Du Jazz pour les Vaches

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices agrestes, lecteurs champêtres, si Sonny Rollins dès 1957 posait sur la couverture de l'album " Way out West " déguisé en cow boy (garçon vacher en français) et jouait " I am an old cowhand " accompagné de Ray Brown (contrebasse) et de Shelly Manne (batterie), cavalier émérite qui joue si bien le pas du cheval, la question de la vache comme public du Jazz n'avait pas été posée sérieusement jusqu'ici.

Elle est maintenant heureusement résolue grâce à un groupe d'amateurs de style Nouvelle Orléans, le New Hot Five , originaire de l'Etat de l'Utah aux Etats Unis d'Amérique et leur programme tout terrain, Jazz for Cows. Evidemment, cela ne vaut pas le Père du Jazz, Monsieur Jelly Roll Morton ni le Roi du Jazz, Louis Armstrong.

Etant originaire du premier département laitier français, l'Ille et Vilaine en Bretagne, je ne puis que saluer cette initiative sans garantir toutefois aux éleveurs intéressés qu'elle accroisse les performances des laitières.

Tout a commencé sur un alpage en France, à Autrans dans le Vercors (Isère, Rhône Alpes) par " O when the saints ".

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article