Jozef Dumoulin " A Fender Rhodes solo "

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

Jozef Dumoulin 

" A Fender Rhodes solo "

Bee Jazz. 2014.

Jozef Dumoulin: Fender Rhodes

 

Jozef Dumoulin

La photographie de Jozef Dumoulin est l'oeuvre du Prestigieux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Lectrices blasées, lecteurs désabusés, voici pour vous le premier album de Fender Rhodes en solo de l'histoire de la musique enregistrée. Comme le saxophone ténor a attendu Coleman Hawkins pour devenir un instrument soliste, le Fender Rhodes attendait Jozef Dumoulin. " Il n'est pas de liberté sans formes " ( Napoléon Bonaparte). Pour créer cet album, Jozef Dumoulin s'est fixé 4 contraintes préalables:

- le Fender Rhodes comme seul et unique instrument

- n'enregistrer que des improvisations

- isoler des morceaux d'une durée " normale " à l'intérieur de ces improvisations (les 16 morceaux durent de moins d'1mn à plus de 7mn)

- éviter les overdubs

Pour les effets, tout était permis. Autre particularité: cet album n'a pas été enregistré en studio ou en concert mais à la maison comme aimait le faire Vladimir Horowitz ou comme le fait aujourd'hui Ziad Kreidy. La raison est la même pour les trois, je pense: c'est parce que c'est chez eux qu'ils se sentent le mieux et que se trouve leur instrument favori, le leur.

Qu'est-il sorti de ce dialogue entre le musicien et son instrument, dialogue aux possibilités démultipliées par les possibilités de l'électronique? Comme l'écriture de Marcel Proust, la musique de Jozef Dumoulin est un océan: soit vous plongez et nagez dedans, en vous laissant emporter, soit vous restez au dehors, effrayé par tant de liberté et de complexité. 

Il s'agit en effet de suivre les méandres de la pensée d'un créateur en action. Les titres annoncent la couleur ( " Dissolve ", " Rapid transportation ", " The entry point ", " Observing disorder ", " Warm black " suivi de " Inner white "). Le titre du morceau final, le 16e, résume toute l'oeuve: " Uncountable small questions " (Petites questions innombrables pour les francophones). " Le rôle d'un intellectuel est de semer des doutes pas de cueillir des certitudes " ( Norberto Bobbio). C'est ce que fait Jozef Dumoulin par sa musique et c'est ce qui la rend si intéressante.

Dire que des malheureux ont besoin de substances illicites et nocives pour atteindre des paradis artificiels alors qu'il suffit d'écouter la musique de Jozef Dumoulin pour se connecter sur un autre univers, inconnu des astronomes et des astrologues.

Pour donner de l'unité à cette pensée musicale sans cesse en mouvement, le rôle des ingénieurs du son est essentiel. Ici, le travail a été confié à des musiciens. Jozef Dumoulin s'est enregistré lui même avec l'aide de Julien Reyboz. Un autre musicien belge, le batteur Dre Pallemaerts, s'est occupé du mixage et de la masterisation. Jozef et Dre jouent ensemble depuis des années. Ils se connaissent, s'apprécient, se comprennent. Seul un partenaire de cette qualité pouvait finir la matière de cet objet sonore non identifié.

Lectrices blasées, lecteurs désabusés, isolez vous, enfermez vous, éloignez de vous toute perturbation et écoutez " A Fender Rhodes solo " par Jozef Dumoulin. Vous en sortirez comme un plongeur, heureux de retrouver l'air et la lumière, mais grisé par un voyage abyssal.

Si, comme moi, vous avez manqué les concerts en solo de Jozef Dumoulin en février 2014 en France et en Belgique, voici quelques dates de concerts futurs:

- samedi 8 mars, à Paris, France,  à la Maison de la Radio, en trio

- vendredi 21 mars à Bruxelles, Belgique, avec Lidlboj, groupe louangé sur ce blog

- dimanche 23 mars à Louvain (Leuven en flamand), Belgique, avec Lidlboj

- samedi 29 mars à Tours, France, au Petit Faucheux, avec Lidlboj

 

 

Jozef Dumoulin joue seul au Vic Jazz Festival, au royaume d'Espagne, en Catalogne, le 23 mai 2012. Rien à ajouter.

 


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article