Le mystère des voix vulgaires: Anne Ducros, Mina Agossi, Melody Gardot, Norah Jones

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices attentives, lecteurs exhaustifs, vous avez certainement remarqué que, pour les chanteuses de Jazz, ce blog parle essentiellement des Dames du temps présent  Claudia Solal et  Elise Caron. Pourquoi? Parce qu'elles sont passionnantes, flamboyantes, intelligentes, surprenantes, émouvantes, pardi! 

Elise-Caron.jpg

 

La photographie d'Elise Caron est l'oeuvre de l'Espoustouflant Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Pour faire exception, cet article ne parlera pas des Dames Elise Caron et Claudia Solal mais de quelques Reines des ventes du genre musical nommé Jazz dans les magasins réels et virtuels, les Françaises Anne Ducros et Mina Agossi, les Américaines Melody Gardot et Norah Jones. Il s'agit ici d'une chronique de stroncatura comme disent les Italiens. Je n'en avais pas écrit depuis  Chilly Gonzales. Ames sensibles, s'abstenir. 

Anne Ducros a commencé à chanter de la musique baroque. Ca ne marchait pas. Elle est passée au Jazz. Là, ça marche pour elle. Cela prouve que l'amateur de Jazz est moins exigeant que l'amateur de Baroque. C'est regrettable mais c'est ainsi. Malgré son nom, la voix de la Ducros est insipide, inodore, incolore. Quant à son oeuvre, c'est de la copie et pâle en plus. Elle imite conscieusement les Reines du Jazz. Elle voudrait bien mais elle ne peut point J'avais reçu son dernier album en hommage à Ella Fizgerald. Je n'ai pas eu la force d'aller au bout du deuxième morceau. Elle n'a pas ce qu'Ella, elle, a.

Mina Agossi incarne le triomphe de la vulgarité. Une voix fausse, une absence totale de sens rythmique (elle ne capte pas les cycles), un jeu de scène démonstratif jusqu'à l'esbroufe, des manoeuvres de séduction insupportables de flagornerie. J'avoue avoir été séduit par cette chanteuse il y a 7 ans jusqu'à ce que je la rencontre, que je discute avec elle pour citizenjazz. Son attitude et ses réponses m'ont ouvert les yeux, les oreilles, l'esprit. Je ne lui ai plus jamais prêté attention. Désormais, ma religion me l'interdit.

Melody Gardot, vu son nom de scène, doit être une admiratrice de deux monuments de la chanson française, Brigitte Bardot et Frigide Barjot, toutes deux célèbres pour leur goût du métissage culturel et leur esprit tolérant. C'est dire si Melody Gardot vise haut, très haut d'une voix languissante, mourante, horripilante. Une amie, Mlle N m'offrit un de ses albums. Ma patience ne m'a pas permis d'aller au delà du deuxième morceau. Je ne sais plus ce que j'ai fait de cet album. Je suis resté ami avec Mlle N. Melody Gardot continue de chanter. Malheureusement.

Norah Jones doit tout à son seul talent. La preuve, son père s'appelle  Ravi Shankar. Il est vrai que Norah Jones est ravissante et que sa voix est douce. D'ailleurs, sa musique est si douce que la seule surprise sonore qui puisse vous arriver pendant que vous l'écoutez, c'est que votre téléphone sonne.

Comme chanteuses lénifiantes et endormitoires, j'aurais pu écouter Diana Krall et Stacey Kent mais cela suffit pour cette fois-ci.

Pour celles et ceux qui pourraient croire à ma misogynie, je précise que ce n'est pas ma faute si ces chanteuses représentent l'essentiel des ventes du genre musical nommé Jazz et je les invite à voir et écouter une Dame du temps présent, toujours bouillonnante de vie et de créativité, la Citoyenne Elise Caron.

D'ailleurs, puisque cette chronique parle des Reines des ventes, des têtes de gondole des rayons Jazz, voici la Citoyenne Elise Caron nous donnant un cours d'économie dans le spectacle " L'argent nous est cher " du tromboniste et compositeur Yves Robert. Belle leçon au Triton.


 

 




Commenter cet article

ellen 11/11/2015 21:15

simplement, les sensibilités varient en fonctions des gens, cet article est absolument subjectif et inintéressant. Voilà une critique qui ne vole pas haut.