Fabrice di Falco nous invite à retrouver le trio après le concert dans un restaurant dont il nous donne le nom et l'adresse. C'est la première fois de ma vie que j'entends un artiste faire une telle proposition à son public après un concert. C'est dire si Fabrice di Falco a le contact aisé. 

Le trio repart tranquille avec le batteur aux balais. Chant en italien. Ce sont des standards que je ne connais pas, ceux du Baroque. 

Fabrice di Falco nous annonce une surprise le jeudi 7 décembre 2017. A suivre.

Un 2e concert d'un autre groupe doit commencer à 21h30. Le 2e rappel est donc possible mais bref. Bruitages de la batterie. Sons mystérieux. En anglais, dans le grave de sa tessiture. En détachant les syllabes. Il repasse dans l'aigu avec un déhanché de Baroque Star. 

Fabrice di Falco dépoussière la musique baroque tout en l'aimant sincèrement et en la connaissant profondément. Voix unique, talent scénique, chanteur et comédien, tragédien et plaisantin, cet homme a tout pour agacer les puristes. Que les dieux et les muses les protègent, lui et ses musiciens!

Partager cet article

Repost 0

Sélection de festivals de Jazz à Genève, Nancy et Paris pour octobre 2017

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices efficaces, lecteurs efficients, pour le mois d'octobre 2017, je vous propose une sélection de festivals qui vous permettront de jouir d'une orgie de rythmes à peu de frais.

Si vous ne pouvez y assister, écoutez en direct ou en différé les émissions Jazz Club, Jazz sur le Vif et Les Légendes du Jazz sur France Musique et Jazz Live sur TSF Jazz.

A Genève et dans le Genevois, sur Suisse et sur France, du lundi 2 au mardi 31 octobre, le 21e festival Jazz Contreband passe les frontières. 26 lieux, 63 concerts, 9 bœufs (jam sessions in English), 1 tremplin, 3 classes de maîtres (Master Classes in English) avec en concert et en enseignant, le batteur Daniel Humair né à Genève en 1938 et toujours à la recherche de nouveaux sons. Ainsi que le trio helvète du pianiste suisse Colin Vallon.

A Nancy et dans toute la Lorraine, le festival Nancy Jazz Pulsations rayonnera du mercredi 11 au samedi 21 octobre avec des concerts gratuits et payants, pour adultes et pour enfants, pour prisonniers et malades, des films et le grand amour de Thomas de Pourquery et son Supersonic sound of Love qui poursuivent l'œuvre de Sun Ra.

A Paris et dans toute l'Ile de France, le festival Jazz sur Seine unira les clubs du vendredi 13 au samedi 28 octobre. 25 clubs, 180 concerts, 450 musiciens. A retenir la soirée Showcase mardi 17 octobre à partir de 19h30. Entrée libre dans 6 clubs autour de Châtelet. Marion Rampal chantée sur ce blog pour son album " Main Blue " y participera. 

A Paris, le festival Jazz et Images reprendra au cinéma Balzac vendredi 13 octobre à 21h avec Daniel Humair d'abord en direct, sur scène et en concert puis en différé, à l'écran et en film. 

Quelques concerts par ailleurs

A Vincennes (94), à l'Espace Sorano, samedi 7 octobre à partir de 20h30, Thelonious Monk Marathon pour célébrer les 100 ans de Thelonious Sphere Monk. 4 concerts pour le prix d'un. Avec le duo franco-américain Jérôme Sabbagh & Danny Grissett.  

A Paris, concert privé sur réservation mercredi 4 octobre à 20h30 du duo d'oiseaux Camille Bertault & Dan Tepfer

A Paris, sur la Péniche Anako, jeudi 26 octobre à 20h30 le nouveau quartette de Jérôme Sabbagh (sax ténor) avec Greg Tuohey (guitare), Joe Martin (contrebasse) et Kush Abadey (batterie). Le Jazzoduc vous amène de la musique fraîche de New York à Paris. La péniche Anako est menacée d'expulsion par la mairie de Paris. Vous pouvez la soutenir en vous rendant à ses concerts et en signant la pétition de soutien. 

A Paris, concert privé sur réservation, dimanche 29 octobre à 20h du duo Or Bareketcontrebasse & Dan Tepferpiano.Un duo inédit en France. 

 

La photographie de Daniel Humair est l'œuvre du Genevois Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Daniel Humair par Juan Carlos HERNANDEZ

Daniel Humair par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost 0

Edouard Ferlet " Think Bach Opus 2 "

Publié le par Guillaume Lagrée

Edouard Ferlet

" Think Bach Opus 2 "

Melisse. 2017.

Edouard Ferlet: piano, compositions (d'après Jean-Sébastien Bach)

Lectrices classiques, lecteurs baroques, je vous ai loué à maintes reprises les variations et improvisations sur Jean-Sébastien Bach du pianiste français Edouard Ferlet. En concert solo en  2017, en concert en duo en 2016 et en album duo avec la claveciniste Violaine Cochard en 2015, en concert et en album solo en 2012.

Edouard Ferlet poursuit sa route, à partir de Jean-Sébastien Bach, avec ce nouvel album solo intitulé tout simplement " Think Bach. Opus 2 ".

Le jeu de mots subtil du titre ne vous a pas échappé, lectrices classiques, lecteurs baroques. ll correspond à l'esprit d'Edouard Ferlet, jouer sérieusement sans se prendre au sérieux. " Je me méfie des gens sérieux. Avez vous remarqué que ce sont toujours eux qui font les pires conneries? " (Pierre Dac). 

Cet humour se trouve aussi dans les titres des morceaux. Un héritage de Martial Solal peut-être avec sa " Gavotte à Gaveau " et son " Averty c'est moi " par exemple. " Mécanique organique " (n°7) car Bach jouait de l'orgue et du clavecin mais pas de pianoforte. Quant au piano, il n'existait pas à son époque. Bach était un génie mais de là à concevoir sa musique pour un instrument qui n'existait pas de son vivant, n'exagérons pas. " Les Bacchantes " (n°6) hommage à Bach, à la Grèce antique, à Louis de Funès et Robert Dhéry réunis. 

Tout cela donne du grand piano. Pas du Bach joué ou interprété. Non, du Bach recomposé. Les airs d'origine sont toujours reconnaissables mais c'est toujours du Edouard Ferlet. Cela pourra choquer les puristes classiques ou baroques mais comme il s'agit de Jazz et de musique improvisée ( les Variations Goldberg de JS Bach ne sont que de la musique improvisée transcrite sur le papier à partir de laquelle il est toujours permis d'improviser sauf pour les élèves conservateurs du conservatoire), c'est légal.

Lectrices classiques, lecteurs baroques, en plus de l'album, vous pouvez vous offrir les partitions d'Edouard Ferlet, comparer avec celles de Jean-Sébastien Bach, étudier, jouer les unes et les autres puis créer votre propre œuvre à partir de là. Si vous savez lire, écrire et jouer de la musique bien sûr. Si, comme moi, vous n'êtes que mélomanes et pas musiciens, profitez de cette musique sans entrave.

 

La photographie d'Edouard Ferlet est l'œuvre de l'Indicible Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Edouard Ferlet par Juan Carlos HERNANDEZ

Edouard Ferlet par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost 0

David Chevallier Trio " Second Life "

Publié le par Guillaume Lagrée

David Chevallier Trio

" Second Life "

Cristal Records

Sortie le vendredi 22 septembre 2017

David Chevallier: guitares, banjo, composition

Sébastien Boisseau: contrebasse

Christophe Lavergne: batterie

En concert

Samedi 18 novembre 2017 au Sunset à Paris (75)

Vendredi 24 novembre 2017 à l'Atelier des Arts vivants à Changé-lès-Laval (53)

Samedi 3 février 2018 au Carré Amelot à La Rochelle (17)

Vendredi 2 mars 2018 à l'Arrosoir à Chalon-sur-Saône (71)

Jeudi 29 mars 2018 au Vauban à Brest (29). Festival Penn Ar Jazz.

Vendredi 30 mars 2018 au Pannonica à Nantes (44)

Mercredi 4 avril 2018 au Théâtre Edwige Feuillère à Vesoul (70)

 

" Un virtuose ne sert pas la musique. Il s'en sert " (Jean Cocteau). Telle fut ma première impression en écoutant cet album. M..., encore un virtuose!

Tout de même, quelque chose m'intriguait là dedans. Ce passage de la guitare au banjo, de la 6 cordes à la 12 cordes. Ces compositions subtiles, stimulantes. Et puis je suis patient.

Alors j'ai écouté en entier à suivre les 10 morceaux qui composent cet album. Plusieurs fois.

Ma patience fut récompensée avec " Patience " (n°6). 10 minutes et 7 secondes pour prendre tout le temps de développer un thème à trois jusqu'à son aboutissement. Là, j'ai vraiment décollé sans l'aide d'aucune substance licite ou illicite et nocive à la santé physique ou mentale.

Je recommande aussi " Dodici ' (n°8). Une mesure en 12/8 pour une guitare à 12 cordes car " dodici " signifie " douze " en italien. Un nombre sacré pour les Juifs et les Chrétiens. David Chevallier explique brièvement ses intentions pour chaque morceau dans le livret de l'album. Cela éclaire l'écoute.

Ce qui l'éclaire aussi, c'est la finesse de l'accompagnement. Contrebasse et batterie sont présentes mais jamais pesantes. Le fluide sympathique circule à merveille entre les trois compères de ce trio éprouvé mais pas usé. 

Lectrices averties, lecteurs aguerries, une curieuse citation de TS Monk au banjo ne saurait vous échapper sur cet album. Centenaire oblige. 

De formation, David Chevallier  est un guitariste classique et cela s'entend: la clarté, la précision, le toucher. Il vous emmène à travers chants. Il existe à Lyon une Association à la Recherche d'un Folklore Imaginaire. C'est ce que crée le trio de David Chevallier sur cet album. Ce n'est certes pas une musique facile, ni pour ses créateurs, ni pour ses auditeurs mais elle vaut la peine de s'y arrêter, d'insister. La récompense est au bout: l'éveil de l'esprit. 

Partager cet article

Repost 0

Aldo Romano " Mélodies en noir et blanc "

Publié le par Guillaume Lagrée

Aldo Romano

" Mélodies en noir et blanc "

Le Triton/L'autre distribution

Sortie le vendredi 22 septembre 2017

Aldo Romano: batterie, compositions, chant (n°10)

Michel Benita: contrebasse

Dino Rubino: piano

Concerts de lancement d'album

Le Triton, Les Lilas, Seine-Saint-Denis, Ile de France, France

Samedi 23 septembre 21h: " Mélodies en noir et blanc "

Jeudi 30 novembre à 21h: soirée spéciale Aldo Romano

Lectrices tentatrices, lecteurs séducteurs, retrouvez vous sur ce Jazz d'Italian lovers.

Ce trio charme, séduit, emballe ou laisse froid selon votre humeur. Toutes les compositions sont d'Aldo Romano.Sauf une (10) " Il chante la Terre " (Gérard Manset). Là, Aldo batteur se fait chanteur avec une voix fragile et touchante.  Que des ballades sauf " Webb " (5) qui swingue étonnamment.  

Bref, Aldo Romano a déjà créé des musiques bien plus envoûtantes et innovantes que celle-ci faite pour être écoutée au chaud, sous la couette, alors que la pluie tombe dehors. Un concertino d'automne, c'est ce que forment ces " Mélodies en noir et blanc " dédiées au cinéma de l'enfance d'Aldo Romano, né en 1941. 

 

 

La photographie d'Aldo Romano est l'œuvre de l'Ignoble Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Aldo Romano par Juan Carlos HERNANDEZ

Aldo Romano par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost 0

Benoît Delbecq, Grand Maître des loges Manasonics, en tenue au Studio de l'Ermitage

Publié le par Guillaume Lagrée

Manasonics

Festival Jazz à la Villette

Programme Under the radar

Paris

Studio de l'Ermitage

Mardi 5 septembre 2017. 21h.

Manasonics est composé de 

Benoît Delbecq: piano, 9V, drum'n bass station

Steve Arguelles: batterie, usine

Nicolas Becker: bruitages, sound design, objets

 

Le bureau de son est en mission au Studio de l'Ermitage. Solo de batterie tout en douceur aux balais pour commencer. Steve Arguelles installe une onde sur les cymbales et bords de caisses. Le piano, trafiqué électroniquement, produit des sons de cloches. Le 3e homme produit une nappe sonore de fond. Musique pour le Capitaine Nemo, celui de Jules Verne, pas le chien du couple présidentiel français. Batteur et bruitiste se maintiennent alors que le piano distille des notes, plus ou moins triturées. Nicolas Becker est debout penché sur son clavier. Mauvaises conditions de travail. D'autant plus mauvaises qu'il travaille dans la pénombre. Que fait l'inspection du travail des musiciens?

Ils produisent des blop blop aquatiques et des chants d'oiseaux. Bref, c'est l'Amazonie avec cette sensation d'enfermement que donne la forêt dense, les gouttes de pluie qui tapotent les feuilles en rythme. Ils nous jouent la Guyane. Maintenant, ils nous jouent les insectes. Nous restons dans le règne animal. Pas besoin d'une boîte à rythme avec un tel batteur. Il tient et varie en même temps.

Tiens, le piano sonne comme une kora maintenant. Parfois même, pour nous surprendre, le piano sonne comme un piano. Le trio installe une tension rythmique insoutenable. Bien joué. 

Ils passent à une autre ambiance avec des chants d'appeaux à oiseaux. Batteur aux balais pour une sorte de ballade avec du piano dans le grave, méditatif et l'onde sombre de l'ordinateur. Nous replongeons avec le Nautilus. Le trio produit le bruit du ressac et le chant des cigales. Plongée en Méditerranée cette fois. C'est si impressionnant que des hommes enlacent leurs compagnes pour les rassurer. Sur cette musique pacifique s'élève le son d'un tambour de guerre aux maillets. Le sous-marin est en mission d'attaque. 

Retour à l'eau douce avec un bruit de cascade. Des pas hésitants sur la terre ferme. Une espèce de parfum de Jazz s'élève. Une ballade titubante. Comme un homme ivre de fatigue qui essaie de rentrer chez lui doucement dans la lumière du soleil levant. Nous sommes passés du règne animal au milieu social. A force de chercher, ils trouvent parfois, comme en ce moment. Un spectateur croit naïvement qu'il peut applaudir mais s'arrête aussitôt. Il était seul et la musique repart dans une autre direction. 

Des grosses gouttes de pluie tombent sur un toit de tôle. Retour à l'Amazonie. Barrissements d'ordinateur. C'est moins beau que l'éléphant. Steve tapote ses tambours alors que l'ordinateur produit des bruits de guerre spatiale. Un petit air de jazz latino sort du piano au milieu de cette guerre interstellaire. 

" Etonnez moi, Benoît " chantait Françoise Hardy. Benoît Delbecq et ses compères mettent en oeuvre ce programme. 45mn de concert ininterrompu pour une expérience inouïe. Sortie de l'album " Manasonics " jeudi 7 septembre 2017.

PAUSE

The Recyclers est composé de 

Benoît Delbecq

Steve Arguelles

 Christophe « Disco » Minck : basse, n'goni, Moog Voyager.

Mon cerveau n'est plus assez éveillé pour suivre de nouvelles aventures sonores. Ma chronique cesse donc ici.

 

Partager cet article

Repost 0

Et les Vainqueurs 2017 des Trophées du Sunside sont...

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices battantes, lecteurs batteurs, les Trophées du Sunside récompensent chaque année depuis 17 ans la fine fleur de la jeune garde du Jazz en France. 

Parmi les anciens vainqueurs, certains sont louangés sur ce blog comme la pianiste, directrice et compositrice Leila Olivesi.

Je fus membre du jury en 2012. 

Voici les heureux vainqueurs de l'an 2017

Groupes:

1. Oggy & The Phonics

2. Marie Mifsud Quintet

Mention spéciale du jury pour Selkies

Solistes:

1. Clément Monnier (clarinette), membre du groupe Oggy & The Phonics

2. Pierre Carbonneaux (saxophone)

Les Trophées du Sunside sont plus exigeants que les Jeux Olympiques. Il n'y a pas de médaille de bronze. 

 Rendez-vous en septembre 2018 pour la prochaine édition des Trophées du Sunside. Tous les concerts sont à entrée libre. 

 

Partager cet article

Repost 0