Word Out Trio at the Sunset in Paris

Publié le par Guillaume Lagrée

Word Out Trio

Paris. Le Sunset. Mardi 21 septembre 2010. 22h.

 

 Jim Funnell: piano

Olivier Degabriele: contrebasse

Thibault Pierrard: batterie

 

Voici un trio européen avec un Britannique, un Maltais et un Français. Il ne leur reste plus qu’à monter un dossier de financement auprès de la Direction  Générale Culture de la Commission européenne. En attendant, ils jouent. Le rythme est lourd, le tempo marqué, l’influence de  TS Monk évidente. Des petites broderies autour du thème pour alléger. Le trio est bien groupé sous la conduite du pianiste. Ca se calme. Léger tapotis des cymbales. La contrebasse est bien stable au centre. Le pianiste décale les sons. Une demoiselle brune sort son gros engin pour photographier le pianiste. C’est ludique, plein de petits sketchs autour du discours principal.

 

Après Monk, l’influence d’Ahmad Jamal. Après le poids, la grâce. Un brun barbu sort son gros instrument pour photographier à son tour. Le contrebassiste est le libero du trio. Il impulse le mouvement. Le pianiste cherche le batteur du regard en défi amical. La bonne pulsation est là. Il y a du flux et du reflux comme la Manche (Jim Funnell est britannique). Beau solo de contrebasse orné par le batteur aux balais orné de notes de piano qui tombent comme des gouttes d’eau. C’était « Spirit the snail » en hommage à un escargot, grand ami du compositeur, suivi de «  What is this thing called love »  transformé en quelque chose d’autre.

 

Pulsation régulière de la contrebasse et de la batterie. Le pianiste, lui, s permet des irrégularités. Ca coule de source. Jeu de balais très vif mais souple. Le contrebassiste est toujours bien en place. C’est son travail et il le fait bien. Le pianiste s’amuse autour de la mélodie. 


Une ballade à la Monk. Des éclairs de lumière dans la nuit. La tension monte. Cela devient plus romantique, plus lyrique. Un instant d’épanchement et ça s’arrête.

 

« Beans on toast » une composition en hommage au petit déjeuner anglais. Attaque en piano solo. Le petit déjeuner est tourmenté. Jim lance le trio joyeusement, vigoureusement. Le morceau est digeste contrairement aux vrais beans on toast (Horresco referens comme disait Virgile). Ca monte, se calme comme une bourrasque en mer. L’orage gronde à trois joyeusement, virilement. Fausse fin. Le contrebassiste vibre, danse avec sa contrebasse. Il nous fait partager sa joie. Le trio vogue sur des flots irisés. Beau dialogue piano/batterie très rythmique. La contrebassiste se tait. Ca roule, ça vibre avec un feeling latino. Le petit déjeuner anglais prend un sacré coup de soleil et de vent.

 

PAUSE

 

Il y a école demain. Il faut partir. M. Funnell, assis devant moi au concert, peut être fier de son fils Jim. Il a un bien beau trio qui nous promet d’autres soirées enchanteresses.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article