Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

88 résultats pour “Hervé Sellin

Sélection de concerts de Jazz à Paris et en Ile de France pour février 2016

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices avisées, lecteurs avertis, c'est avec ma partialité coutumière que je vous propose une sélection de concerts de Jazz à Paris et en Ile de France pour le mois de février 2016.

Pour un agenda exhaustif des concerts de Jazz en France, voyez mes anciens collègues de Citizenjazz.

Le festival Sons d'hiver rayonnera sur le Val de Marne et Paris jusqu'au dimanche 21 février.

A Paris, le festival Au fil des voix vous fera chanter le monde jusqu'au lundi 15 février à l'Alhambra et au Studio de l'Ermitage.

Le concert du mois se déroulera à Paris au théâtre du Châtelet le lundi 8 février à partir de 20h. Pour fêter les 60 ans de l'Académie du Jazz, un concert en 2 parties: " All Stars de prix Django Reinhardt " composé exclusivement d'anciens lauréats de l'Académie avec René Urtreger (piano), Henri Texier (contrebasse), Simon Goubert (batterie), Eric Le Lann & Airelle Besson (trompettes), Géraldine Laurent & Pierrick Pédron (sax alto) et Stéphane Guillaume (sax ténor, flûte) puis, en 2e partie, le Duke Orchestra de Laurent Mignard voué à la musique de Duke Ellington avec pour invités exceptionnels Jean-Luc Ponty (violon), Sanseverino (guitare, chant) et John Surman (saxs, clarinette).

Le film du mois ce sera la première projection au château de Goutelas du documentaire " Une poule sur un piano " consacré au séjour de Duke Ellington en Forez (Loire, Rhône Alpes, France) le jeudi 25 février 2016, 50 ans jour pour jour après son arrivée.

Lundi 1er février:

20h30, Jazz Club de Saint Denis, Saint Denis, Seine Saint Denis. Médéric Collignon et son Jus de Bocse. Notre bête de scène Made in France, c'est Médéric Colignon et personne d'autre.

Mardi 2 février:

- 19h30 et 21h30, Duc des Lombards, Paris: Sylvain Rifflet, Mechanics. La mécanique devient féérique dans les mains de ce magicien sonore.

- 21h, Sunside, Paris: Nicolas Genest & Yvan Robilliard. Voyage, voyage.

- 22h, Caveau des Oubliettes, Jim Grandcamp Project. Guitariste électrique que j'ai découvert au sein de Le Lann&Top en 2006. A suivre.

Mercredi 3 février:

- 19h, Le Baiser Salé, Paris. Mario Canonge (piano) & Michel Zenino (contrebasse) nous invitent dans leur résidence depuis 8 ans. Tous les mélomanes sont les bienvenus.

- 19h30 et 21h30, Duc des Lombards, Paris: Sylvain Rifflet, Mechanics. La mécanique devient féérique dans les mains de ce magicien sonore.

Jeudi 4 février:

- 20h, Le Triton, Les Lilas, Seine-Saint-Denis: duo de piano entre Benjamin Moussay (Jazz) et Nima Sarkechik (classique). Aimez vous Brahms?

Vendredi 5 février:

- 20h30, Le New Morning, Paris. " Migrants " spectacle multmedia (musique, images, voix) du pianiste italien Nicola Sergio dédié à tous les migrants du monde avec pour invité spécial l'écrivain et metteur en scène Atiq Rahimi, prix Goncourt 2008 pour " Syngué Sabour ".

Mardi 9 février:

- 20h, Le Café de la Danse, Paris: duo Violaine Cochard (clavecin) & Edouard Ferlet (piano) pour Bach plucked/unplucked, album célébré sur ce blog.

Mercredi 10 février:

- 19h, Le Baiser Salé, Paris. Mario Canonge (piano) & Michel Zenino (contrebasse) nous invitent dans leur résidence depuis 8 ans. Tous les mélomanes sont les bienvenus.

- 20h, le New Morning, Paris, Ramsey Lewis Trio: un pianiste qui fait le lien entre le Jazz et le Funk depuis 50 ans. Un Maître du genre.

- 21h30, Le Baiser Salé, Paris. Rick Margitza Quartet. Le dernier saxophoniste de Miles Davis reste une valeur sûre.

Vendredi 12 février:

- 20h30, cinéma Le Balzac, Paris. Soirée spéciale Daniel Humair. Projection du film " Daniel Humair Special Show " (1961) suivie d'un concert de Daniel Humair en direct. Le plus grand batteur européen des 60 dernières années le mérite bien.

Samedi 13 février:

- 20h30, Philarmonie de Paris, Stefano Bollani, le pianiste italien qui dialoguait avec Martial Solal pour le jubilé du Maître en 2008 au théâtre du Châtelet, à Paris.

- 20h30, Théâtre Victor Hugo, Bagneux, Hauts de Seine, le Wanderer Septet d'Yves Rousseau. Jazz et romantisme.

- 21h, Le Triton, Les Lilas, Seine Saint Denis, Marc Ducret, guitariste électrique toujours surprenant.

- 22h, Autour de midi et minuit, Paris, Hervé de Meschinet Quartet, un gentilhomme des saxophones et des flûtes.

Mercredi 17 février:

- 19h, Le Baiser Salé, Paris. Mario Canonge (piano) & Michel Zenino (contrebasse) nous invitent dans leur résidence depuis 8 ans. Tous les mélomanes sont les bienvenus.

Jeudi 18 février:

- 20h, Le Chat Noir, Paris. Hubert Dupont Trio avec Hubert Dupont (contrebasse), Nelson Veras (guitare) et Pierre Mangeard (batterie).

- 22h30, Le Baiser Salé, Paris. Mario Canonge (piano) & Michel Zenino (contrebasse) en quintet explorent les standards. Tous les mélomanes sont les bienvenus.

Vendredi 19 février:

- 20h, Le Triton, Les Lilas, Seine Saint Denis, Sylvaine Hélary, flûtiste classique qui a opté pour le Jazz et l'improvisation pour notre plus grand plaisir.

- 21h, Le Sunside, Paris: Baptiste Herbin Quintet. Un jeune classique.

Samedi 20 février:

- 20h45, l'Atelier Charonne, Paris, Marcel Loeffler Quartet. Accordez, accordez donc l'aumône à l'accordéon (Serge Gainsbourg)

- 21h, L'Ecoutille, Courtry, Seine et Marne, Short Songs de Patrice Caratini. Un programme louangé sur ce blog.

- 21h30, Paris, Le Sunside, Ed Cherry Trio. Le guitariste favori de Dizzy Gillespie de 1978 à 1993. C'est dire s'il sait ce que signifie le Swing.

Mercredi 24 février:

- 19h, Le Baiser Salé, Paris. Mario Canonge (piano) & Michel Zenino (contrebasse) nous invitent dans leur résidence depuis 8 ans. Tous les mélomanes sont les bienvenus.

Jeudi 25 février:

- 20h45, l'Atelier Charonne, Paris. Boulou & Elios Ferré Trio. Les frères de la guitare manouche. Indispensables dans leur genre.

- 21h, le Sunside, Paris, Mauro Gargano avec Jeff Ballard et Jason Palmer. Créatif, forcément créatif.

Vendredi 26 février:

- 20h, Maison de la la Culture du Japon, Paris, le Special Quintet de Terumasa Hino (trompette). Né en 1942, Terumasa Hino est un Dieu vivant du Jazz au Japon.

- 21h, le Sunside, Paris, Mauro Gargano avec Jeff Ballard et Jason Palmer. Créatif, forcément créatif.

Samedi 27 février:

- 20h, Maison de la la Culture du Japon, Paris, le Special Quintet de Terumasa Hino (trompette). Né en 1942, Terumasa Hino est un Dieu vivant du Jazz au Japon.

La photographie de Médéric Collignon est l'oeuvre de l'Inimitable Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Médéric Collignon par Juan Carlos HERNANDEZ

Médéric Collignon par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz à Paris et à Istanbul pour avril 2013

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Lectrices printanières, lecteurs en fleur, c'est avec le soin d'un jardinier du potager royal de Versailles que je vous propose la sélection suivante de concerts de Jazz à Paris (France) et Istanbul (Turquie) pour le mois d'avril 2013.

Deux festivités marqueront le mois:

- du vendredi 12 au samedi 14 avril, le Festival international du Jazz au Cinéma à Paris: voir le programme des films chez MK2, celui des concerts chez Paris Jazz Club.

- mardi 30 avril: la deuxième Journée internationale du Jazz parrainnée par l'UNESCO. En 2012, cela se passait essentiellement à Paris, ville siège de l'UNESCO. En 2013, cela se passera essentiellement à Istanbul, ex Constantinople, ex Byzance, ville de rencontre entre l'Asie et l'Europe, en Turquie. C'est à Istanbul que joueront Herbie Hancock et Wayne Shorter avec des lycéens. Il y aura toutefois des événements à Paris. 80 événements sont prévus dans 30 pays. Tout est gratuit mais il faut s'inscrire pour y accéder.

 

Elise-Caron.jpg

 

 

La photographie d'Elise Caron est l'oeuvre du Vert Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

 

Péniche l'Improviste

Attention. Pendant le Festival international du Jazz au cinéma, du vendredi 12 au dimanche 14 avril 2013, la péniche quittera le quai de l'Oise pour le quai de Loire, toujours dans la 19e arrnondissement de Paris, pour se trouver en face du cinéma MK2 Quai de Loire afin que les spectateurs puissent devenir des auditeurs et vice versa.

Vendredi 12 à 21h30: Stéphan Oliva (piano) jouera en solo son programme " Vaguement Godard " d'hommage aux musiques de films de Jean Luc Godard (Martial Solal, Michel Legrand...).

Samedi 13 à 21h30: le Trio " Move is " (Thierry Péala, Bruno Angelini, Francesco Bearzatti) dont je vous ai déjà chanté les louanges sur scène et sur CD. Indispensable et irremplaçable.

Dimanche 14 à 21h30: Pierre Durand (guitare électrique) et son Roots Quartet jouent 60 ans de cinéma. Là aussi, je vous en ai chanté les louanges sur scène et sur CD. Chaque concert a son propre programme.

Samedi 20 à 21h30: le Word Out Trio. Une musique délectable. 

Vendredi 26 à 21h30: dernier concert de la résidence de Pierre Durand à l'Improviste. Heureux ceux qui pourront dire qu'ils y étaient.

 

La Java

Vendredi 12  de 22h à l'aube: Electro Swing Club avec des DJ, Samy Thiébault (sax ténor), une scatteuse bref de quoi faire guincher minets et minettes toute la nuit. 

Dimanche 21 à 14h: Entrée libre pour le concert hommage de l'orchestre de Jazz de la Java aux grands disparus de 2012 dont David S. Ware.

 

Auditorium Saint Germain:

Lundi 15 à 19h30: Leçon de Jazz d'Antoine Hervé avec le Big Band du Xe arrondissement de Paris: " Duke Ellington, compositeur et chef d'orchestre ". It don't mean a thing if it ain't got that swing!

 

Duc des Lombards

Vendredi 26 et samedi 27 à 20h et 22H: le Super Power Trio de Jérôme Sabbagh (sax ténor) avec Jozef Dumoulin (Fender Rhodes) et Daniel Humair (batterie). Nom de Zeus, ça va chauffer comme dans la forge d'Héphaïstos!

Par ailleurs, Jérôme Sabbagh donnera une masterclass de saxophone aux élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris le vendredi 26 et le samedi 27 avril. Concert gratuit des élèves le 27 à 17h.

 

L'Ermitage

Samedi 27 à 21h: Médéric Collignon et son Jus de Bocse vont nous presser le citron, nous secouer la pulpe qui est au fond. Ce sera juteux et acide. 

 

New Morning

Mardi 9  à 20h30: Dave Holland&Pepe Habichuela Flamenco Quintet, un guitariste espagnol qui dialogue avec Don Cherry.

Mercredi 17 à 20h30: Joseph Bowie (trombone)/Jamaladeen Tacuma (base)/Jean Paul Boureely (guitare)/DJ = Jazz Funk surpuissant en perspective!

 

Le Triton (métro Mairie des Lilas, terminus ligne 11). Le mois des Enchanteuses.

Samedi 6 à 21h; Elise Caron dans The loving suite pour birdy so. Maîtresse de diction et de chanson, Elise Caron est à suivre dans toutes ses aventures, que vos oreilles soient grandes ou petites, tant que votre esprit est grand ouvert.

Vendredi 19 à 21h: Yes is a plesant country avec Jeanne Added (chant), Bruno Ruder (piano) et Vincet Le Quang (saxophones).

Samedi 27 à 21h: Claudia Solal (chant)&Benjamin Moussay (piano). Un duo dont je chante les louanges depuis des années (bientôt 10)     tant pour la scène que pour l'album. Je ne m'en lasse pas.

 

Sunset-Sunside

Lundi 1er, 21h: le trio  Open Loose Mark Helias (contrebasse), Tony Malaby (saxophone ténor), Tom Raney (batterie). Prêts à perdre vos repères? Suivez les!

Mardi 2 à 21h:  John Taylor (piano)&Stéphane Kerecki(contrebasse). Voir les chroniques de la scène et de l'album. Le dialogue franco-britannique peut être fructueux. La preuve par deux.

Vendredi 5 à 21h, samedi 6 à 21h30: Pierrick Pédron Trio " Kubic's Monk ". Voir mes chroniques louangeuses de l'album et d'un précédent concert de ce trio qui joue la musique de Thelonious Sphere Monk sans piano.

Jeudi 11 à 21h: Riccardo del Fra joue la musique des films de Lucas Belvaux dans le cadre du Festival international du Jazz au cinéma.

Samedi 13 à 20h et 22h, dimanche 14 à 21h: Al Foster Quartet. Le batteur de Miles Davis de 1972 à 1986 (interruption des travaux de 1976 à 1980), de Sonny Rollins, de Mac Coy Tyner est toujours aussi tellurique.

Samedi 20 à 21h30: Alain Jean-Marie Biguine Reflections pour un nouvel album. Un mélange unique entre Be Bop et Biguine dont le Guadeloupéen Alain Jean-Marie possède le secret.

Samedi 27 à 19h: Olivier Calmel Cinematics. Un comédien, des musiciens pour un projet original  inspiré du cinéma, du dessin animé, du Jazz, de la musique contemporaine. Excellente stimulation sensuelle et intellectuelle pour un début de soirée.

Mardi 30 avril à partir de 14h: série de concerts gratuits pour la Jounée Internationale du Jazz. S'inscrire pour y assister.

 

Cité de la Musique:

L'exposition "  Musique et cinéma: le mariage du siècle? " se poursuit tout le mois d'avril. Des concerts autout des musiques de films sont à écouter sur place.

 

Forum des Images:

le festival " En avant la musique! " avec des films mêlant musique et faits sociaux dure jusqu'au dimanche 21 avril 2013.

Après cette orgie de sons et d'images en mouvement, retour au calme avec le festival D Dessin du samedi 13 au dimanche 14 avril 2013.

 

 

 

Voici le trio "  Move is " jouant, chantant, sifflant, scattant " Do it right " hommage à " Do the right thing ", film de Spike Lee (1989) . Thierry Péala (voix), Bruno Angelini (piano), Francesco Bearzatti (saxophone ténor, clarinette). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Miles Davis Quintet. Live in Europe 1969. The Bootleg Series. Vol.2

Publié le par Guillaume Lagrée

 

Miles Davis Quintet

Live in Europe. 1969.

The bootleg series. Vol 2.

Legacy Recordings. Columbia. Sony Music. INA. 2013.

 

Miles Davis: trompette

Wayne Shorter: saxophones ténor, soprano

Chick Corea: piano électrique, piano (CD3)

Dave Holland: contrebasse

Jack de Johnette: batterie

 

Dave Holland

 

La photographie de Dave Holland est l'oeuvre du Voyageur Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Concerts enregistrés au Festival Mondial du Jazz d'Antibes dans la Pinède Gould à Antibes-Juan-les-Pins, Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France, le 25 juillet 1969 (CD1) et le 26 juillet 1969 (CD2), au Folket Hus de Stockholm, Suède, le 5 novembre 1969 (CD3), au festival Berlin Jazz Stage, au Berlin Philarmonie à Berlin Ouest, RFA, le 7 novembre 1969 (DVD).

Les concerts antibois sont présentés par le producteur français André Francis, né en 1925, qui oeuvre depuis bientôt 70 ans pour défendre la beauté du Jazz et de l'Electricité.

Chers compatriotes, heureux contribuables français, grâce à nos impôts, taxes et contributions, il existe en France un Institut National de l'Audiovisuel qui possède des sons et des images qui ont de quoi réjouir les mélomanes pour des siècles.

De temps en temps, après accord entre musiciens, avocats et producteurs, une merveille sort en toute légalité de ces archives. Pour l'illégal, je vous laisse trouver. Restons sur le légal. 

Miles Davis se plaignait dans son autobiographie " Miles " que son quintette de 1969 fut un lost band, Columbia ne s'y intéressant pas. En effet, les groupes avec qui Miles Davis enregistra " In a silent way " et " Bitches Brew " en 1969 n'étaient pas ceux qu'il emmenait sur scène à l'époque et la musique sur scène était passablement différente de celle en studio.

Après des années de félicité acoustique en compagnie de Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams (1964-1968) dont témoignent sur ce blog le 1er volume des Bootleg Series et une Leçon de Jazz d'Antoine Hervé, Miles Davis, influencé par sa compagne Betty Mabry (auprès de qui Madonna a l'air d'une poupée pour enfants mormons), se met à écouter Jimi Hendrix, Sly Stone, James Brown et succombe aux charmes de la Fée Electricité.

Wayne Shorter reste dans la groupe mais la rythmique a complètement changé. Miles Davis a pris Jack de Johnette à Charles Loyd, Chick Corea à Stan Getz, Dave Holland à Londres. Le pilote de l'astronef, c'est Chick Corea. Physiquement, il ressemble beaucoup à Prince. Musicalement, il est passé dans une autre dimension de l'espace temps. Quand la rythmique joue derrière Miles, elle est passablement agitée. Derrière Wayne Shorter, c'est plus fou encore. Livrée à elle-même, elle devient carrément stratosphérique. Dave Holland suit Chick Corea et Miles Davis, à la fois fasciné et perturbé, murmure à l'oreille de Jack de Johnette: " Can't You just make them play? ".

Françaises, Français, chers compatriotes, nous pouvons être fiers des enregistrements antibois pieusement conservés par l'INA et aujourd'hui révélés dans leur intégrale beauté (il existe des éditions pirates mais incomplètes et avec un son moins propre). Le concert à Stockholm est une bizarrerie car le piano électrique tombe en panne très vite, complètement largué par ce qu'exige de lui Chick Corea. Après une longue absence, Chick revient au piano acoustique mais cela ne colle pas bien avec ce genre de musique. Le DVD du concert en Allemagne est impressionnant car dans le cadre majestueux du Berliner Philarmoniker (Karajan était-il dans les spectateurs?), le public écoute dans un silence religieux cette musique.

De quelle musique s'agit-il? D'une musique de transition. Miles est une fois de plus tourné vers l'avant (" Miles ahead " est le titre d'un de ses albums) mais il est encore ancré dans la tradition. " Directions in music by Miles Davis " écrit-il sur la pochette de Bitches Brew enregistré quelques jours après les concerts d'Antibes mais qui ne sortira qu'en 1970, préparant le futur triomphe de l'été 1970: 600 000 spectateurs au concert de l'île de Wight! Directions, c'est un hommage à Duke Ellington comme l'indique le présentateur du concert berlinois.

Miles joue donc encore " Round midnight ", " Milestones ", " I fall in love too easily " qu'il jouait depus les années 50. Il joue aussi " Masqualero ", " Nefertiti ", " Footprints " du précédent quintet. Il joue enfin " Miles runs the voodoo down " qui illustre cet article, morceau qui ne sortira que l'année d'après, qu'il n'a pas encore enregistré en studio ( Bitches Brew a été enregistré en août 1969) et cin d'oeil au Voodoo Chile, Jimi Hendrix. Bref, nous avons le privilège avec ces concerts d'assister à la création d'une oeuvre, du passage chez Miles Davis du Jazz au Funk avec une liberté, une fantaisie qui disparaîtront ensuite. Dès 1970 avec l'arrivée de Michael Henderson à la basse électrique pour remplacer Dave Holland (contrebasse), le groupe commencera à se poser. Avec le départ des sorciers des claviers (Chick Corea en 1970, Keith Jarrett en 1971) puis le remplacement de Jack de Johnette par Al Foster en 1972, la musique de Miles Davis s'ancrera dans le groove, le funk. Elle creusera un sillon au lieu de décoller vers les étoiles. Autre histoire, autres plaisirs. Peut-être l'entendrons nous dans un 3e volume des Bootleg Series.

Revenons en à ce volume 2. Nous sommes dans la Pinède Gould à Antibes Juan les Pins, les étoiles au dessus de nos têtes, la Mer Méditerrannée en arrière plan, des pins centenaires nous entourent et sur scène devant nous le quintet de Miles Davis. Miles Davis est le patron, il est en grande forme (il ne se drogue plus, boxe et mange macrobiotique), Chick Corea et Wayne Shorter emmènent la musique vers des horizons interstellaires insoupçonnables au commun des mortels, Dave Holland et Jack de Johnette fournissent le carburant de la fusée. Ils passent du Jazz au Funk par le Free. Bref, ils sont barrés, perchés, défoncés à la musique et à l'électricité. C'est bon pour la santé physique et mentale. Suivons les.

 

Ce coffret ne fait pas le tour de la question. La preuve avec le même groupe en concert à Paris, Salle Pleyel en novembre 1969. Ca se trouve en CD pirate et sur youtube très facilement.  C'est toujours André Francis qui présente. La preuve ci-dessous.

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz à Paris, en Ile de France et en Normandie pour mai 2019

Publié le par Guillaume Lagrée

Honorables lectrices, respectables lecteurs, c'est avec l'approbation des plus hautes autorités morales et religieuses que j'ai l'honneur et l'avantage de vous présenter ma sélection de concerts de Jazz pour le mois de mai 2019 à Paris, en Ile de France et en Normandie.

Pour une sélection exhaustive sur l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez Citizen Jazz et Jazz Magazine

Si vous ne pouvez assister aux concerts, écoutez les sur France Musique avec les émissions Jazz Club (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live

Pour l'actualité du Jazz, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio où l'auteur de ce blog sévit dans une émission mensuelle intitulée, notez l'originalité, " Le Jars jase Jazz ". Diffusion les vendredi 3, 10, 17, 24 & 31 mai à 1h et 19h, les samedi 4, 11, 18 & 25 mai à 1h et les dimanche 5, 12, 19 & 26 mai à 18h (heure de Paris). Pas de podcast. L'émission de mai 2019 sera consacrée à une leçon sommaire de guitare (seconde partie).

Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, dans Greenwich Village, pour les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.

L'exposition " Music Migrations. Paris-Londres. 1962-1989 " est visible et audible au Palais de la Porte Dorée, à Paris, jusqu'au dimanche 5 janvier 2020. Visite vivement recommandée. 

A Paris, au Baiser Salé, comme chaque mois de mai, ce sont les Caribéennes de mai. Vous savez que le Jazz, né à la Nouvelle Orléans, s'étend sur toute la longueur de l'arc antillais, se mêlant à la salsa de Porto Rico, au son de Cuba, à la biguine des Antilles, à  la calypso de Trinidad et Tobago, au reggae et au ska de Jamaïque, et j'en oublie forcément. Venez voyager à Paris avec les Caribéennes de mai au Baiser Salé.

A Paris, du jeudi 16 au lundi 27 mai, le festival Jazz à Saint Germain des Prés nous offre des concerts gratuits et payants, des animations culturelles (y compris en prison), des conférences. Au programme, des artistes déjà célébrés sur ce blog comme Richard Galliano, Biréli Lagrène et Fred Pallem & le Sacre du Tympan au programme de mon émission de mai sur Couleurs Jazz Radio

A Longjumeau (91), du mardi 7 au dimanche 12 mai, Festival de Jazz .

Au Vésinet (78), festival Jazz Métis du mercredi 22 au samedi 25 mai avec le San Francisco Jazz Collective qui rendra hommage à Antonio Carlos Jobim le vendredi 24 mai. 

Pour vous mettre au vert, filez en Normandie, dans la Manche, à Coutances, au festival Jazz sous les pommiers, du vendredi 24 mai au samedi 1er juin. Le programme est riche et nourrissant comme de la crème fraîche normande mais sans externalité négative. Merci de saluer Madame la sous-préfète de Coutances de ma part. 

Jeudi 2 mai, 20h30, Le Triton, Les Lilas (93): Sylvain Cathala Septet pour la sortie de l'album " Cullinan " enregistré en concert au Triton en 2016 . Une musique en évolution permanente par un groupe démocratique de créateurs.

Vendredi 4 mai:

20h, Le Triton, Les Lilas (93): duo Yves Rousseau (contrebasse) & Jean-Marc Larché (saxophones). Raffiné et énergique.

20h30, Le Pan Piper, Paris: Marc Ducret " Lady M ". Lady Macbeth de Sir William Shakespeare raconté par une guitare électrique, un chanteur et une chanteuse. Etonnant, non?

Lundi 6 mai, 20h, Le New Morning, Paris: John Scofield " Combo 66 ". Cf extrait audio sous cet article.

Jeudi 9 mai:

- 19h30 & 21h30, Le Duc des Lombards, Paris: Ken Fowser Quintet avec, pour rythmique, le trio de Fred Nardin déjà célébré sur ce blog.

- 20h30, Le Studio de l'Ermitage, Paris: concert de sortie de l'album " Quiet Men " du quartet Colin-Cueco-Drappier-Omier proclamé sur ce blog. Le morceau " Les chevaliers " tiré de l'album sera diffusé dans mon émission de mai sur Couleurs Jazz Radio

Vendredi 10 mai:

- 20h30, Le Bal Blomet, Paris: Du Baroque au Jazz sans passer par la case départ avec le duo Violaine Cochard (clavecin)& Edouard Ferlet (piano) déjà porté aux nues sur ce blog. Cf vidéo sous cet article.

- 21h30, Le Sunside, Paris: Marc Copland (piano) rend hommage à son ami Gary Peacock (contrebasse). Elégant, forcément élégant.

Samedi 11 mai:

-20h30, Espace Sorano, Vincennes (94): le trio de Fred Nardin déjà louangé sur ce blog.

-20h30, Théâtre Montansier, Versailles (78): le trio Gardel, déjà applaudi sur ce blog. Un mélange subtil de Jazz et de Tango: violoncelle, accordéon et percussions.

- 21h30, Le Sunside, Paris: le guitariste Paul Jarret en trio. Vous avez pu l'apprécier en avril dans mon émission Le Jars jase Jazz sur Couleurs Jazz Radio. Savourez le en concert en mai.

Dimanche 12 mai, 15h, festival de Jazz de Longjumeau (91): Florin Niculescu (violon) trio avec Daryl Hall (contrebasse). Un Gypsy Jazz d'aujourd'hui.

Mercredi 15 mai:

- 20h, Le New Morning, Paris: Sun Ra Arkestra. Sun Ra est mort en 1993 mais son orchestre tourne toujours mené par Marshall Allen (saxophones) qui fête ses 95 ans sur scène à Paris. Honneur aux Anciens!

- 20h30, Le Bal Blomet, Paris: Ray Lema & Silas Bassa (pianos), Fabrice di Falco (contre-ténor). Du Baroque à l'Afrique en passant par les Antilles. 

Jeudi 16 mai, 20h, Le New Morning, Paris: Anthony Joseph, Maître du Groove caribéen avec Roger Raspail (percussions). 

Vendredi 17 mai:

- Prochaine séance du festival Jazz et Images au cinéma Balzac, à Paris, à 20h30 avec un Grand Orchestre d'élèves du CNSMDP  dirigé par François Théberge (saxophone) sur scène et le Count Basie Big Band au festival international du Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins en 1961 et 1968 à l'écran grâce à Jean-Christophe Averty.

- 20h30, Espace des Arts - salle Philippe Noiret, Les Pavillons sous Bois (93):  Biréli Lagrène  (guitare) invite Costel Nitescu (violon). Du Jazz manouche qui s'inspire de Django Reinhardt mais ne le copie pas. 

- 20h30, Le Triton, Les Lilas (93): Aldo Romano se souvient de son quartet Palatino avec Glenn Ferris (trombone), Michel Bénita (contrebasse) et Yoann Loustalot qui remplace Paolo Fresu (trompette). Cependant que tu vois le superbe rivage De la rivière Tusque, et le mont Palatin, Et que l’air des Latins te fait parler Latin, Changeant à l’estranger ton naturel langage (Ronsard)

Samedi 18 mai:

- 20h30, Maison de la Radio, Paris. Soirée Jazz sur le Vif. Concerts diffusés en différé sur France Musique. Trio franco-américain Orbit suivi du Devil Quartet du Sarde Paolo Fresu (trompette). 

- 20h30, Le Triton, Les Lilas (93): Thierry Eliez (piano, voix) raconte l'amitié créatrice entre Claude Nougaro (paroles) & Michel Legrand (musique). Avec 2 chanteurs et 3 chanteuses. Thierry Eliez peut en parler puisqu'il a accompagné ces deux géants du Jazz et de la Java. 

Dimanche 19 mai, 18h30, Le Sunside, Paris: Hommage à Miles Davis. La période acoustique de Miles Davis (1946-1968) présentée par Lionel Eskenazi et jouée par le quartet de Jacques Vidal (contrebasse). Julien Alour (trompette). 

Mercredi 22 & jeudi 23 mai, 19h30 & 21h30, Le Duc des Lombards, Paris: The Art of the Quartet avec Kenny Werner (piano), Scott Colley (contrebasse), Peter Erskine (batterie), Benjamin Kopel (sax). Un All Stars à 4.

Vendredi 24 mai, 20h45, Le Comptoir, Fontenay sous Bois (94): Max Cilla Quintet, le Maître de la flûte des Mornes (Martinique). 

Samedi 25 mai:

- 20h30, Centre culturel, Etrechy (91), Antoine Hervé Trio, pianiste et compositeur maintes fois célébré sur ce blog pour ses Leçons de Jazz.

- 21h30, Le Sunside, Paris: Alain Jean-Marie Biguine Reflections Trio. INDISPENSABLE.

Lundi 27 mai, 20h, Le New Morning, Paris: Cecile Mac Lorin Salvant (chant) & Sullivan Fortner (piano). Tout le monde dit du bien de cette chanteuse. 

Mercredi 29 & jeudi 30 mai, 21h, Le Sunside, Paris: Wayne Escoffery Quartet avec Danny Grissett (piano). Elégant et énergique. 

Jeudi 30 mai, 20h30, Le Studio de l'Ermitage, Paris: SLOW + Jozef Dumoulin. Jozef Dumoulin en solo, au Fender Rhodes, est unique au monde. Comme Jimi Hendrix à la guitare électrique et Jaco Pastorius à la guitare basse électrique.

Vendredi 31 mai:

- 19h, Le Baiser salé, Paris: Max Cilla Racines des Mornes Quintet. La Martinique comme vous ne l'avez jamais rêvée. 

- 19h30, Le Cabaret Sauvage, Paris: Festival Sons croisés créoles avec divers artistes des Caraïbes dont Céline Languedoc, chanteuse déjà acclamée sur ce blog. 

La photographie d'Aldo Romano est l'oeuvre du Latin Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Aldo Romano par Juan Carlos HERNANDEZ

Aldo Romano par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost0

Une petite histoire de l'Opéra. Laurent Dehors ouvre le Studio de l'Ermitage

Publié le par Guillaume Lagrée

Laurent Dehors. 

Tous Dehors!

Une petite histoire de l'Opéra

Paris. Studio de l'Ermitage.

Mercredi 18 septembre 2019. 20h30

 

Laurent Dehors: composition, clarinettes, saxophones, cornemuse, guimbarde, voix

Jean-Marc Quillet: percussions, clavier, batterie, voix

Gabriel Gosse: guitare électrique 7 cordes, banjo, percussions, clavier, batterie, voix

Michel Massot: tuba, trombone, voix

Matthew Bourne: piano, piano préparé, voix

Tineke Van Ingelgem: voix soprano

 

Concert diffusé en différé dans l'émission Jazz Club d'Yvan Amar sur France Musique. 

Laurent Dehors aime les chanteuses à forte présence scénique, de corps et d'esprit élevé. Après la Française Elise Caron et sa Chanson politique louée sur ce blog, la Belge Tineke Van Ingelgem, soprano d'opéra, qui s'encanaille joyeusement avec des Jazzmen. Le spectacle se nomme " Une petite histoire de l'opéra. Opus 2 ". Cf vidéo sous cet article. 

Introduction par un solo de balafon. Laurent Dehors y ajoute une guimbarde, celle qui se conduit avec les lèvres et la langue. Le batteur martèle ses tambours. Trombone et piano entrent dans la danse. Joyeux vacarme coordonné. Le tuba remplace le trombone. La ligne de basse est plus marquée grâce à ce changement d'instrument. C'est un air baroque. Laurent Dehors s'empare d'une cornemuse, le seul instrument capable de faire peur à la guitare électrique selon le chanteur irlandais Van Morrison. Batterie et tuba nous donnent des points de repère alors que piano, balafon et cornemuse nous secouent en tous sens. C'était la Toccata de l'Orfeo (1607) de Claudio Monteverdi, premier opéra de l'histoire de la musique. Enfin, le premier dont la partition nous soit parvenue.

Tout se calme. Laurent Dehors passe à la clarinette basse. Jean-Marc Quillet passe au clavier. Tineke Van Ingelgem s'avance, parée de sagesse et de beauté, pour chanter un grand air d'opéra. Le batteur s'est tu. Guitare électrique. Mélange entre Jazz, musette et opéra. Gabriel Gosse quitte la guitare pour un clavier. A part le pianiste, chaque musicien est polyinstrumentiste dans ce groupe. C'est de l'opéra français. Le trombone ponctue ironiquement. J'en oublie le pianiste. Il s'en passe des choses sur cette scène, sapristi! A 5 + 1 chanteuse ils créent plus de musique que bien des grands orchestres.C'était  L'air de Micaëla dans la Carmen (1875) de Georges Bizet.

Toujours de Bizet, toujours tiré de Carmen, le " choeur des gamins " rebaptisé le " choeur des enfants ". Il est un peu dérangé mais certains des musiciens aussi nous prévient gentiment Laurent Dehors. Concours de bruitages. C'est joyeux, festif, enfantin. Une ronde bien décalée. La chanteuse qui, visiblement s'amuse, se lance dans la sarabande. Laurent Dehors est au sax ténor pour cette chanson de marche joyeusement déstructurée.

Duo piano & clarinette. La clarinette sème la folie, le piano la sagesse. Un petit rythme continu sort d'une boite. Le tuba lance la fameuse Habanera de la Carmen de Georges Bizet et Tineke enchaîne avec le fameux air " L'amour est enfant de Bohême. Il n'a jamais connu de loi " ( ce qui fait de l'Amour un petit anarchiste tchèque selon Alphonse Allais: il est enfant de Bohême et il n'a jamais connu de loi). Cf extrait audio au dessus de cet article.

Le groupe met de la folie dans cet air connu censé parler d'amour fou. Là, c'est crédible. Chanté par Tineke Van Ingelgem, gloups! Compliments à la chanteuse pour son ouverture d'esprit. Comme scène et comme musique, cela la change de la Monnaie de Bruxelles où elle a déjà triomphé. La Habanera de Bizet vient de la musique espagnole donc de la musique arabe. Elle s'est transportée à Cuba (La Habana) puis dans le Jazz afro cubain. Antoine Hervé explique cela magnifiquement depuis son piano dans ses Leçons de Jazz maintes fois célébrées sur ce blog. 

Solo de tuba pour commencer. Duo percutant entre piano et batterie. La clarinette vient y ajouter son swing. Avec piano et baguette. Retour au sax ténor pour Laurent Dehors. Une sorte de mambo fracassé. Celui de Leonard Bernstein dans West Side Story (1957) ponctué joyeusement par un vibrant " Mambo " dit par la chanteuse. 

Un air sombre à la guitare repris par la clarinette basse. Trombone wah wah lent. Le temps s'étire, s'effiloche, se désagrège. Tineke chante en anglais un air funèbre. C'est l'air de la mort de  Didon dans " Dido and Aeneas " (1689) d'Henry Purcell .  " When I am laid in earth ". Piano préparé. Bruitages en douceur. Guitare électrique, trombone, clarinette basse, piano accompagnent ce grand air chanté par Tineke Van Ingelgem avec lenteur, ampleur et majesté. Bref, comme il convient. Elle sait aussi se servir du microphone alors qu'il n'y en a pas sur une scène d'opéra. Belle montée en puissance du groupe. Un temps de silence admiratif avant les applaudissements. 

La chanteuse demande au public de prêter des objets pour préparer le piano. Intro en solo de piano préparé. Ca le fait sonner plus proche d'un clavecin. Tineke lance un air baroque italien. J'ignore de quoi jouent le batteur et le vibraphoniste avec leurs maillets mais c'est charmant. " Sento in seno ch'in pioggia di lagrime" (1717) d'Antonio Vivaldi. Air composé pour un castrat, aujourd'hui chanté habituellement par un contre ténor, chanté ici par une soprano. Clarinette basse pour commencer. Un très bel air se crée, se déploie. les cordes de la guitare électrique remplacent celles des violons pour suggérer les gouttes de pluie. La voix de Tineke s'envole. Bravissimo!

" Les oiseaux " une composition de Laurent Dehors basée sur les chants d'oiseaux mêlée à un air d'opéra flamand de style wagnérien. Ne parlant pas un mot de flamand, je ne garantis rien quant à l'orthographe. Il s'agirait donc de " Winternacht brouw " d'August Debouw. Je compte sur les lectrices flamandes et les lecteurs néerlandais pour me corriger. En tout cas, l'air est consacré  " O tournesol ", " O Zohnebloom " si j'ai bien compris la version flamande. Pour nous préparer psychologiquement à son interprétation, Tineke Van Ingelgem nous prévient que les chanteurs d'opéra sont comme des rock stars ( et réciproquement. Souvenons nous de Freddie Mercury si fier de chanter en duo avec Montserrat Caballe l'hymne des JO de Barcelone en 1992).

Tuba et batterie installent une rythmique funky alors que vibraphone, clarinette et piano sèment des graines de folie. " O zohnebloom " chante la Flamande Tineke Van Ingelgem. Ce n'est pas le genre de Flamande qui danse sans rien dire aux dimanches sonnantes. Elle mêle bel canto et scansion rap en même temps. C'est bombastic comme elle dit. Cette chanteuse, c'est une bombe comme vous l'avez compris, lectrices Baroques, lecteurs Hard Bop. 

Intro en piano solo. Un air classique connu que le groupe reprend en le déviant vers une fanfare Nouvelle Orléans. L'instrumentation le prouve; clarinette basse, trombone, banjo. Tineke chante en allemande cette fois. Un autre air d'opéra que je ne connais pas. 

RAPPEL

 

Le tube des tubes de l'opéra nous annonce Laurent Dehors qui ajoute que cela servait de musique de publicité pour du café lorsqu'il était petit. Il est né en  1964. " La reine de la nuit " de Mozart dans La flûte enchantée  ( Die Zauberflöte. 1791). Tineke Van Ingelgem fait toutes les vocalises qui conviennent à cet air immortel.  Ca devient du garage rock. Brutal et bref. 

Intense, surprenante, dérangeante, stimulante, telle est cette Petite histoire de l'Opéra. Opus 2, jouée par Laurent Dehors et ses complices. Alors que les conservatoires interdisent aux musiciens dits classiques d'improviser sur des partitions (seuls les organistes ont conservé ce privilège) remercions les d'avoir métissé les grands airs avec du Jazz, du Rock, de la Folk, de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Remercions aussi les Dieux et les Muses d'avoir placé sur leur route la soprano Tineke Van Ingelgem. Superfunkycalifragisexy Lady!

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz de Paris à la Bretagne pour mai 2012

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

Citoyennes lectrices, citoyens lecteurs, c'est avec l'aplomb d'un candidat au suffrage universel direct que je vous propose, en ce mois électoral, une sélection personnelle de concerts de Jazz à Paris, en Ile de France et en Bretagne.

 

Si vous voulez quitter Paris, partez d'abord en Ile de France à la rencontre du contrebassiste  Yves Rousseau.

 

En allant de Paris à Brest par la N12, faites, comme les Rois de France, étape à Versailles le jeudi 3 mai à 20h30 à la Royale Factory pour le duo Claudia Solal (chant)/Benjamin Moussay (claviers). Ces deux là n'ont pas fini de nous surprendre.

 

Si vous avez des envies royales à l'Est de Paris, faites halte à Vincennes (le seul château royal médiéval en Europe) au Théâtre Daniel Sorano le samedi 5 mai à 20h30 pour un trio inédit Pierre de Bethmann (piano)/Olivier Ker Ourio (harmonica)/Nelson Veras (guitare). A découvrir sur pièces et sur place comme disent les comptables.

 

Pour respirer le grand air de l'Océan Atlantique tout en voyageant dans la jungle urbaine, allez à Guidel, Morbihan, Bretagne, France le vendredi 4 mai pour le Megapolis de Guillaume Saint James.

 

Si vous restez dedans Paris, ville jolie, voici ce que je vous propose. Ensuite, vous disposez selon votre bon plaisir.

 

Au Sunside

 

Vendredi 4 mai, 21h, Lalo Zanelli et Ombu Quintet. De l'Argentine à la France, un puissant mélange. L'album plaît aux enfants dès l'âge de 18 mois. Je l'ai vérifié personnellement.

Lundi 7 mai, 21h, carte blanche au contrebassiste Jean-Philippe Viret. Deux groupes à suivre dont son trio déjà largement chroniqué sur ce blog.

Lundi 14 mai, 21h, duo  Fred Hersch (piano)&Nico Gori (clarinette). La chronique de leur album devrait bientôt paraître sur ce blog. Pour écouter Fred Hersch pendant une semaine, du mardi 22 au dimanche 27 mai, il vous faudra aller à New York City, USA, au Jazz Standard. Le vendredi 25 mai, il y jouera en trio avec Dave Holland (contrebasse) et Billy Hart (batterie). Miam, miam!

Vendredi 18 mai à 21h, Mauro Gargano " Mo'Avast Band " avec Mauro Gargano (contrebasse), Francesco Bearzatti (saxophones, clarinette), Stéphane Mercier (saxophone), Fabrice Moreau (batterie).

 Tony-Malaby.jpg

La photographie de Tony Malaby est l'oeuvre du Fougueux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette photographie sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.


Au Sunset    

 

Un mois rêvé pour les amateurs de guitare électrique.

Mardi 15 mai, 21h30, David " Fuze " Fiuczynski " Planet Microjam "    

Mercredi 16 mai, 21h30, Tony Malaby (sax ténor)/Ben Monder (guitare)/ Drew Gress (contrebasse)/John Hollenbeck (batterie). Un Power Quartet version Jazz.

Samedi 19 et dimanche 20 mai à 19h et 21h, Allan Holdsworth Band. Un mythe vivant en club. A ne pas manquer.


Auditorium Saint Germain

Jeudi 10 mai à 19h30.  Leçon de Jazz d'Antoine Hervé: " Mac Coy Tyner. Tempête sur les musiques du monde " avec Sylvain Romano (contrebasse) et Dre Pallemaerts (batterie). Je m'en réjouis d'avance.

 

Le Triton (Les Lilas, métro Mairie des Lilas)

Samedi 5 mai, 21h: duo Dominique Pifarely (violon)/Bruno Chevillon (contrebasse). Ils joueront aussi avec des moyens électroniques. Ames pesantes s'abstenir.

Samedi 12 mai, 20h30. Médéric Collignon " Jus de Bocse joue King Crimson ". Le concert aura lieu au Palais des Fêtes de Romainville, Seine Saint Denis, Ile de France, dans le cadre du festival " Unis Sons 93 ". Ca va chauffer pour nos matricules!

Samedi 19 mai à 21h, Denis Charolles " Duke & Thelonious ". Les classiques du Jazz revisités.

 

Studio de l'Ermitage

 

Mercredi 23 mai à 20h, Christophe Marguet Quintet + avec Christophe Marguet (batterie),  Bruno Angelini (piano), Mauro Gargano (contrebasse), Sébastien Texier (saxophone alto, clarinette), Jean-Charles Richard (saxophones baryton, soprano) puis le trio Jean-Charles Richard avec Peter Herbert (contrebasse) et Wolfgang Reisinger (batterie). Ames sensibles, ne pas s'abstenir.

Jeudi 31 mai à 20h30, Alter Quintet, un quintet à cordes franco argentin entre Classique, Jazz et Tango.

 

Duc des Lombards

 

Samedi 5 mai à 20h et 22h, le trio de Frank Amsallem (piano, chant). Un classicisme contemporain.

Jeudi 31 mai à 20h et 22J, le quartet de Lou Donaldson (sax alto), un des derniers survivants du Hard Bop des années 50. Une leçon de vie et de musique toujours bonne à prendre.

 

La Java

 

Vendredi 25 mai de minuit à l'aube, Jazz dance floor avec la Jazz Attitude Party. DJ et musiciens réunis toute la nuit. Comme le chante  Prince " We are beautiful. It's gonna be a beautiful night ".

 

Le New Morning

 

Mercredi 9 mai à partir de 21h, soirée Gaël Horellou (sax ténor) avec deux groupes et deux concerts, le premier électrique, le second acoustique.

Lundi 14 mai à 20h30, Roy Hagrove Quintet. Certainement, le plus intéressant des disciples de Miles Davis parmi les trompettistes américains.

Mardi 15 mai à 20h30, The Bad Plus, trio US piano/contrebasse/batterie avec une énergie rock'n roll. Ils parlent français (le mot " pamplemousse " est leur préféré), dégagent une joie, une énergie, une vitalité communicatives. Les spectateurs en ont pour leur argent avec ces gaillards.

Jeudi 31 mai, 20h30, Pierrick Pédron (sax alto) et les Petites Mains Symphoniques. Enfin sur scène, Pierrick joue vraiment son dernier album avec un Brass Band d'une vingtaine de musiciens. Y aura t-il des majorettes? A voir sur place.

 

" N'importe qui aurait mieux valu que le Président de l'époque qui nous endormait avec ses histoires de droits civiques pour les Noirs et pendant ce temps s'arrangeait pour faire la guerre en douce à des tas de gens un peu partout dans le monde " Dizzy Gillespie à propos de John Fitzgerald Kennedy. Le 20 septembre 1963 ,pour conclure son concert au Monterey Jazz Festival  (55e édition du 21 au 23 septembre 2012), Dizzy Gillespie faisait monter sur scène Jon Hendricks pour chanter, sur l'air de " Salt Peanuts ",  sa chanson de campagne électorale intitulée tout simplement " Vote Dizzy! ". Si quelqu'un vous demande pour qui vous votez le dimanche 6 mai 2012, répondez: " Je vote Dizzy! ". 

 

Partager cet article

Repost0

Tigran le Seigneur du Châtelet

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

 

Paris. Théâtre du Châtelet.

Vendredi 25 mars 2011. 20h30.

 

Tigran Hamasyan

La photographie de Tigran est l'oeuvre de l'Immense Juan Carlos HERNANDEZ.    

 

Tigran : piano

Solo pour la première partie.

Invités pour la deuxième partie dont Trilok Gurtu : percussions.

 

Après les Rennais, c'est aux Parisiens déjà émerveillés par son premier album solo «  A fable », que Tigran vient se livrer seul et avec quelques complices dans cette superbe bonbonnière Second Empire qu’est le théâtre du Châtelet. La soirée est présentée par son plus fidèle ami français, Stéphane Kochoyan avec qui j’ai eu l’honneur de partager une heure avec Tigran sur TSF Jazz.

 

Quelques secondes de concentration. Puis une ballade. Beau crocodile (un vrai piano à queue), belle salle, belle acoustique, grand pianiste. Que demande le peuple ? L’envoûtement commence. La musique se déploie comme un voile de soie au gré du vent. C’est pour ces moments là que je suis heureux de vivre à Paris. Une source vive parcourt la salle et rafraîchit l’air. Je suis Tigran sur scène depuis 2003. Il avait seize ans. Je le savais capable de se trouver seul un jour dans une salle de cette classe. Et m’y voici face à lui. Il monte en puissance, en vitesse tout en restant sur son thème. Ca décolle sec.  C’était « The Spinners ».

 

« Samsara » (Tigran). Une autre ballade venue de l’Orient mystérieux. Ca tourne, tourne, nous enivre doucement. Puis il se lance, les chevaux galopent à travers champs et forêts. Ce garçon atteint des sommets que bien des pianistes verront de loin, d’en bas sans jamais pouvoir s’en approcher. Sa musique fait le même effet de grands espaces, de passions enflammées que les grands écrivains russes : Tolstoï, Dostoïevski. Tigran exécute le piano à grands gestes et met le public à sa merci.

 

« Longing » une des chansons de l’album. Sur l’écran géant derrière la scène est projetée une image de plancton vert géant. Quel intérêt ? « Music speaks for itself » comme disait Miles DavisLa Grâce est là, caressée du bout des doigts par Tigran. Sa voix n’est pas celle d’un chanteur professionnel. Elle n’est pas toujours bien posée, bien placée mais elle touche au cœur par sa fraîcheur, sa pureté, sa maladresse même. La technique mise au service de la pureté et de la bonté, c’est ce qu’il y a de plus beau. Le public est aussi concentré que le pianiste. Il a la salle à sa main comme il a toujours su le faire.

 

« Someday my prince will come ». Le seul standard de l’album. Traité en mode marche funèbre. Par jeu. Ce jeune homme peut tout se permettre tant il a de goût. Un jeu de virtuose avec de l’âme. Cela devient une pavane. Pas pour une infante défunte mais pas loin. Nom de Zeus, que c’est beau ! Tigran est un vrai champion. Il savait qu’il devait être au sommet de son art ce soir. Il s’est entraîné et il est au sommet. Il finit dans l’aigu de l’instrument, distillant l’air lentement, agaçant et troublant. Ce petit truc là me rappelle Martial Solal avec qui Tigran jouera en duo au Festival Jazz sous les pommiers à Coutances en Normandie le samedi 4 juin 2011.

 

Retour à l’Arménie avec un air dansant, léger et libre comme l’air. Les jeunes filles arméniennes dansent dans ma tête. Il lâche les chevaux et cela avance comme le flux et le reflux de la Mer, puissant, vif, impérieux. Bref, c’est ce qui s’appelle du Grand Piano. Je me retrouve sur la plage de Longchamp à Saint Lunaire par un beau jour de printemps grâce à la magie de cette musique. Libre à vous d’imaginer ce que vous voulez. Cette musique libère l’esprit. Les mains giflent ou caressent le clavier mais nous font toujours vibrer. Parfois c’est le pilote de Formule 1 tant il maîtrise sa machine, accélérant, virant, changeant de vitesse. C’est vertigineux de beauté et de virtuosité. Il semble jouer de la harpe à certains instants tant son jeu est fluide. Après une telle démonstration, il n’a plus qu’à saluer et passer à l’entracte pour laisser le public reprendre son souffle.

 

ENTRACTE

 

Pendant l’entracte, j’ai salué Giovanni Mirabassi, pianiste confirmé, venu assister au triomphe du jeune Maître.

 

Tigran est rejoint sur scène par le trompettiste Shane Endsley. Ils jouent « Les gens de la lune » à moins que ce ne soit « Les Jean de la lune ». C’est un morceau tiré de l’album mais avec un titre français. C’est une ballade lente, grave, en suspension dans l’air. Le son doux de la trompette s’infiltre par-dessus le piano. J’aurais préféré Eric Le Lann et sa griffe bretonne sur cette musique qui, là encore, m’évoque la Mer. Techniquement le gars sait jouer mais, pour rester courtois, il ne me fait ni chaud ni froid.

 

Le trompettiste s’en va. Ben Wendel le remplace au saxophone ténor. Il est le saxophoniste habituel de Tigran. Est-il apparenté à la fameuse famille Wendel de Lorraine ? Je l’ignore. Le public n’applaudit pas assez alors Tigran le gronde : «  That’s all Ben Wendel deserves ? ». Le public se reprend et applaudit plus vigoureusement. Ils jouent «  A fable » le morceau éponyme de l’album. Le sax ténor sonne comme une flûte. Très fort ! La musique ondule, serpente, enchante. Ben monte et descend sur ses genoux à la recherche du son parfait et il le trouve. Ils se trouvent. Ces deux hommes sont en symbiose musicale. En arrière plan sur l’écran, une image de feuille en bleu. Curieuse manie que de mettre des images pour illustrer une musique qui stimule autant l’imaginaire. Ils vibrent à l’unisson et nous avec eux. Quelle belle fable ils nous racontent ! Ils nous emmènent par delà la nuit et le jour.

 

Ben Wendel s’en va. Trilok Gurtu le remplace. La seule fois où j’ai entendu Trilok Gurtu sur scène, c’était à Rennes en 1989 dans le trio de John Mac Laughlin (guitare électrique) avec Kaï Eckhardt (guitare basse électrique). Cela ne s’oublie pas. Ils commencent par un air traditionnel arménien sans titre. Trilok commence à chauffer son tambour. Tigran entre dans le piano pour en sortir une mélodie vive, légère. Trilok commence ses bruitages fins, délicats. Il faut le voir pour croire que cet homme n’a que deux mains. Ca, c’est de la pulsation ! Il a aussi des sortes de maracas. Il fait à la fois le « tip tap » sur les rebords des tambours avec les doigts et les « mop mop » au cœur des peaux avec les paumes. Tigran, lui, file droit devant. Après la symbiose mélodique avec Ben Wendel, la symbiose rythmique avec Trilok Gurtu. Quoique avec un artiste de la finesse de Trilok Gurtu, les percussions deviennent mélodiques.

 

En première mondiale, un morceau écrit par Tigran pour Trilok. «  Oh la la » dit Trilok. Tigran commence main gauche dans le piano, main droite sur le clavier. Rythmiquement, ça démarre doucement, puissamment. Tigran chantonne. Trilok bat la mesure et ponctue de son mouillés. Tigran chantonne joyeusement. Depuis les frères de Broglie, nous savons que l’Univers est constitué d’ondes. C’est ce que les physiciens appellent « la mécanique ondulatoire ». Cette expression constitue une bonne définition de la musique jouée par Tigran Hamasyan et Trilok Gurtu. Le dialogue se fait vif sans tourner au duel. Puis ça s’apaise. La musique est si riche rythmiquement qu’elle en devient palpable. Je sens les bonnes ondes me traverser. Dieux, quelles grandes délices ! Duel de scat, rap ultra rythmique entre Tigran et Trilok à base de « tac tac ». Tigran a quitté son piano et se trouve debout face à Trilok pour mieux dialoguer. Lui reste assis, chantant et jouant. Le public bat la mesure au rythme des mains du percussionniste indien. Tigran revient au piano sans lâcher le micro et le scat. Ils reprennent leurs instruments sous un tonnerre d’applaudissements.

 

Ben Wendell revient sur scène avec un basson. Shane Endsley avec sa trompette. Le fidèle Nate Wood, batteur de Tigran et directeur musical de l’album «  A fable » se joint à la fête avec un tambour et deux baguettes. Trilok se lance dans un solo ahurissant. Il fait le vent, la forêt, des bruits d’eau, de crécelle. Sans électronique, cet homme est plus riche et imprévisible qu’une boîte à rythmes. Il lance aussi des bruits de locomotive, de machines molles et folles. Après cette introduction inouïe, Tigran lance un morceau de son album. Tout le groupe se lance dans le " Carnaval ". Le seul morceau de l'album où Nate Wood joue. Sans basse. Les percussions y pourvoient. La main gauche du pianiste aussi. Tigran joue, chantonne. La musique s’envole et le public avec. La transe est proche. La joie explose de partout sur la scène. Le trompettiste est plus mordant qu’en duo. Nate Wood cesse de jouer pour déguster le jeu subtil et puissant de Trilok Gurtu. Celui-ci fait des rythmes avec son souffle, sa bouche. L’homme orchestre, c’est lui. Voilà, c’est fini. Ils s’inclinent devant le public. Trilok le fait les mains jointes, à l’indienne.

 

RAPPEL

 

Tigran revient seul sur scène prolonger son triomphe. Ballade très douce, très calme pour faire descendre la pression. Il part en ballade et nous avec. Je crois bien que c’est le titre album « A fable ». Nous ne sommes pas loin de Chopin mais avec la touche orientale. Cela rappelle les promenades en calèche de Swann avec Odette au Bois de Boulogne. Nostalgique et actuel à la fois. Après cela, il n’y a plus rien à ajouter. Le public le comprend, applaudit mais ne demande plus de bis.

 

Après Martial Solal et Antoine Hervé, c’est un jeune Maître du piano que je viens d’écouter au Châtelet en compagnie de Mademoiselle F et de quelques amis ravis eux aussi. Gageons que nous l’y reverrons ainsi que dans des salles, des festivals plus prestigieux encore. Que les Dieux protègent Tigran, Seigneur du Châtelet !

 

Pour prolonger le voyage avec cette musique, je vous conseille " Le voyage au Caucase "(1860) d'Alexandre Dumas père, l'homme qui, comme disait son fils, Alexandre Dumas fils, n'a jamais écrit une ligne ennuyeuse parce que cela l'aurait ennuyé. Souhaitons la même fécondité et la même longévité à ce digne fils du Caucase qu'est Tigran Hamasyan dit Tigran.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz pour mars 2020

Publié le par Guillaume Lagrée

Sarah Murcia par Juan Carlos HERNANDEZ

Sarah Murcia par Juan Carlos HERNANDEZ

Bienvenue à la 50e abonnée de ce blog. Que les Dieux et les Muses la protègent!

Respectables lectrices, Honorables lecteurs, fidèles abonnés au Jazz et à l'électricité, armé de mon mauvais goût et de ma mauvaise foi habituels, je vous propose la sélection suivante de concerts de Jazz pour mars 2020 sur France et sur Suisse. 

Pour une sélection exhaustive sur l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez Citizen Jazz et Jazz Magazine

Si vous ne pouvez assister aux concerts, écoutez les sur France Musique avec les émissions Jazz Club (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live

Pour l'actualité du Jazz, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio où l'auteur de ce blog sévit dans une émission mensuelle intitulée, notez l'originalité, " Le Jars jase Jazz ". Diffusion le lundi à 22h et le vendredi à 12h (heure de Paris). Pas de podcast. Audible dans le monde entier avec une connexion à l'Internet. De décembre 2019 à mars 2020, les 4 émissions seront centrées sur le BRASIL. Stan Getz, Joao Gilberto & Antonio Carlos Jobim seront évidemment à l'honneur. Couleurs Jazz Radio est une radio associative, garantie sans réclame. Elle vit de contributions volontaires. Pour les contribuables imposables en France, les dons sont déductibles de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les sociétés. 

Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, USA, dans Greenwich Village, pour les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.

ATTENTION: Tous les concerts peuvent être annulés en raison de la pandémie du COVID 19 en cours. Même si l'économie du monde du spectacle est en jeu, la prudence vous recommande de ne pas aller au concert jusqu'à plus ample information, respectables lectrices, honorables lecteurs. Pour la France, voir le site d'information du Gouvernement. Vous pouvez toujours acheter et écouter de la musique chez vous. Rendez-vous à des jours meilleurs. 

Sélection de festivals de Jazz pour mars 2020

Du samedi 24 février au samedi 14 mars, festival Jazz à l'étage à Rennes Métropole et Saint-Malo (35) avec, au piano, Dexter Golberg et Brad Meldhau (pas ensemble, toutefois). 

Du vendredi 28 février au dimanche 29 mars, 4 week end de concerts avec le festival Jazz à toute heure  à Saint-Arnoult-en-Yvelines (78) avec Kelly Lee Evans (chant).

Du jeudi 5 au vendredi 20 mars, Regional Tour de Thomas de Pourquery (sax alto) en régions Pays de la Loire et Normandie. 9 concerts dans 9 lieux sur 4 départements (49, 53, 61 & 72).

Du vendredi 6 mars au vendredi 3 avril, 37e Festival Banlieues Bleues en Seine-Saint-Denis (93) avec notamment Sarah Murcia (cf photographie en haut de cet article), Rodolphe Burger, Magic Malik...

Du mercredi 11 au dimanche 15 mars, 39e festival de Jazz de l'AMR à Genève, Suisse avec un trio de Maîtres: Kenny Barron (piano), Dave Holland (contrebasse) et Jonathan Blake (batterie) samedi 14 mars à 21h30.

Du jeudi 12 au samedi 14 mars, 3e biennale de Jazz au Perreux-sur-Marne (94) avec Marc Copland (piano).

Du vendredi 27 mars au samedi 4 avril, 33e Cully Jazz Festival à Cully, canton de Vaud, Suisse, sur les rives du Lac Léman, face à la France et aux Alpes, avec Arthur Hnatek, batteur suisse de classe internationale.

Du jeudi 26 au samedi 28 mars, festival international de Jazz à Megève (74) avec Becca Stevens

Du mardi 24 mars au samedi 11 avril, Voiron Jazz Festival à Voiron (38) avec Simon Goubert & Sophie Domancich.

Du jeudi 26 au samedi 28 mars, festival Jours de Jazz à la Ferté Saint Aubin (45) avec Sarah Lenka (chant). 

Du vendredi 27 au dimanche 29 mars, 14e festival de Jazz traditionnel à Rochegude (26)

Sélection de concerts de Jazz pour mars 2020

Mercredi 4 & jeudi 5 mars, 21h, Paris, Le Sunside: le trio Enrico Pieranunzi (piano), Diego Imbert (contrebasse) & André Cecarelli (batterie) déjà célébré sur ce blog. Les pianistes sont attendus dans la salle.

Jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 mars, 19h30 & 21h45, Paris, Le Duc des Lombards: le trio de Kurt Rosenwikel (guitare électrique). Les guitaristes sont attendus dans le public.

Jeudi 5 mars:

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Bextet avec Emmanuel Bex (orgue), Antonin Fresson (guitare électrique) & Tristan Bex (batterie). Les organistes sont attendus dans la salle. 

- 21h, Le Rio, Sète (34): dîner concert avec Hugo Lippi, guitariste électrique célébré sur ce blog. 

Vendredi 6 et samedi 7 mars21h, Paris, Le Sunside: Jerry Bergonzi (saxophone ténor). Les saxophonistes sont attendus dans la salle.

Dimanche 8 mars, 16h30, Paris, Café de la Danse: La Barefoot Lady  Rhoda Scott joue son nouvel album " Movin Blues " applaudi sur ce blog. Belle façon de fêter la Journée internationale des droits de la Femme.  Cf extrait audio au dessus de cet article.

Mardi 10 mars, 20h30, Lieusaint (77), Scène nationale de Sénart: le trio Brad Meldhau (piano), Larry Grenadier (contrebasse) & Jeff Ballard (batterie). Comme l'or et le CHF, une valeur sûre. 

Mercredi 11 mars:

- 19h30 & 21h45, Paris, Le Duc des Lombards: Moutin Reunion factory avec les frères  jumeaux François (contrebasse) & Louis Moutin (batterie), Paul Lay (piano), Christophe Monniot (saxophones) & Manu Codjia (guitare électrique), soit 4 musiciens  sur 5 déjà célébrés sur ce blog.

- 20h30, Paris, Le New Morning: Kelly Lee Evans (chant). 

- 21h30, Paris, Le Sunside: Xavier Thollard trio joue l'album  (re) compositions célébré sur ce blog.

Jeudi 12 mars:

- 20h30, Les Lilas (93),  Le Triton: Sylvain Cathala septet fête la sortie de l'album " Cullinan " louangé sur ce blog et enregistré en concert au Triton. Chauds les marrons, chauds!

- 20h30, Paris, Le New Morning: David Krakauer's Ancestral Groove. Klezmer Funk!

- 21h, Paris, Café Laurent: duo Alain Jean-Marie (piano) & Gilles Naturel (contrebasse). Attention, beauté! Entrée libre. Tenue correcte exigée. 

Vendredi 13 mars:

- 19h30 & 21h45, Paris, Le Duc des Lombards: Jeremy Pelt (trompette) invite les Grands Anciens Georges Cables (piano) & Ray Drummond (contrebasse). 

Vendredi 13 et samedi 14 mars, 21h30, Paris, Le Sunside: Pierre de Bethmann trio pour l'album " Essais volume 3 " célébré sur ce blog. 

- 20h30, Beynes (78), La Barbacane: Fred Pallem et le Sacre du Tympan jouent leur Odyssée. Que vous vous sentiez Ulysse, Pénélope, Circé ou Télémaque, vous êtes priés de participer à cette odyssée. Cf vidéo sous cet article.

Samedi 14 mars:

- 20h30, Paris, Maison de la Radio: deux groupes fêtent leurs 20 ans. Le trio de Jean-Philippe Viret (contrebasse) maintes fois fêté sur ce blog puis le quartet Alasnoaxis de Jim Black & Chris Speed.  Concerts diffusés en différé sur France Musique

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: un trio de Créateurs avec Michel Portal, Médéric Collignon & Louis Sclavis. Attention, inouï! 

- 20h30, Béziers (34), Scène de Bayssan: Fred Pallem et le Sacre du Tympan jouent leur Odyssée. Que vous vous sentiez Ulysse, Pénélope, Circé ou Télémaque, vous êtes priés de participer à cette odyssée. Cf vidéo sous cet article.

Mardi 17 mars:

- 21h, Eaubonne (95), l'Orangerie. Scott Hamilton quartet. Du sax ténor style années 30 joué par un homme né en 1954. Swing, Swing, Swing!

- 21h30, Paris, Le Baiser Salé: Inesis, le groupe d'Elie Martin-Charrière, jeune batteur déjà célébré sur ce blog comme accompagnateur.

- 21h30, Paris, Le Sunside: Le trio de Jean-Philippe Viret (contrebasse) maintes fois fêté sur ce blog.

Mercredi 18, jeudi 19, vendredi 20 & samedi 21 mars, 20h30, Paris, Le New Morning: le trio Brad Meldhau (piano), Larry Grenadier (contrebasse) & Jeff Ballard (batterie). Comme l'or et le CHF, une valeur sûre. 

Mercredi 18 mars:

- 19h30 & 21h45, Paris, Le Duc des Lombards: Frank Amsallem (piano) en quartet avec Irving Acao (sax ténor), Sylvain Romano (contrebasse) & Gautier Garrigue (batterie). Que du beau monde!

- 21h, Paris, Jazz Café Montparnasse: T.K Blue, Talib Kibwe Quartet, un saxophoniste caribéen (Jamaïque et Trinidad) de New York avec un Martiniquais de Paris Mario Canonge (piano).  Dîner concert. Show devant!

Jeudi 19 mars:

- 20h30, Paris, Le Sunside: Carte blanche à Aldo Romano (batterie) qui rend hommage à Boris Vian pour ses 100 ans, et Vian!

- 20h30, Paris, Studio de l'Ermitage: le quartet de Marcel Loeffler (accordéon). Un jazz manouche libéré des chaînes de la tradition.  

Vendredi 20 mars

- 19h, Paris, Le Sunset: Rimendo rend hommage à Boris Vian. En 2020, Bison Ravi aura 100 ans et Vian! 

- 19h, Paris, Le Baiser Salé: Tokyo Rome Connection fait étape à Paris avec Pierrick Pédron (sax alto) et des musiciens japonais et italien. 

- 20h, Les Lilas (93), Le Triton: Beau Catcheur. Pas d'amusement. Sarah Murcia (contrebasse) & Fred Poulet (voix) revisitent  à leur manière la Pop music internationale. Cf photo au dessus de cet article. 

- 20h30, Rezé (44), La Soufflerie: Cartoons. 50 ans de musiques de dessins animés revisitées par Fred Pallem et le Sacre du Tympan. Spectacle pour enfants à partir de 6 ans. Les enfants de moins de 6 ans ont le droit de tricher sur leur âge tant qu'ils accompagnent leurs parents au concert.

- 21h, Suresnes (92), Théâtre Jean Vilar: Porgy and Bess de Georges Gershwin dans les arrangements de Gil Evans pour Miles Davis (1959) avec Antoine Hervé (piano , le Big Band du conservatoire du Xe arrondissement de Paris et Markus Stockausen (trompette), le fils du compositeur Karl Heinz Stockhausen, en soliste. La classe, forcément, la classe!

- 21h, Paris, Le Sunside: Lew Tabackin 80th Birthday Tour. Les saxophonistes sont attendus dans la salle. 

Samedi 21 mars:

- 19h, Paris, Le Baiser Salé: Tokyo Rome Connection fait étape à Paris avec Pierrick Pédron (sax alto) et des musiciens japonais et italien. 

- 19h30, Paris, Le Café de la Danse: Henri Texier Quintet pour la sortie de l'album " Chance " louangé sur ce blog. 

- 21h30, Paris, Le Sunside: Lew Tabackin 80th Birthday Tour. Les saxophonistes sont attendus dans la salle. 

- 21h, Paris, Le Petit journal Saint-Michel. André Villeger Quartet. Dîner concert. Que vous aimiez votre saxophone ténor Hot ou Cool, vous serez servis. 

Lundi 23 mars, 20h30, Paris, Le New Morning: Melvin Taylor (guitare électrique, chant). Du Blues, du Blues, du Blues! 

Mardi 24 mars:

- 20h, Paris, Péniche Le Marcounet: Talib Kibwe. Un saxophoniste caribéen (Jamaïque & Trinidad) de New York de passage à Paris, cela ne se manque pas. Dîner concert.

- 20h30, Paris, Le Bal Blomet: un quartet franco-américain unique. Marc Copland (piano), Stéphane Kerecki (contrebasse), Daniel Humair (batterie) & Jean-Charles Richard (saxophones soprano & baryton). Autant de musiciens portés aux nues sur ce blog. Musiciens et mélomanes sont attendus dans la salle. 

- 20h45, Courbevoie (92), Espace Carpeaux: Chucho Valdes (piano) en trio avec contrebasse et tambour bata. Cuba Si!

- 21h, Paris, Le Sunside: Simon Goubert Quartet. Un gage de qualité depuis le précédent millénaire. 

Mardi 24 & mercredi 25 mars, 19h30 & 21h45, Paris, Le Duc des Lombards: Eli Degibri Quartet. 10 ans saxophoniste d'Al Foster, ça vous pose un homme. 

Jeudi 26 mars, 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Christophe Marguet Quartet avec Sébastien Texier, Manu Codjia, François Thuillier. Les fils d'Henri Texier, légalement et spirituellement. 

Vendredi 27 mars:

- 20h30, Strasbourg (67), Fossé des Treize: Jim Black Alasnoaxis. 

- 20h30, Suresnes (92), Théâtre Jean Vilar: Manouche Partie avec Richard Galliano (accordéon, direction musicale), François Arnaud (violon), Diego Imbert (contrebasse), Mozes & Stochelo Rosenberg (guitares). 

Samedi 28 mars, 20h30, Vincennes (94), Espace Sorano: le trio à cordes Unis vers composé de Mathias Lévy (violon), Sébastien Ginaux (violoncelle, guitare) & Jean-Philippe Viret (contrebasse) invite Vincent Peirani (accordéon). 

Lundi 30 mars, 20h30, Paris, Studio de l'Ermitage: Macha Gharibian (piano, clavier, chant) en trio avec Chris Jennings (contrebasse) & Dré Pallemaerts (batterie). Bon voyage.

Lundi 30 & mardi 31 mars, 19h30 & 21h45, Paris, Le Duc des Lombards: Hugo Lippi, guitariste couronné sur ce blog. 

Mardi 31 mars, 21h, Eaubonne (95), l'Orangerie: Cecil L Recchia. Gumbo. Rendez-vous à La Nouvelle Orléans sans quitter le Val d'Oise!

La photographie de Sarah Murcia est l'oeuvre de l'Incontestable Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9