Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sélection de concerts de Jazz pour décembre 2021

Publié le par Guillaume Lagrée

Henri Texier & Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Henri Texier & Manu Codjia par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs, armé de partialité et de mauvaise foi, je vous propose la sélection suivante de concerts de Jazz en France pour le mois de décembre 2021. A écouter masqué et vacciné, bien entendu. 

Pour une sélection plus complète sur Paris et l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez l'agenda de Jazz Magazine

Si vous ne voulez ou ne pouvez pas sortir de chez vous, plusieurs solutions s'offrent à vous:

- Ecouter les concerts sur France Musique avec les émissions Jazz Club  et Jazz sur le Vif (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live

- Pour l'actualité du Jazz 24h/24, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio.  Une fois sur le site Internet de la radio, cliquez au centre de l'écran sur Ecouter le live radio et le programme démarre. Mon émission Le jars jase jazz est consacrée à l'influence de la France sur le Jazz et lycée de Versailles  sous le titre générique Détours de France. La France à la lumière du Jazz. Diffusion chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris) sauf vendredi 24 et 31 décembre où un programme spécial Fêtes sera diffusé pendant 36h afin de couvrir jour et nuit. Pas de podcast. En décembre 2021, 13e épisode avec 9  diffusions: lundi 6 , 13, 20 & 27 décembre à 22h; vendredi 3, 10 & 17  décembre à 12h; jeudi 23 et 30 décembre à 12h  . Jazz d'aujourd'hui avec Henri Texier, Marc Benham, Jean-Philippe Viret, Paul Jarret, Pierre Perchaud, André Stoketti, Pierre de Bethmann, individus tous très favorablement connus de nos services. Cf extrait audio & photographie au dessus  de cet article.

- Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, USA, dans Greenwich Village, pour les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.  

Jérôme Sabbagh, saxophoniste ténor français maintes fois célébré sur ce blog, programme un concert chaque mercredi à 19h30 (heure de New York) au Bar Bayeux à New York. 

Mercredi 1er: Marc Copland Quartet, pianiste maintes fois célébré sur ce blog.(Robin Verheyen, Drew Gress, Mark Ferber)
Mercredi 8: Timo Vollbrecht, Ben Monder, Theo Bleckmann

Mercredi 15: Micah Thomas Trio (Dean Torrey, Kayvon Gordon)
Mercredi 22:  Lawrence Fields Trio (Yasushi Nakamura, Mark Whitfield Jr.)

Mercredi 29: Adam Kolker Quartet (Bruce Barth, Ugonna Okegwo, Billy Hart)

Concerts diffusés en direct sur Internet puis en différé pendant 6 jours. Un club de Jazz de New York livré chez vous sans autre frais que la connexion à la Toile. Vos dons sont les bienvenus. 

Chaque lundi à 14h (New York) , 19h (Paris), le pianiste franco-américain Dan Tepfer maintes fois célébré sur ce blog donne en direct un concert public gratuit sur sa chaîne Youtube et sa page Facebook. Parfois seul, parfois accompagné. Entrée libre.

Le 25e bis festival Jazz au fil de l'Oise fera swinguer le Val d'Oise (Ile de France) du vendredi 8 octobre au vendredi 17 décembre. 

So Blues Festival au Mans (72) du jeudi 2 au dimanche 5 décembre avec notamment jeudi 2 décembre à 20h30, Kaz Hawkins, chanteuse dont j'ai pu apprécier la présence lors des concerts organisés par Couleurs Jazz Radio au salon Musicora dimanche 21 novembre.

Mercredi 1er décembre:

19h30 & 22h, Paris, Le Duc des Lombards: Hugo Lippi (guitares) & Pierre Christophe (piano). Double messieurs en 2 sets gagnants.

20h, Paris, Centre culturel suisse: Colin Vallon trio pour le concert final du festival Jazzycolors. Subtilissime.

Jeudi 2 décembre:

- 20h, Antony (92), Institution Sainte Marie: le trio Night Bus déjà célébré sur ce blog. 

- 20h, Paris, Café de la Danse: Fiona Montbet (violon) jouera son album " Maelström " dont la sortie est prévue pour janvier 2022.

- 21h, Paris, Le Café Laurent: trio Alain Jean-Marie, Gilles Naturel, Philippe Soirat. Des années de complicité au service de la Beauté. Entrée libre. A consommer sans modération. 

Vendredi 3 décembre:

- 20h30, Paris, Le Sunset: Sleeper Train, quartet encensé sur ce blog, enfin sur scène. Toute absence devra être justifiée par un motif réel et sérieux. Cf vidéo sous cet article. 

- 21h, Paris, Café Laurent: trio Pierre de Bethmann, Bruno Schorp & Antoine Paganotti. Classieux. Entrée libre.

- 21h30, Paris, Le Sunside: trio Jean-Michel Pilc, François & Louis Moutin

Samedi 4 décembre, 20h30, Vincennes (94), Espace Sorano: Nick Bartch's Mobile. Pour décoller plus haut que la Bat Mobile, prenez le Bartch's Mobile!

Dimanche 5 décembre:

- 14h30, Paris, Le Sunside: Aaron Bridgers, ambassadeur du Grand Duché à Paris. Conférence musicale de Philippe Baudouin sur Aaron Bridgers (1918-2003), pianiste ami de Duke Ellington qui joua et enseigna pendant des décennies à Paris. 

- 17h, Vincennes (94), Espace Sorano: L'Orchestre National de Jazz jouera Dracula, conte musical pour enfants de 6 à 666 ans. L'amour triomphera de la mort en musique. 

Lundi 6 décembre, 20h30, Paris, Le Pan Piper: Eric Séva triple roots.

Jeudi 9 décembre:

- 20h, Paris, Le New Morning: Pierrick Pédron pour son album " Fifty Fifty " créé pour ses 50 ans et plus.

- 20h30, Paris, Le Sunset: Reinhardt Memories, les souvenirs de Django Reinhardt joués par Noé Reinhardt, Sammy Daussat & Katia Schiavone (guitares). Concert de sortie d'album

- 21h, Paris, Le Café Laurent: Ronnie Lynn Patterson (piano) & Blaise Chevallier (contrebasse). Sing me sotfly of the Blues. Entrée libre.

Vendredi 10 décembre:

- 20h, Paris, Le Bal Blomet: Tierney Sutton (chant), André Charlier (batterie) & Benoît Sourisse (piano). Une voix à vous donner des frissons dans l'échine. La chanteuse des chanteuses. Indispensable. 1er concert en France depuis 2012!

- 20h30, Paris, 360 Music Factory: Wilfried Touati Quartet jouera l'album " Voyage " acclamé sur ce blog.

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Benjamin Moussay (piano, claviers), Michel Portal (clarinettes) & Kevan Chemirani (percussions). Pour aventuriers sonores. 

- 21h30, Paris, Le Sunside: Night Bus, trio célébré sur ce blog.

Samedi 11 décembre:

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Sylvain Cathala Quintet. Explosif.

- 21h, Conflans Sainte Honorine (78), Salle Claude Debussy: Quiet Men, quartet encensé sur ce blog. 

- 21h30, Paris, Le Sunset: Thomas Savy Archipel. Bon voyage. 

Dimanche 12 décembre, 18h, Paris, le Pan Piper: Kartet. 30 ans de créativité sur scène. 

Jeudi 16 décembre:

- 20h, Paris, Le New Morning: Daniel Humair, Stéphane Kerecki, Vincent Le Quang & Yoann Loustalot. 4 chefs pour une musique. 

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Sarah Murcia & Sylvaine Hélary. La tête de Lark. Un quintet masculin féminin surprenant. 

- 21h30, Paris, Le Baiser Salé: Zouké Jazz la! par Sonny Troupé Quartet. Jazz caraïbe de 2021.

Vendredi 17 décembre, 20h & 22h,  Samedi 18 décembre, 19h30 & 21h30, Paris, Le Sunset: Robben Ford Quartet. Du Blues, du Blues, du Blues!

Mardi 21 & mercredi 22 décembre, 21h, Paris, Le Sunside: 40 ans du Sunset-Sunside avec Leon Parker Embodi Jazz Ensemble où brille Olga Amelchenko (sax). 

Samedi 25 décembre, 20h15, Paris,  Cinéma Balzac: avant la projection du film " Madeleine Collins ", intermède musical par le quartette de Jérôme Sabbagh, saxophoniste ténor maintes fois célébré sur ce blog. Avec votre place pour le film, le concert est inclus. 

Dimanche 26, lundi 27 & mardi 28 décembre, 19h30 & 22h, Paris, Le Duc des Lombards: Roberto Fonseca en trio avec Felipe Cabrera (contrebasse) et Lukmil Perez (batterie). Jazz cubano au sommet. 

Lundi 27 décembre, 20h, Paris, La Rhumerie: Sébastien Llado trio avec Thomas Julienne (contrebasse) & Laurent Derache (accordéon). Entrée libre. Esprit libre. 

Mardi 28 & mercredi 29 décembre, 20h30, Paris, Le Sunside: 40 ans du Sunset-Sunside avec Sara Lazarus (chant) accompagnée par Alain Jean-Marie (piano), Gilles Naturel (contrebasse) & Philippe Soirat (batterie). La Classe, simplement la Classe. 

Mercredi 29 & jeudi 30 décembre, 19h30 & 22h, Paris, Le Duc des Lombards: Jowee Omisil Bash. Un mélange puissant entre Haïti et Canada à Paris. 

Vendredi 31 décembre, 19h30 & 22h, Paris, Le Sunset: 40 ans du Sunset-Sunside. Rhoda Scott Lady Quartet. Pour finir l'année en beauté avec les Reines libres du Jazz .

 

La photographie d'Henri Texier & Manu Codjia est l'oeuvre du Dynamique Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales. 

Partager cet article
Repost0

Tomas Liska & Invisible World jouent l'Espoir au Centre culturel tchèque de Paris

Publié le par Guillaume Lagrée

Tomas Liska & Invisible World

19e Festival JazzyColors

Centre Culturel Tchèque

Paris - Praha Jazz Club

Paris, Ile de France, France

Vendredi 19 novembre 2021, 20h

Album " Hope " (2020), Grand prix du meilleur album de jazz tchèque.

 

Tomas Liska: contrebasse, composition, direction, voix (Bohême, République tchèque)

Kamil Slezak: batterie, percussions, voix (Moravie, République tchèque)

Nikola Zaric: accordéon, voix (Serbie)

Efe Turumtay: violon, voix (Turquie)

 

En attendant le concert, la sono diffuse des chansons populaires tchèques. Je n'y comprends rien mais c'est dansant. J'entends même une sorte de cornemuse, le seul instrument capable de faire peur à la guitare électrique, selon le Britannique Van Morrison. Concert sans microphone. Plus de 40mn de retard. Des vrais Jazzmen. 

Batteur à mains nues sur ses cuisses et ses tambours. Accordéon et violon créent un souffle d'air. Ca sonne Europe centrale et orientale. Pas de clarinette. Ce n'est donc pas du Klezmer mais nous n'en sommes pas loin. Le violon a un micro portatif . Est il branché alors que les autres musiciens n'en ont pas. Le batteur a ajouté une grande canette de bière à son attirail. Pour Alphonse Allais, l'amour est un petit anarchiste tchèque. En effet, l'amour est enfant de Bohême. Il n'a jamais, jamais connu de loi. C'est dans cet esprit que joue ce quartet composé d'un Bohême, d'un Morave, d'un Serbe et d'un Turc. Les héritages des empires austro-hongrois et ottoman se mélangent pacifiquement dans cette musique.

Intro en solo de contrebasse. Vieux bois brun. Ca résonne bien dans le ventre. Une ballade. Ca change des standards du Jazz. Ca vous emmène en voyage non pas en Amérique mais en Europe vers le soleil levant. Ca balance tranquille. Comme une péniche qui descend tranquillement le Danube. Fleuve qui est beau mais pas bleu, rappelons le. A Prague, sous le pont Charles, coule la Vltava. Les musiciens nous ont fait attendre plus de 40 mn après l'heure prévue pour le début du concert, n'ont pas demandé pardon à genoux au public pour l'avoir fait languir, n'ont pas produit de mot d'excuse de leurs parents mais , ouï ce que j'entends, ils valaient la peine d'attendre. Il y a du sentiment. C'est le Blues slave. Ca vous gratte l'âme. C'est trop beau pour être joué dans une croisière touristique sur le Danube ou la Vltava avec de pseudo-penseurs comme accompagnateurs.

Enchaînement direct sur un air plus rapide. Le batteur tapote doucement ses tambours aux baguettes. Envolées lyriques entre violon et accordéon. Le public, ravi, applaudit. 

Passage à un air calme, traînant, languissant même. Ils nous la font au sentiment et ça marche. Accordéon et violon nous emballent sec. Le batteur tapote à mains nues sur ses tambours. Le bassiste assure un tempo souple. Le vent de la plaine bohême souffle dans une cave parisienne, germanopratine même. 

Tomas Liska annonce les titres des deux premiers morceaux. En anglais, avec l'accent tchèque. J'avoue ne pas avoir compris. J'aime la musique. C'est l'essentiel.

"Alegria en Masca ". Rien à voir avec la pandémie de Covid. Jeu de violon en pizzicato. Vague à l'âme de l'accordéon. Du miel pour les oreilles. Le quartet démarre avec le batteur aux balais. Effectivement, c'est joyeux. Avec un pointe de nostalgie slave tout de même. Du sentiment mais pas de sentimentalisme. Le violon en rajoute une couche à l'archet. Solo d'accordéon ponctué par les picotements du violon et la pulsation de la contrebasse et de la batterie. Le quartet nous emmène loin. Ca me donne envie de danser joyeusement avec une partenaire de qualité. Je n'en ai pas ce soir et, d'ailleurs, le public reste sagement assis à écouter. Ils font descendre la pression pour la remonter jusqu'au final. Le jeu est passionné et maîtrisé.

" Soundtrack". Cf extrait audio au dessus de cet article. Une ballade. Cela ferait une belle musique de film romantique. Genre les amants enlacés sur un pont de Prague. Le titre du morceau colle bien à cette ambiance. C'est romantique en diable mais sans guimauve. C'est l'amour passionnel et fusionnel avec rires et larmes. 

" Mafioso ". Un air vif, un peu sombre. Un autre genre de passion., plus violente, plus brutale. Des Mafiosi, il y a en République tchèque aussi. Batteur aux baguettes qui met des pêches. Solo de contrebasse. Le batteur ponctue à mains nues sur ses cuisses. Violon et accordéon prolongent le son. Bonne vibration. Le quartet propose un jazz original ancré dans la tradition au sens de Gustav Malher (1860-1911): " La tradition, ce n'est pas la vénération des cendres mais la préservation du feu ". Pas lent de la contrebasse. Rafales èches de la batterie et cordes grattées du violon. Ca sent le guet-apens. Ca va mal finir. Premier solo du batteur bien stimulé par les 3 autres musiciens. Il découpe le temps aux baguettes. Ca claque des mains et des pieds. Stop.

PAUSE

Le violon s'accorde. Ce qu'il n'a pas fait au 1er set. La partie se joue en 2 sets gagnants. Une ballade. La contrebasse impulse le tempo. L'accordéon s'étire langoureusement. Le batteur joue du balai main gauche et des maracas main droite. Violon en pizzicato puis à l'archet. Tranquille. La grâce et la classe. Ca balance tout doucement en finesse. En France, pour une musique de ce genre, ancrée dans un terroir et résolument moderne  je pense aux Grands Anciens, toujours en activité, Michel Portal & Bernard Lubat. C'était " Shaker ". 

" Dunga Runga ". Ou " Notelaea Ovata ", un petit arbre australien au bois très dur, utile pour fabriquer des outils. Le compositeur prétend qu'il ne connaissait pas le sens des mots en créant le morceau. L'accordéoniste se lance ponctué par le batteur aux mains nues sur les tambours. Le violon vibre sous l'archet. Le quartet démarre avec le batteur aux baguettes. Ca remue agréablement. Solo de violon avec un son nettement oriental. Le violoniste est turc et cela s'entend. Les 4 hommes se mettent à chanter joyeusement " Da da la da da da ". 

Le violoniste va nous chanter une chanson turque. Une chanson d'amour triste qui finit mal. " Ne pleurez pas, s'il vous plaît " nous avertit Efe Turumtay. Intro en violon solo qui, de nouveau, sonne très oriental dans sa plainte. Il chante une chanson d'amour triste et cela s'entend. Vibration de la contrebasse et de l'accordéon tout en douceur. La voix se déploie bien sous la voûte de pierre du Paris Praha Jazz Club (depuis 2001). 

Le morceau titre de l'album. " Hope ". Cf vidéo sous cet article. Le batteur commence avec un balai main gauche et les maracas dans la main droite. L'accordéon donne la vibration. Le violon plane au dessus. Contrebasse et batterie pulsent bien sûr. L'accordéon plonge dans le bain. Que c'est bon, nom de Zeus! Je suis déçu en bien, comme disent les Suisses. Le batteur compte une grande canette de bière et un tambour de machine à laver dans son attirail. 

La seule reprise du concert. " Atmadra " '(?). Un air vif, énergique. Je ne connais pas même si Tomas Liska prétend que tout le monde connaît. A Prague peut-être. Le violon sonne de nouveau oriental mais joyeusement cette fois. Chaque musicien porte en lui ses racines mais cela n'empêche aucun d'avancer.

RAPPEL

 

Après les Polonais du Witold Janiak Trio  lors de l'édition 2018, les Portugais d'André Carvalho lors de l'édition 2019, l'édition 2021 du festival Jazzycolors m'a permis de découvrir, de nouveau sans en avoir jamais entendu une note avant le concert, le quartet du Tchèque Tomas Liska. Nouvelle excellente surprise. J'espère faire de nouvelles découvertes lors de la 20e édition en 2022. La 19e édition du festival Jazzycolors à Paris, en France, dure jusqu'au mercredi 1er décembre 2021.

 

Partager cet article
Repost0

65 musiciens en concert au Couleurs Jazz Club du salon Musicora du 19 au 21 novembre 2021

Publié le par Guillaume Lagrée

Médéric Collignon par Juan Carlos HERNANDEZ

Médéric Collignon par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices irrésistibles, lecteurs invincibles, retrouvez vous à Boulogne-Billancourt (92), sur l'île Seguin, à la Seine Musicale (sur l' ancien emplacement de l'usine Renault) pour le salon Musicora du vendredi 19 au dimanche 21 novembre 2021. Le rendez-vous annuel de la musique et des musiciens en France.

Couleurs Jazz Radio, où l'auteur de ce blog sévit chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris) dans l'émission " Le Jars Jase Jazz ", sera présent avec 65 musiciens en concert sur 3 journées: vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 novembre 2021 de 11h à 19h. C'est le Couleurs Jazz Club.

Parmi eux, des artistes célébrés sur ce blog: Srdjan Ivanovic samedi 20 novembre de 17h à 18h (cf extrait audio au dessus de cet article) & Médéric Collignon dimanche 21 novembre de 16h à 17h avant le boeuf final (jam session in english). Cf photographie au dessus et vidéo en dessous de cet article.

Avec un peu de chance, j'aurai l'honneur et l'avantage de vous y rencontrer, lectrices irrésistibles, lecteurs invincibles.

La photographie de Médéric Collignon est l'oeuvre de l'Essentiel Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article
Repost0

Sandro Zerafa Quartet reçoit au Café Laurent

Publié le par Guillaume Lagrée

Sandro Zerafa Quartet

Le Café Laurent

Paris, Ile de France, France

Samedi 13 novembre 2021, 21h

 

Sandro Zerafa: guitare électrique

Franck Amsallem: piano

Yoni Zelnik: contrebasse

Antoine Paganotti: batterie

Invités:

David Golek    : guitare électrique

Alan Hampton: contrebasse

 

Lectrices raffinées, lecteurs distingués, ce blog vous a déjà chanté les louanges de l'album " Last Night when we were young " du guitariste maltais Sandro Zerafa. Cf vidéo sous cet article.

Je vois enfin ce groupe sur scène. Guitariste, contrebassiste et batteur sont ceux de l'album. Seul le pianiste change. Franck Amsallem remplace Vincent Bourgeix.

Un standard. Batteur aux baguettes. Le quartet attaque bien groupé. Seule la guitare est amplifiée selon la doctrine en vigueur au Café Laurent. Chaque instrument est audible y compris la contrebasse La guitare se tait. Le piano chante clair sous les doigts de Franck Amsallem. Solo de contrebasse. Les cymbales tintent plus doucement sous les baguettes. Cassure de batterie et le quartet repart. Je bats la mesure du pied droit Un homme assis 1m en face du guitariste bat des deux pieds. Il est dedans. C'était " Get out of town " (Cole Porter). 

" You do something to me ". Un autre standard composé par Cole Porter, Américain amoureux de Paris. Le théâtre du Châtelet à Paris lui rendra hommage du samedi 11 décembre 2021 au samedi 1er janvier 2022 avec le spectacle " Cole Porter in Paris ". Batteur aux balais. Ca balance tranquille. Bon massage cérébral. Frappes bien sèches des balais sur les tambours. Antoine Paganotti passe aux balais. La tension monte. Bon décalage main droite main gauche du pianiste. La guitare chante joyeusement et cela me fait quelque chose Comme l'indique le titre du morceau. Cassure de batterie. Distribution de pains aux baguettes.

" I am getting sentimental over You ". Soirée de révision des standards. Introduction en piano solo. Quelques accents à la Monk tapés sur le piano. TS Monk aimait jouer ce thème. Batteur aux balais. Le quartet balance toujours aussi bien. Antoine passe aux baguettes. Ca tourne mais pas en rond. Antoine revient aux balais pour accompagner le solo de Yoni. Les notes de contrebasse rebondissent. C'est sentimental mais sans sucre ajouté.

Antoine commence seul aux baguettes. Une marche militaire accélérée. Le quartet démarre joyeusement. Un vieux standard dont le titre m'échappe. C'est si joyeux qu'un rythme caribéen passe par là. C'était " Rain Check " (Billy Strayhorn) avec les arrangements de Sonny Rollins. D'où le rythme caribéen.

Une ballade. Intro en guitare solo. Elégante à souhait. Batteur aux balais. Le public reste concentré et n'applaudit pas le passage du solo au quartette. Le pianiste nous chatouille les neurones stimulé par le batteur et le bassiste qui tissent leur toile.

Un standard que je reconnais mais dont le titre m'échappe. Batteur aux balais. Ca swingue bien. La rythmique prend la main et le batteur passe aux baguettes. Bonnes attaques du guitariste. Ca réveille après la ballade qui précédait.

PAUSE

Intro au piano. Quelques touches de Monk dans le jeu. Batteur aux balais. Le quartet attaque toujours aussi bien. C'était " Sweet and Lovely ". Un standard de 1931 que Thelonious Monk a joué.

Sandro Zerafa quitte la scène et prête sa guitare à David Golek. Je comprends vite pourquoi. Le remplaçant est au niveau du titulaire. Un air vif, rapide. Batteur aux baguettes. Ca tricote bien entre guitare, contrebasse et batterie. Le piano ponctue.

Au tour de Yoni Zelnik de céder sa place à la contrebasse à Alan Hampton. Le quartet est donc renouvelé pour moitié. En autogestion. Aucun entraîneur n'a demandé de changement dans l'équipe. Elle gagne toujours. Une composition de Thelonious Monk après des allusions à ses interprétations. Sauf que c'est le contrebassiste qui porte un bonnet pas le pianiste alors que Monk jouait toujours avec un couvre chef. 

David Golek sort de scène et redonne la guitare au titulaire, Sandro Zerafa. Alan Hampton reste sur scène. Un air de Be Bop. Bien saccadé comme il convient. Batteur aux baguettes. Ca attaque sévère. Grosse vibration de la contrebasse en solo. 

Alan Hampton sort de scène et rend sa contrebasse à Yoni Zelnik. Une ballade. Antoine joue à mains nues sur ses tambours. Ca balance doucement. Même quand le batteur repasse ax baguettes. Antoine repasse à mains nues sur ses tambours pour accompagner le solo de Yoni. Franck ponctue de temps en temps. 

Pour conclure, " The best thing for You is me " (Irving Berlin). Je ne connais pas ce thème. Un air joyeux, léger. Mes deux voisins discutent sans discrétion. L'Américain veut prouver au Français qu'il parle sa langue. A haute voix. Ma voisine Turque avec qui j'ai échangé quelques mots en anglais est beaucoup plus discrète. L'amitié entre les peuples se manifeste de différentes manières. Antoine passe aux baguettes. Le piano fait chanter la rythmique sans voix humaine.

Partager cet article
Repost0

Dialogue au Sommet: Peter Bernstein Trio invite Alain Jean-Marie au Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Peter Bernstein Trio

invite 

Alain Jean-Marie

Le Sunside

Paris, Ile de France, France

Vendredi 5 novembre 2021, 21h

 

Peter Bernstein: guitare électrique

Doug Weiss: contrebasse

Roberto Gatto: batterie

Alain Jean-Marie: piano

Stéphane Portet, patron du Sunset-Sunside, présente les musiciens avec sa fille âgée de 5 ans. La demoiselle n'est pas intimidée. Adorable. Le Sunset-Sunside est né en 1982. Il fêtera donc ses 40 ans en 2022. Les festivités d'anniversaire seront annoncées en leur temps sur ce blog. Stéphane en a hérité de ses parents, les fondateurs du club. La jeune garde se prépare à prendre la relève. 

Une soirée consacrée aux standards joués par des Maîtres. Ca commence tout en douceur. Batteur aux balais. Je chantonne déjà l'air sans retrouver le titre. Ca balance tranquille. Du miel pour les oreilles. Petites attaques de guitare. Peter Bernstein sort du classicisme mais sans brutalité. Juste un peu plus d'énergie. Alain Jean-Marie prend la main et pilote la rythmique. Le batteur est aux baguettes. Le style et le son de la musique me projettent 60 ans en arrière mais avec la même fraîcheur qu'à l'époque. Solo de contrebasse. La guitare ponctue légèrement. Le batteur soutient mezzo voce sur les cymbales. Léger break de batterie. Le quartet repart en souplesse. Pour les spectateurs placés au fond de la salle, comme moi, un écran TV au dessus du bar diffuse le concert en direct. Cela permet de voir les musiciens en plus de les entendre. Sage précaution.

Solo de guitare en intro d'une ballade soyeuse. Un nouveau standard dont le titre m'échappe. Le quartet démarre avec le batteur aux baguettes. Ce n'est pas une ballade finalement. Alain Jean-Marie dirige la rythmique de main de Maître. Ca pulse, nom de Zeus! Ca swingue terrible. La guitare ajoute une grâce en plus. Gros beau son de la contrebasse qui résonne dans le ventre. Doug Weiss accélère tout en restant précis. Fin cliquetis de baguettes. sur les cymbales pour accompagner. Série de breaks de batterie ponctuée par les 3 autres.

Le quartet a joué " Whisper not " (Benny Golson) suivi de " I love You " (Cole Porter). Cf vidéo sous cet article.

Une ballade. Batteur aux balais. Un petit feeling latino dans le rythme. Un petit air de tango là dedans. Ca chaloupe en douceur et en souplesse. Je ne connais pas cet air mais il est enchanteur. Alain Jean-Marie pilote la yole de la rythmique. Je suis bercé au creux de la vague. Le solo de Doug Weiss ajoute une autre vibration. Le quartet joue tranquille et envoûtant. Dieux que c'est bon!

Le quartet repart sur un air plus jazz et plus vif. Batteur aux baguettes. Hugo Lippi, guitariste français, est venu profiter de la leçon de guitare de Peter Bernstein. Le quartet est fermement impulsé par la contrebasse et la batterie.

Enfin je reconnais un standard. " Love for Sale" (Cole Porter). Je progresse. C'est le titre du dernier album en duo de Tony Bennett & Lady Gaga que je n'ai pas écouté. Batteur aux baguettes. Le quartet balance toujours aussi bien.  Ca tricote entre contrebasse et batterie pour accompagner le piano. Quelle fine toile tissent ces 3 là:

Première intro en piano solo. La patte d'Alain Jean-Marie se reconnaît tout de suite. Une ballade dont le titre m'échappe. Batteur aux balais. Le quartet joue si suavement que je m'endors bercé par la musique. C'était " If You could see me now " (Tadd Dameron).

Peter Bernstein fait une déclaration d'amour à Alain Jean-Marie: " Cela fait 30 ans que je voulais jouer avec cet homme. Quand j'ai commencé, il jouait à tous les concerts et il jouait toujours bien. Je voulais jouer comme lui mais, comme je ne pouvais pas, je voulais jouer avec lui ".  Bel hommage qu'Alain Jean-Marie a accueilli avec sa modestie et sa discrétion habituelle.

Hommage à Pat Martino (1944-2021), guitariste de Jazz américain décédé le 1er novembre 2021, une influence majeure pour Peter Bernstein. Un air vif, de hard bop. Je ne connais pas. En tout cas, ça swingue terrible. Batteur aux baguettes. Breaks de batterie pour relancer la machine.

PAUSE

La musique est somptueuse. La salle est comble et le public comblé. Moi aussi mais je suis trop fatigué pour suivre. La chronique est donc finie.

Partager cet article
Repost0

" Voyage " Wilfried Touati Quartet

Publié le par Guillaume Lagrée

" Voyage "

Wilfried Touati Quartet

Jazz Family.

Sortie vendredi 5 novembre 2021

Concert de sortie à Paris, Ile de France, France,  au 360 Music Factory,

vendredi 10 décembre 2021 à 20h30

Wilfried Touati: accordéon, compositions sauf n°4

Xavier Trombini: saxophone soprano, composition (4)

Volodia Lambert: contrebasse

Adrien Leconte: batterie

Lectrices blasées, lecteurs lassés, vous en avez assez du sempiternel quartet de Jazz piano, contrebasse, batterie, saxophone, assez des standards éculés et des compositions fades. Vous avez besoin d'air, d'espace, de lumière, bref de voyage. 

Le quartet de Wilfried Touati est là pour réaliser vos voeux les  plus chers. Le piano est remplacé par un piano à bretelles, l'accordéon de Wilfried Touati. Le saxophone n'est ni ténor, ni alto. Il est soprano, celui de Xavier Trombini. Les points de repère sont assurés par la batterie d'Adrien Leconte et la contrebasse de Volodia Lambert.

Le voyage commence tout de suite, par surprise, en " Chute libre " (1). J'ai longtemps cherché les instruments électronique dans l'intro de ce morceau. Il n'y en a pas. C'est juste qu'ils savent trouver de nouveaux sons sur des instruments connus ce qui est une vraie qualité chez des musiciens. Cf extrait audio au dessus de cet article.

Le voyage commence dès le " Premier métro " (2). Cf vidéo sous cet article. " A 15 ans, mes parents m'ont offert un vélo. On ne m'a jamais revu " (Paul Morand). " " Attrape moi "(3) constitue une belle illustration musicale de cet éloge de la fuite. 

" Voyage " est le titre du 5e morceau. Il nous emmène vers un pays où l'on n'arrive jamais, celui que vous pouvez parer de toutes les couleurs de votre imagination, lectrices blasées, lecteurs lassés.

Le voyage est même interstellaire avec " La Nébuleuse " (6). Attention au feu d'artifice musical final!

Le béluga est un magnifique mammifère marin de l'Atlantique Nord. dont le répertoire vocal est si riche qu'il est surnommé le " canari des mers ". Il mérite bien sa composition " Béluga " (7), lente, majestueuse, comme la baleine blanche.

" Alerte rouge " (8) ne constitue pas, je pense, un hommage à OSS117 mais un bel envoi final pour un premier album réussi, après avoir testé les compositions sur scène depuis 2017, sauf confinement bien entendu.

Pour écouter ce quartet vous emmener en " Voyage " en direct, rendez-vous à Paris, en France, vendredi 10 décembre 2021 à 20h30 au 360 Music Factory, lectrices blasées, lecteurs lassés. Bon voyage.

 

Partager cet article
Repost0

Sélection de concerts de Jazz en France & en Suisse pour novembre 2021

Publié le par Guillaume Lagrée

Miguel Zenon par Juan Carlos HERNANDEZ

Miguel Zenon par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices sophistiquées, lecteurs raffinés, armé de partialité et de mauvaise foi, je vous propose la sélection suivante de concerts de Jazz en France pour le mois de novembre 2021. A écouter masqué et vacciné, bien entendu. 

Pour une sélection plus complète sur Paris et l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez l'agenda de Jazz Magazine

Si vous ne voulez ou ne pouvez pas sortir de chez vous, plusieurs solutions s'offrent à vous:

- Ecouter les concerts sur France Musique avec les émissions Jazz Club (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live

Regarder les Victoires du Jazz sur France 5 vendredi 5 novembre à 23h05 (heure de Paris).

- Pour l'actualité du Jazz 24h/24, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio.  Une fois sur le site Internet de la radio, cliquez au centre de l'écran sur Ecouter le live radio et le programme démarre. Mon émission Le jars jase jazz est consacrée à l'influence de la France sur le Jazz et lycée de Versailles  sous le titre générique Détours de France. La France à la lumière du Jazz. Diffusion chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris). Pas de podcast. En novembre 2021, 12e épisode avec 9  diffusions: lundi 1er , 8, 15, 22 & 29 novembre à 22h; vendredi 5, 12, 19 & 26  novembre à 12h . Jazz d'hier avec Barney Wilen, Martial Solal & Lee Konitz, Dizzy Gillespie, Albert AylerSonny Rollins... Cf extrait audio au dessus et en dessous de cet article.

- Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, USA, dans Greenwich Village, pour les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.  

Jérôme Sabbagh, saxophoniste ténor français maintes fois célébré sur ce blog, programme un concert chaque mercredi à 19h30 (heure de New York) au Bar Bayeux à New York. 

Mercredi 3: Zoh Amba (Micah Thomas, William Parker, Marc Edwards)
Mercredi 10: Otis Brown III 

Mercredi 17: Dan Tepfer trio, pianiste très favorablement connu de nos services.
Mercredi 24: Brandon Lee 

Concerts diffusés en direct sur Internet puis en différé pendant 6 jours. Un club de Jazz de New York livré chez vous sans autre frais que la connexion à la Toile. Vos dons sont les bienvenus. 

Chaque lundi à 14h (New York) , 19h (Paris), le pianiste franco-américain Dan Tepfer maintes fois célébré sur ce blog donne en direct un concert public gratuit sur sa chaîne Youtube et sa page Facebook. Parfois seul, parfois accompagné. Entrée libre.

Le 25e bis festival Jazz au fil de l'Oise fera swinguer le Val d'Oise (Ile de France) du vendredi 8 octobre au vendredi 17 décembre.

Festival Jazz n Klezmer à Paris du jeudi 4 au jeudi 18 novembre avec notamment samedi 6 novembre au Musée d'art et d'histoire du judaïsme: Itamar Borochov à 19h30 suivi de Ziv Ravitz à 21h.

Festival Jazzycolors à Paris du samedi 6 novembre au mercredi 1er décembre: les instituts culturels étrangers de Paris font leur festival de Jazz annuel parrainé par Bojan Z (piano) qui assurera le concert d'ouverture en solo samedi 6 novembre à 20h au Centre culturel tchèque. 20 concerts, 3 continents, 21 groupes seront au programme. Concert de clôture mercredi 1er décembre à 20h au Centre culturel suisse avec le trio de Colin Vallon (piano).

Festival Eclats d'Email à Limoges (87) du jeudi 11 au dimanche 21 novembre.

Festival Grands Formats du vendredi 12 novembre au mercredi 12 décembre: 35 concerts de grands orchestres de Jazz en France, Allemagne & Autriche.  Evénements spéciaux à Clermont-Ferrand (63) du mercredi 24 au lundi 28 novembre en même temps que le Forum Jazz de la région Auvergne Rhône Alpes. Cf vidéo sous cet article.

Festival Classic - Jazz à Saint-Mandé (94) du mercredi 17 au dimanche 21 novembre avec Biréli Lagrène.

31e festival Jazz à l'Ouest à Rennes et environs (35) du mardi 9 au samedi 27 novembre.

Mercredi 3 novembre, 21h, Paris, Le Sunside: Peter Bernstein  trio . Classieux.

Jeudi 4 novembre:

- 20h, Paris, Le New Morning: Nils Landgren Funk Unit. Un Suédois funky, ça existe. Il s'appelle Nils Landgren (trombone, chant).

- 20h30, Genève, Suisse, Le Sud des Alpes: Craig Taborn trio. Créatif, forcément créatif.

- 21h, Paris, Le Sunside: Peter Bernstein trio invite Dimitri Baevsky (sax alto). Un dialogue pacifique Etats Unis - Russie.

Vendredi 5 novembre:

- 21h, Paris, Le Sunside: Peter Bernstein trio invite Alain Jean-Marie (piano). Tellement bon que ça devrait être illégal.

- 21h, Paris, Le Café Laurent: trio Bruno Angelini trio. Entrée libre. Classieux.

Samedi 6 novembre:

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Médéric Collignon & le Jus de Bocse jouent Miles Davis, période 1958- 1970. Superfunkycalifragisexy

-20h30, Paris, Le Sunside: Peter Bernstein trio invite Sullivan Fortner (piano).

- 20h30, Itteville (91), Salle Georges Brassens: Francis Lockwood (piano) trio invite Christian Escoudé (guitare).

Dimanche 7 novembre, 17h, Brest (29), Cabaret Vauban: Craig Taborn Trio. Créatif, forcément créatif.

Mardi 9 novembre, 20h30, Le Perreux sur Marne (94), Centre des bords de Marne: soirée Grands Formats avec Los Duendes 9tet et Leila Olivesi Andamane 10tet déjà acclamé sur ce blog.

 

La photographie de Miguel Zenon est l'oeuvre du Merveilleux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passibles de sanctions civiles et pénales.

Mercredi 10 novembre, 20h30, Paris, 360 Music Factory: Camille Bertault Quartet. Une chanteuse française qui balance (swingue) en français. Respect.

Jeudi 11 novembre:

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Laurent Dehors Trio. Belle façon de fêter l'Armistice 103 ans après.

- 20h30, Paris, Studio de l'Ermitage: The Players suivi de Marc Benham, individu très favorablement connu de nos services, seul au piano.

Vendredi 12 novembre, 21h, Paris, Le Café Laurent: Laurent Coq trio. Entrée libre. Classieux.

Samedi 13 novembre:

- 20h, Paris, Bal Blomet: Miguel Zenon Quartet. Le Latin Jazz de 2021. Cf photographie au dessus de cet article.

- 20h30, Paris, 360 Music Factory: Magic Malik Dream Team. Cosmicomique.

- 20h30, Genève, Suisse, Le Sud des Alpes: Sarah Murcia Eye Balling. Un quartet de feu mené par une Dame du temps présent.

- 21h, Conflans Sainte Honorine (78), Conservatoire Georges Gershwin: Rémi Panossian trio.

- 21h, Paris, Le Café Laurent: Sandro Zerafa quartet. Entrée libre. Classieux.

Ricky Ford par Juan Carlos HERNANDEZ

Ricky Ford par Juan Carlos HERNANDEZ

Dimanche 14 novembre:

- 19h, Paris, Le Sunside: Tribute to Chet Baker par le trio de Robin Mansanti. Elégant.

- 20h30, Boulogne-Billancourt (92), La Seine Musicale: Omar Sosa (Cuba), Trilok Gurtu (Inde), Paolo Fresu (Italie). Bon voyage.

Du lundi 15 au samedi 20 novembre, à Beauvais (60), Scène nationale du Beauvaisis, chaque jour c'est Jazzoo du groupe suédois Oddjob, maintes fois célébré sur ce blog. Lundi 15, mardi 16, mercredi 17, jeudi 18 & vendredi 19 novembre à 9h45 & 14h15, spectacle pour les écoles. Samedi 20 novembre à 17h30 pour tout public.

Lundi 15 novembre, 20h30, Paris, le Studio de l'Ermitage: Le Grand Schwab + Double détente. Un grand orchestre puis un quartet avec Marc Benham & Quentin Ghomari, individus très favorablement connus de nos services et Raphaël Schwab (contrebasse), notamment. Une soirée du collectif Pegazz et l'Hélicon.

Mercredi 17 novembre:

- 21h30, Paris, Le Baiser Salé: Jean-Marie Ecay Electric trio. Electrisant!

- 21h30, Paris, Le Sunside: Guillaume de Chassy trio. The Question of Love.

Jeudi 18 novembre, 21h, Paris, Le Café Laurent: Christian Brenner trio. Le Patron joue à domicile.

Du vendredi 19 au dimanche 21 novembre, à Boulogne-Billancourt (92), Salon Musicora dans la Seine Musicale. Le rendez-vous annuel de la musique et des musiciens en France. Couleurs Jazz Radio, où l'auteur de ce blog sévit chaque lundi à 22h et chaque vendredi à 12h (heure de Paris) dans l'émission " Le Jars Jase Jazz ", sera présent avec 65 musiciens en concert sur 3 journées: vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 novembre 2021 de 11h à 19h. Parmi eux, des artistes célébrés sur ce blog: Srdjan Ivanovic samedi 20 novembre de 17h à 18h  & Médéric Collignon dimanche 21 novembre de 16h à 17h avant le boeuf final (jam session in english).

Vendredi 19 novembre, 20h45, Fontenay sous Bois (94), Le Comptoir: Dîner concert avec Sylvain Kassap Sextet. Phoenix. Flamboyant!

Samedi 20 novembre, 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Régis Huby Quintet. Inner Hidden Lands. Bon voyage.

Mardi 23 & mercredi 24 novembre, 19h30 & 22h, Paris, Le Duc des Lombards: Georges Cables Quartet avec Darryl Hall. Une légende vivante du piano. Cf vidéo sous cet article.

Mercredi 24 novembre, 20h, Paris, Péniche Marcounet: Dîner concert avec Ricky Ford trio. Cf photographie au dessus de cet article.

Jeudi 25 novembre, 20h & 22h, Paris, Le Baiser Salé: Minino Garay Quartet. Caliente!

Samedi 27 novembre:

- 19h30, Paris, Maison de la Radio, Studio 104: Christophe Marguet Quartet suivi de Marc Copland Trio. 2 concerts pour le prix d'un. Enregistré par France Musique. Le rendez-vous des poètes.

- 21h, Paris, Le Café Laurent: Ricardo Izquierdo Quartet. Mieux que bien. Entrée libre.

Dimanche 28 novembre, 17h & 18h30, La Ciotat (13), La Chaudronnerie: Jazzoo 1 puis Jazzoo 2 du groupe suédois Oddjob maintes fois acclamé sur ce blog. Pour swinguer de 2 ans à 102 ans.

Du lundi 29 novembre au samedi 4 décembre, à Paris, le Baiser Salé fêtera les 30 ans de Jam (Boeuf en français) de François Constantin (batterie, percussions) à qui de nombreux musiciens doivent leurs débuts sur scène. Confiture délectable et boeuf savoureux au menu.

La photographie de Ricky Ford est l'oeuvre du Merveilleux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constituent une violation du Code de la propriété intellectuelle passibles de sanctions civiles et pénales.

 

Partager cet article
Repost0

" French Ballads " Barney Wilen

Publié le par Guillaume Lagrée

" French Ballads "

Barney Wilen

Elemental Music (2021).

Nouvelle édition d'un album sorti en 1987

 

Barney Wilen: saxophone ténor & soprano

Michel Graillier: piano

Riccardo del Fra: contrebasse

Sangoma Everett: batterie

Lectrices distinguées, lecteurs raffinés, vous aimez certainement Bernard Jean dit Barney Wilen né à Nice en 1937 d'un père Américain et d'une mère Française, mort à Paris en 1996. 

Son fils Patrick Wilen, photographe, entretient la mémoire de son père en rééditant ses albums et en exhumant des archives sonores inconnues. Ce blog vous a déjà chanté la sortie d'un inédit pour la musique d'un film jamais sorti " Jazz in camera " (1958) avec Donald Byrd soit la première période de Barney, les années 1954- 1961, celles du Hard Bop et du Cool Jazz puis une édition complète de " Moshi too " (1972), la deuxième époque de Barney, celle de l'aventure musicale et humaine avec 2 ans de voyage en Afrique d'Alger à Dakar résumés en un album. La muse de Barney Wilen à l'époque, Caroline de Bendern, qui chante sur " Moshi " , avait bien voulu raconter les souvenirs de ce voyage initiatique pour ce blog. 

Nous voici arrivés à la 3e et dernière période de Barney Wilen, celle de sa résurrection dans un certain classicisme jusqu'à sa mort (1986-1996). Après le miracle de " La Note Bleue ", album de 1986 inspiré d'une bande dessinée qui racontait l'histoire d'un saxophoniste manifestement inspirée de la vie de Barney. qui le fit ressurgir au grand jour et faire la une de la presse généraliste comme musicale, Barney Wilen enchaîne en 1987 avec ses French Ballads

Barney Wilen est né en France à Nice d'une mère Française, Provençale, comtesse et catholique. Son père était Américain, dentiste et juif. Sagement, le père embarqua toute la famille de Nice pour les Etats Unis d'Amérique en 1940. Les Wilen revinrent à Nice en 1946. Les premiers souvenirs musicaux de Barney, c'est donc la radio américaine. D'où son bilinguisme et son choix du Jazz et du saxophone comme moyen d'expression. Mais c'est en France qu'il a vécu, aimé, joué et créé. D'où le choix de ces thèmes, tous écrits par des Français: Michel Legrand, Django Reinhardt , Charles Trénet, Prévert & Kosma... Barney Wilen jouait déjà Django Reinhardt & Charles Trénet dans son album " Jazz sur Seine " (1958), dont le titre est intraduisible en anglais. Cf extrait audio au dessus de cet article. Barney Wilen boucle sa vie musicale en revenant à ses anciennes amours. Jazz sur Seine est aujourd'hui un festival qui réunit chaque année les clubs de Jazz de Paris et d'Ile de France. La 10e édition s'est achevée le samedi 24 octobre 2021.Le nom même du festival est un hommage à Barney Wilen.

Pour jouer ces French Ballads, Barney est accompagné d'un Français au piano, Michel Graillier car Alain Jean-Marie n'était pas disponible, Riccardo del Fra, un Italien à la contrebasse et Sangoma Everett, un Américain de Paris à la batterie. Michel Graillier, Alain Jean-Marie & Riccardo del Fra jouaient tous, dans les années 1980, aussi bien qu'avec Chet Baker qu'avec Barney Wilen. C'est dire s'ils sont dignes de votre estime et de votre considération, lectrices raffinées, lecteurs distingués. Quant à Sangoma Everett, son jeu aux balais fait merveille tout le long de ces Ballades françaises. 

Le décor étant posé, que joue le quartet? Des chansons françaises, parfois connues des Américains comme " Les feuilles mortes " qu'ils appellent " Autumn leaves " ( 7 &16), " Comme d'habitude " qu'ils appellent " My way " (6) et même un compositeur français naturalisé Américain après 5 Grammy Awards et 3 Oscar, Michel Legrand

La barre est placée tout de suite très haut avec " L'âme des poètes " (1) de Charles Trénet. Cf vidéo sous cet article. Marie Möör, chanteuse et peintre, compagne de Barney, pose en vamp sur la photographie. Elle a aussi écrit un poème pour cet album.

Un sommet de suavité est atteint dès le deuxième morceau avec " What are You doing the rest of Your life? ", standard du Jazz moderne composé par Michel Legrand.  Sur " Syracuse " (4) de Bernard Dimey, qu'Henri Salvador chantait d'un seul souffle, le piano et la contrebasse sont particulièrement mis en valeur. Barney prend son soprano pour un morceau " Un été 42 " (5) qui valut un 2e Oscar à Michel Legrand après l'Affaire Thomas Crowne et avant Yentl. Le soprano incarne la voix plaintive de cette chanson nostalgique.

" Le Jazz, cela consiste à transformer le saucisson en caviar " aimait dire Barney Wilen. Il suffit d'écouter ce que son quartet fait de " My way " (6) et de la " Vie en rose " (12) pour comprendre le propos. Quant aux " Moulins de mon coeur " (13) de Michel Legrand (" The windmills of Your mind " dans L'affaire Thomas Crown), l'intro en duo sax ténor, contrebasse à l'archet contient plus de grâce en quelques secondes que de longues minutes de musiciens dont je tairai le nom.

Cette réédition bénéficie de 4 morceaux supplémentaires par rapport à l'édition originale. Des secondes versions de morceaux figurant dans l'album original: " Syracuse " (4 &14), " Un été 42 " ( 5 &15), " Les feuilles mortes " (7 &16), " Seule ce soir " ( 9 &17). Secondes en nombre, pas en qualité. 

Des 4 musiciens de cet album enregistré en 1987, Barney Wilen & Michel Graillier sont morts. Riccardo del Fra & Sangoma Everett jouent toujours. D'ailleurs, Riccardo del Fra & Sangoma Everett ont chacun écrit un texte dans le livret de l'album, de même que Patrick Wilen, le fils de Barney, qui raconte qu'il fallut attendre la mort de Barney pour qu'il puisse faire écouter son oeuvre à Madame la comtesse, la mère de Barney, qui méprisait le Jazz par principe, sans le connaître. Elle a écouté, compris et pleuré. 

N'attendez pas si longtemps, lectrices distinguées, lecteurs raffinés. Que faites vous du reste de votre vie ? Consacrez en une partie à écouter les " French Ballads " de Barney Wilen. Ce ne sera pas du temps perdu car la beauté ne nuit jamais.

Un extrait de l'album " Jazz sur Seine " fut diffusé dans un précédent épisode de mon feuilleton radiophonique " Détours de France. La France éclairée au Jazz ". Un extrait de " French Ballads " le sera dans un prochain épisode. A retrouver sur Couleurs Jazz Radio le lundi à 22h et le vendredi à 12h. Heure de Paris, bien entendu. Un morceau extrait de Jazz in Camera (Barney Wilen & Donald Byrd. 1958) ouvrira mon émission de novembre 2021 sur Couleurs Jazz Radio.

Partager cet article
Repost0

Alain Jean-Marie Victorieux en trio au Café Laurent

Publié le par Guillaume Lagrée

Alain Jean-Marie Trio

Café Laurent

Paris, Ile de France, France

Vendredi 8 octobre 2021. 21h

 

Alain Jean-Marie: piano

Gilles Naturel: contrebasse

Arnaud Lechantre: batterie

Alain commence par un air qui swingue. Batteur aux baguettes. Bonne syncope. Un standard dont le titre m'échappe. Ca tourne bien. Je fermes les yeux pour savourer la musique. Solo de contrebasse véloce ponctué par le batteur aux baguettes et le pianiste qui plaque des accords de ci de là.

Un air plus sombre. Batteur aux balais. Rythme assez rapide. Alain Jean-Marie creuse dans le grave. " On green dolphin street ", un standard inusable. La main gauche s'allège alors que la main droite reste grave. Ca swingue de plus en plus. Le batteur passe aux baguettes. Premier break de batterie. Tranquille sans forcer.

Solo de piano en intro. La contrebasse reprend la vibration. Batteur aux balais. " Someday my prince will come " ( " Un jour mon prince viendra ", la chanson du film de Walt Disney " Blanche Neige et les 7 Nains ". Le dernier morceau enregistré par Miles Davis avec John Coltrane. Album " Someday my prince will come " . 1961). Joué avec relâchement et désir. Une partie du public écoute religieusement. Une autre bavarde à voix haute. Il faut savoir en faire abstraction notamment durant le solo de contrebasse.

" Night in Tunisia " (Dizzy Gillespie). Batteur aux baguettes. Soirée de révision des classiques avec le Maitre Alain Jean-Marie, qui vient de recevoir une Victoire d'honneur aux Victoires du Jazz 2021. Ca balance comme il faut. Dialogue entre contrebasse et batterie ponctué par le piano. Ca swingue terrible.

Un petit air latino. " Summertime " transformé par le Guadeloupéen Alain Jean-Marie.. Batteur aux baguettes. Sur ce tempo, ça swingue différemment, plus joyeusement.

Intro en piano solo. Ca ressemble à une biguine. Batteur aux balais. Nous voguons sous les alizés sur la mer des Caraïbes. Maillet main droite sur les tambours, balai main gauche sur les cymbales. J'imagine une belle fille danser, faisant tourner sa jupe, guidée par un homme en symbiose avec elle.

" What is this thing called love? ". Un standard. Batteur aux balais. Ca balance en souplesse. Solo de contrebasse chauffé doucement par le batteur aux balais. Le pianiste joue le thème par intermittences et fulgurances. Break de batterie aux balais.

Alain Jean-Marie enchaîne sans attendre la fin des applaudissements. Là, c'est clairement une biguine. Le précédent thème latino était plutôt afro-cubain. Ca sautille. Une dame assise devant la scène danse sur son fauteuil. Le thème est joyeux mais toujours avec cette pointe de nostalgie propre à Alain Jean-Marie. Le serveur danse franchement. Heureusement, sa bouteille de champagne est vide. Pas de risque pour les voisins. Batteur aux baguettes. Le pianiste garde la main. Cette musique, c'est chez lui. Contrebassiste et batteur accompagnent seulement.

PAUSE

Le trio repart sur un standard dont le titre m'échappe mais pas l'air. Batteur aux balais. Tempo veloce. Batteur aux baguettes. Ca swingue d'entrée. La pause n'a pas refroidi les musiciens. Retour aux balais pour chauffer le solo de contrebasse. La petite dame brune assise devant la scène ne s'est pas refroidie non plus. Elle bouge des pieds, des jambes, de la tête, des cheveux qu'elle porte fort longs d'ailleurs. Elle finit par se joindre à la fête pour chanter des paroles en français sur l'air de Misty d'Erroll Garner. Sans microphone. Il n'y en a pas sur la scène du Café Laurent. Question de principe. Son chant et son jeu sont expressifs et bien en rythme. Respect. J'avoue ne pas connaître cette version française de Misty. Après avoir assuré sur scène, la dame revient s'asseoir sur son fauteuil, juste devant, pour apprécier la musique. Solo bien chaud et doux de la contrebasse. La dame remonte sur scène chanter sa chanson d'amour avec passion. Elle monte bien sa voix soutenue par la rythmique. Nous chantons tous avec elle la phrase finale " C'est un grand amour ".

Un air brésilien. " Mas que Nada " (Jorge Ben). La reprise de Sergio Mendes est plus célèbre que la version originale de Jorge Ben. Batteur aux baguettes. La dame qui bavardait à voix haute au 1er set danse au 2e. C'est plus sympathique. La chanteuse chante depuis son fauteuil. Bonne ambiance. Le Caribéen Alain Jean-Marie nous emmène au Brésil

Le batteur reste aux baguettes. Un air swinguant en diable. Du hard bop des années 60 je pense. Le titre m'échappe. 

Changement d'ambiance avec une ballade. Batteur aux balais. Le trio est langoureux et voluptueux à souhait avec une pointe de nostalgie. Le titre m'échappe de nouveau.

" All the things You are " . Une des 7 chansons qu'il suffit de connaître pour devenir musicien de Jazz selon Lee Konitz (1927-2020). Batteur aux balais. C'est joué avec science et fraîcheur, alliage rare et irrésistible à mes oreilles. Le batteur passe aux baguettes. Ca swingue plus tout en restant sur le thème. Dialogue entre la vibration de la contrebasse et la ponctuation de la batterie.

Le trio enchaîne tout de suite. Très professionnel. Batteur aux baguettes. Un standard. " I remember April ". En octobre, il est toujours temps de se souvenir d'avril. Solo du batteur aux baguettes sur les tambours. Bondissant sans forcer.

Un Blues qui swingue. Le titre m'échappe. Arnaud Lechantre reste aux baguettes. Ca balance sérieux entre main gauche et main droite. Nom de Zeus, ça balance!

Alain Jean-Marie commence un air qui sonne caribéen. Batteur aux baguettes. Le rythme du balancement change. Arnaud Le Chantre crée la vague, Gilles Naturel le courant et Alain Jean-Marie pilote le voilier qui vogue dessus. 

Un classique du Be Bop pour finir en gaieté ce beau concert.

La vidéo ci-dessous, a été enregistrée en concert à Paris, au Sunside, le 22 août 2018, avec Alain Jean-Marie (piano), Lukmil Perez (contrebasse) & Felipe Cabrera (batterie). A consommer sans modération.

Partager cet article
Repost0

Mauro Gargano nous emmène dans les Nuages au Sunside

Publié le par Guillaume Lagrée

Nuages par Juan Carlos HERNANDEZ

Nuages par Juan Carlos HERNANDEZ

Mauro Gargano Quartet

Le Sunside

Paris, Ile de France, France

Jeudi 7 octobre 2021. 21h

Concert de sortie de l'album " Nuages " célébré sur ce blog

Mauro Gargano: contrebasse, composition, direction

Patrick Goraguer: batterie

Giovanni Ceccarrelli: piano

Matteo Pastorino: clarinettes

L'album comme le concert de sortie furent maintes fois reportés à cause d'un truc mondial qui a bloqué les artistes et les spectateurs pendant un certain temps. Enfin, ce soir, à Paris, au Sunside, ils jouent l'album " Nuages " acclamé sur ce blog. L'album est inspiré par le poète, écrivain, cinéaste, scénariste, documentariste, journaliste et militant italien Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Plus précisément par " Che cosa sono le nuvole ? ", film de Pasolini au sein du film collectif " Capriccio all'italiana " (1968). Pasolini a écrit la chanson antonyme de son film.

 

Pour commencer, la chanson qui a donné l'idée de l'album . " Che cosa sono le nuvole? " chanté dans le film par Domenico Modugno (1928-1994), l'immortel auteur de " Nel blu dipinto di blu " ( chanson mondialement connue sous le titre de " Volare "). Une ballade mystérieuse, aérienne à souhait. Batteur aux balais. La clarinette reprend le chant alors que la rythmique nous masse les tympans. Nostalgie, tendresse, grâce. La classe à l'italienne. C'est beau comme une après-midi d'automne devant la Mer Méditerranée avec les pins qui se balancent au gré du vent. Macche bella la musica!

Le piano installe une autre ambiance mystérieuse prolongée par les grattements de la contrebasse et le doux massage des balais sur les tambours. La clarinette sinue avec gravité. Mauro Gargano passe à l'archet pour prolonger le son. Je vois les nuages glisser doucement dans l'air au rythme de la musique. Patrick Goraguer tapote ses tambours à mains nues. Retour tout en douceur avec le piano qui nous hypnotise. Le batteur a repris les baguettes faisant tinter doucement les cymbales. Le quartet monte doucement en puissance puis redescend tout doucement avec la contrebasse sous l'archet et le batteur aux balais. C'est moelleux. Con morbidezza.

Clarinette basse. Un morceau au tempo plus rapide. Batteur aux baguettes. Les nuages passent plus vite, plus joyeusement, pas menaçants du tout. Des gentils nuages blancs qui courent comme des moutons dans le ciel. La rythmique tourne joyeusement, plus jazz tout à coup. La clarinette basse virevolte joyeusement. Premier solo de contrebasse. En pizzicato. Subtilement ponctué par le piano et chauffé par le batteur aux balais. Un bébé pleure au fond de la salle. Trop jeune pour ce concert. Je pense que son père est sur scène. Il s'arrête vite. La musique marche sur lui aussi. Que ça fait du bien un tel concentré de beauté! Fin énergique. Ca remue, sapristi!

Nouvelle ballade hantée. Le piano installe l'ambiance. Contrebassiste à l'archet. Batteur aux maillets. Jolis effets de cliquet de la clarinette basse. Le son se coupe, se relâche, s'étire. Maillet main droite, balai main gauche puis balais. La musique me fait décoller. Un vrai tapis volant par delà les nuages. Dialogue fragmenté entre le pianiste et le batteur aux balais puis aux baguettes. Retour aux balais pour le solo de contrebasse doucement chantant. La clarinette basse reprend son chant méditatif. Silence. Personne n'applaudit le solo de contrebasse. Le public reste concentré.

En fait, ils ont joué 2 morceaux:

- Danza della sera. Cf vidéo sous cet article. Hommage à Ketra & Cie (?. Pas sûr du nom. Les experts du rock psychédélique italien ont droit de me corriger) , premier groupe italien de rock psychédélique dans les années 70. Morceau dédié à son fils, le bébé mentionné plus haut dans cette chronique. Comme je le supposais, son père joue sur la scène du Sunside en ce moment.

- Venere allo specchio ( Venus au miroir, thème classique de la peinture européenne. La plus célèbre est celle de l'Espagnol Diego Velazquez)

" Il papunno ". Cf extrait audio au  dessus de cet article. En Italie du Sud (Mauro Gargano vient de Bari, Pouilles, Italie), c'est une sorte de fantôme qui fait peur aux enfants. Clarinette basse. Solo de contrebasse. Batteur aux maillets. Un rythme de marche lente comme celle des Pénitents à Pâques dans les Pouilles. La clarinette basse ondule doucement comme les grands chapeaux pointus des pénitents. Maillet main droite, balai main gauche. La tension monte avec le passage de la main droite à la baguette. Maillet main gauche. Retour de la rythmique au calme avec le batteur aux balais. Un petit garçon s'est endormi. Il est parti dans les nuages. La rythmique part en ballade tranquille avec le batteur aux balais. Le quartet repart plus énergique avec le batteur aux baguettes.

PAUSE

Solo de contrebasse. Les enfants sont partis dormir, la tête dans les nuages. Des fans adultes prennent des photographies des musiciens. Solo de piano souple et bondissant. Clarinette basse rêveuse à souhait. Batteur aux balais puis aux baguettes per un tempo più agitato. C'était " L'isola di Arturo " inspiré du roman d'Elsa Morante. L'île c'est Procida au large de Naples. 

" Pasolini (Nubi di periferia)". Contrebasse à  l'archet. Longue vibration. Morceau sombre. Les nuages sont noirs et de banlieue (periferia in italiano).  Batteur aux baguettes. La clarinette grogne.

Solo de contrebasse sur un tempo rapide. Le batteur tapote doucement aux baguettes. Clarinette sautillante, " Squëdishë ". A Bari, porte de l'Orient, le dialecte mélange l'albanais, le grec, l'arabe, l'espagnol, le français et même l'italien. 

Ce morceau n'est pas présenté tant il fait partie de la culture française. " Nuages " (Django Reinhardt). Django l'a enregistré avec clarinette dès la création de son morceau en 1940: Hubert Rostaing & Alix Combelle. Très gentiment, Mauro Gargano présente ses émissions et leurs oeuvres personnelles. Un hommage à Ennio Morricone par Giovanni Ceccarelli, le pianiste. La " Suite for Modigliani " de Matteo Pastorino, clarinettiste. La participation de Patrick Goraguer, au piano, à l'album de Chris Jennings, contrebassiste canadien.

De jolis nuages blancs se promènent au dessus de la Seine à Samois/Seine où Django aimait pêcher à la mouche et jouer au billard, là où il est mort et enterré. Très joli village où je suis passé à pied par le  sentier de la Seine GR2 qui relie Dijon au Havre en passant par Paris. Batteur aux balais. Ca tourne. Solo de contrebasse délicieusement chauffé par le batteur aux balais. Le pianiste ponctue subtilement. Le quartet repart en finesse avec le batteur aux baguettes.

Patrick Goraguer est le fils d'Alain Goraguer (1931), pianiste, compositeur et arrangeur pour Boris Vian, Serge Gainsbourg, Jean Ferrat et bien d'autres. Go, go, Goraguer! Une jeune spectatrice aimerait rencontrer le contrebassiste. Un spectateur lui explique qu'elle arrive trop tard. Non seulement, il est en couple mais, en plus, il est jeune père de famille. Voir le bébé cité plus haut dans cette chronique. C'est la seule déception de la soirée pour cette auditrice. Pour ma part, il n'y en eut point. 

La photographie des Nuages est l'oeuvre du Météorologique Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>