Johnny Griffin Maître de désobéissance

Publié le par Guillaume Lagrée

 

 

 

Propos recueillis à Paris le mardi 23 juin 2009.

Olivier Temime, saxophoniste ténor français né en 1974, a joué avec Johnny Griffin dit « Little Giant », saxophoniste ténor noir américain (1928-2008) de 1999 à 2008. Johnny était, en musique, son grand-père adoptif. Olivier a eu la gentillesse de me raconter ce qu'il a appris de Johnny Griffin.

Comment avez vous découvert la musique de Johnny Griffin ?

J'ai découvert sa musique avec le Jazz vers 13-14 ans. Il y avait des vinyls de Jazz chez mon père, trompettiste amateur de Free Jazz. Parmi mes albums préférés il y avait « Monk. Live at The Five Spot » avec Johnny Griffin et un « Live in Japan » de Johnny Griffin. Je les ai écoutés, réécoutés. Je n'ai pas fait de relevé des thèmes. J'ai étudié Parker, Coltrane, Rollins. J'avais remarqué que Johnny Griffin avait beaucoup d'aisance, d'humour dans son jeu.

Comment avez vous rencontré Johnny Griffin en personne ?

Lorsque je l'ai rencontré il correspondait à ce que j'imaginais de lui. Il jouait dans un parc à Marseille en 1996. J'avais une crête rouge et il m'a remarqué. J'ai fait le bœuf avec ses musiciens à Marseille en 1998. Il jouait avec Guy Laffitte comme deuxième saxophone ténor car il aimait les Chases ( à écouter les duos de ténors de Johnny Griffin avec Eddie Lockjaw Davis, Dexter Gordon et surtout « A blowin' session » de Johnny Griffin avec Hank Mobley et John Coltrane aux saxophones ténors). Je jouais au Petit Opportun (club parisien disparu aujourd'hui). L'agent de Johnny m'a appelé pour que je joue avec lui au festival de Montségur dans le Sud Ouest car Guy Laffitte était malade. J'ai dit oui. J'ai pris le train à Paris et Johnny m'a rejoint dans le train à Poitiers car il vivait dans le coin. En me voyant, il a dit : « But You are a baby ! ». J'avais 25 ans et je n'avais pas dormi de la nuit à l'idée de jouer avec Johny Griffin sur scène. Je lui demande : « Qu'est ce qu'on joue ? » . Johnny me répond : « Tu verras, tu verras ». Le soir, à table, je lui redemande et il me répond : « Tu verras, tu verras ». Jean Pierre Arnaud, le batteur, me dit : « Enlève ta casquette ». Je ne voulais pas mais j'ai fini par céder. Johnny a éclaté de rire à cause de ma crête. Il m'appelait « Le monstre » parce qu'il trouvait que ça me donnait une tête de dragon. Je ne savais toujours pas quoi jouer avant de monter sur scène. Après, c'est parti. Johnny était content de mon jeu, de mon répondant. Guy Laffitte était malade et Johnny devait décider si je le remplacerais. Il a dit oui. Je lui ai demandé pourquoi il me gardait . Il a répondu qu'il aimait mon jeu, mon énergie.

Qu'avez vous appris de Johnny Griffin ?

Johnny m'a beaucoup appris sur le rapport entre la vie et la musique. Je jouais beaucoup, partout, jusqu'à 4 bœufs par soir dans 4 clubs différents. Johnny m'a appris à avoir confiance en moi, à ne pas être tributaire du regard des autres, à créer par moi même. Un jour où j'étais chez moi, Johnny jouait au Duc des Lombards, à Paris et son agent m'a appelé pour m'inviter à le rejoindre sur scène pour le 2e set. Tout le monde du Jazz parisien était là. Je stressais et j'ai découvert, une fois sur scène, que le concert était diffusé en direct au Jazz Club de France Musique. Johnny joue un thème que je ne connais pas, sent que je ne suis pas à l'aise et me pousse : « Blow motherfucker, Blow mother fucker » me répétait-il pour m'interdire de finir mon chorus.
Johnny avait un grand sens de l'humour, une mémoire hallucinante. Il était rusé, charmeur. Un homme très curieux des gens qui ne profitait pas de son statut de star même s'il en était une. Il était curieux de tout.

Comment se passait la vie avec Johnny Griffin ?

J'ai joué 10 ans avec Johnny, dans son groupe (Hervé Sellin :piano, Ricardo Del Fra :contrebasse, Jean Pierre Arnaud :batterie). Il me mettait en valeur. Ca le reposait de m'avoir à ses côtés sur scène. L'émulation lui plaisait. Il me transmettait le fond, l'esprit. On parlait de musique, de son, de drive, de swing, de mélodie. J'étais l'élève avec le Maître. Pour mon deuxième album, Saï Saï Saï, il l'a bien écouté et il a mis un petit mot en commentaire dans le livret. Lorsque je suis allé jouer en Arabie Saoudite, il m'avait déconseillé ce voyage, l'estimant dangereux. J'ai échappé de quelques minutes à un attentat d'Al Qaida et il a pris de mes nouvelles à mon retour.


Pourquoi Johnny Griffin a t-il quitté l'Amérique pour l'Europe ?

Johnny était plus respecté en Europe qu'à New York. Il en avait marre de l'Amérique. Il a beaucoup joué en Scandinavie. Il aimait la qualité de vie ici. Griff n'était pas un mystique comme Coltrane. C'était un jouisseur. Il aimait la vie et il ne comptait pas la sacrifier pour la musique.
Il a eu une attaque au cerveau. Après, il se rappelait des standards mais plus de ses compositions alors qu'il composait tout le temps. Il voyait la partition à l'envers. Il se sentait diminué et il avait horreur de ça. Il se battait contre ses limites. C'était un guerrier, Johny.


Quels sont vos derniers souvenirs de Johnny Griffin ?

Le dernier soir où nous avons joué ensemble, c'était avec Rhoda Scott, l'organiste aux pieds nus. Ils ont discuté ensemble après le concert. Il croyait à la victoire d'Obama. « Obama passera si on ne le tue pas avant » a t-il dit. Pour un Noir américain de sa génération, qui avait quitté l'Amérique à cause du racisme, c'était énorme.
Johnny parlait beaucoup de Don Byas, autre Géant du saxophone ténor. Un jour où Johny faisait le bœuf à Philadelphie, s'arrachant sur scène, Don Byas arrive derrière lui, joue quelques notes en douceur et ramasse la mise. D'y repenser, des années après, ça le rendait encore fou!


Comment a fini Johnny Griffin ?

Johnny est mort sur le perron de sa maison, d'une crise cardiaque, tenant son étui de saxophone et sa valise, prêt à partir pour un concert avec Rhoda Sott et moi. A la demande de sa veuve, j'ai joué devant son cercueil à ses funérailles. « Lover Man » en duo avec Hervé Sellin. C'était très émouvant pour moi.

Quel message vous a transmis Johnny Griffin ?

Le message :
croquer la vie à pleines dents, croire en ce que je fais, travailler, l'énergie, la joie de vivre. Johnny était attaché au Jazz des années 1950 et à la musique classique. Le free jazz le gonflait. Il aimait la pulsation. Johnny a commencé par jouer dans des orchestres de danse.
Pendant la guerre de Corée, Johnny est parti faire ses classes à Hawaï avec ses amis musiciens de Chicago. Il a demandé à faire partie de l'orchestre de la base. Il a été engagé pour jouer du hautbois. Aucun de ses amis n'est entré dans l'orchestre. Aucun n'est rentré vivant de Corée. Il aimait dire : « Oboe saved my life ».

Commenter cet article