Sélection Jazz à Paris pour la Fête de la Musique 2010

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices raffinées, lecteurs distingués, vous savez certainement qu'une invention française au succès mondial, la Fête de la Musique, aura lieu le lundi 21 juin 2010 pour fêter l'été.

Le programme indique pour Paris, Ile de France, France, 56 événements Jazz ce jour là.

 

 

2456095995 2

 

 

 

Comme vous l'avez deviné, lectrices distinguées, lecteurs raffinés, la photographie de la Tour Eiffel à Paris est l'oeuvre du Savoureux Juan Carlos HERNANDEZ.

 

 

J'ai retenu deux manifestations particulièrement originales à mon goût (partiel et partial je vous l'accorde):

- à 18h et à 19h30 à l'ambassade de Suisse, Etat dont mon honorable associé Juan Carlos HERNANDEZ est un sémillant ressortissant, le quatuor de Pascal Schaer mêlant cor des Alpes et percussions africaines. Il y a des vaches sur les hauteurs des Grisons qui ne s'en sont pas encore remises...

- de 17h à 0h, ouverture exceptionnelle de l'exposition Radical Jewish Culture au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme. A partir de 22h, projection d'un film rare sur le leader de ce mouvement, le saxophoniste new yorkais John Zorn et quelques uns de ses complices dont le guitariste français Marc Ribot qui, lui, n'est pas Juif. L'importance des Juifs dans le Jazz est immense. Il doit y avoir des thèses là dessus. Si ce n'est pas fait, c'est à faire. C'est ce que les Américains appellent le " minority factor ". Quelques noms au hasard: Stan Getz, Benny Goodman (leader du premier groupe de Jazz mélangeant Blancs et Noirs aux USA), Eddy Rosner, Zoot SIms, Al Cohn, Lou Levy, Martial Solal, Lee Konitz, David Liebman...

David Liebman raconte cette histoire qui lui est arrivée en 1973 alors qu'il jouait dans le groupe de Miles Davis.

 

" Miles, qu'est ce que je fais dans ton groupe avec tous ces Noirs qui jouent du Funk alors que je suis un Blanc Juif New Yorkais qui joue du Jazz? "

" Les gens aiment voir tes doigts bouger vite sur le saxophone, Dave "

 

Ce n'est pas un hasard si les nazis qualifiaient le Jazz de musique dégénérée: le fruit du dialogue entre Noirs et Juifs aux Etats Unis d'Amérique sans compter les Manouches en Europe (Django Reinhardt et Cie) ne pouvait pas leur plaire.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article