Le Tinissima Quartet fait rouler Monk au festival de Jazz de la Défense

Publié le par Guillaume Lagrée

     

Festival de Jazz de la Défense

Organisé et financé par le Conseil général des Hauts-de-Seine

Tinissima Quartet

Monk'n Roll

Vendredi 5 juillet 2013. 13h

Le Tinissima Quartet, nommé en hommage à Tina Modotti (mannequin, actrice, photographe, révolutionnaire italienne. 1896-1942), est composé de:

Francesco Bearzatti : saxophone ténor, clarinette

Giovanni Falzone : trompette et effets vocaux

Danilo Gallo : guitare basse électrique

Zeno de Rossi : batterie

 

La photographie de Francesco Bearzatti est l'oeuvre de l'Ibère Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Francesco Bearzatti

 

Grâce aux électeurs et contribuables alto-séquanais représentés par le Conseil général des Hauts-de-Seine, début juillet, chaque été, a lieu un Festival de Jazz où les concerts sont gratuits, se tiennen en plein air, sur un lieu de passage, le parvis de la Défense, à des heures accessibles aux travailleurs, pendant la pause déjeuner ou en soirée. Pour la 36e édition, celle de 2013, je retiens un concert celui du Tinissima Quartet de Francesco Bearzatti venu présenter son nouvel album «  Monk’n roll » où la musique de Thelonious Sphere Monk est rhabillée, dernière mode, en se confrontant à la Pop Music des 40 dernières années.

 

Le résultat est explosif car si ces musiciens italiens ont de l’humour, ce ne sont pas des rigolos. Il y a du travail, de l’amour, de la patience, du soin derrière leur décontraction apparente. En gros, la rythmique joue l’air de Pop alors que les souffleurs jouent la mélodie de Monk. Mais les rôles peuvent s’inverser, les mélodies se mélanger. Ce sont des Jazzmen. Ils jouent librement dans un cadre pré établi.

 

Ca commence avec Bemsha Swing et Another one bites the dust (Queen). Ca colle tellement bien que c’est à se demander pourquoi personne n’y avait pensé avant.

 

Ensuite c’est du Monk avec du rockabilly. Là, j’avoue n’avoir reconnu aucun titre mais la fusion se fait toujours. Francesco a quitté le sax pour la clarinette.

 

Puis vient « Money » (Pink Floyd) avec « Green chimneys ». J’avoue que le thème de Monk m’est inconnu alors que celui de Pink Floyd est immédiatement reconnaissable.

 

Un thème de rock brutal suit. Monk se fait écraser. Le bassiste joue en guitariste (grand style). Giovanni Falzone se transforme en hurleur de hard rock. Etonnant pour qui connaît son duo acoustique avec le pianiste Bruno Angelini. C'est dire la diversité des talents de ce trompettiste italien.

 

Une parfaite réussite ensuite. L’alliance de la rythmique de « Walking on the moon » (The Police) avec « Round about midnight ». C’est bon comme des fraises avec de la crème fraîche. Une alliance de saveurs évidente et irrésistible. Les soli des souffleurs sont dignes des grands interprètes de Monk (Johny Griffin pour le sax ténor, Clark Terry pour la trompette).

 

Le tempo s’accélère pour une autre réussite. L’alliance de la basse hypnotique de « Billie Jean »  (Quincy Jones+Michael Jackson), à comparer avec la version du tromboniste Sébastien Llado, et de « In walked Bud » . 

 

Ca tourne toujours avec « Brilliant corners » et « Under pressure » (David Bowie). 

 

Je n’ai rien reconnu dans le morceau suivant.

 

Retour au calme avec « Criss cross » et « Walk on the wild side ». Là, c’est Lou Reed qui domine et tout le public chantonne “ Tou tou tou…” Clarinette et trompette bouchée nous enchantent.

 

Je fus moins convaincu par “ Straight no chaser “allié à« Walk this way » (Aerosmith).

 

Je n’ai guère écouté le dernier morceau, trop occupé que j’étais à acquérir l’album " Monk'n Roll " (Camjazz, 2013) qui sera prochainement chroniqué sur ce blog.

 

Lectrices Jazz, lecteurs Rock, vous tomberez d’accord en écoutant le Tinissima Quartet jouant « Monk’ n’Roll ». Les Jazzeuses trouveront que c’est trop Rock, les Rockers trop jazz mais si chacun fait un effort, il y a moyen de vous réconcilier comme le fait ce groupe jouant cette musique qui donne un coup de jeune à Monk et une touche de classe Jazz à la Pop Music.Thelonious     Monk est vivant!

Vous pourrez retrouver ce groupe dans le cadre verdoyant du Parc floral de Paris le dimanche 28 juillet 2013 à 15h30 pour l'avant dernier concert du Paris Jazz Festival, édition 2013.

Voici le Tinissima Quartet jouant " Round about midnight " couplé à  " Walking on the moon " lors de l'édition 2012 du Festival de Jazz de Porquerolles. Bon voyage, lectrices Jazz, lecteurs Rock.

 

 

Commenter cet article