Je me souviens de l'exposition Robert Crumb au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices aimant les hommes faibles, lecteurs aimant les femmes fortes, l'exposition de 700 dessins de Robert Crumb au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris n'a pu vous échapper.

Les dessins de Robert Crumb n'étant pas destinés à un public âgé de moins de 18 ans, je ne saurais les reproduire ici. Tout comme je ne traduirai pas les paroles de la chanson de Menphis Minnie qui illustre cet article.

Robert Crumb, légende de l'underground américain des 60-70's, vit aujourd'hui paisiblement dans un petit village du Sud de la France créant toujours, notamment avec les deux femmes de sa vie, son épouse Aline Kaminski et sa fille Sophie.

L'exposition fermera ses portes le dimanche 19 août 2012 à 18h. Si vous l'avez manqué, sachez qu'une salle entière est consacrée à la passion de Robert Crumb pour la musique des années 20-30: Jazz, Blues, Musette, Klezmer... avec de l'image et du son.

Au point qu'en plus de réaliser des pochettes de disque (la plus célèbre fut réalisée en une nuit de l'an 1970 pour son amie Janis Joplin qui n'a rien à voir avec Scott Joplin, le père du ragtime), il a mis en bande dessinée la biographie du pianiste, compositeur, chef d'orchestre Jelly Roll Morton et joue parfois dans les Primitifs du futur, groupe français de  World Musette.

Robert Crumb aime le temps où le Jazz était une musique de danse. Il est né en 1943. En 1941, l'orchestre de Duke Elllington avec Ben Webster au sax ténor joue " Cotton tail ". Admirez les danseurs et essayez d'en faire autant. Bon courage.

 

 

 

 

 

Commenter cet article