Open Gate. Emmanuel Bex Trio feat Bela Bartok

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Open Gate: Emmanuel Bex Trio feat Bela Bartok.

Un album Plus loin Music. Sortie le jeudi 10 novembre 2011.

Emmanuel-Bex.jpg

La photographie d'Emmanuel Bex est l'oeuvre de l'Organique Juan Carlos HERNANDEZ.

L'Open Gate Trio est composé de

Emmanuel Bex: orgue Hammond

Francesco Bearzatti: clarinette, saxophone ténor

Simon Goubert: batterie

Pour cet album, le trio est accompagné de l'Orchestre des Pays de Savoie dirigé par Franck Tortiller, ancien chef de l'Orchestre National de Jazz (2005-2008).

Deux ans après avoir découvert l'Open Gate Trio en studio et sur scène, voici qu'Emmanuel Bex et ses compères s'agrandissent. Je connais peu la musique d'Emmanuel Bex et pas du tout celle de Bela Bartok, c'est dire si je suis peu qualifié techniquement pour parler de cet album qui voit se mélanger ces deux B, le Normand et le Magyar. Le pianiste et compositeur Olivier Calmel le ferait bien mieux que moi mais, tant pis, je me lance.

Emmanuel Bex est le fils d'un pianiste, professeur au conservatoire de Caen. Il est diplômé des conservatoires de Caen et de Paris. Puisque Bernard Lubat lui a appris à désapprendre, le voici qui se met à jouer Bela Bartok avec un trio de Jazz et un orchestre classique dirigé par un Jazzman. Pourquoi? Pourquoi pas! Bartok a inspiré les compositeurs de musiques de films hollywoodiens notamment Bernard Herrmann ( pour Alfred Hitchcock) et Eddie Sauter qui écrivit deux fois pour Stan Getz (" Focus " puis " Mickey One " d'Arthur Penn).

Il ne s'agit pas ici de musique de film quoique le morceau final " Pour Alain " (dédié à Alain Jean-Marie?) pourrait constituer un superbe générique de film d'aventure. Il s'agit ici de jouer, d'interpréter Bartok, pari audacieux s'agissant d'une musique " précise " comme disait Leonard Bernstein, ancrée dans le terroir hongrois et pourtant moderne, intemporelle, utopique ( qui n'a pas de lieu, littéralement). Pari tenu parce que les musiciens sont excellents, pétris d'amour pour cette musique, qu'ils soient Jazzmen ou symphoniques, que les arrangements sont dignes du Maître, que Bex et Bartok se mêlent, se succèdent, se respectent mutuellement. Ce n'est parce que Bela Bartok est mort en 1945 qu'il ne respecte pas Emmanuel Bex né en 1959. Sinon, leur rencontre n'aurait pas été aussi fructueuse. Si Bartok n'a pas écrit dans le but que Bex l'interprète un jour, du fait qu'il ait laissé une oeuvre, il a permis qu'elle soit interprétée. Cela peut se faire à la note près comme le font les orchestres classiques ou, en partant d'elle pour aller ailleurs, comme le fait Emmanuel Bex.

Les scholastiques avaient coutume de dire qu'en lisant les Anciens, nous, qui sommes des nains, voyons plus loin en montant sur l"épaule de géants. Bela Bartok est certes un géant et Emmanuel Bex n'est certes pas un nain. C'est dire si écouter cette musique nous permet de voir au loin. " Peu importe la source tant qu'elle est claire, fraîche et saine " disait Bela Bartok. En plongeant dans Bartok, Emmanuel Bex et son trio merveilleusement épaulés par l'Orchestre des Pays de Savoie dirigé de main de maître par Franck Tortiller nous transmettent ce message de clarté, de fraîcheur et de santé. Grâces leur en soient rendues.

Sans attendre la sortie de l'album, prévue le jeudi 10 novembre 2011, vous pourrez vous rendre le lundi 17 octobre 2011 à 20h à l'Alhambra de Paris (métro République) déguster cette musique vivante in vivo. Plaisir supplémentaire: un choeur d'une centaine de chanteurs s'ajoutera au trio et à l'orchestre. Les Savoyards auront l'avantage de découvrir ce programme en création mondiale au Savoie Jazz Festival à Chambéry, au Scarabée, le lundi 15 octobre 2011 à 20h30.

Commenter cet article