" Lume Lume " Elina Duni Quartet

Publié le par Guillaume Lagrée

Lume Lume

Elina Duni Quartet.

Meta Records. 2010.

 

Sortie le mercredi 13 octobre 2010                

 

EN CONCERT

 

16 octobre Théâtre du Vésinet (en première partie de Manu Katché)

21 octobre Tourcoing Jazz Festival, Tourcoing

25 octobre La Traversière, Paris

26 octobre Kleintheater, Luzern,Schweiz.


Elina Duni: chant

Colin Vallon:piano

Bäns Oester: contrebasse

Norbert Piammatter: batterie

 

088_27022010ElinaDuniAMRGeneveparJCHernandez.JPG

La photographie d'Elina Duni est l'oeuvre du Montagnard Juan Carlos HERNANDEZ.

 

Le Jazz est né d'une migration vers l'Ouest, de l'Afrique et de l'Europe vers l'Amérique. Le voici qui revient vers l'Est de l'Europe avec cet album albano-helvète. Une chanteuse d'origine albanaise vivant en Suisse accompagnée d'un trio de Jazzmen helvétiques, tel est le casting surprenant de cet album.

 

Un seul point commun réunit l'Albanie et la Suisse: les montagnes. Et pourtant ça marche. Personne ne renonce à son identité. Tout se mélange pour former une nouvelle alliance musicale née du mariage du chant balkanique mystérieux, étrange, passionné allié à la douceur paisible de Jazzmen suisses.

 

Quand vous lirez ou relirez Ismael Kadaré, l'écrivain albanais que le comité Nobel oublie honteusement de couronner depuis 30 ans, écoutez en accompagnement cette musique. La belle Elina et ses hommes vous emmèneront à tire d'ailes au pays des Aigles, des montagnes de Suisse à celles d'Albanie. Attention, le charme, l'envoûtement de cette musique sont de plus en plus forts au fil des écoutes. Vous voilà prévenus lectrices curieuses, lecteurs voyageurs.

 

Pour qui, comme moi, ne parle pas l'albanais, les textes sont traduits en anglais dans le livret de l'album. Album qui se termine d'ailleurs en anglais par une reprise de Nick Drake " The Riverman ". Une chanteuse suisse albanophone accompagnée de Jazzmen suisses romands chantant de la pop music anglo saxonne dans un album édité par une maison de disques allemande, telle est la merveille du monde globalisé dans lequel nous vivons. Et c'est ainsi que Mercure est grand (Hommage à Alexandre Vialatte, Chroniques de la Montagne).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article