Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

88 résultats pour “Hervé Sellin

Mozart sort la nuit à Paris

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

« Mozart la nuit » par Antoine Hervé et Cie.

Paris. Théâtre du Châtelet. Lundi 14 juin 2010.21h.

 

 

Antoine Hervé

 

 

Antoine Hervé : piano

François Moutin : contrebasse

Louis Moutin : batterie

Médéric Collignon : bugle, cornet de poche, voix et bruitages

Véronique Wilmart : dispositif électronique

Maîtrise des Hauts de Seine

 

 

La photographie d'Antoine Hervé est l'oeuvre du Frétillant Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

 

 

 

Le chœur vient se ranger par ordre de taille du plus petit au plus grand derrière les musiciens.

Aux bruitages électroniques vient répondre le piano acoustique. Le rideau se lève et dévoile une maîtrise de 120 enfants (7 à 16 ans), la maîtrise des Hauts de Seine. Les frères Moutin entrent eux aussi dans la danse. Le liant de la chorale s’oppose aux cassures du groupe de Jazz. Un air de Mozart joué par une rythmique de Jazz, c’est une petite gourmandise sucrée et délicieuse garantie sans calorie. Par un glissement élégant, la rythmique passe de Mozart au Jazz tout en gardant la grâce. Médéric, au bugle, a mis la sourdine Harmon. Mozart devient bluesy. Le chœur répond au bugle et lycée de Versailles. Une nappe de sons électroniques vient nimber l’ensemble. Duo de conjoints entre piano et électro. Les frères Moutin ramènent le Jazz dans la place. Médéric sonne davisien en diable avec la sourdine.

 

Le chœur bavarde. D’un geste Antoine le fait taire. La pulsation électronique est relayée par la rythmique. La chorale scatte. Le chant mozartien devient haché, rythmé, Jazz. Des petites lumières s’allument près des visages des chanteurs comme des briquets dans un concert de variétés. Médéric se déchaîne, trafiquant le son de son cornet de poche. Louis Moutin hache menu ses cymbales. François pose les fondations et le chœur se place par-dessus. Médéric lance quelques notes au feeling hispanique. La rythmique tourne relax, bluesy installant l’attente. Médéric accompagne la maîtrise avec ses vocalises uniques. Dans son jeu de cornet passent des réminiscences du Miles Davis de  « Sketches of Spain ». La rythmique ronronne comme un gros chat aux pattes de velours. Le chœur s’envole par-dessus. Berceuse fort élégante ma foi. Le chef de chœur fait un beau travail en coordonnant ses élèves avec ces Jazzmen. La musique est très écrite mais il demeure une part d’improvisation. Médéric joue très appliqué et impliqué. Il joue même d’une sorte de flutiau bizarre.

 

La rythmique démarre franche et virile derrière une soprane en soliste. La musique est Jazz, pas le chant, mais ça colle. Un vieux Monsieur devant moi s’enfuit discrètement. Son petit fils doit chanter dans la Maîtrise et ne l’a pas prévenu du programme. Manifestement , il ne s’est pas remis de sa surprise. Médéric vient mouiller la musique avec son cornet au son trafiqué.

 

Antoine se lève pour scatter en duo avec Louis Moutin jouant des mains sur ses tambours. Ca marche. Le public bat la mesure. C’est l’intro du  Dies Irae du Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart ! Le chœur se lance joyeusement. Le Dies Irae groove. Médéric souffle dans son délicat instrument. Le Dies Irae dies illa s’élève du chœur tout puissant. C’est le bazar organisé. Les choristes lancent leurs partitions en l’air. Médéric se lance dans des bruitages entre souffle et aigu. Il fait même le souffle du vent d’hiver dans les sapins enneigés. Grâce à la magie de la technologie, il lance sa voix en boucle et improvise par-dessus. « Extraordinaire » dit une voisine qui découvre le phénoménal Médéric Collignon. La rythmique swingue terrible. Médéric a repris son cornet magique, à mille parfums au moins. François fouille l’aigu de sa contrebasse alors que Louis malaxe à pleines mains ses tambours. Alliance de sonorités éloignées entre la rythmique Jazz, le cornet avec effet mouillé 70’s, l’électronique de Véronique et la chorale classique. Et pourtant ça colle.

 

RAPPEL

 

Reprise d’un morceau. Dialogue électro/piano pour commencer. Puis un bon gros swing de la rythmique. Il faut vraiment aimer Mozart pour le bousculer ainsi. Cela me rappelle ce que disait Alexandre Dumas père de l’Histoire : «  Certes je viole l’Histoire mais je lui fais de beaux enfants. ». Le chœur s’envole sur une rythmique bien ancrée nimbée d’électronique ; Médéric nous fait un solo de guitare électrique avec la voix. Cet homme a mille tours dans son sac comme ce flutiau coulissant avec lequel il joue. Ca finit comme ça.

 

RAPPEL

 

Le chœur est en pleine lumière. Ca swingue tranquille et énergique. Médéric monte le son pour se faire entendre avec le chœur. Les choristes portent tous une écharpe blanche. Ils ne sont pourtant pas magistrats ou avocats.

 

Une soirée fort divertissante et surprenante.Je n'ai pas pu interroger Mozart sur cette façon de revisiter sa musique mais quelque chose me dit qu'en homme libre il aurait aimé cette liberté.

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz pour avril 2012 à Paris

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Citoyennes lectrices, Citoyens lecteurs, en cette période électorale, je propose à vos suffrages les concerts de Jazz suivants pour le mois d'avril 2012 à Paris.

Tout d'abord, vous pouvez profiter des concerts consacrés à Claude Debussy à l'occasion de l'exposition " Debussy, la musique et les arts " au Musée de l'Orangerie, dans le Jardin des Tuileries. Ce n'est pas du Jazz mais cette oeuvre est une source d'inspiration inépuisable pour les musiciens de Jazz.

Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet

Lundi 2 avril à 20h30, le pianiste Giovanni Mirabassi en solo, en trio et avec des invités surprise jouera Adelante! son album révolutionnaire enregistré à Cuba, si tant est que Cuba ait encore quoi que ce soit de révolutionnaire en 2012. Comme disent les Cubains, la révolution cubaine a 3 réussites: la santé, l'éducation et le sport et 3 échecs: le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner.

Giovanni-Mirabassi.jpg

La photographie de Giovanni Mirabassi est l'oeuvre du Passionné Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Caveau des Légendes

Vendredi 20 et samedi 21 avril à 20h et 21h30 : Le trio d'Eric Le Lann (trompette) avec Gildas Boclé (contrebasse) et Nelson Veras (guitare)joue en hommage à Chet Baker. Après l'avoir écouté en février puis en mars, je vous confirme, lectrices exigeantes, lecteurs sélectifs,que ce trio mérite toujours d'être écouté en avril. Le manquer sur scène serait une faute de goût. Espérons qu'ils joueront ailleurs qu'à Paris bientôt.

La Java

Du Jazz à danser et à écouter.

Vendredi 6 avril, de 21h à  l'aube, Electro Swing Club avec DJ, musiciens, effeuilleuses. L'ambiance sera t-elle aussi hot qu'au Tweet Tweet Club?

Samedi 28 avril de minuit à l'aube, Jazz Attitude Party avec DJ, musiciens mais sans effeuilleuses. Si elles vous manquent, adressez vous à la direction de la Java.

Lundi 30 avril à 20h30, Jazz à la Java avec Wintage:Claude Barthélémy (guitare électrique), Jean Luc Ponthieux (contrebasse, basse électrique), Eric Groleau (batterie).

Le New Morning

Jeudi 26 avril à partir de 20h, soirée Funk avec Raahsan Ahmad, inconnu de mes services puis Fred Wesley&the New JB's: Fred Wesley, LE tromboniste de James Brown. We gonna make it funky right now!

Vendredi 27 avril à 20h30, le quartet du saxophoniste ténor David Sanchez, Star du Latin Jazz. Attention, ce n'est pas de la musique de danse!

Auditorium Saint Germain

Lundi 16 avril à 19h30, Leçon de Jazz d'Antoine Hervé " Antonio Carlos Jobim et la Bossa Nova " avec Antoine Hervé (piano) et Rolando Faria (chant). Emmenez y vos enfants: l'instruction par le divertissement, tel est le principe fondamental du Jazzologue Antoine Hervé.

Duc des Lombards

Dimanche 8 avril à 20h et 22h, le quartet du guitariste Jonathan Kreisberg. Très demandé comme accompagnateur, le voici enfin en leader à Paris.

Lundi 23, mardi 24 avril à 20h et 22h, Ernie Watts & The Melody Players. Un saxophoniste ténor qui a joué à la fois avec Thelonious Monk et Frank Zappa, ne cherchez pas, c'est Ernie Watts.

Mercredi 25, jeudi 26, vendredi 27, samedi 28 avril à 20h et 22h, Didier Lockwood (violon) en trio avec Diego Imbert (contrebasse) et Philippe Catherine (guitare). Une bonne occasion de réviser ses classiques.

Sunset-Sunside

Vendredi 6 et samedi 7 avril à 21h au Sunside, le trio Triphase de la batteuse Anne Pacéo.

Vendredi 6 avril à 21h30 au Sunset, l'Organ Quartet de Matthieu Marthouret pour la sortie de l'album " Upbeats " .

Samedi 7 et dimanche 8 avril à 21h30 au Sunset, le quartet du guitariste manouche Christian Escoudé joue Georges Brassens.

Dimanche 8 avril à 21h au Sunside, Kneebody featuring Ben Wendel (saxophones) and Nate Wood (drums).Direct from New York City to Paris.

Lundi 9 avril à 21h au Sunside, le Round Trip Trio (Bruno Angelini, Mauro Gargano, Julien Augier) invite Jason Palmer (trompette).

Mercredi 25 avril à 20h30 au Sunset, Raphaël Reiter Trio rend hommage à Bob Brookmeyer avec Raphaël Reiter (trombone à pistons), Noë Macary: piano, Lennart Heyndels: contrebasse.

Vendredi 27 avril à 20h30 au Sunset, le trio Gérard Marais (guitare), Emmanuel Bex (orgue Hammond), Aldo Romano (batterie) ressort sur les ondes son album " Poisson nageur ".

Lundi 30 avril à 21h au Sunset, le quartet de Sébastien Llado (trombone à coulisses, conques).

Le Triton (Les Lilas, métro Mairie des Lilas).

Samedi 14 avril à 20h30, Maria Laura Baccarini et Claudia Solal chantent " Poète, vos papiers ! ", textes de Léo Ferré, musique d'Yves Rousseau. Je me réjouis de les revoir, les réécouter, les redécouvrir. Amis de la musique, de la poésie, de la liberté, soyez y.

Samedi 21 avril à 20h30, Elise Caron&Archi Music: " Sade Songs ". Le Marquis de Sade mis en chansons. Vous êtes priés de ne pas y emmener vos enfants, lectrices prudentes, lecteurs avisés.

 

Voici un extrait du précédent spectacle " Poète, vos papiers! " d'Yves Rousseau. Jeanne Added chantait alors avec Claudia Solal. J'en parlais alors. Je suis heureux de découvrir la nouvelle version de ce spectacle et d'en parler bientôt.

 



Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz à Paris pour décembre 2012

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices joyeuses, lecteurs rieurs, voici ma sélection festive, choisie avec une mauvaise foi schopenhauerienne, de concerts de Jazz pour Paris, Ile de France, France en décembre 2012. Cette sélection a été effectuée en écoutant les enregistrements en trio, quartet, solo de  Martial Solal pour Vogue de 1953 à 1956 que l'on trouve à un prix modique chez les vendeurs de musique réelle ou virtuelle. Du caviar au prix des cacahuètes.
pierrick-pédron.jpg
La photographie de Pierrick Pédron est l'oeuvre du Décembriste Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

l'exposition Django Reinhardt se poursuit en décembre 2012 avec une pause entre le 24 et le 31 décembre.
le cycle l'Arménie de Tigran se terminera avec le concert du pianiste arménien Tigran Hamasyan le samedi 1er décembre à 20h. Je suis ce musicien depuis 2003 (il avait 16 ans). Je le recommande toujours aussi vivement.

Lundi 10 à 19h30: Leçon de Jazz d'Antoine Hervé (piano, enseignement) sur Duke Ellington, pianiste, compositeur et melody maker avec François Moutin (contrebasse) et Louis Moutin (batterie). Après une Leçon sur le Duke en solo, Antoine Hervé traite à nouveau le sujet en trio en attendant, espérons le, de le traiter en big band. 3 Leçons de Jazz sur Duke Ellington ne suffiront pas à épuiser le sujet de toute façon. Emmenez y conjoints, parents, enfants, amis, voisins, collègues pour qu'ils profitent du Gai Savoir d'Antoine Hervé et de ses complices.
Jeudi 15 à 21h: Gaël Horellou Quartet. Un saxophoniste alto dont je ne parle pas assez, je le reconnais.
Mercredi 19 à 21h: le guitariste éclectrique Pierre Durand en duo avec le contrebassiste Guido Zorn. Mystère, mystère.
Bar près de Bastille. Concerts à entrée libre à 19h ou 20h quasiment chaque soir. Venez découvrir les jeunes pousses du Funk, du Jazz, de la Soul, made in Paris.
La Java:
Une boîte où joua Django Reinhardt.
Vendredi 14 de 0h à l'aube: Electro Swing Club pour guincher le Jazz mêlé d'électronique.
Lundi 17 à 20h30: Jazz à la Java avec Noah Rosen et Alan Silva, pour les nostalgiques du Free Jazz.
Vendredi 28 de 0h à l'aube: Jazz Attitude Party pour guincher de nouveau entre Jazz et électro.
Samedi 1er à 20h30: Ceux qui marchent debout, Fanfare Funk Française (FFF) qui ferait danser un couvent de bénédictines.
Lundi 3 à 20h: Gian Maria Testa, poète et chanteur italien pétri de Jazz, bien différent de son aîné Paolo Conte. Meraviglioso!
Mercredi 12 à 20h30: New York Ska Jazz Ensemble. Un groupe de musiciens new yorkais qui joue les standards du Jazz à la jamaïcaine (Ska ou Reggae). Effet positif garanti.
Samedi 15 à 21h: Manuel Rocheman meets Toninho Horta. Un pianiste français, disciple de Martial Solal, à la rencontre d'un compositeur brésilien.
Mardi 18 à 20h30: Régis Gizavo, accordéoniste malgache fera escale à Paris. Embarquez vous avec lui. Vous n'oublierez pas ce voyage.
Vendredi 21 décembre à 20h: le quartet à cordes de Jean-Philippe Viret " Supplément d'âme ". Quelle plus belle façon de fêter la fin du monde?
Dimanche 2 à 20h et 22h: Jon Hendricks, légende du Jazz vocal. Est-il encore de capable de chanter, scatter comme il y a 50 ans?
Mercredi 5, jeudi 6 à 20h et 22h: Pierrick Pédron (sax alto) viendra jouer en trio son album "  Kubic's Monk " louangé sur ce blog.
Le Triton: (rue du Coq français, Les Lilas. Métro Mairie des Lilas)
Mardi 4 à 21h: Jean-Marie Machado (piano)+ Dave Liebman (saxs)+ Quatuor Asplos = " Painting notes in the air ". Prêts à vous envoler? Suivez les!
Jeudi 6 à 21h: Matthieu Donarier (saxs) + Manu Codjia (guitare) + Christophe Lavergne (batterie) + Benjamin Moussay (claviers) = " Dragoon ". Ces gars là vont cracher les feux des Dieux!
Vendredi 7 à 21h: Sylvain Rifflet
Samedi 8 à 21h: Dominique Pifarely (violon) et l'ensemble Dédales. Laissez vous perdre.
Jeudi 13 à 21h: Christophe Monniot (saxs, clarinette). " Station Mir ". L'espace est la place!
Du mercredi 19 au samedi 22 à 21h, John Greaves (chant, composition) " Verlaine, les airs " avec pour les voix Thomas de Pourquery, Jeanne Added,  Elise Caron. Amis de la poésie, prière de ne pas vous abstenir. 
Mercredi 12, jeudi 13 à 21h: Moutin Reunion Quartet avec Rick Margitza (sax ténor) et Thomas Ehnco (piano). Un classicisme de bon aloi.
Mercredi 19 à 20h30: Barbes Big Band rend hommage à Al Cohn. Il n'est pas assez souvent rendu hommage à Al Cohn. Que 19 jeunes musiciens de Jazz français le fassent en 2012 est une bonne nouvelle.
Vendredi 21, samedi 22 à 21h: Eddie Henderson (trompette), Laurent de Wilde (piano), Darryl Hall (contrebasse), Laurent Robin (batterie) = la classe, forcément la classe.
Lectrices poétiques, lecteurs rêveurs, voici de quoi vous donner une idée du spectacle " Verlaine " par John Greaves et ses amis Français. Filez aux Lilas, au Triton, le savourer avec des amis choisis. Des délices si raffinées ne sont pas destinées aux esprits grossiers.

 

Partager cet article

Repost0

Nicolas Kummert Voices " One "

Publié le par Guillaume Lagrée

Nicolas Kummert Voices

" One "

Prova Records. 2010.

Avec le soutien de la Communauté française de Belgique.

Nicolas Kummert: saxophones, voix.

Hervé Samb: guitares, voix (2,4,6)

Jozef Dumoulin: piano

Nicolas Thys: contrebasse, voix (2,4,6)

Lionel Beuven: batterie

Jozef Dumoulin

La photographie de Jozef Dumoulin est l'oeuvre du Vibrant Juan Carlos HERNANDEZ. L'utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

La Belgique est décidément un pays bouillonnant. Politiquement, linguistiquement et culturellement. Plus d'un an après l'album leader de Jozef Dumoulin, je retrouve ce sorcier des claviers au service de son compatriote saxophoniste, poète, chanteur Nicolas Kummert.

Qu'y a t-il dans cet album? Mille et mille merveilles. Du Jazz de crooner avec la reprise classieuse du " Close to You " de Burt Bacharach, un vrai piège d'amour comme le chante Jacques Dutronc (n°5) . Un hommage au dessinateur belge Folon qui est en fait une chanson de Salif Keita(n°3). Une version reggae de Monk (Monk's Dream. n°2). De la poésie révoltée contre la cupidité des héritiers de Jacques Prévert (n°4) et contre la Faucheuse (n°8 qui illustre cet article). Du Jazz pur et dur qui part en voyage pour l'Afrique (n°6).

Comme le Fluturiste André Stochetti, Nicolas Kummert fait partie d'une espèce rare: musicien, poète et chanteur. C'est dire s'il faut profiter de ses talents.

Je ne vais pas tout vous raconter. A vous de sourire, vous émouvoir, danser, écouter, bouger, vous éveiller aux sons de Nicolas Kummert et ses complices, charmants lecteurs, aimables lectrices.

Ils seront en concert à Paris, au Sunset, le jeudi 2 février 2012 à partir de 21h30. J'y serai. Soyez y aussi, sapristi!

En attendant, les voici à Bruxelles, en Belgique, jouant Folon.

Partager cet article

Repost0

Le Tatiphone en vacances à Pontchateau (44) le 30 novembre 2012

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

Vendredi 30 novembre 2012 à 20h30 

au CARRE D’ARGENT à PONTCHATEAU,

Loire Atlantique, Pays de la Loire, France

 

Le Tatiphone en vacances 

« Sur un air de saxophone, des images de bord de mer défilent sous nos yeux.  

Ainsi commence ce passionnant voyage musical et visuel dans l’œuvre de Jacques Tati.  

1 vidéaste et 7 musiciens de la scène jazz française redonnent vie au film « Les vacances de 

Monsieur Hulot » tourné il y a soixante ans à Saint-Marc-sur-Mer (Saint-Nazaire). Trompette 

rieuse et accordéon enjoué se font l’écho des situations fantaisistes si bien filmées par le 

cinéaste. On se régale des images revisitées par Olivier Moreels : la guimauve qui n’en finit pas 

de s’étirer ou encore ce pot de peinture facétieux qui se joue de notre apprenti peintre…  

A coup de ritournelles d’époque, de compositions audacieuses et de bruitages, les musiciens 

rappellent l’ambiance des films. Le Tatiphone rend un hommage à la fois original et fidèle à 

l’esprit de Tati : poésie, burlesque et modernité. »  Christine Dubeau / le Carré d’Argent 

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + ++++++ 

Avec : 

Hervé Batteux : « Tatidrums » (sample, percussions), conception du projet 

Guillaume Saint-James : saxophones, compositions 

Geoffroy Tamisier : trompette  

Jean-Louis Pommier : trombone 

Didier Ithursarry : accordéon 

Jérôme Séguin : basse 

Christophe Lavergne : batterie 

Ollivier Moreels : creation vidéo, photographie et scénographie 

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++++ 

En 1ère partie, « le Petit Tatiphone » : Restitution du travail de création menée avec les élèves de l’école 

de musique intercommunale de Pont-Château/Saint-Gildas-des-Bois. 

 

Une soirée organisée dans le cadre de Jazz Tempo, temps fort du Collectif Régional de Diffusion du Jazz 

(CRDJ), avec le soutien du Conseil régional des Pays de La Loire. 

Avec la complicité des « Films de Mon Oncle ». 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *  

Tarifs : Plein 15 € - Partenaire 13 € - Réduit 10 € - Abonné 12 € - Abonné réduit 8 €  

Projection du film « Les vacances de Monsieur Hulot » au Cinéma La Bobine à Pontchâteau : Mercredi 28 et jeudi 29 

novembre à 20h30 

 

Infos billetterie : 02 40 01 61 01 /billetteriecap@pontchateau.fr 

 

 

 

                                            

 

Partager cet article

Repost0

RECLAME: concerts de piano(forte) de Ziad Kreidy à Paris de février à avril 2013

Publié le par Guillaume Lagrée

      RECLAME

 

Prochains concerts de Ziad Kreidy

Divines lectrices, sublimes lecteurs, je vous ai déjà chanté les louanges de Ziad Kreidy comme auteur des " Avatars du piano " et comme interprète des pièces lyriques de Grieg sur un pianoforte droit Erard de 1867. Vous brûlez d'impatience d'aller l'écouter en concert pour juger de ses talents sur pièces et sur place comme disent les experts-comptables. Voici de quoi satisfaire votre insatiable curiosité avec ses prochaines dates de concert à Paris. Pas de date prévue hors de Paris pour l'instant. Merci de vous plaindre auprès de l'artiste de ce tropisme parisien forcené. Je n'y suis pour rien.

Vendredi 22 février à 20h30, samedi 23 février à 17h. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation obligatoire. Programme Schubert, Chopin. Atelier Philippe Jolly où a été restauré le pianoforte droit Erard de 1867 qui demeure désormais dans l'appartement du Citoyen Ziad Kreidy.

 Samedi 16 mars 2013, 20h30
Chapelle St Jean, 67 rue Daguerre, 75014 Paris
Concert de piano | Mozart · Schubert · Chopin · Grieg

Samedi 13 & Dimanche 14 avril 2013, 16h
Musée Cognac-Jay
8 Rue Elzevir 75003 Paris
Concert de pianoforte (Boisselot circa 1828) | Mozart · Haydn · Schubert
Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Voici Ziad Kreidy jouant Mozart sur pianoforte. Comme souvent chez Mozart, ça swingue terrible! A comparer avec " Mozart la nuit " par Antoine Hervé.

 


 

Partager cet article

Repost0

Festival CinéJazz à Paris du 19 au 29 novembre 2013

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Festival CinéJazz

Paris

Du mardi 19 au vendredi 29 novembre 2013

 

Lectrices cinéphiles, lecteurs mélomanes, réconciliez vous avec le festival Cinéjazz qui aura lieu à Paris du mardi 19 au vendredi 29 novembre 2013.

Au programme:

- des concerts de Jazz dont une Leçon de CinéJazz par Antoine Hervé le mardi 19 novembre à 21h dans le grand amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne. La classe, forcément la classe.

- un festival de courts métrages. Ils sont visibles sur le site Internet du festival.

- un colloque universitaire sur les Esthétiques du Jazz au musée Dapper présidé par le professeur Gilles Mouellic de l'université de Haute Bretagne Rennes 2.

- des films sur le Jazz projetés à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris

J'en oublie sûrement.

Pour parrainer ce deuxième festival international du Jazz et du Cinéma, qui de mieux que Michel Legrand? 3 Oscars, 5 Grammy Awards, compositeur de standards du Jazz tels que " The windmills of your mind " (Oscar pour la musique de " The Thomas Crown affair " en 1968) et " What are you doing the rest of your life ? " qu'affectionnait Bill Evans, le seul Français qui ait dirigé deux fois Miles Davis (en 1958 pour " Legrand Jazz " et en 1991 pour la musique du film " Dingo " de Rolf de Heer, la regrettée Bernadette Laffont jouant l'épouse de Miles Davis).

 

Dans " Cléo de 5 à 7 " d'Agnès Varda (film culte pour Madonna!), " Bob " (Michel Legrand) et " Plumitif " (Serge Korber) créent, pour " Cléo " (Corinne Marchand), deux bijoux de chansons en 2mn46s: " La menteuse " puis " La joueuse ". Paroles d'Agnès Varda, musique de Michel Legrand. A savourer sans modération.

 


 

 

Partager cet article

Repost0

Cosmo Jazz Festival à Chamonix Mont Blanc (74) du 25 juillet au 2 août 2015

Publié le par Guillaume Lagrée

Cosmo Jazz Festival

Chamonix Mont Blanc, Haute-Savoie, Rhône-Alpes, France

du samedi 25 juillet au dimanche 2 août 2015

Lectrices alpinistes, lecteurs randonneurs, retrouvez vous dans les Alpes pour le Cosmo Jazz Festival du samedi 25 juillet au dimanche 2 août 2015 à Chamonix Mont Blanc et dans la vallée du Trient.

Au programme, le concert Jam chaque soir à 21h animé par le quartet composé de Malcom Braff (piano), Christophe Wallemme (contrebasse), Stéphane Huchard (batterie) et Hervé Gourdikian (saxophone ténor et duduk), des apéros Jazz à 16h et des concerts en altitude, sur les alpages en matinée et l'après-midi (en cas de mauvais temps, concerts reportés au Majestic à Chamonix).

A noter le dimanche 2 août 2015 à 11h, à la Tour Charamillon, le concert de piano solo de Dan Tepfer basé sur les Variations Goldberg de Jean Sébastien Bach, projet bien connu des fidèles lecteurs de ce blog.

Programmation assurée par André Manoukian, régional de l'étape, comme disent les bicyclistes.

Les concerts sont gratuits. Il est vivement conseillé de réserver votre place. L'accès aux remontées mécaniques est payant. Si vous êtes aussi sportifs qu'impécunieux, lectrices alpinistes, lecteurs randonneurs, vous pouvez monter et descendre à pied au concert.

Comme pour toute activité en montagne l'été, l'accès à ces concerts suppose des spectateurs, spécialement pour les enfants et les personnes âgées, le respect de consignes de sécurité élémentaires: port de vêtements et de chaussures adaptés, gourde remplie d'eau, crème solaire, casquette. Comme dit un vieux proverbe irlandais: " There is no such thing as bad weather. Only bad clothes " (Il n'y a pas de mauvais temps. Seulement des mauvais vêtements).

Partager cet article

Repost0

RIP Mac Coy Tyner (1938-2020)

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices pianistes, lecteurs saxophonistes, le décès de Mac Coy Tyner le 6 mars 2020 n'a pu vous échapper. 

Je rappelle sur ce blog une Leçon de Jazz d'Antoine Hervé en 2012 consacrée à ce Géant du piano intitulée: " Tempête sur les musiques du monde ".

Mac Coy Tyner était natif de Philadelphie comme tant de grands Jazzmen: " Philly " Jo Jones (batteur), les frères Bud et Richie Powell (piano), les frères Heath (Jimmy au saxophone, Percy à la contrebasse et Albert à la batterie). A 18 ans, il se convertit à l'Islam. Il avait les oreilles grandes ouvertes aux musiques africaines (la terre des ancêtres) mais aussi asiatiques, européennes et évidemment américaines. 

Pour plus d'informations, je vous signale les articles biographiques du New York Times et de Libération .

Pour aller plus loin, lisez le passionnant entretien (2008) de Mac Coy Tyner avec Dan Tepfer (1982), pianiste maintes fois célébré sur ce blog. 

Un seul mot sur Mac Coy Tyner pour résumer son apport à la principale musique du XX° siècle, le Jazz: " Il m'a permis de déployer mes ailes " (John Coltrane).

Quand John Coltrane quitta Miles Davis en 1960 pour voler de ses propres ailes et fonder son quartet, son premier pianiste se nommait Steve Kuhn. Très vite, un mois je crois, Steve Kuhn fut remplacé par Mac Coy Tyner. Le quartet dura jusqu'en 1965 avec Jimmy Garrison (contrebasse) et Elvin Jones (batterie). Depuis, des milliers de Jazzmen se sont cassés les dents, les doigts, les anches à  essayer de jouer comme ce groupe.

Mac Coy partit en 1965 ne supportant pas la nouvelle orientation de Coltrane avec l'ajout de percussionnistes, de saxophonistes. Il ne s'entendait plus jouer disait-il. Et pourtant, quelle puissance, quel feu sacré! Mac Coy Tyner dévorait et brûlait son piano à chaque concert. Cf " Everytime we say goodbye " en extrait audio au dessus de cet article. Un standard où Coltrane joue la mélodie au saxophone soprano laissant le solo à son pianiste, Mac Coy Tyner. 

Mac Coy Tyner Quartet en concert en France au festival Jazz à Vienne avec Bobby Hutcherson (vibraphone), Charnet Moffett (contrebasse) et Eric Harland (batterie). Dansons dans la joie du Village africain! Cf vidéo ci-dessous. 

Partager cet article

Repost0

Clefs pour le piano/Keys to the piano/ Ziad Kreidy (dir).

Publié le par Guillaume Lagrée

Antoine Hervé par Juan Carlos HERNANDEZ

Antoine Hervé par Juan Carlos HERNANDEZ

" Clefs pour le piano/ Keys to the piano "

Ouvrage collectif dirigé par Ziad Kreidy

Editions Aedam Musicae. Château-Gontier (53).

France. 2018. 478p. 37€.

 

Lectrices savantes, lecteurs experts, il n'a pu vous échapper que ce blog relève de l'escroquerie. En effet, je ne sais ni lire, ni écrire, ni jouer la musique et pourtant j'en parle. Heureusement pour moi, je n'en tire pas le moindre denier ce qui m'évite de tomber sous le coup de l'article 313-1 du Code pénal.

Pour instruire les ignorants dans mon genre, le pianiste et musicologue libano-français Ziad Kreidy se dévoue corps et âme à propager la sainte parole de la musique savante au piano. Seul, il écrivit " Les avatars du piano " (2012) puis " La facture du piano et ses métamorphoses " (2018) déjà louangés sur ce blog. 

Cette fois, il se lance dans un ouvrage collectif et bilingue " Clefs pour le piano/Keys to the piano ". Moins ambitieux que Denis Diderot, son Encyclopédie ne couvre qu'un seul objet, le piano comme vous l'aviez deviné, lectrices savantes, lecteurs experts. 

L'ouvrage est un recueil d'articles sans plan visible. Pour autant, vous vous apercevrez vite, lectrices savantes, lecteurs experts, que l'ouvrage suit un plan chronologique allant de l'invention du pianoforte (doux fort en français. La langue italienne dit toujours pianoforte mais ce n'est plus le même instrument) par l'Italien Bartolomeo Cristofori vers 1700 au service d'un grand Duc Médicis à Florence (peintres, sculpteurs, architectes et musiciens européens devraient rendre hommage aux Médicis à Florence au moins une fois par an) à des solutions pour un piano futur proposées par l'Américain Stewart Pollens.

En chemin, Ziad Kreidy ne lâche pas ses obsessions. Notre directeur spirituel aime jouer les œuvres anciennes sur les instruments anciens. A l'appui de sa démonstration, un article sur Frédéric Chopin démontre, qu'en plus de copier lui même ses partitions, le plus célèbre des Polonais indiquait des tempi, des pédales différents selon que le morceau devait être joué à Paris, Vienne ou Londres. En effet, à son époque, d'une ville à l'autre, les pianos différaient. " En ce qui concerne le piano, personne n'en sait plus que Chopin " (Robert Schumann). 

Pour autant, notre auteur n'est pas un fanatique. Il accepte le dialogue avec des artistes au point de vue totalement divergent du sien. Ainsi le compositeur français Tristan Murail (1947) estime qu'un compositeur actuel pour le piano ne peut créer du neuf qu'en utilisant les ressources de l'électronique. Cf sous cet article, la vidéo de Dan Tepfer (1982), pianiste, compositeur et astrophysicien maintes fois louangé sur ce blog, " Jazz and Coding ". 

Les deux précédents ouvrages de Ziad Kreidy ne comportaient pas un mot sur le Jazz. Ce fâcheux oubli est réparé avec l'article " Enjeux d'une esthétique pianistique afro-américaine (de Eubie Blake à Jason Moran) " de Frédéric Saffar (Université Paris 8). Que deviennent les pianistes de Jazz blancs et métis, européens et asiatiques, dans cette affaire? La question demeure. Autre question sans réponse. Pourquoi, dans la musique classique, le pianiste est-il le soliste invité par l'orchestre qui peut très bien jouer sans lui alors qu'en Jazz, il est le chef d'orchestre, compositeur, arrangeur, directeur musical dont l'exemple le plus reconnu, souvent imité mais jamais égalé, demeure Duke Ellington

Un autre article aurait pu, aurait dû, citer des pianistes de Jazz. " L'incarnation percussive du piano contemporain " de Pierre-Albert Castanet, professeur à l'université de Rouen, qui dirigea un big band de Jazz et qui réussit l'exploit sportif de parler de piano traité comme un instrument de percussion sans faire référence aux racines africaines infusées dans le Jazz par Fats Waller ou Thelonious Sphere Monk. Comme si le pianiste cubain Omar Sosa n'existait pas.  En compensation, écoutez sous cet article, l'extrait audio de l'album " Drum Suite " (1956) d'Art Blakey avec le " Cubano Chant " du pianiste Ray Bryant

Ziad Kreidy, tant dans ses écrits que dans son jeu, lutte contre la standardisation des pianos. Il n'est pas le seul à mener le combat. Ainsi le pianiste et enseignant français Stephen Paulello a décidé de créer des pianos tant il était déçu par ceux dont il jouait. Le résultat donne un grand piano à 102 touches (contre 88 habituellement) dont le pianiste de Jazz français Marc Benham fait merveille dans son récent album " Gonam City ", célébré sur ce blog. Ce piano est au piano vendu en magasin ce que la haute couture est au prêt à porter. Le prix suit la qualité. Il monte en flèche. 

Le piano peut même devenir tellement unique qu'il n'existe qu'en un seul exemplaire dont certains pianistes aventureux (plutôt Indiens qu'Européens) aiment jouer mais que personne n'achète. C'est le Fluid Piano, sujet d'un entretien entre son créateur le Britannique Geoffrey Smith et Ziad Kreidy. Comment marche le Fluid Piano? Vous le saurez en lisant l'article.

Ce genre de crocodile, rare et cher, ne permet pas de fournir un marché de masse. Tous les musiciens ne disposent pas chez eux d'un salon de musique comme cela se trouvait dans les hôtels particuliers des Fermiers généraux à Paris au XVIII° siècle. D'où l'utilité des petits pianos que démontre le constructeur américain Delwin D Fandrich

En toute honnêteté, lectrices savantes, lecteurs experts, je ne suis pas venu à bout de certains articles. Savoir comment Erard a inventé son mécanisme à double échappement ou comment les pianos étaient fabriqués en URSS ne m'intéresse pas du tout. Mon insatiable curiosité n'est pas allée jusqu'à ces extrémités.

Cette chronique ne prétend pas décrire toutes les richesses de ce livre, simplement vous en livrer quelques aperçus. 

L'immense intérêt de cet ouvrage est que vous pouvez le lire et vous instruire comme il vous plaira, lectrices savantes, lecteurs experts. En tout ou partie, dans l'ordre ou le désordre, " Clefs pour le piano/ Keys to the piano " vous ouvrira des portes dont vous ignoriez l'existence. Merci à Ziad Kreidy pour ce travail encyclopédique au service de la musique en général et du piano en particulier. 

La photographie du pianiste, compositeur et chef d'orchestre français Antoine Hervé est l'œuvre du Fortissimo Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>