Rêve d'Afrique: Donald Byrd " Ethiopian Knights "

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Donald Byrd

" Ethiopian Knights "

Blue Note. 1972.

 

Lectrices panafricaines, lecteurs africanistes, je vous ai déjà chanté les louanges de Barney Wilen et d'Art Blakey partis à la recherche des racines du Jazz en Afrique de l'Ouest.

Partons maintenant pour l'Afrique de l'Est et l'an 1971, cher à mon coeur et à celui de  Juan Carlos HERNANDEZ, photographe exclusif de ce blog.

Donald Toussaint l'Ouverture Byrd, trompettiste né en 1932, est devenu docteur en ethnomusicologie en 1966. Pour poursuivre ses études sur le terrain, il partit rendre visite au berceau de l'humanité, l'Ethiopie alors dirigée par le Roi des Rois, le Negus Hailé Sélassié que Bob Marley et les rastas n'avaient pas encore rendu mondialement célèbre (pour ceux qui ne connaissent pas cet étrange personnage, je recommande vivement la lecture de " Le Negus " par Richard Kapucinszki.

De retour aux Etats Unis, Donald Byrd, célèbre pour son Hard Bop qui n'a jamais dérivé vers le Free Jazz, se lance dans un Funk à la fois orgiaque et cérébral avec un groupe au son épais et chaud comme de la lave en fusion.3 guitares, un orgue, un piano, une basse électrique, une batterie, Harold Land au sax ténor, Thurman Green au trombone, Bobby Hutcherson au vibraphone.

3 morceaux pour 40mn d'une musique qui balance terrible, mêlant le son de la rue new yorkaise à celui des hauts plateaux éthiopiens, une fusion électrique, organique lancant une série d'albums qui firent de Donald Byrd un acteur majeur de la musique populaire noire des années 70 et un des artistes les plus samplés à partir des années 90. " The Emperor ", " Jamie " et " Little rasti " tous composés par Donald Byrd s'enchaînent implacablement rivant l'auditeur à la piste de danse ou à son fauteuil, selon qu'il a envie de danser ou d'écouter. 

Si vous savez slammer, vous pouvez lire aussi à haute voix le poème contenu dans le livret de l'album au rythme de cette musique tribale et tripale. Lancez cette musique en soirée. Croyez moi, ça le fait.

The Emperor qui ouvre l'album sera diffusé dans mon émission de novembre 2019, le vendredi et le dimanche à 1h du matin et 18h (heure de Paris) sur Couleurs Jazz Radio. 3e et dernière partie du cycle: L'Afrique, c'est chic! L'Afrique rêvée et vécue par les Jazzmen. 

Je vous laisse en compagnie du petit rasta (Little Rasti). 17'42 de groove surpuissant. Oh Yes!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article