Rentrée des leçons de Jazz d'Antoine Hervé

Publié le par Guillaume Lagrée

 

La photographie d'Antoine Hervé est l'oeuvre du Précieux Juan Carlos HERNANDEZ.

 

Antoine Hervé

 

 

 

Oyez, oyez, bonnes gens, c'est la rentrée des leçons de Jazz d'Antoine Hervé!

 

Je tâche de suivre fidèlement les leçons données à Paris. Voici le programme pour Paris, l'Ile de France et autres belles provinces du pays de France, DOM compris. Venez vous délecter du Gai Savoir du Jazz grâce à Antoine Hervé.

 

A Paris, Maison des Pratiques Artistiques Amateurs - Auditorium St Germain - 19:30

Créations à venir:

vendredi 19 novembre : John Coltrane, la quête de l'absolu - avec Rick Margitza au sax ténor

Jeudi 16 décembre : Duke Ellington, le pianiste

Vendredi 28 janvier : Charlie Parker, l'étoile filante du Be-Bop - avec Pierrick Pedron au sax alto

Lundi 14 février 2011 : Pat Metheny, guitariste sans frontière - avec Manu Codja à la guitare + groupe

Lundi 21 mars : Le Jazz manouche, Paris en fête - avec Boulou Ferré à la guitare

Lundi 11 avril : Miles Davis, les deux premiers quintettes - avec Eric le Lann trompette + groupe

 

Reprises :

 

Grenoble MC2 :

Jeudi 18 novembre : Oscar Peterson, le swing et la virtuosité

Mercredi 1er décembre : Bill Evans, le romantisme et la passion

Jeudi 13 janvier : Keith Jarrett, un improvisateur au carrefour des musiques du XXème siècle

Jeudi 3 février : Le Blues vu du côté piano

Jeudi 14 avril : Récital "I Mean You" en Hommage à Thelonious Monk - CD paru chez Plus Loin - dist Harmonia Mundi

 

 Metz, L'Arsenal

Jeudi 2 décembre : Keith Jarrett, un improvisateur au carrefour des musiques du XXème siècle

Jeudi 10 février : Wayne Shorter, le compositeur-saxophoniste extra-terrestre - avec Jean-Charles Richard au sax

Mercredi 13 avril : Louis Armstrong, L'invention du swing - avec Médéric Collignon cornet

 

Nanterre, Maison de la Musique :

Samedi 4 décembre : Thelonious Monk, l'humour et le Dandy

Jeudi 27 janvier : Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova - avec Rolando Faria chant

 

Brest, au Vauban :

Mardi 7 décembre 2010 :  Thelonious Monk, l'humour et le Dandy

Mardi 11 janvier 2011 : Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova - avec Rolando Faria chant

Mardi 8 février : Clifford Brown, l'ange de la trompette jazz - avec Eric Le Lann trompette

Mercredi 16 mars : Le Blues vu du côté piano

Mercredi 6 avril : Keith Jarrett, un improvisateur au carrefour des musiques du XXème siècle

Mardi 3 mai : Weather Report, l'avènement du Jazz-Rock - en sextet

 

Evreux - Le Cadran (27)

Vendredi 14 janvier 2011 : spectacle "Mozart, La Nuit" avec Markus Stockhausen et les frères Moutin

Vendredi 11 février : Le Blues vu du côté piano

 

Hyères - Théâtre St Denis (Var)

Samedi 11 décembre : Le Blues vu du côté piano

Vendredi 21 janvier : McCoy Tyner, tempête sur les musiques du monde - en trio avec les frères Moutin

Samedi 12 mars : Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova - avec Rolando Faria chant

Samedi 9 avril : Duke Ellington, le pianiste

 

La Seyne-sur-Mer - Fort Napoléon

Vendredi 17 juin : Le Big-Band

 

Lillebonne Centre Culturel Juliobona (76)

Mercredi 16 février : Louis Armstrong, L'invention du swing - avec Médéric Collignon cornet

Mardi 5 avril : Le Blues vu du côté piano

Mardi 10 mai : Le Big-Band

 

Bergerac (Dordogne) :

Jeudi 12 Mai : Oscar Peterson, le swing et la virtuosité - en trio avec les frères Moutin

 

Bordeaux - Halle Chartrons

Vendredi 18 février : Oscar Peterson, le swing et la virtuosité

Mardi 14 juin :  Bill Evans, le romantisme et la passion

 

Tarbes-Ibos (Hautes-Pyrénées)- Le Parvis :

Mardi 12 avril : Keith Jarrett, un improvisateur au carrefour des musiques du XXème siècle - en trio avec Michel Benita et Philippe Garcia

 

Suresnes - Théâtre Jean Vilar

Mardi 8 mars : Le Blues vu du côté piano

Mardi 15 mars : Louis Armstrong, L'invention du swing - avec Médéric Collignon cornet

Mardi 22 mars : Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova - avec Rolando Faria chant

Mardi 25 mars : Création: "Le Jazz et la Java", jazz et chanson française - avec Michel Benita et Philippe Garcia + deux chanteurs

Mardi 29 mars: Keith Jarrett, un improvisateur au carrefour des musiques du XXème siècle

 

l'Ile de La Réunion :

en Février, avril, mai et octobre 2011, une série de Leçons de Jazz et de concerts

à St Denis (Théâtre Canter), à St Paul (Leconte de Lisle), à St Leu (le Séchoir) au Tampon et au Conservatoire National de Région de St Denis

Samedi 30 avril : concert en duo de pianos avec Mahay Déra à St Gilles - Festival les Déboussolés

 

Duos avec Jean-François Zygel :

Alençon - Scène Nationale 61

Samedi 19 février : Concert en duo de pianos

Paris - Festival St Germain - Eglise St Germain

Jeudi 19 mai : Concert en duo de pianos

Commenter cet article

Yves Petit 14/11/2010 13:14


Je dois avouer, je suis un grand admirateur d'Antoine Hervé.
Si le musicien, le pianiste, l'homme de musique, le pedagogue, son travail, son oeuvre, l'homme,son univers vous interresse : http://www.antoineherve.com

Complement d'information reçu sur la liste de diffusion d'Antoine Hervé :

EXTRAIT DE PRESSE


Article de Stéphane Carini dans Les Dernières Nouvelles du Jazz

"Le concept d'Antoine Hervé est connu, le contenu de ses leçons successives est en revanche trop rarement explicité.
Car il faut un talent singulier (de pédagogue, de conteur) pour dévoiler et illustrer à un public indéterminé (combien d'initiés ? Combien de néophytes ?) la personnalité, le parcours, les
conceptions musicales d'un Bill Evans, d'un Charlie Mingus, d'un Chick Corea, sans rien céder par ailleurs sur l'exigence du jazzman concertiste.

Bien loin des clichés ou des raccourcis stériles qui continuent d'alimenter une version tronquée de l'histoire et, pour tout dire, un certain snobisme, la curiosité empathique, le sens de la nuance
et de la formule, le décorticage humoristique et savant tout à la fois, font par exemple de la leçon consacrée à Oscar Peterson (qu'on aurait pu penser, à tort, assez éloigné des références
premières d'Antoine Hervé) ou à McCoy Tyner de purs joyaux qui commencent au demeurant à se décliner dans tout l'hexagone.

Le 09.02.2010, Antoine Hervé consacrait sa leçon à Wayne Shorter. Exercice redoutable tant l'oeuvre, la pensée et la démarche du saxophoniste ont essaimé sur (et suscité) des continents sans autre
lien évident à première approche que son génie de compositeur auquel on l'a trop souvent réduit, de Blakey à Miles, de Weather Report à la « saudade » brésilienne la plus subtile, sans parler de
ses collaborations multiples (Santana, Steely Dan, Salif Keita, Joni Mitchell, Pino Daniele, etc.).
Fort heureusement, Antoine Hervé avait choisi, pour illustrer cette fabuleuse trajectoire, le saxophoniste soprano Jean-Charles Richard (découvert entre autres formations en un sidérant duo
complice avec la chanteuse Claudia Solal) dont la sonorité, la justesse, la sensualité, la connaissance intime de l'oeuvre shorterien, ont fait merveille toute la soirée.
Outre sa maîtrise pianistique et sa jubilation patente face à un répertoire aussi divers que fascinant, la sûreté de jugement et l'ampleur de vues d'Antoine Hervé ont, si l'on peut dire, fait le
reste.

Insistance majeure sur l'amitié et la différenciation Shorter / Coltrane, sur l'impact décisif de l'album « Speak No Evil » (véritable manifeste poétique gravé le soir de Noël 1964) dont le duo
interpréta superbement les deux-tiers sans pour autant délaisser (comme c'est trop souvent le cas) d'autres jalons marquants (outre la pêche au trésor davisienne : « Fall » et autres « Footprints
», « Beauty and the Beast » issu de la superbe rencontre de Wayne avec Milton Nascimento en 1974, l'album « Atlantis » et un joyau tiré de la fin de comète Weather Report : « Face On A Barroom
Floor »).

Reprenant / Partageant / Validant largement les orientations et concepts d'un petit opuscule (que les DNJ faillirent bien chroniquer en son temps : « Les Singularités Flottantes de Wayne Shorter »,
éd. Rouge Profond, coll. Birdland, 2005), sur le renouvellement du traitement du matériau mélodique et la définition d'un nouvel espace musical par le saxophoniste, Antoine Hervé et Jean-Charles
Richard démontrèrent amplement combien Wayne Shorter, ancré plus qu'on ne l'a cru dans le terreau du jazz américain (le blues et les racines spirituelles du hard-bop, le groove), travaillant
l'exigence mélodico-harmonique jusqu'à l'extrême, avait su et continuait de transcender l'un et l'autre jusque dans son quartet actuel, débouchant sur un discours poétique éminemment personnel,
virtuose dans sa vigueur la plus elliptique et qui restera, sans nul doute, majeur dans la fécondation de l'imaginaire musical du demi-siècle écoulé."

Retrouvez toutes l'actualité d'Antoine Hervé sur:
http://www.antoineherve.com