" Il partenzista " Lorenzo Capello

Publié le par Guillaume Lagrée

 

" Il partenzista "

Lorenzo Capello

Orange Home Records. 2012.

 

Lorenzo Capello: batterie, composition, direction

Antonio Gallucci: saxophones

Francesco Di Giulio: trombone

Lorenzo Paesani: piano, Fender Rhodes

Dino Cerrutti: contrebasse, guitare basse électrique

Sur " Il partenzista " (n°10):

Massimiliano Caretta: récitant

Enrico Di Bella: seconde batterie

 

Encore un musicien que m'a signalé l'Excellent Juan Carlos HERNANDEZ, photographe exclusif de de blog, bien qu'il ne l'ait pas encore photographié d'ailleurs. Qu'il soit ici remercié pour cette découverte d'un compatriote de Cristoforo Colombo (en français, Christophe Colomb).

 

Lorenzo Capello est originaire de Gênes, la Superbe, le seul port italien qui rivalisait avec Venise, la Sérénissime. Gênes est toujours le premier port d'Italie et le deuxième de la Méditerranée. Que faire depuis un port? En partir. C'est ce que fait le partenzista, néologisme forgé par Lorenzo Capello. Au contraire de l'arriviste qui veut arriver, le partenzista veut seulement partir. Comme le Peul, son pays, c'est l'horizon.

 

D'où une musique voyageuse, rêveuse, moqueuse, mystérieuse (cf n°1: martin mystère vs doctor alzheimer). Lorenzo Capello vient du Rock. Cela s'entend dans son jeu de batterie qui gagnerait à plus de souplesse et de légèreté. Il en a gardé aussi de beaux souvenirs comme cette courte et forte version du Burma Shave de Tom Waits (n°7). C'est un directeur démocratique ce qui est  bien l'esprit du Jazz, la seule démocratie réalisée en ce monde selon un autre batteur, Max Roach.

 

Le partenzista peut aller au cirque en se rappelant West Side Story (n°3: il circo di fine anno), nous fournir en gourmandises (n°4: il zucchero filato. En français, la barbe à papa). ou en drogue pour tout le monde sans risque pour notre santé (n°5: everybody's drug). Il peut même nous emmener très loin par un dialogue de batteurs ponctué par une voix mystérieuse (n°10: il partenzista). Cf. extrait audio au dessus de cet article.

 

Bref, un album riche en impressions, en sensations de toutes sortes. Je n'y ai pas trouvé de fil conducteur. Il faut dire que je n'en ai pas cherché non plus me laissant emporter par cette musique. Le seul, c'est l'imagination de Lorenzo Capello et de ses complices. De Ligurie, région dont la population est la plus âgée au monde (plus de 26% de la population a plus de 65 ans) nous vient cette musique fraîche et foisonnante, faite de citations, de clins d'oeil et d'inventions. C'est le miracle du lyrisme à l'italienne, renouvelé une fois encore. Evviva la musica!

 

Notez aussi la beauté du livret, des photographies qui l'ornent. Cela mériterait un vinyl pour mieux l'apprécier.

 

Ce qui serait encore mieux, c'est que par terre, par mer ou par les airs, Lorenzo Capello et son groupe viennent jouer en France, en Suisse, partout où des auditeurs ont envie de partir avec eux.

 

Voici le concert de présentation du Partenzista à Gênes, Ligurie, Italie, le 2 décembre 2011. Bon voyage, superbes lectrices, sérénissimes lecteurs!

 

 


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article