Giovanni Falzone Bruno Angelini if Duo " Songs volume 1 "

Publié le par Guillaume Lagrée

Giovanni Falzone/Bruno Angelini

if Duo

" Songs volume 1 "

Une production Syntonie. 2008.

 

 

 

Giovanni Falzone + Bruno Angelini

 

 

La photographie de Giovanni Falzone et Bruno Angelini est l'oeuvre du Latin Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

 

 

 

Giovanni Falzone: trompette (tromba)

Bruno Angelini: piano(forte)

 

Les compositions de cet album sont de Giovanni Falzone. Les compositions du prochain album de ce duo seront de Bruno Angelini.

 

Pour ceux qui n'ont pas encore eu la chance d'entendre ce duo hyperbolique en concert, voici une chronique de leur premier album.

 

" Car ce qui est difficile est également beau, bon, grand " Ludwig Van Beethoven.

 

  Cette musique n'est pas facile. Ce n'est pas un hasard si le duo piano/trompette en Jazz est si rare. Cette formation laisse tant d'espace qu'il faut être capable de le remplir sans remplissage. Il y eut  Louis Armstrong avec Earl Hines le temps d'un " Weather Bird " immarcescible,  Martial Solal avec Eric Le Lann enregistrés au Festival de Jazz à Vannes en 1999, un duo que les mélomanes ont le bonheur de retrouver parfois au hasard d'un concert comme j'ai pu en profiter au Duc des Lombards en 2006.

 

Il faut désormais compter avec le if Duo de Giovanni Falzone et Bruno Angelini. Un Italien et un Rital. Le miracle de cette musique est d'être à la fois sophistiquée, subtile, raffinée et pourtant sensuelle, naturelle, évidente. Bruno et Giovanni jouent ensemble comme deux frères de sons. Chaque morceau est une petite tranche d'Univers. Cela sent le citron et l'arbousier, a goût de Mer et de mûre, le soleil chauffe et le vent souffle dans les pins. Les titres collent aux morceaux. " Jean Cocteau " (n°8) brille de mille feux comme le personnage, premier président de l'Académie du Jazz auteur de quelques formules que j'aime à utiliser " le batteur, barman de sons ", " Art Tatum, Chopin devenu fou ". " Guardando il lago " (n°7) me rappelle des promenades au bord du Lac Léman: les cris des canards, le clapotis de l'onde, l'odeur douceâtre de l'eau. " Salto nel vuoto " (n°2) ou " Saut de l'ange " vous fait perdre l'équilibre, la tête, le sens commun sans vous donner le tournis. Cf; extrait audio au dessus de cet article. Et pour finir les promesses du printemps se trouvent dans " Primavera, 18 marzo " (n°9).

 

Vous l'avez compris, lecteurs exigeants, lectrices difficiles, cet album est une pièce majeure et discrète de la musique contemporaine. Rien n'est fait pour attirer l'oeil. Tout est là pour retenir le coeur.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mimi 06/08/2010 06:21


Cher Guillaume, je ne connais pas le lac Léman, mais l'arbousier, j'en connais l'odeur et le goût, j'ai vécu plusieurs années dans la garrigue d'un arrière-pays montpelliérain. Je me demande si ce
n'était pas en 2005 Solal-Le Lann au Duc des Lombards...
Moi, je vous envoie un petit moment d'un futur grand moment. Bien chaleureusement. Mimi
http://www.youtube.com/watch?v=VmBd_tgc9Co


Guillaume Lagrée 06/08/2010 22:20



Honorable lectrice,


le photographe de ce blog, Juan Carlos Hernandez, vit non loin des rives du
Lac Léman à Genève, en Suisse. Il vous en expliquera les charmes mieux que moi.


Les Corses font un miel très puissant avec l'arbousier, délicieux dans le thé.


Ce concert Solal/Le Lann au Duc date d'au moins 2004 vu la compagne et les amis qui m'y accompagnaient.


Mes hommages, fidèle soutien de Pierrick Pédron.


Guillaume