Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chance! Le quintette d'Henri Texier fait frétiller le Triton

Publié le par Guillaume Lagrée

Henri Texier & Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Henri Texier & Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Chance!

Quintette d'Henri Texier 

Le Triton

Les Lilas, Seine-Saint-Denis, Ile de France, France

Vendredi 16 octobre 2020, 20h30.

Henri Texier: contrebasse, composition, direction

Manu Codjia: guitare électrique, composition

Gautier Garrigue: batterie, composition

Sébastien Texier: clarinette, saxophone alto, composition

Vincent Le Quang: saxophones soprano & ténor, composition

 

Lectrices vénérées, lecteurs vénérables, sachez que l'album " Chance " du quintette d'Henri Texier est sorti en le 28 février 2020. Album salué sur ce blog. Cf extrait audio au dessus de cet article.

Le concert de sortie était prévu le 21 mars 2020 et fut annulé en raison du confinement lié à la pandémie de Covid 19. Pas de concert depuis sauf le concert de ce soir au Triton, aux Lilas, juste avant l'entrée en vigueur du couvre feu à Paris, en Ile de France et dans quelques métropoles régionales, du jamais vu en France en temps de paix. Un soir d'attentat terroriste contre la liberté d'expression et d'enseignement en France. C'est dire si l'ambiance est joyeuse. 

Bref, quelle chance, d'écouter le quintette Chance d'Henri Texier en concert!

Les musiciens jouent sans masque, à bonne distance l'un de l'autre et du public. Les spectateurs sont masqués et respectent une place d'écart avec leur voisin inconnu. Tout est en place. Henri Texier porte toujours barbe et bonnet sur scène mais il joue assis. Cela ne nuit en rien à la puissance de son jeu. Dès les premières notes de son solo introductif, je suis emporté au loin. La Beauté fait toujours du bien à l'âme. Le  batteur tapote chaudement ses tambours sans toucher aux cymbales. Clarinette et soprano s'envolent comme des oiseaux ivres de joie et de liberté. Le batteur gratte ses cymbales. La guitare produit, elle, des chants d'oiseaux marins. Solo de batterie pour faire chauffer la machine et le quintette repart comme porté par une brise chaude. La musique descend doucement en spirale vers le final comme un parapentiste qui se pose. 

Les souffleurs passent à l'alto pour Sébastien Texier et au ténor pour Vincent Le Quang. Jeu plus classique que dans le morceau précédent. Après l'exposé du thème, chaque musicien prend son tour de solo, selon la tradition du Jazz. Son tranchant, à la fois chaud et froid de la guitare électrique, propre à Manu Codjia. Le quintette repart groupé jusqu'au final. 

Je n'ai entendu que deux morceaux mais ils en ont joué trois: " Standing Horse " et " Chance " d'Henri Texier (cf extrait audio au dessus de cet article) et " Jungle Jig " de Manu Codjia. 

Une composition de Vincent Le Quang, " Le même fleuve ". Un morceau qui coule de source évidemment. Sax alto et ténor se rejoignent dans le même flux.

Solo de contrebasse en intro. Ca plane pour moi. Les baguettes reprennent sur la batterie. La guitare s'ajoute. Clarinette et sax ténor font décoller l'ensemble. Beau solo de sax ténor bien charpenté. Dialogue subtil entre contrebasse et batterie sous les baguettes. Ils chauffent doucement. Sax, clarinette et guitare ajoutent un peu de flamme de temps en temps. Une composition d'Henri Texier en hommage à la danseuse et chorégraphe allemande Pina Bausch (1940-2009), " Pina B ". 

Une composition de Gautier Garrigue, " Laniakea ". Ca commence en douceur par un solo de batterie aux balais. Solo de guitare avec de beaux effets de réverbération maîtrisée. Ca tient chaud à l'âme. Les saxophones reviennent sur le devant de la scène.

Mon carnet de notes finit ici. La chronique aussi. Ils jouèrent ensuite " Cinecittà " de Sébastien Texier avec un superbe dialogue fils-père entre clarinette et contrebasse, " Amir " d'Henri Texier tiré de l'album précédent " Sand Woman " (cf vidéo sous cet article pour une précédente version par le même groupe dans la même salle, le Triton) et, en rappel, " Simone et Robert ", une composition d'Henri Texier en hommage à Simone Veil & Robert Badinter. 

" Prenez grand soin de vous " nous dit Henri Texier en mot d'au revoir. C'est déjà fait puisque nous sortons d'un concert du quintette Chance d'Henri Texier au Triton. Merci pour la musique et prenez grand soin de vous aussi Henri & Cie.

Le Triton, aux Lilas (93), reste ouvert avec des horaires adaptés au couvre feu en vigueur. 

La photographie d'Henri Texier & Manu Codjia est l'oeuvre du Somptueux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article

Repost0

" Kong " Oddjob

Publié le par Guillaume Lagrée

" Kong "

Oddjob

Outthere Music. 2020.

Oddjob est composé de

Peter Forss: contrebasse, guitare basse électrique, guitare électrique

Per " Ruskträsk " Johansson: saxophones, flûte, clarinette basse

Daniel Karlsson: piano, orgue, synthétiseur

Goran Kafjes: trompette, synthétiseur, congas

Lars Skoglund: batterie, cymbales, percussions, vibraphone, guitare acoustique

 

Album " Kong " entièrement composé et arrangé par Oddjob.

Lectrices attentives, lecteurs scrutateurs, il ne vous a pas échappé que le collectif suédois Oddjob, fondé en 1997, a déjà été chanté pour ce blog pour son programme pour petits et grands " Jazzoo " et que le trompettiste d'Oddjob, de père croate, Goran Kafjes anime aussi le Subtropic Arkestra dont l'album " The Reason Why. Volume 3 " est lui aussi célébré sur ce blog. 

L'album " Kong " est entièrement composé et arrangé par Oddjob. Pas de chef. Pas de Roi bien que nous soyons en Suède. Pas de " King " avant le Kong. La musique vient directement des années 1970, entre Clint Eastwood et le Monty Python Flying Circus. Revisité à la sauce 2020 avec des influences scandinaves comme " I Druidens Flaska " (1). Cf vidéo sous cet article. Logique pour des Suédois. Mais ils ont aussi écouté la musique africaine, " Kong " (4) et asiatique , " Kali Ma " (2). Cf extrait audio au dessus de cet article.

La musique d'Oddjob est aussi colorée que celle de Charles Mingus ou d'Oliver Nelson mais avec un autre message. Ils visent à bâtir, " The Carpenter " (5), à nous emmener en voyage loin vers " l'Est " (6).

L'évasion, c'est la sensation que me procure essentiellement Oddjob. Pas seulement. Ces Suédois savent  aussi jouer monstrueusement Funky. Pour preuve, le morceau final " Bon " (8). Sauf avis médical contraire, celui là est fait pour bouger votre corps sans effort, lectrices attentives, lecteurs scrutateurs. Avis aux DJ. Un nouveau morceau à sampler vous attend à la fin de l'album " Kong " d'Oddjob. Merci de leur verser leurs droits d'auteurs. 

En cette période de réclusion, de fermeture des frontières, de distance physique due à une pandémie mondiale pas encore terminée alors que j'écris ces lignes, " Kong " d'Oddjob est une excellente thérapie pour aérer les cerveaux. En vente libre sans ordonnance. Garanti sans effet secondaire autre qu'une douce euphorie passagère. A consommer sans modération. 

 

 

 

Dans la vidéo ci-dessous, Oddjob joue " I Druidens Flaska " (la flasque du druide si je devine bien le suédois), premier morceau de l'album " Kong " au restaurant " TAK " à Stockholm, capitale du Royaume de Suède. Un hommage à Panoramix le druide, fournisseur exclusif des gourdes de potion magique, certainement.

Partager cet article

Repost0

Adrien Brandeis Quartet chauffe le Duc des Lombards

Publié le par Guillaume Lagrée

Adrien Brandeis Quartet

Le Duc des Lombards

Paris, Ile de France, France

Samedi 10 octobre 2020, 19h30

Adrien Brandeis (Haute-Savoie): piano, compositions

Arnaud Dolmen (Guadeloupe): batterie

Damian Nueva (Cuba): contrebasse

Inor Sotolongo (Cuba): percussions

Invité

Orlando Poleo (Venezuela): percussions

 

Lectrices rythmiques, lecteurs dynamiques, ce blog vous a déjà chanté les louanges de l'album " Meetings " du pianiste français Adrien Brandeis sous la plume de mon ami Philippe. Philippe m'accompagnait à ce concert de sortie au Duc des Lombards mais, cette fois, c'est moi qui écrit. 

Introduction en piano solo tout en douceur. A la Bill Evans. Le quartet se lance et ça sonne tout de suite caribéen. Le percussionniste est assis à côté du batteur. La contrebasse marque le pas, ponctuée par les instruments à percussion. Le quartet nous réchauffe à feu doux. La cuisson monte doucement en température. Beau dialogue piano & percussion ponctué par la contrebasse et la batterie.

" Agonda " une plage en Inde dans la province de Goa. Démarrage en douceur de la contrebasse. Les percussions et le piano viennent ajouter des vagues douces comme l'Océan Indien par temps calme. Le piano lance le signal et la musique devient plus dansante, plus rythmée. Batteur et percussionniste, dans la même pulsation, dialoguent avec le pianiste. Puis Cuba et la Guadeloupe dialoguent entres îles par instruments rythmiques alors que piano & contrebasse ponctuent. 

Un morceau plus calme. Inor Sotolongo gratte et frotte en même temps. Ca balance tranquille. Solo de contrebasse qui devient un instrument de percussion entre les mains du Cubain Damian Nueva. Batterie et conga ponctuent. Pas de démonstration. Le fluide sympathique circule bien entre les 4 musiciens. " Cha Cha Paris " chantent ils. Cf extrait audio au dessus de cet article. 

Solo de contrebasse en intro. Majestueux, profond, résonnant. Le quartet se lance par vagues puis déroule en douceur.

Retour au Jazz pour un hommage à Chick Corea, " Chick"s Garden ". Inor Sotolongo a quitté la scène. Ca sonne Jazz et c'est bon mais moins original que le quartet.

Inor Sotolongo remonte sur scène. Percussions et sons étranges dans les cordes du piano. Scène du château hanté ce qui nous éloigne de la Caraïbe dans l'imaginaire. Solo de piano mystérieux à souhait en intro. Entre ici, Nosferatu! Le quartet enchaîne sur un air doucement dansant, caribéen. Ca balance tranquille d'un même mouvement. 

Le quartet attaque direct sur un air plus vif, plus rythmé. Les paumes des mains d'Inor Sotolongo font bondir sa conga. Ca ressemble à une envolée finale tant le quartet galope joyeusement. Dialogue puissant entre piano d'un côté de la scène, batterie et conga de l'autre. La contrebasse assure le lien au second plan.

Orlando Poleo vient s'ajouter sur scène comme il le fait sur l'album. Inor Sotolongo tape deux bout de bois l'un contre l'autre pour marquer le rythme. Le pianiste brode autour. Ca y est, le quintette se lance. Les peaux d'Orlando Poleo tiennent chaud. Ses mains volent sur le tambour.

Après ce final caliente, un RAPPEL pour le quartet qui finit bien en rythme.

Mon ami Philippe vit dans l'Hexagone depuis le siècle précédent mais il est né et a grandi en Martinique. L'album " Meetings " et ce concert du quartet d'Adrien Brandeis l'ont retrempé dans l'eau vive et salée de sa jeunesse. Merci pour la musique. 

Dans la vidéo ci-dessous, enregistrée chez TSF Jazz le lundi 28 septembre 2020, Adrien Brandeis joue 4 morceaux de son album " Meetings " avec un autre contrebassiste (Felipe Cabrera) et un autre batteur (Thomas Galliano), les percussionnistes demeurant inchangés (Inor Sotolongo & Orlando Poleo). 

Partager cet article

Repost0

" JAZZOO. VOL. 1 & 2 ". ODDJOB.

Publié le par Guillaume Lagrée

" JAZZOO. VOL. 1 &  2 "

ODDJOB

Outheremusic. 2020.

 

ODDJOB est composé de

Goran Kafjes: trompettes

Per " Ruskträsk " Johansson: saxophones, saxophone électrique, flûtes, clarinettes, kazoo

Daniel Karlsson: piano, claviers, orgue

Peter Forss: contrebasse, guitare basse électrique

Janne Robertson: batterie (volume 1: 1-13)

Lars Skoglund: batterie (volume 2: 14-26)

 

Lectrices majeures, lecteurs mineurs, je vous ai déjà chanté sur ce blog les louanges de Jazzoo volume 1 & Jazzoo volume 2 ainsi que de l'interprétation en concert de ce programme. Le tout créé par les Suédois du groupe Oddjob

Voici enfin les deux volumes de JAZZOO réunis en un seul album . 26 morceaux, chacun dédié à un animal ou des animaux, soit un peu plus de 56' de musique pour persuader vos parents, vos grands-parents, vos oncles, vos tantes, vos soeurs, vos frères, vos cousins, vos cousines, vos amis, vos voisins, vos voisines que le Jazz n'est pas ringard, qu'il se joue, se danse, permet d'exprimer librement des émotions et notamment l'émerveillement sans cesse renouvelé de l'Homme face aux beautés de la Nature.

La musique peut être énergique comme la charge de l'Hippopotame (6). Cf vidéo sous cet article.

Elle peut être paisible et puissante comme la nage de la Baleine (4). Cf extrait audio au dessus de cet article.

Un livret avec des images permet aux petits et aux grands de suivre les histoires. Une appli permet  à votre téléphone portable de télécharger le dessin animé qui accompagne cette musique, dessin animé projeté lors des concerts de Jazzoo. 

Le plus amusant reste de deviner, sans lire le livret, quel animal est joué dans chaque morceau. Pour les bonds du Kangourou (1) ou de l'Ecureuil (5), la charge de l'Eléphant (3) ou du Gorille (15), c'est assez facile. Pour le Requin et l'Epinoche (8) ou l'Orignal (17), c'est déjà plus compliqué.

Les thèmes sont plutôt joyeux et colorés comme le fox trot des Pingouins (19) ou le bain du Cochon (20) mais pas tous. Ainsi la Mouche (13) ou le Cafard (7), superbe blues. Parfois la musique plane comme le vol de l'Aigle (21)

Vous l'aurez compris, lectrices majeures, lecteurs mineurs, pour demeurer un art en vie, le Jazz doit séduire la génération montante. Jazzoo est une méthode très efficace pour donner le goût du Jazz à des enfants dès leur conception. Je peux témoigner que des petits de 2-3 ans sont captivés par cette musique et suivent les concerts avec attention. Leurs parents et leurs grands-parents ne le sont pas moins.

Avis aux programmateurs de festivals et de concerts de Jazz! Si vous voulez avoir encore un public dans 20 ans, commencez par inviter Jazzoo chez vous ici et maintenant. Du moins quand les Suédois d'Oddjob auront le droit de quitter la Suède, une fois la pandémie de Covid 19 maîtrisée. 

Vive la Vie! Vive JAZZOO!

 

 

Partager cet article

Repost0

" When You sleep " Joh Quartet

Publié le par Guillaume Lagrée

" When You Sleep "

Joh Quartet

Album autoproduit. Sorti le 2 octobre 2020.

Le Joh Quartet est composé de

Johann Lefèvre: trompette, cornet, bugle, compositions

Nicolas Rousserie: guitare

Kevin Gervais: contrebasse

Arnaud Lechantre: batterie

Concerts:

- Vendredi 12 mars 2021 avec l'orchestre du collège Georges Gironde à Segré (49)

- Samedi 17 avril 2021 à Parcé (72)

- Vendredi 23 avril 2021 au Reflet à Saint Berthevin (53)

- Dimanche 23 mai 2021 au festival de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85)

- Samedi 26 juin 2021 au festival Les Baldifolies à Bais (53)

Lectrices tranquilles, lecteurs agiles, je vous ai déjà chanté les louanges du trompettiste, corniste et bugliste français Johann Lefèvre pour son album en trio " New Year, New Job " (2015).

Johann Lefèvre préfère être le premier au village que le second à Paris. Il vit toujours en Mayenne, région Pays de la Loire, en France. D'ailleurs, son nouvel album " When You sleep " a été enregistré en Pays de la Loire, dans le Maine et Loire, au studio Adjololo en juillet 2020, l'été après le confinement. Depuis 2015 et mon précédent article sur lui, je ne l'ai jamais écouté sur scène. Soit il n'est pas passé par Paris, soit je l'ai manqué.

" Le bruit ne fait pas de bien. Le bien ne fait pas de bruit " (Saint Vincent de Paul). Il semble que Johann Lefèvre crée selon cet adage. Qu'il joue de la trompette, du cornet ou du bugle, peu m'importe. Il joue de la musique. Il ne joue pas des standards mais ses compositions. D'ailleurs, ses compositions sonnent comme des standards. Elles ont la sincérité de l'évidence. Aucun effet, aucun truc, aucune frime. Juste de la musique qui sonne, des émotions transcrites avec pudeur et élégance. 

Le titre album " When You sleep " (6) pourrait être aussi bien dédié à la femme aimée qu'à l'enfant adoré. De plus, il existe une progression logique dans cette musique. L'album commence par " Society Quarel " (1) qui peut s'appliquer à n'importe quel conflit social en cours mais porte plus au débat qu'à la querelle et se termine par un appel au calme avec " Praise and Dream " (10). Entretemps nous aurons rendu visite  " Au 7 rue Jeanne d'Arc " (8). Pour y faire quoi? Un " Exchange " peut-être (9). Décidément, il n'y a pas de " Wrong Track " (2) dans cet album. Il y est question d' "Heritage " (7) mais il n'est pas lourd à porter. 

Johann Lefèvre est clairement le meneur de jeu du quartet. Il est toujours fidèlement secondé par Nicolas Rousserie (guitare électrique). Le contrebassiste est désormais Kevin Gervais. Arnaud Lechantre est ajouté à la batterie offrant un soutien discret et efficace. Le jeu est clairement dans la lignée de Chet Baker sauf que, comme Eric Le Lann, Johann Lefèvre ne chante pas. Il fait chanter son instrument à vent. 

 

Le TGV met Laval à 1h30 de Paris Montparnasse. Puisque les salles de concert parisiennes restent ouvertes, j'espère égoïstement que les responsables de ces salles inviteront le Joh Quartet à Paris. Après tout, au rapport qualité prix, ce sera un investissement plus rentable que bien des trompettistes venus de bien plus loin. En attendant, si vous ne vivez pas dans la région Pays de la Loire où se déroulent tous les concerts prévus du Joh Quartet, lectrices tranquilles, lecteurs agiles, offrez vous l'album " When You sleep ". 11€ en version CD, 8€ en version numérique. Pour ce prix modique, vous disposerez d'un parfait accompagnement sonore pour accompagner au calme le passage de l'automne à l'hiver en attendant le printemps qui finit toujours par revenir. 

Dans la vidéo ci-dessous figure une version en concert et en trio sans batteur de " Pierre de marbre ", troisième titre de l'album " When You sleep " de Johann Lefèvre

Partager cet article

Repost0