Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FORTE: l'Ile de France récompense les nouveaux talents artistiques

Publié le par Guillaume Lagrée

ANNONCE

 

 

FORTE: Fonds Régional pour les Talents Emergents

Notez l'allusion subtile au forte des musiciens, lectrices avisées, lecteurs avertis. 

Le conseil régional d'Ile de France récompense les nouveaux talents émergents avec le dispositif FORTE qui permet de les soutenir financièrement. 

L'appel à projets 2022 est ouvert jusqu'au samedi 17 décembre 2022 tant pour les jeunes artistes que pour les structures culturelles dans 4 domaines:

- Arts visuels

- Cinéma et audiovisuel

- Musique

- Arts de la scène

Dans les lauréats 2021, pour la musique, figurent Raphaël Faigenbaum (Jazz) avec Le Triton (Les Lilas, Seine-Saint-Denis) , Yessaï Karapetian (Jazz) avec Dunose Productions (Ermont, Val d'Oise), Charles Kieny (Jazz) avec l'Orchestre National de Jazz (Paris).

Les Jazzeux ont donc leur chance dans ce concours. A vous de jouer pour l'appel à projets 2022, lectrices avisées, lecteurs avertis, si vous êtes de la partie, créatifs et résidant en Ile de France. 

Partager cet article
Repost0

Fred Nardin Trio " Live in Paris "

Publié le par Guillaume Lagrée

Fred Nardin Trio

" Live In Paris "

Jazz Family. 2022.

 

Fred Nardin: piano

Or Bareket: contrebasse

Leon Parker : batterie

Enregistré en concert à Paris, au Sunside, les 18 & 19 février 2020

 

Lectrices harmoniques, lecteurs rythmiques, en février 2020, il était encore permis d'écouter du Jazz en concert en club sans masque. En espérant que personne ne soit tombé malade lors des concerts du trio de Fred Nardin au Sunside, voici que nous en parvient la trace sonore grâce à cet enregistrement live in Paris.

Un Français au piano, un Israélien à la contrebasse, un Américain à la batterie. Ce trio est une Société des Nations. Uni dans la diversité. D'une civilité raffinée et d'une énergie inextinguible.

C'est la joie de jouer qui les réunit. Que ce soit sur des compositions de Fred Nardin comme " Don't forget the Blues " (cf extrait audio au dessus de cet article. CD2, n°5) ou de Géants du Jazz comme " Green chimneys " de TS Monk (cf vidéo sous cet article. CD1, N°1).

J'ai toujours une affection particulière pour la composition " In the skies " (CD2, n°6 & 7) qui me fait voyager très loin et très haut comme l'indique son titre.

" Parisian Melodies " (CD2, N°1) me rappelle d'agréables souvenirs de balades à Paris en bonne compagnie.

La pulsation impeccable d'Or Bareket, le jeu omnipotent de Leon Parker qui peut aussi bien couvrir tout l'espace disponible que se faire discret comme une souris, les ponctuations sensibles de Fred Nardin qui sait ménager ses silences sans en abuser, tout m'est délice.

Partager cet article
Repost0

Minino Garay Speaking Tango. Le Bal! au New Morning

Publié le par Guillaume Lagrée

Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Minino Garay

Speaking Tango

Le Bal !

Le New Morning

Paris, Ile de France, France

Lundi 31 octobre 2022, 20h30

 

Minino Garay : batterie, voix, MC

Cédric Hanriot : piano

Christophe Wallemme : contrebasse

Manu Codjia : guitare électrique

Patricio Bonfiglio : bandonéon

Maria Belen Giachello : danse, chant

Sébastien Jimenez : danse

Invités :

Pablo Murgier : piano

Emile Parisien : saxophone soprano

Raynald Colom : trompette

Ne parlant pas un mot d'espagnol, je prie les hispanophones de bien vouloir me pardonner les fautes grossières de grammaire et d'orthographe dans les titres des morceaux. 

En attendant le concert, la sono diffuse du tango d’origine. Années 1930 avec violons, bandonéon et crooner. Des places assises et un grand espace libre devant la scène pour les danseurs.

Minino commence en martelant du pied et en scandant de la voix. Il présente les musiciens en rythme tout en jouant. Un couple de danseurs arrive. Sapés comme il se doit. Le tango ne se danse pas en survêtement et en baskets. Très pro. Manu Codjia ajoute l’acidité de sa guitare électrique. Ca balance terrible, évidemment.

La musique repart avec une intro en piano solo. Le couple d danseurs attend son tour. A Manu Codjia de s’exprimer. C’est toujours le même air. Les danseurs volent sur la piste puis s’en vont.

Minino Garay commente la prestation de ses musiciens : « Le plus drôle, c’est que ces 3 là sont concentrés sur la musique et pas sur Maria Belen ». En effet, la danseuse est d’une beauté rayonnante. Rassurez-vous, splendides lectrices, le danseur est un beau brun à la barbe bien taillée et à la taille bien prise dans son costume. Il est à la mesure de sa partenaire. De plus, il a été sacré champion du monde de tango en 2010. Respect.

«  Senora Dona Egualidad ». Retour de Maria Belen mais pour chanter sur scène. Arrivée de Patricio Bonfiglio au bandonéon. Une ballade. Le bandonéon ajoute un peu plus d’Argentine à cette musique. Ca balance en douceur. Je me crois sur le port de Buenos Aires. « L’homme descend du singe, le Mexicain des Aztèques, le Péruvien des Incas et l’Argentin du bateau » (adage argentin). Je bats la mesure de la jambe droite, hoche la tête et les épaules. Bref, je suis captivé.  Tous descendent mezzo voce pour accompagner le solo de contrebasse.

Chanteuse et bandonéoniste sortent de scène. Solo de piano en intro. Minino parle doucement. Puis le rythme s’installe. Retour du couple de danseurs devant la scène. Il a changé de costume. Elle a changé de robe. Tango jusqu’au bout des ongles. Cette fois elle débute derrière lui avant qu’ils ne séparent puis s’unissent. Bref, le tango, danse de séduction. Interdite par l’archevêque de Paris, le cardinal Amette, en 1914. Le Pape d'alors, Pie X (Saint pour les catholiques), ne s’est pas prononcé sur la question. En 2022, le Pape François est Argentin et le tango se danse sur la place Saint Pierre à Rome. La musique devient plus Jazz mais la danse reste bien tango. Manu Codjia vient ajouter la chaleur métallique de sa guitare.

Retour du bandonéon. Départ du couple de danseurs. Changement de pianiste avec l’arrivée de Pablo Murgier. Raynald Colon vient ensuite ajouter sa trompette.

« Encuentros ». Maria Belen, Patrico Bonfiglio et Cédric Hanriot reviennent sur scène. Contrebasse et guitare tissent leur toile. Duo entre le bandonéon (voix d’homme) et la chanteuse. C’est la grande tragédie. Minino ajoute ses percussions et sa voix.

La chanteuse sort. Le bandonéon reste. Musique plus groovy. Maria Belen revient danser avec son partenaire. Toujours sensuels et élégants.

Le standard du tango. « Volver » de Carlos Gardel, natif de Toulouse. Claude Nougaro est né dans le même quartier et il en était très fier. Minino Garay en profite pour s’offrir un solo en pleine tension avec piano, contrebasse et guitare. Ca claque.

« Che carajo ». In italiano, « Che casino ». En français, « Quel bordel ! ». Une danseuse seule. Anna Cristobal ? Grosse pulsation de la contrebasse. La guitare ajoute ses ponctuations. Le piano aussi. La tension monte et la danseuse s’en va. La musique devient plus nerveuse, plus agitée. Je hoche la tête et balance des épaules. C’est entraînant.

Retour du bandonéon. Minino a dédié cette chanson aux mecs de son quartier. « Los chicos de mi barrio ». C’est chaloupé, saccadé. Superbe dialogue en douceur entre piano et bandonéon. Ca sonne comme des souvenirs d’enfance, d’adolescence mais sans nostalgie, camarade.

Minino Garay félicite les Brésiliens. Vraiment. Pour leur nouveau président de la République, logiquement. Maria Belen remonte sur scène avec Sébastien Jimenez qui ne danse plus mais chante à son tour.  Puis elle descend et il la suit pour danser avec elle. Bref, il obéit aux désirs de Madame. Ca aussi, c’est Tango. Toujours dans cet esprit, un autre danseur prend la danseuse en mains. Un spectateur je pense. Un petit homme à casquette de gentleman farmer. Qui danse impeccablement en virevoltant.

RAPPEL

Tout le monde revient sur scène sauf le 2e pianiste car il n’y qu’un seul tabouret. Au public de danser et de battre la mesure des mains.

C’était le Bal du Speaking Tango de Minino Garay. A refaire en plein air avec cours de danse pour le public tant qu’à faire.

Patricio Bonfiglio & son Sindicato Milonguero seront en concert à Paris, au Studio de l'Ermitage, jeudi 10 novembre 2022 à 20h30.

La photographie de Manu Codjia est l'oeuvre du Tangentiel Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Partager cet article
Repost0

Marc Copland & Jean-Charles Richard reçoivent au Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Marc Copland par Juan Carlos HERNANDEZ

Marc Copland par Juan Carlos HERNANDEZ

Marc Copland

&

Jean-Charles Richard 

Le Sunside

Paris, Ile de France, France

Jeudi 27 octobre 2022, 21h30

Album " L'étoffe des rêves ". Cf vidéo sous cet article.

 

Marc Copland : piano

Jean-Charles Richard : saxophones soprano & baryton

Claudia Solal : chant

 

Quelques notes de sax soprano pour commencer. Quelques notes de piano en réponse. Ils tâtonnent, se cherchent puis se trouvent vite. Marc Copland a beaucoup joué en duo avec Dave Liebman. Jean-Charles Richard est le principal disciple de Dave Liebman. Le duo Marc Copland & Jean-Charles Richard est donc parfaitement logique. Y ajouter Claudia Solal aussi puisque son père, Martial Solal, pianiste, a joué en duo avec Dave Liebman sur la recommandation de Jean-Charles Richard.

 Jean-Charles Richard n’a pas joué du Funk chez Miles Davis et cela s’entend. Ils arrivent à un standard. Tiré d’un film de Walt Disney « Blanche neige et les 7 nains ». « Un jour mon prince viendra ». « Someday my prince will come », titre d’un album de Miles Davis (1961) où figure le dernier morceau enregistré par Miles Davis avec John Coltrane, « Someday my prince will come » justement. La ballade devient acide avec une envolée du sax soprano.

Solo de piano. Une valse comme les aime Marc Copland. Silence religieux dans la salle. Pas d’applaudissement après le solo de piano.

« Calder » une composition de Jean-Charles Richard en hommage au sculpteur et peintre Alexandre Calder. Toujours au soprano. Son doux, plaintif, avec une certaine fragilité dans la musique. C’est mobile comme un mobile de Calder. " Pourquoi l' art devrait-il être statique? (...). L'étape suivante en sculpture c'est le mouvement " (Alexandre Calder). En musique, le défi, c'est au contraire l'immobilité. Vaste débat philosophique que posent aussi les musiciens ce soir. 

Un hommage au pianiste anglais John Taylor, déjà salué sur ce blog. Je n’ai pas capté le titre. Sax soprano. Démarrage en duo, toujours en douceur. Le pianiste marque un doux balancement. Ca valse tranquille. Ca berce. « Go ahead » dit Marc Copland. Jean-Charles Richard commence seul au soprano. Il monte dans l’aigu alors que le piano le rejoint dans le grave. Envolée en torsade entre piano et soprano, liés inextricablement. Ca décolle. Les deux chants se séparent et montent parallèlement. Splendide.

Claudia Solal monte sur scène pour chanter la mort d’Ophélie, thème shakespearien. « Ophelia’s death ». Piano bien grave et lent. Voix hantée de Claudia Solal. La Toussaint est proche. Le sax soprano vient ajouter sa lamentation. Cf extrait audio au-dessus de cet article.

 

PAUSE

La musique est belle et l’ambiance est douce mais je m’endors. J’espère que Jean-Charles Richard a joué du baryton dans la 2e partie.

La photographie de Marc Copland est l'oeuvre du Splendide Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Partager cet article
Repost0

" Le Grand Atlas du Jazz " Philippe Margotin

Publié le par Guillaume Lagrée

Ornette Coleman par Juan Carlos HERNANDEZ

Ornette Coleman par Juan Carlos HERNANDEZ

" Le Grand Atlas du Jazz "

Philippe Margotin

Le Monde & Glénat. 2022. 400 p. 39.95€

 

Lectrices méticuleuses, lecteurs exhaustifs, ce blog vous a déjà parlé de l'ouvrage " 100 ans de Jazz " de Philippe Margotin publié aux éditions Atlas en 2015. De sa réédition aux éditions Glénat en 2019. 

Voici que Glénat & Le Monde le publient de nouveau en 2022 sous le titre " Le Grand Atlas du Jazz ". 

Le prix a légèrement augmenté. De 35 à 39.95€. Des sujets ont été ajoutés comme le Jazz à Saint Germain des Près, thème toujours vendeur 60 ans après ou les Divas du Jazz. 

Je relève les mêmes qualités et les mêmes défauts à l'ouvrage. Le défaut principal étant l'absence d'article dédié à Martial Solal, évidemment. Ejsborn Svensson & les Brand New Heavies, sérieusement?

Cela reste un bon ouvrage d'initiation au Jazz , bien illustré et bien ordonné.

En illustration sonore, puisqu'il s'agit d'un Atlas, " Disorder at the Border " par Dizzy Gillespie, qui a son article dans cet Atlas. Cf extrait audio au dessus de cet article.

En illustration audiovisuelle, puisqu'il s'agit d'un ouvrage français, le Charles Mingus Sextet avec Bud Powell (piano) & Eric Dolphy (sax alto) au 1er festival international de Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins le 13 juillet 1960. Filmé en noir et blanc par Jean-Christophe Averty pour l'ORTF. Jouant un standard du Jazz " I will remember april ". Charles Mingus a droit à son article dans cet atlas. Cf album " Mingus at Antibes ". Voir la vidéo sous cet article.

Puisque le Free Jazz a droit à un article qui mentionne Ornette Coleman mais pas Don Cherry (autre oubli fâcheux à mon goût), une photographie d'Ornette Coleman orne cet article.

Pour aller plus loin, lectrices méticuleuses, lecteurs exhaustifs, mettez en bonne place dans votre bibliothèque " Le Nouveau Dictionnaire du Jazz ", célébré sur ce blog. 

La photographie d'Ornette Coleman est l'oeuvre du Libre Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Partager cet article
Repost0

Sélection de concerts de Jazz pour novembre 2022

Publié le par Guillaume Lagrée

Ari Hoenig par Juan Carlos HERNANDEZ

Ari Hoenig par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs, armé de partialité et de mauvaise foi, je vous propose la sélection suivante de concerts de Jazz pour le mois de novembre 2022. 

Pour une sélection plus complète sur Paris et l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez l'agenda de Jazz Magazine

Si vous ne voulez ou ne pouvez pas sortir de chez vous, plusieurs solutions s'offrent à vous:

- Ecouter les concerts sur France Musique avec les émissions Jazz Club  et Jazz sur le Vif (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live.

- Pour l'actualité du Jazz 24h/24, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio.  Une fois sur le site Internet de la radio, cliquez au centre de l'écran sur Ecouter le live radio et le programme démarre. Mon émission Le jars jase jazz est consacrée à l'influence de la France sur le Jazz et lycée de Versailles  sous le titre générique Détours de France. La France à la lumière du Jazz. Diffusion chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris) . En novembre 2022, 24e épisode avec 8  diffusions: lundi 7, 14, 21 & 28 novembre à 22h; vendredi 4, 11, 18 & 25 novembre à 12h. Pas de podcast. Au programme, le Jazz d'hier avec Miles Davis, John Coltrane, Barney Wilen, Jean-Luc Ponty, Sacha Distel, Bill Evans, Eric Le Lann, Martial Solal, Gerry Mulligan.  Individus tous très favorablement connus de nos services. Cf extrait audio au dessus de cet article. 

Le  podcast de l' émission de juin 2022 en 2 parties sur France Culture,   " Une histoire particulière " consacrée à Dizzy Gillespie Président reste disponible.  Avec la participation de Guillaume Lagrée, l'Excellent auteur de ce blog

- Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, USA, dans Greenwich Village, pour,  les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.  

Jérôme Sabbagh, saxophoniste ténor français maintes fois célébré sur ce blog, programme un concert chaque mercredi à 19h30 (heure de New York) au Bar Bayeux à New York.

Mercredi 2 novembre: Otis Brown III (John Ellis, Matt Penman)

Mercredi 9 novembre: Jerome Sabbagh Trio avec Al Foster (Ben Wolfe, Al Foster)

Mercredi 16 novembre: Michael Bates Quintet (Donny McCaslin, Greg Tardy, Josh Deutsch, Michael Sarin)

Mercredi 23 novembre: David Weiss Sextet (Victor Gould, Eric Wheeler, E.J. Strickland)

 

Mercredi 30 novembre: David Berkman Quartet (Steve Wilson, John Hebert, Adam Cruz)

Rentrée des Grands Formats avec un mois de concerts de Grands orchestres de Jazz du mardi 25 octobre au jeudi 24 novembre en France, Allemagne, Suède, Italie, Belgique, Finlande, Roumanie & Serbie. Temps fort à Aix en Provence (13) mercredi 23 & jeudi 24 novembre avec conférence, concerts et assemblée générale. L'Univers a commencé par un Big Band!

En France, dans l'Hexagone, 6e Mois Kréyol du samedi 8 octobre au dimanche 27 novembre: Carnaval des saveurs avec de la cuisine, de la musique, du théâtre, de la danse, des contes à Paris et en Ile de France, Bordeaux, Nantes, La Rochelle, Mulhouse, Strasbourg. Poursuite des festivités en décembre 2022 en Martinique, Guadeloupe & Guyane.

En Bourgogne Franche-Comté, à Nevers (58), 36e festival D'Jazz Nevers du samedi 5 au samedi 12 novembre avec les peintures de Daniel Humair, le film Jazz on a summer's day, une exposition sur l'histoire des femmes dans le Jazz, les concerts de Laurent Dehors, Airelle Besson, Louis Sclavis, Dominique Pifarély, Daniel Humair, Sylvain Rifflet, Rhoda Scott.

En Nouvelle-Aquitaine, à Limoges (87), festival Eclats d'Email du jeudi 17 au lundi 28 novembre avec Bireli Lagrène, Thomas de Pourquery Supersonic, Edouard Ferlet

En Bretagne, à Rennes et en Ille et Vilaine, 32e festival Jazz à l'Ouest du mardi 8 au samedi 26 novembre avec Dexter Goldberg & Marion Rampal

En Guyane, à Kourou, Mo Jazz Festival , vendredi 25 & samedi 26 novembre avec Arnaud Dolmen, Victoire du Jazz 2022.

A Paris, Lyon & Montpellier, festival Jazz & Klezmer du mercredi 9 au dimanche 27 novembre avec Mathias Levy et ses Démons familiers dimanche 20 novembre à 17h au théâtre Antoine Watteau de Nogent sur Marne (94).

En Ile de France, dans le Val d'Oise, 26e festival Jazz au fil de l'Oise jusqu'au 10 décembre 2022. Programmé par Mathias Levy, violoniste célébré sur ce blog. Dimanche 13 novembre, 18h, Eragny-sur-Oise (95), Maison de la Challe. Airelle Besson Try! Samedi 26 novembre, 20h, abbaye de Royaumont (95): la Grande Table. Création musicale et culinaire avec Joce Menniel, Benjamin Moussay...

En Ile de France, à Antony (92), festival Place au Jazz du vendredi 18 au mardi 29 novembre avec François Jeanneau (19/11), Fiona Montbet (25/11), le duel de pianos entre Jean-François Zygel & Frank Woeste (26/11). 

A Paris, festival Jazzycolors du jeudi 3 novembre au samedi 3 décembre 2022. Programme concocté par le pianiste Bojan Z. Venez découvrir le Jazz du monde entier. Cette année, l'Ukraine sera représentée. Pas la Russie. 

A Paris, festival Pianomania du vendredi 18 au mardi 22 novembre. Dimanche 20 novembre, au Théâtre des Bouffes du Nord, Le Jour et la Nuit du piano. 13 concerts de 13 pianistes. 1er concert à 11h avec Edouard Ferlet. Dernier concert à 20h avec Grégory Privat, Laurent de Wilde & Ray Lema

A Paris, à la Philarmonie, jusqu'au dimanche 11 juin 2023, exposition sur Fela Anikulapo Kuti. Rébellion Afro Beat. " La musique est l'arme du futur " (Fela Anikulapo Kuti. 1938-1997).

Vendredi 4 novembre, 19h30, Paris, Le Trianon: Thomas de Pourquery Supersonic fête ses 10 ans d'étoiles et de liberté. Bon vol intergalactique. 

Samedi 5 novembre, 19h30, Paris, Maison de la Radio: Flash Pig suivi de Joe Lovano avec le trio de Marcin Wasilewski. Concert enregistré par France Musique

Lundi 7 novembre, 20h30, Saint-Denis (93), Jazz Club de Saint-Denis: Pierrick Pédron " Fifty - fifty ". Sax alto maintes fois célébré sur ce blog.

Mardi 8 novembre, 20h30, Boulogne-Billancourt (92), La Seine Musicale: Henri Texier Trio " Natural Feelings " invite Paolo Fresu & Michel Portal. La classe, forcément, la classe. 

Mardi 8 & mercredi 9 novembre, 21h30, Paris, Le Sunside: Ari Hoenig trio. Ari Hoenig, c'est du miel pour les oreilles. Cf photographie au dessus de cet article. 

Jeudi 10 novembre:

 - 19h45, Le Vésinet (78), Théâtre du Vésinet: Daniel Zimmermann 4tet. Dîner concert. 

- 20h30, Paris, Le Studio de l'Ermitage: Patricio Bonfiglio & Sindicato Milonguero. Pour danser la milonga et le tango avec un vrai orchestre argentin en direct. 

- 21h, Paris, Le Baiser Salé: Musina Ebobissé 4tet. Sax ténor déjà salué sur ce blog comme complice d'Olga Amelchenko (sax alto).

Vendredi 11 novembre:

- 19h, Paris, Le Baiser Salé: Tricia Evy Duo. Hommage à Ella Fitzgerald par la Marraine de Couleurs Jazz Radio où sévit l'auteur de ce blog chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris). 

- 20h30, Paris, 360 Music Factory: Bruno Angelini Open Land 4tet. Pianiste maintes fois célébré sur ce blog. 

- 20h30, Saint Maur des Fossés (94), Théâtre de l'Abbaye: Dexter Goldberg Trio, pianiste maintes fois acclamé sur ce blog. 

Dimanche 13 novembre:

- 18h, Paris, Le Laboratoire: Jean de Aguiar, guitariste célébré sur ce blog et auteur des génériques de début et de fin de mon émission Le Jars Jase Jazz sur CouleursJazzRadio, en duo avec Joana Martinez (contrebasse). Entrée libre. 

 - 20h, Paris, La Rhumerie: Robin Mansanti 4tet. Entrée libre.

- 20h30, Vareilles (89), Maquis de Vareilles: concert improvisé du duo Elise Caron & Paul Jarret.  A découvrir sur pièces et sur place. 

Mardi 15 novembre, 21h, Studio de l'Ermitage: Eric Séva

Mercredi 16 novembre, 18h30, Paris, Café Laurent: Solo session avec Nico Morelli (piano). Entrée libre.

Mardi 15 novembre, 19h & mercredi 16 novembre, 14h30, Boulogne-Billancourt (92), la Seine Musicale: Dracula par l'Orchestre National de Jazz. Un spectacle musical pour tout public à partir de 6 ans, célébré sur ce blog. 

Jeudi 17 novembre:

- 18h30, Paris, Le Café Laurent: solo session avec Christian Brenner (piano). Entrée libre.

- 19h, Paris, Le Baiser Salé: Tricia Evy guitare trio chante Georges Brassens, Serge Gainsbourg & Henri Salvador. Par la Marraine de Couleurs Jazz Radio où sévit l'auteur de ce blog chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris). 

- 19h30, Paris, Le Sunside: Sylvain del Campo 4tet avec Maxime Fougères

- 20h, Paris, Le 38 Riv: Hetty Kate trio. Une chanteuse à l'ancienne et totalement actuelle.

- 20h30, Paris, Le Sunset: Romain Pilon trio

- 20h30, Paris, Le Café Laurent: Christian Brenner trio avec Yoni Zelnik & Pier Paolo Pozzi. Classieux. Entrée libre.

- 21h30, Paris, Le Sunside: Gary Brunton " Bendigedig ". Merveilleux,  telle est la traduction française du gallois Bendigedig.

Vendredi 18 novembre:

- 19h30, Paris, Le New Morning: Nils Landgren Funk Unit. Le Funk à la Suédoise.

- 19h30, Paris, Le Sunside: Stéphane Tsapis & Jonathan Orland . Duo  piano & saxophone sans frontière. 

- 20h30, Paris, Le Café Laurent: Christian Brenner trio avec Yoni Zelnik & Pier Paolo Pozzi. Classieux. Entrée libre.

- 20h30, Fresnes (94), La Grange dîmièreJean de Aguiar, guitariste célébré sur ce blog et auteur des génériques de début et de fin de mon émission Le Jars Jase Jazz sur CouleursJazzRadio, en trio avec Marc Buronfosse (contrebasse) & Francesco Marzetti (batterie).

- 20h30, Cergy-Pontoise (95), Conservatoire à Rayonnement Régional: Olivier Ker Ourio Singular Insularity. Un quintet Inter Iles avec La Réunion, Maurice, Guadeloupe, Cuba, Martinique.

- 21h30, Paris, La Scala: Paul Lay en piano solo. Ne pas confondre avec Paul Bley mais il y a hien une influence.

Samedi 19 novembre, 20h30, Vincennes (94), Espace Sorano: trio Kevin Hayes, Ben Street, Billy Hart. La classe à l'américaine. 

Mardi 22 novembre:

- 20h30, Le Chesnay Rocquencourt (78), Jazz au Chesnay Parly 2: le quartette d'Eric Le Lann, trompettiste maintes fois célébré sur ce blog. 

 21h, Paris, Petit journal Saint Michel: Carte blanche à Marc Benham, pianiste maintes fois encensé sur ce blog. Dîner concert.

Mercredi 23 novembre, 20h30, Paris, Le Café Laurent: trio Christian Brenner (piano), Yoni Zelnik (contrebasse) & Deborah Tanguy (chant). Passez moi les standards!

Jeudi 24 novembre:

- 20h, Paris, Le Bal Blomet: Jeudi Jazz Magazine avec André Minvielle. Dans un concert d'André Minvielle, j'ai appris à jouer le son de la pluie et du tonnerre avec des sacs plastiques. Que nous apprendra t-il cette fois? Cf vidéo sous cet article en duo avec Bernard Lubat (accordéon).

- 20h30, Paris, l'ECUJE: retrouvailles du duo Eric Le Lann (trompette) & Paul Lay (piano)  célébré sur ce blog pour leur hommage à Louis Armstrong, " Thanks a Million " (2018).

- 20h45, Courbevoie (92), Espace Carpeaux: Ron Carter Quartet Foursight. Le contrebassiste le plus enregistré de l'histoire du Jazz.

Vendredi 25 novembre

- 20h30, Gennevilliers (92), Le Tamanoir: Rodolphe Lauretta + L'Ouverture de Toussaint avec Napoleon Maddox & Jowee Omicil dans le cadre du Mois Kreyol

- 20h45, Le Vésinet (78), Théâtre du Vésinet: Rhoda Scott Lady All Stars, groupe féminin célébré sur ce blog. 

Samedi 26 novembre, 20h30, Le Café Laurent: Quartet de Christian Brenner avec Sylvain Beuf (saxophone). Révisons nos classiques du Jazz. Entrée libre.

Dimanche 27 novembre:

-11h, Paris, Salle Gaveau: le trio de Laurent Coulondre avec André Cecarelli. Un trio Jazz dans le temple du Classique à Paris. 

- 17h, Fontenay sous Bois (94), Le Comptoir: Jour de Blues à Bamako avec Joce Menniel, Pierre Durand et des musiciens Maliens. Entrée libre.

- 18h, Paris, Le Pan Piper: Tablao de Tango. Concert puis Milonga.

Mardi 29 novembre:

- 19h30, Paris, Le New Morning: Fred Wesley & The New J.B's. Shake everything U got! Remuez tout ce que vous avez!

- 20h30, Paris, Le Sunset: Sdrjan Ivanovic Modular. Le 2e groupe du batteur Sdrjan Ivanovic célébré sur ce blog pour son Blazin 4tet.

- 21h, Paris, Médiathèque de Paris: le duo Claudia Solal & Benjamin Moussay, maintes fois célébré sur ce blog, jouera et chantera sa Punk Moon. Ouvrez grand vos cerveaux!

- 21h, Paris, Studio de l'Ermitage: Afriquatuors. Un quatuor à cordes, un quatuor à vents et des chanteurs africains reprennent des classiques de la chanson africaine (Papa Wemba, Franco, Tabu Ley, Francis Bebey...) à leur manière. Epatant.

- 21h30, Paris, Le Sunside: Olga Amelchenko 4tet. Sax alto russe acclamée sur ce blog.

Mercredi 30 novembre:

 - 19h30 & 22h, Paris, Le Duc des LombardsSélène Saint Aimé, nouveau talent du Jazz caribéen français.

- 20h30, Pantin (93), La Dynamo. Concert des 20 ans de Jazz Migration, dispositif de soutien aux jeunes Jazzmen français.

- 21h, Nantes (44), Le Pannonica: Echoes of Henry Cow avec John Greaves, Michel Edelin, Sophia Domancich, Sylvain Kassap, Stephane Kérecki, Simon Goubert. Une relecture acoustique du British Progressive Rock des années 1970 (L'école de Canterbury pour les experts).

La photographie d'Ari Hoenig est l'oeuvre du Percutant Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales. 

Partager cet article
Repost0

Olga Amelchenko Helicon en démonstration au Baiser Salé

Publié le par Guillaume Lagrée

Olga Amelchenko Helicon

Le Baiser Salé

Paris, Ile de France, France

Mardi 11 octobre 2022,19h30

Festival Jazz sur Seine

 

Olga Amelchenko: saxophone alto, compositions, direction

Charlotte Wassy: chant

Enzo Carniel: piano

Viktor Nyberg: contrebasse

Nicolas Charlier: batterie

Invité

Musina Ebobissé: saxophone ténor

 

Lectrices attentives, lecteurs exhaustifs, l'amie avec qui j'ai découvert Olga Amelchenko en février 2020 au Sunside, juste avant la suspension des concerts pour cause de confinement, a quitté Paris, en emmenant l'album " Shaping Motions " que je lui avais prêté. J'étais revenu l'écouter seul au Duc des Lombards en janvier 2022. Je reviens l'écouter seul au Baiser Salé, le 3e club de la rue des Lombards, 75001 Paris, France, en octobre 2022. Pour écouter une Dame de cette qualité, il me faut la compagnie d'une Dame de qualité ou de personne.

Duo piano & voix pour commencer. Une ballade. La rythmique démarre. Avec le batteur aux balais. Démarrage assez classique. Au tour du sax de chanter. Olga est toujours aussi inspirée. Le batteur est passé aux baguettes. La rythmique chauffe. Jolie tension entre la voix, la contrebasse et le batteur pour finir en douceur. 

Démarrage plus heurté avec un chant plaintif du saxophone alto et de la voix. Contrebasse et batterie sous les baguettes ondulent de partout. L'ombre d'Ornette Coleman plane sur cette intro. Le piano vient ajouter son désordre mais tout reste coordonné. La voix devient un instrument qui répond au sax. Charlotte Wassy chante notes pas des mots. La rythmique chauffe des braises et les Dames sont flamboyantes. Mon voisin de droite assemble son saxophone pour participer à la fête. Dès le deuxième morceau, le groupe a clairement haussé son niveau de jeu. " Incroyable! " s'exclame un spectateur admiratif. C'était " Autumn ill " inspiré du poème de Guillaume Apollinaire " Automne malade " (extrait d'Alcools, 1913) puis un titre qui m'a échappé.

Il me semble que c'est le premier concert où j'entends Olga Amelchenko parler français. Elle se débrouille sans faute avec un charmant accent russe. 

" Before the dawn " d'après un poème de Federico Garcia Lorca. Cf vidéo sous cet article. Musina Ebobissé, mon voisin sax ténor, monte sur scène. Batteur aux baguettes. Ambiance douce mais avec de la tension. Avant l'aube pour traduire en français la traduction anglaise d'un poème espagnol. Peut-être " La aurora " tirée du recueil " Poeta en Nueva York " (1940).  Les deux saxophones se répondent bien. Premier solo de contrebasse bien ponctué par batterie et piano. Très percutant, bondissant même. Viktor Nyberg chante avec sa contrebasse mais moins que Major Holley tout de même. Beau solo de sax ténor sans en faire trop. Avec des silences, des respirations, des virages brusques, bien poussé par la rythmique. Canon de saxophones tout à fait majestueux. Belle montée finale groupée. Fausse fin. Ils m'ont eu. J'ai applaudi trop tôt. 

Un poème de Joseph Brodsky, prix Nobel de littérature 1987. Une ballade. Batteur aux balais. Charlotte Wassy commence à chanter " I wish You were here " mais cela n'a rien à voir avec Pink Floyd. Solo de sax alto tendre et nostalgique à souhait. Le pianiste s'y met.

" Our song ". Intro en solo de sax puis le groupe démarre énergiquement. Batteur aux baguettes. Ca pulse bien. Olga Amelchenko arrive à produire un barrissement d'éléphant avec un sax alto. Bel exploit. Grosse tension entre contrebasse, batterie et sax alto. Comme dit Leon Parker, batteur qui fait jouer Olga Amelchenko dans son groupe, " The Girl is Bad! ". Ca devient un peu pop ave la chanteuse et l'efficacité du batteur mais la fantaisie du pianiste est bien Jazz. 

Musina Ebobissé sera en concert à Paris, au Baiser Salé, le jeudi 10 novembre 2022 à 21h.

Partager cet article
Repost0

Unsigned Only Music Competition: des musiciens de Jazz non signés récompensés

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices assoiffées de nouveautés, lecteurs affamés de découvertes, voici que l'International Song Writing Competition récompense des musiciens qui n'ont pas encore de contrat avec une maison de production.

Cela s'appelle Unsigned Only Music Competition. Cela les aidera à se faire connaître urbi et orbi.

Pour le Jazz, en 2022, deux talents récompensés que je ne connais pas encore, à tort manifestement, et que je livre à votre insatiable curiosité digne d'un jeune éléphant.

Marquis Hill (USA), trompette. Cf vidéo sous cet article.

Carsten Dahl (Danemark), piano. Cf extrait audio au dessus de cet article.

Partager cet article
Repost0

Les Vainqueurs des Trophées du Sunside 2022 sont

Publié le par Guillaume Lagrée

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Voici le palmarès complet des 21e Trophées du Sunside, édition 2022, qui récompensent la jeune garde du Jazz en France. Je n'étais pas membre du jury, je n'ai assisté à aucun des concerts de présentation de ces artistes et je n'ai pas accroché sur l'album d'Ilan Elbaz. A vous de juger, lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs.

 

Prix de Groupe

I. Ilan Elbaz

2. Opiq Vanjo

 

Prix de Composition

I. Son Moeun

2. Ilan Elbaz

 

Prix de Soliste

1. Delphine Deau

2. Son Moeun

 

Partager cet article
Repost0

Eric Le Lann " Scorpion ascendant Belon "

Publié le par Guillaume Lagrée

Eric Le Lann

" Scorpion ascendant Belon "

Amazon. 2022. 161p.

Préface de Francis Marmande

Eric Le Lann: auteur

 

 Considéré en tant que performance, le jazz offre [ bien davantage qu'à d'autres points de vue ]une impressionnante matière à la réflexion critique. Ses solistes virtuoses sont souvent dotés d'une forme de technique extraordinaire et presque toujours se distinguent par des traits de style individuel fort intéressants. La performance de jazz offre une excitation qui lui est propre et qui n'a rien à voir avec ce qu'on peut éprouver lors dune représentation de musique " classique ". Dans la salle de concert ou à l'opéra, la musique n'est pas seulement un art mais aussi une sorte de jeu. La soprano qui exécute l'air de colorature le plus rebattu (ou le chef dirigeant la plus profonde des symphonies) entreprend de venir à bout de certains obstacles prédéterminés et connus du public. Il existe une euphorie particulière (plus ou moins indépendante du pur plaisir musical)  à remarquer l'aisance avec laquelle la soprano atteint les sommets de l'aigu ou la suavité et l'élégance avec laquelle elle adapte les phrases mélodiques. C'est comme observer un excellent tireur aux prises avec une série de cibles difficiles et mettant dans le mille un nombre incroyable de fois. Ce type d'euphorie particulière fait totalement défaut dans le jazz. l n'y a aucun obstacle, aucun test précis de maîtrise technique. Selon son humeur, l'improvisateur de jazz peut se lancer dans des prouesses de virtuosité tout à fait remarquables. Mais toute cette virtuosité surgit sous l'impulsion du moment, parfois résulte d'une émotion instantanée, parfois même d'un accident. Par le fait même qu'il improvise, on ne peut jamais savoir exactement quelle a été la première intention du musicien qui joue. On ne sait pas quelle est la cible qu'il vise. "
 
Wynthrop Sergeant, Jazz, Hot and Hybrid (1938)
 
L'accident, c'est bien ce qui définit la carrière d'Eric Le Lann, trompettiste de Jazz maintes fois célébré sur ce blog. Né à Ploeuc sur Lié aujourd'hui Ploeuc l'Hermitage (22) le 4 novembre 1957, sous le signe du Scorpion, Eric est le fils d'Hervé Le Lann, dentiste à titre professionnel et trompettiste amateur. Le père de Miles Davis était lui aussi dentiste. Chet Baker a dû réapprendre à jouer après s'être fait casser les dents lors d'une bagarre. Louis Armstrong expliquait qu'il ne défilait pas pour les Droits civiques pour ne pas se faire casser les dents par des flics blancs. Les dents, les lèvres, le souffle, bref la santé c'est essentiel pour jouer d'un instrument aussi exigeant physiquement que la trompette.
 
L'accident, c'est celui qui arriva lorsqu'il avait 17 ans. Eric ne conduisait pas mais il était dans la voiture qui prit un virage en grand excès de vitesse. En forêt de  Caribet écrit-il. Forêt de Lorge selon l'appellation officielle. A Ploeuc sur Lié. En face, une mère et son bébé en sortirent morts. Eric Le Lann est immobilisé 3 mois, renonce au football et se consacre sérieusement à la trompette. Le lieu et l'instant sont restés gravés dans sa mémoire. C'est par là qu'il commence son livre de Mémoires " Scorpion ascendant Belon ", le même titre qu'un morceau de son album " Cap Fréhel " (1992). Cf extrait audio au dessus de cet article. Yaron Herman s'est consacré au piano après un accident de sport sur un terrain de basket. C'est moins sérieux. 
 
L'accident propice à l'improvisation du Jazzman comme l'expliquait Wynthrop Sergeant (1905-1988), violoniste au New York Philarmonic puis critique musical au New Yorker, dès 1938. Je me souviens d'un accident précis avec Eric Le Lann. C'était au théâtre de Dinan (22) par une nuit d'octobre. Il jouait en duo avec Sylvain Luc (guitare). Alfred de Musset était absent mais la pluie était présente. Elle tambourinait fort sur le toit. Cela s'entendait dans la salle. Les musiciens l'ont capté, se sont regardé et ont improvisé au rythme de la pluie. Quand elle s'est calmée, ils sont revenus au programme de leur concert. Un instant magique, inoubliable.
 
L'accident c'est aussi l'absence de plan de carrière chez Eric Le Lann. Sa seule constante, c'est sa présence de 4 décennies dans les différents orchestres de Martial Solal (1927).  Depuis 1981, Eric Le Lann fait partie de la section de trompettes de l'orchestre de Martial Solal, quel que soit son nom: Dodecaband, Decaband ou New Decaband..Eric Le Lann a tant d'admiration pour Martial Solal qu'il me l'a dit et l'a écrit dans ce livre. Mac Coy Tyner a dit un jour à Martial Solal: ma seule influence, c'est vous. C'est possible puisque Martial Solal est né en 1927 et Mac Coy Tyner en 1938.
 
Le Jazz lui  a permis de quitter son village pour Paris, de vivre sa vie malgré les préventions paternelles et amicales expliquées dans le livre mais comme ça ne paie pas, Eric Le Lann a aussi joué dans des orchestres de variétés (Henri Salvador, Bernard Lavilliers, Claude Nougaro) à propos desquels il raconte des anecdotes savoureuses de tournées, de soirées, de virées donc d'accidents évités ou pas. Et des musiques de publicité. Je me souviens d'un spot tv des années 1990 pour un chocolat noir de dessert avec un superbe solo de trompette en accompagnement sonore.
 
L'accident c'est la façon dont un Jazzman improvise et dont, Eric Le Lann a écrit ce livre de mémoires d'un Jazzman français actif sur la scène nationale et internationale depuis 1977. Il suit l'ordre chronologique en commençant par un accident de voiture et en finissant par le suicide de son père et des problèmes d'héritage. Quand il dit du bien d'un musicien, il le nomme. Quand il en dit du mal, il ne le nomme pas. Aux lecteurs de deviner ou pas.
 
Eric La Lann est bien Breton. Il ne déparle pas comme on dit chez nous. Il ne dit pas tout. Il n'explique pas pourquoi il a disparu de la scène à la fin des années 1990, comment il est revenu notamment en se ressourçant en Bretagne avec l'album " Origines " (2005) que j'ai eu la chance de voir et entendre sur scène ,en Bretagne, à Redon (35) en 2006. 
 
C'est aussi en Bretagne qu'il créa et anima une école de musique, l'Ecole de création musicale que j'ai visité à Dinan (22) en 2003.
 
Eric Le Lann ne mentionne pas non plus son album Jazz Rock " Le Lann  Top " (2007) avec Jannick Top (basse) qui eut aussi un beau succès. Je me souviens qu'Eric m'avait dit avoir dû arrêter de jouer cette musique sur scène car le volume sonore nuisait à son acuité auditive.
 
Avant de rendre hommage à ses Maîtres, Chet Baker en trio avec " I remember Chet "(2013) & Louis Armstrong en trio avec " Thanks a million " (2018). Il lui reste encore à enregistrer des hommages à Miles Davis & Clifford Brown, ses Maîtres à la trompette. Pas Dizzy Gillespie, trop solaire pour Eric Le Lann. Il ne parle pas non plus d'un trompettiste français, plus jeune, qui se vend partout comme le fils spirituel de Chet Baker, lui a rendu hommage sur un album alors que, chronologie oblige, il l'a bien moins connu qu'Eric Le Lann. Ce blog n'en parle pas non plus. 
 
Par contre, Eric Le Lann explique bien pourquoi there is no business like show business comme dit une chanson américaine devenue un standard du Jazz. Les réseaux de copains qui vous aident à être produit et récompensé, joué en France et à l'étranger dans les réseaux des Instituts culturels français, les joies des droits d'auteur avant Internet et depuis, les boulots alimentaires pour payer le loyer et la pension alimentaire justement. Il n'a tout de même pas eu à se reconvertir en avocat spécialiste du droit d'auteur comme le batteur Pete Sims " La Roca "
 
A propos des femmes de sa vie, Eric Le Lann est très pudique. C'est à ses filles jumelles que ce livre est dédié. Hortense Le Lann pour qui il a écrit " Le bleu d'Hortense " et Lola Le Lann, actrice et chanteuse, à qui est dédiée " C'est la nuit, Lola ". Filles aussi de Valérie Stroh qui réalisa en 1992 un documentaire sur un jeune trompettiste de talent " Eric Le Lann à la trompette ", tout simplement.
 
J'ai découvert Eric Le Lann sur scène à Rennes, au Théâtre National de Bretagne en 1989. L'année de sortie de son album " New York " enregistré à New York avec des musiciens de Miles Davis  (Mino Cinelu, Mike Stern), de Bill Evans (Eddie Gomez), Paco Sery, Louis Winsberg. A peu près ce casting de feu sur scène. Depuis lors, sa musique me gratte l'âme. Ses mots dans ce livre de souvenirs au fil de l'eau, de la mémoire " Scorpion sur belon " font de même. 
 
Le scorpion, c'est le signe astrologique occidental d'Eric Le Lann. Le belon c'est l'huître. Exclusivement de Riec sur Belon (29) pour les puristes. A savourer avec du pain noir sur lequel vous étalez du beurre de baratte de Ploeuc sur Lié (22). Salé le beurre, évidemment.
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>