Michel Boujut " Souffler n'est pas jouer " (Louis Armstrong en polar)

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

Michel Boujut ( 1940-2011) " Souffler n'est pas jouer " Paris. Editions Payot et Rivages. Collection RIVAGES/NOIR.2000. 155p.

 

Tour Eiffel

 

La photographie de la Tour Eiffel est l'oeuvre du Swinging  Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Lectrices Jazz, lecteurs Hot, si vous voulez tout savoir de Louis Armstrong (Satchmo pour les Blancs, Pops pour les Noirs) en français, il faut lire Michel Boujut. Je n'ai pas lu son " Pour Armstrong " (1976) mais simplement un polar fort amusant sur sa tournée européenne de 1934, " Souffler n'est pas jouer ".

Louis Armstrong arrive à Paris débarassé de son manager new yorkais mafieux Johny Collins. Celui-ci lui envoie deux de ses hommes de main, Lepinsky et Di Maggio pour le ramener de gré ou de force à New York. Il n'y a que Louis qu'ils n'ont pas le droit de tuer. Un Juif et un Rital. Parfaitement logique pour l'époque. Le minority factor jouait pour les gangsters comme pour les Jazzmen. Lisez " Le Jazz et les gangsters " de Ronald L Morris pour en savoir plus, lectrices Jazz, lecteurs hot. Rassurez vous, le sang va gicler, les balles fuser comme les notes de la trompette de Louis ( " On ne peut rien jouer à la trompette, même les trucs les plus modernes, qui ne viennne de Louis Armstrong " Miles Davis) mais les méchants seront punis et Louis reviendra triomphalement à New York libre de toute entrave à son art. 

Ce qui est intéressant dans ce roman, c'est la reconstitution quasi cinématographique (Michel Boujut était critique de cinéma) de la France, de l'Europe de 1934. Il passe par des endroits que j'aime: Paris, le Haut Doubs, Lausanne. Louis n'est pas le bienvenu en Allemagne nazie et en Italie fasciste mais peu lui importe. Partout il triomphe suscitant l'admiration de Django Reinhardt, de Robert Desnos, de Boris Vian alors enfant et de tant d'autres.

Les femmes sont folles de Louis, il est en pleine forme, capable de transformer le moindre saucisson en caviar comme dira plus tard Barney Wilen, de transcender un orchestre qu'il soit amateur ou professionnel, de conquérir n'importe quel public à part les racistes les plus endurcis évidemment. C'est terrible d'être raciste. Ca vous empêche d'apprécier Louis Armstrong. C'est dire si c'est grave comme maladie mentale.  " J'essaie de mettre toute ma vie dans chaque note que je joue " (Louis Armstrong). Heureusement pour nous, ce génie vivait au XX° siècle. Il a donc été enregistré et filmé.

Louis Armstrong a vécu à Paris d'août 1934 à février 1935. Il vivait dans le IX° mais c'est dans le XIII° arrondissement qu'il enregistra son premier album hors des Etats Unis d'Amérique. Lorsqu'il l'entendit chanter, l'ingénieur du son lui proposa des pastilles pour lui éclaircir la voix. Il a désormais une place à son nom dans le XIII° avec un jardin. Un clin d'oeil à Royal Garden Blues, certainement.

Voici, extrait de cette tournée européenne, Louis Armstrong en concert à Copenhague (Danemark) à l'automne 1933. Presque 80 ans après, ça remue toujours autant le corps et l'âme.

 

 

Commenter cet article