Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Sunside dit Oui au Yes Trio

Publié le par Guillaume Lagrée

Yes Trio

Festival Jazz sur Seine

Le Sunside. Paris

Lundi 22 octobre 2018. 21h30.

Le Yes Trio est composé de:

Aaron Goldberg: piano

Omer Avital: contrebasse

Ali Jackson: batterie, tambourin

Ali Jackson commence tout en douceur en installant une vibration aux baguettes sur les cymbales. Omer Avital grave sa pulsation. Aaron Goldberg lance le trio en douceur. C'est pro et c'est frais. Des Américains sont venus encourager leurs compatriotes. Omer Avital, Israélien, vit à New York alors que l'Américain Ali Jackson vit à Toulouse où son fils est apprenti footballeur au TFC. Belles prises d'appui, relances du pianiste. Ce trio a plus de 25 ans d'existence et ces gars dégagent toujours la joie de jouer, de créer ensemble. 

Aaron Goldberg semble tester son piano. Quelques notes graves. Un silence. Quelques notes dans le registre médian. Un silence. Le batteur se met à malaxer les peaux aux balais. C'est vif comme un vieux Be Bop. Passage aux baguettes pour mieux hacher le tempo. Pulsation souple et ferme de la contrebasse. Le trio accélère sans monter le son. Grande maîtrise. Solo de contrebasse soutenu en continu par les baguettes sur les bords de caisses et en discontinu par le piano. Breaks de batterie aux balais. " Oh Yeah " comme dit mon voisin Américain en applaudissant. 

Le batteur installe le beat en douceur aux baguettes. Un pas de cheval. La contrebasse est au centre de l'attention. Ca devient une caravane de dromadaires dans le désert. Rien à voir avec l'immortelle " Caravan " de Duke Ellington mais cette image s'impose fortement dans mon cerveau. Le batteur passe au tambourin. Ca devient de plus en plus Jazz, Swing. Ca pulse, nom de Zeus! La contrebasse tient la ligne par dessus laquelle piano et batterie dialoguent. Comme beaucoup, je bats du pied et hoche la tête. Beau decrescendo final du batteur.

Une ballade tranquille. Ali Jackson malaxe aux balais. Il joue le thème plus énergiquement aux baguettes puis au tambourin.

Un petit air léger, swinguant. Un standard. " How Deep is the Ocean ". Version suspendue dans l'air. La mélodie se lance, s'arrête, repart. La contrebasse joue le thème le plus clairement. Le batteur tapote délicatement les bords de caisses. Les trois musiciens ont la grâce. Même le solo de batterie ne comporte pas de bruit. Seulement de la musique.

Mes voisins Américains, père et fils, se régalent. Moi aussi. Le trio repart sur un morceau qui balance sévère. Toujours mezzo voce. Le batteur nous martèle tranquillement, le contrebassiste tient la pulsation et le pianiste ornemente avec goût. Par Apollon, ça danse! 

Mon carnet de notes finit ici. La chronique aussi.

La photographie d'Omer Avital est l'œuvre de l'Inévitable Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales. 

Omer Avital par Juan Carlos HERNANDEZ

Omer Avital par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz à Paris et en Ile de France pour novembre 2018

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices sensuelles, lecteurs sensibles, voici ma sélection inique et arbitraire de concerts de Jazz à Paris et en Ile de France pour novembre 2018.

Pour une sélection exhaustive sur l'Ile de France, voyez Paris Jazz Club. Pour la France et l'Europe, voyez Citizen Jazz et Jazz Magazine

Si vous ne pouvez assister aux concerts, écoutez les sur France Musique avec les émissions Jazz Club (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live

Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, dans Greenwich Village, pour les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme.

Le festival Jazz au fil de l'Oise fera swinguer le Val d'Oise (95), en Ile de France, du vendredi 9 novembre au dimanche 16 décembre 2018.Joce Mienniel (flute) sera l'artiste clef du festival. Dans la riche affiche figurent 3 artistes chroniqués sur ce blog: Edouard Ferlet, Camille Bertault et Enrico Pieranunzi

Le festival Jazz'N Klezmer  aura lieu à Paris du samedi 24 novembre au mardi 5 décembre 2018. L'influence du Klezmer sur le Jazz est si grande qu'il y a des thèses de musicologie sur le sujet. Je vous invite à les lire, lectrices sensuelles, lecteurs sensibles. 

Le festival Jazzycolors aura lieu à Paris du mardi 30 octobre au vendredi 30 novembre 2018. 55 centres culturels étrangers s'unissent  pour nous présenter les couleurs du Jazz sous toutes leurs facettes. Dans le riche programme je recommande le duo 100% italiano Giovanni Guidi (piano) & Francesco Bearzatti (sax ténor, clarinette) vendredi 16 novembre 2018 à 20h à l'Institut Culturel Italien de Paris. Festival parrainé et ouvert par Bojan Z mardi 30 octobre à 20h au Centre Wallonie Bruxelles

Grands formats, réjouira vos appétits d'ogres, sensuelles lectrices, sensibles lecteurs, avec 60 concerts de grands orchestres de Jazz en France du mardi 16 octobre au jeudi 29 novembre 2018. 

Jeudi 1er novembre, 19h, Paris, le Baiser Salé, le duo Alain Jean-Marie & Sylvain Beuf nous fait réviser nos standards même un jour férié. Cours de rattrapage jeudi 8, 15, 22 et 29 novembre à la même heure.

Mardi 6 novembre, 20h45, Courbevoie (92), Espace Carpeaux, Jean-Luc Ponty " The Atlantic Years ", l'immense violoniste français, compagnon d'aventure d'Eddy Louiss et Daniel Humair, de Frank Zappa et Georges Duke, revisite ses années sur le label Atlantic Records. Ne cherchez pas un autre Français signé sur ce label américain (Ray Charles, Ornette Coleman, John Coltrane, Modern Jazz Quartet...). Il n'y en a pas. 

Mercredi 7, 14, 21 et 28 novembre, 19h, Paris, Le Baiser Salé, Mario Canonge & Michel Zenino nous donnent leur leçon de classiques de Jazz. 

Mercredi 7 novembre:

- 20h30, Paris, Bal Blomet, " Thanks a Million ". Eric Le Lann & Paul Lay  rendent hommage à Louis Armstrong. " A la trompette, vous ne pouvez rien jouer, même dans les trucs les plus modernes, qui ne vienne pas de Louis " (Miles Davis). 

- 21h, Paris, Le Sunside, Ben Sidran Quartet avec Rick Margitza. Rendez-vous à New York sans quitter Paris. Même groupe au même endroit, jeudi 8, vendredi 9 et samedi 10 novembre à 21h30.

Vendredi 9 novembre, 20h, Evry (91), théâtre de l'Agora, David Chevallier Trio. Un guitariste acoustique déjà célébré sur ce blog. 

Samedi 10 novembre:

- 20h, Paris, Atelier du Plateau, Eyeballing avec Sarah Murcia, Benoît Delbecq, Olivier Py et François Thuillier. Ouvrez grand vos cerveaux!

- 20h30, Vincennes (94), Espace Sorano, Henri Texier Sand Quintet, groupe déjà amplement louangé sur ce blog. Cf extrait audio sous cet article.

- 21h, Paris, l'Apostrophe, Lucky Dog, trio maintes fois célébré sur ce blog. 

Dimanche 11 novembre, 18h30 & 20h30, Paris, Le Sunside, Marc Copland & Dave Liebman. Un duo essentiel. Cf photos de cet article. 

Lundi 12 novembre, 20h, Paris, Café de la Danse, " In between " le nouveau spectacle d'Isabelle Olivier, harpiste déjà célébrée sur ce blog avec le danseur hip hop Iffra Dia. 

Lundi 12 et mardi 13 novembre, 20h30, Paris, Bal Blomet: Omar Sosa & Ylia Canizares " Aguas ". Une musique latine cosmique et aquatique.

Mardi 13 novembre, 20h30, Paris, Le Baiser Salé: Les enfants d'Icare (quatuor à cordes) invitent Marion Rampal (chant). Ouvrez grand vos esprits et vos oreilles, lectrices sensuelles, lecteurs sensibles. 

Mercredi 14 novembre, 21h30, Paris, Le Baiser Salé: Rick Margitza Quartet. Le dernier saxophoniste de Miles Davis nous donne son concert mensuel à Paris. Profitons en. 

Jeudi 15 novembre, 19h30 & 21h30, Paris, Le Sunside: Gilad Hekselmann Trio. Un grand guitariste new yorkais de passage à Paris.

Vendredi 16 novembre, 20h, Les Lilas (93), Le Triton, duo Marc Benham (piano) & Quentin Ghomari (trompette) pour la sortie de l'album " Gonam City ". Du miel pour les oreilles. 

Vendredi 16 et samedi 17 novembre, 21h30, Paris, le Sunset: Stéphane Spira pour la sortie de son album  " New Playground   " fêté sur ce blog. 

Samedi 17 novembre:

- 20h30, Antony (92), Espace Vasarely: Edouard Ferlet " Think Bach " maintes fois chanté sur ce blog. 

- 20h30, Boulogne-Billancourt (92), Seine Musicale: John Scofield. Si vous aimez la guitare électrique, vous connaissez John Scofield, lectrices sensuelles, lecteurs sensibles. 

- 20h30, Paris, Jazz sur le Vif au studio 104 de la Maison de la Radio, avec Gaël Horellou/Ari Hoenig Quartet puis Aziza (Dave Holland, Chris Potter, Lionel Loueke, Eric Harland). 

Dimanche 18 novembre, 18h30, Paris, Espace Ararat: le trio Jean de Aguiar, Marc Buronfosse et Gérard Hababou vous évitera de vous ennuyer le dimanche, lectrices sensuelles, lecteurs sensibles. 

Lundi 19 et lundi 26 novembre, 21h30, Paris, Le Baiser Salé: Jam session de François Constantin consacrée à Prince. Superfunkycalifragisexy!

Mercredi 21 novembre, 20h30, Paris, La Petite Halle: Ray Lema Transcendance. L'Afrique, c'est chic!

Jeudi 22 novembre:

- 20h, Paris, Atelier du plateau: trio Pifarély, Sclavis, Courtois. " C'est le concert de chambre parfait avec des solistes incomparables " (Jean Cocteau, premier président de l'Académie du Jazz). Ni piano, ni contrebasse, ni batterie, ni guitare, ni cuivres et pourtant, c'est du Jazz. 

- 20h30, Paris, La Petite Halle: duo de pianos Ray Lema & Laurent de Wilde. Pas en noir et blanc. En multicolor. 

Vendredi 23 novembre, 20h30, Paris, La Petite Halle: Ray Lema et le quatuor Aquarius. 

Samedi 24 novembre:

- 19h30, Paris, Café de la Danse: Fiona Monbet, concert de sortie de l'album " Contrebande ", célébré sur ce blog.

- 21h, Paris, l'Apostrophe: François Bernat Quartet rend hommage à Miles Davis. Album acclamé sur ce blog. 

Mardi 27 novembre:

- 19h, Paris, Café de la Danse: Omar Avital pour son album " Qantar " mentionné sur ce blog. 1ère partie, Yessai Karapetian.

- 21h30, Paris, Baiser Salé: Robin Mansanti & Crew. Parce que l'art de Chet Baker n'est pas mort avec lui, il revit avec Robin Mansanti (trompette, chant). 

Jeudi 29 novembre:

- 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: Sylvain Cathala Quintet. Ca va souffler!

- 21h, Paris, Jazz Café Montparnasse: Marie Mifsud Quintet. Une chanteuse, sans aucun doute. Cf vidéo sous cet article. Entrée libre. Consommation obligatoire. 

- 21h, Paris, Le Sunside: Riccardo del Fra Septet. Il Maestro sera de retour vendredi 30 novembre, même heure, même lieu.

Vendredi 30 novembre, 20h30, Les Lilas (93), Le Triton: un trio de leaders, Daniel Humair, Vincent Le Quang et Pierre Durand. Explosif mais sans danger pour la santé.

Les photographies de Dave Liebman & Marc Copland sont l'œuvre de l'Irrésistible Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Dave Liebman par Juan Carlos HERNANDEZ

Dave Liebman par Juan Carlos HERNANDEZ

Marc Copland par Juan Carlos HERNANDEZ

Marc Copland par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost0

Fiona Monbet " Contrebande "

Publié le par Guillaume Lagrée

Fiona Monbet

" Contrebande "

Fo Feo Productions

Sortie le vendredi 26 octobre 2018

Concert de sortie à Paris, au Café de la Danse, samedi 24 novembre 2018 à 19h30

Fiona Monbet: violon, compositions (1 & 10)

Pierre Cussac: accordéon

Antoine Boyer: guitare acoustique

Damien Varaillon: contrebasse

Lectrices avisées, lecteurs éclairés, comme Didier Lockwood, son Maître et mentor, le talent de la violoniste franco-irlandaise Fiona Monbet n'a pu vous échapper. 

Je vous ai déjà parlé  de son premier album " O'Ceol " (2013). Après 5 ans de réflexion, elle sort un nouvel album " Contrebande ". Elle a changé de rythmique. Le piano a été remplacé par un piano à bretelles et la batterie par une guitare acoustique. Les instruments à cordes (son violon et une contrebasse) sont restés. La formule est allégée, plus mobile, faite pour être jouée dans la rue ou sur le pont d'un navire. 

La musique voyage au gré des envies de la violoniste, du jazz au classique, du Brésil à la Pologne. D'où le titre de l'album " Contrebande " qui n'est pas le titre d'une composition jouée dedans. 

Les deux compositions de Fiona Monbet, l'ouverture de l'album avec " Valse " (1) et la clôture avec " l'Aveu " (10), sont très marquées par la musique classique européenne. Le sang irlandais se fait entendre avec le solo de violon en ouverture d' " Irlandalou " (6) alors que la guitare clôt le même morceau à l'espagnole, bien entendu. C'est l'Irlande encore qui respire dans " A Song " (7). Le Brésil a sa part avec " Luiza " d'Antonio Carlos Jobim (5).  A comparer, avec exemple, avec la version donnée en duo par Eric Le Lann & Jean-Marie Ecay. L'Argentine n'est pas omise avec un " Tango " (4). Pour l'Europe centrale et orientale, rendez-vous au " Smoly Market " (9) (Smoly, village polonais). 

Voyagez en Contrebande avec Fiona Monbet, lectrices avisées, lecteurs éclairés.

A consommer frais, sans modération, au concert de sortie à Paris, au Café de la Danse, samedi 24 novembre 2018 à 19h30

Partager cet article

Repost0

Richard Galliano enflamme le Jazz sur le Vif

Publié le par Guillaume Lagrée

Jazz sur le Vif

Richard Galliano

Maison de la Radio. Studio 104.

Paris. Samedi 13 octobre 2018. 20h30.

Concert diffusé en différé sur France Musique

Programme concocté et présenté par Arnaud Merlin

 

Première partie:

Richard Galliano, récital d'accordéon

Deuxième Partie:

New Jazz Musette

Richard Galliano: accordéon

Jean-Marie Ecay: guitare

Yaron Stavi: contrebasse

Jean-Christophe Galliano: batterie

Première partie: Richard Galliano solo

Richard Galliano joue sa première partie lui même. On n'est jamais si bien servi que par soi même. Il commence par nous faire le flux et le reflux de la mer. Le souffle se poursuit et il y ajoute des notes d'accordéon. La boite à magie fait son effet. Il joue yeux clos, dansant assis sur son tabouret avec son instrument. Final dans l'aigu en douceur. Maestro.

Passage au musette. Jazzifié. Il s'agit de " Rimes " composée par Aldo Romano pour Claude Nougaro

Deux morceaux sur lesquels je n'accroche pas puis un Blues. Pas mal du tout. Je bats de nouveau la mesure du pied. C'est bon signe. Ca swingue de nouveau. Le public m'approuve, applaudissant avec plus d'enthousiasme. 

Une ballade sentimentale. Au feeling balkanique. C'est plus subtil que ça. Les citations s'enchaînent sans que je les reconnaisse. Ca emballe sec en tout cas. 

Retour au musette. Ca valse, pardi! Un conseil parmi tant d'autres d'Astor Piazzola, le Maestro argentino de Richard Galliano, " Richard, jouez tout ce qui vous passe par la tête ". C'est ce qu'il fait ce soir et il le fait bien. 

Passage à l'harmonica pour une version sur le fil du rasoir d'un standard du Jazz " My funny Valentine ". 

Retour à l'accordéon pour un hommage à Charles Aznavour qu'accompagna Richard Galliano. Une version d'anthologie de " La Mamma " avec tout le sentiment, l'émotion qu'il faut sur une musique qui ne supporte pas la froideur. L'accordéon sonne comme des grandes orgues d'église. C'est le Requiem de Richard Galliano pour Charles Aznavour.

Richard Galliano joue debout le " Libertango " d'Astor Piazzola (cf vidéo sous cet article). Morceau chanté en français par Guy Marchand sous le titre " Moi je suis tango, tango ". La musique nous emporte jusqu'à la

PAUSE

Deuxième Partie: New Jazz Musette

Le New Musette était un quartet de Richard Galliano avec Philip Catherine (guitare électrique) , Pierre Michelot (contrebasse) et Aldo Romano (batterie). 25 ans plus tard, le New Jazz Musette (cf.extrait audio sous cet article) est le nouveau quartet de Richard Galliano avec les mêmes instruments mais des musiciens différents: Jean-Marie Ecay (guitare électrique), Yaron Stavi (contrebasse) et Jean-Christophe Galliano (batterie). Je suppose qu'il existe un lien de parenté entre Richard et Jean-Christophe Galliano mais j'ignore lequel. 

Le quartet commence et, tout de suite, c'est plus Jazz. Batteur aux balais. Pulsation de la contrebasse. Notes distillées par Jean-Marie Ecay. Le batteur passe aux baguettes, joue de bons breaks qui relancent sans s'imposer. 

Une ballade. Le batteur passe vite des baguettes aux balais. Premier solo de contrebasse en dialogue avec l'accordéon. Le batteur tient le tempo aux balais.

" Tango pour Claude " une composition de Richard Galliano pour Claude Nougaro que celui-ci chantait sous le titre " Vie Violence ". C'est passionné comme il se doit. La guitare répond à l'accordéon. Dialogue de haut vol.

Un petit air funky. Ca revient vers le musette mais avec un rythme reggae. Richard Galliano fait face à Jean-Marie Ecay pour mieux dialoguer avec lui. Maintenant, ca ressemble du flonflon à la russe. Ca emballe sévère. C'était " Chat pitre ", composition qui devint le générique d'une émission gastronomique de Jean-Luc Petitrenaud et aujourd'hui celle d'une réclame télévisuelle pour un fromage. Conclusion du compositeur: vous savez quand une chanson va marcher mais vous ne savez pas ce qu'elle va devenir. La preuve. 

" Bebe " (Hermeto Pascoal). La guitare crée une onde au dessus de celle de l'accordéon. Somptueux. Le thème du génie brésilien est joué avec la flamme indispensable. 

Duo contrebasse & accordéon. Impulsion face à souffle. Batteur et guitariste se reposent et savourent comme nous. A la fin, accordéoniste et contrebassiste se serrent la main. Ils en ont bien le droit.

Duo harmonica & guitare. Tout en douceur. " Estate " la seule chanson italienne devenue un standard du Jazz. Claude Nougaro la chantait sous le titre " Un été ". Au cas où nous l'aurions oublié, Jean-Marie Ecay nous rappelle quel merveilleux guitariste il est. La technique n'a pas de sens si elle ne sert pas à transmettre des émotions, à raconter une belle histoire. A deux, ils le font. Cela est juste et bon. 

Retour à l'accordéon et au quartet. Batteur aux baguettes en duo avec l'accordéoniste pour commencer. Ca percute. Le quartet démarre et ça pulse. Un nuevo tango. Solo de guitare vif, sec, porté par le souffle de l'accordéon. 

Retour au musette avec le batteur aux balais.

Une ballade. Batteur aux baguettes, en finesse sur les cymbales. La mélodie devient perceptible. " La Javanaise " de Serge Gainsbourg. Les musiciens s'effacent discrètement pour laisser le public chanter. " J'avoue j'en ai bavé pas vous mon amour Avant d'avoir eu vent de vous mon amour ". Des sonorités en ave comme l'argot dit javanais sur un air de java, la Javanaise, évidemment. " Vous avez remarqué? Ce sont toujours ceux qui n'ont pas le sens du rythme qui chantent le plus fort " remarque malicieusement Richard Galliano. 

 

RAPPEL

Le générique de la série télévisée " P.J " composé lui aussi par Richard Galliano. Une musique agitée, angoissante comme il se doit pour une série policière. Les musiciens donnent encore mais Richard Galliano est légitimement fatigué après avoir joué en première et en deuxième partie de soirée. Voilà, c'est fini.

Madame A, en vraie aficionada de Richard Galliano, a obtenu son album dédicacé du Maestro après le concert, Madame M-H, Rock and Roll fan, poursuit son apprentissage du Jazz avec délice. Quant à moi, cela faisait plus de 20 ans que je n'avais été écouter sur scène Richard Galliano. J'ai bien fait d'attendre. 

Avis technique: Suite à la remarque d'un lecteur expert, il appert que j'ai confondu l'harmonica et l'accordina. Faute! A l'aveugle ou de visu, de près comme de loin, je serais bien incapable de distinguer ces deux instruments mais Richard Galliano jouant de l'accordéon et de l'accordina selon des sources sûres, je me range à cet avis d'expert. 

Prochaine séance de Jazz sur le Vif au studio 104 de la Maison de la Radio, à Paris, en France, samedi 17 novembre 2018 à 20h30 avec Gaël Horellou/Ari Hoenig Quartet puis Aziza (Dave Holland, Chris Potter, Lionel Loueke, Eric Harland). 

La photographie de Richard Galliano est l'œuvre de l'Indomptable Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette œuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Richard Galliano par Juan Carlos HERNANDEZ

Richard Galliano par Juan Carlos HERNANDEZ

Partager cet article

Repost0

" Last Picture " Dairo Miyamoto

Publié le par Guillaume Lagrée

" Last Picture "

Dairo Miyamoto

Cristal Records. 2018.

Lectrices affamées de sons, lecteurs assoiffés de rythmes, je vous raconte depuis quelque temps un manga japonais qui décrit en 10 volumes l'apprentissage du Jazz par un jeune Japonais fou de son saxophone ténor, Myamoto Dai

Ignorant que je suis, je n'avais pas compris qu'il y avait là un hommage à un vrai saxophoniste, clarinettiste, multi instrumentiste japonais, Dairo Miyamoto (1957-2016), compagnon indispensable du trompettiste Jun Miyake, disciple d'un autre trompettiste nippon Terumasa Hino, connu de ce blog. 

A la fin de leur collaboration commune, à partir de 2014, Jun Miyake décida de rendre hommage à son complice depuis 1982, Dairo Miyamoto.

L'album ne put être terminé du vivant de Dairo. Jun Miyake a composé tous les morceaux sauf la Gnossienne n°1 d'Erik Satie (n°9), arrangée de façon étonnante. Certains morceaux sont recomposés à partir d'enregistrements préexistants. Chaque composition est un univers en soi: acoustique et/ou électrique, occidental et/ou oriental.

Ce qui distingue cette musique, c'est le mystère qu'elle dégage. 12 morceaux, plutôt brefs, allant de la 1'20 de " Traces " (n°10), un solo éblouissant où Dairo se multiplie grâce à la magie de la technique,  aux 8'25, une exception, de " Triangle work " (n°8). 

La musique est unie dans sa diversité. L'album ressemble à une série de collages surréalistes. N'y cherchez pas de fil directeur, lectrices affamées de sons, lecteurs assoiffés de rythmes. Préparez vous à changer de sens, de direction à chaque nouveau morceau. L'inouï est à votre portée. 

Je vous en ai sélectionné deux exemples pour vous en donner une petite idée: " Inherent Paradox " (n°5) en extrait audio et " Colonnade " (n°6 ) en vidéo.

Dire que j'ai manqué Jun Myake et Dairo Miyamoto en concert à Paris! Erreur irréparable désormais. Heureusement, il me reste cet album " Last Picture " (n°2) qui se conclut tout simplement par " Ca fait longtemps Dairo " (n°12). Rien à ajouter. 

Partager cet article

Repost0

Nola French Connection Brass Band

Publié le par Guillaume Lagrée

Nola French Connection

Brass Band

Fo Feo Productions. 2018.

En concert à Paris, à La Boule Noire, lundi 15 et mardi 16 octobre 2018 à 19h30

 

Nola French Connection Brass Band est composé de :

Hippolyte Lefevre: trompette, chant, compositions

Gabriel Levasseur: trompette, chant

Nicolas Benedetti: trombone, chant

Michaël Balue: trombone, chant

Bastien Weeger: saxophone, chant

Johan Barrer: grosse caisse

Florent Berteau: caisse claire

Tao Erlich: percussions

Remi Cretal: Sousaphone

Lectrices anglicistes, lecteurs anglophones, il ne vous a pas échappé que NOLA signifie New Orleans LouisianA. C'est dans cette ville de création française, qui garde un quartier français, quelques noms français et la langue cajun, créole francophone, qu'une fanfare française a plongé pour trouver une nouvelle source d'inspiration.

 Le résultat est efficace: 7 compositions originales pour 38mn de musique à danser. Invitez parents, amis et voisins, prévoyez boissons et victuailles, écartez les meubles et montez le son. Vous avez de quoi lancer votre soirée. Libérez votre esprit et votre Q suivra comme dit George Clinton, le Grand Maître du Parlafunkadelicmenthang. 

Les amateurs distingués de Jazz reconnaîtront une citation de " My favorite things ", valse fétiche de John Coltrane sur " W for Weird " (n°6).

Si vous voulez être possédés par le démon de la danse, lectrices anglicistes, lecteurs anglophones, passez l'album de Nola French Connection chez vous en dansant avec le casque audio sur les oreilles, si vos voisins ne méritent pas de danser avec vous, sans casque s'ils le méritent ou rendez-vous à Paris, à la Boule Noire, lundi 15 et mardi 16 octobre 2018 à 19h30 pour profiter de cette musique comme il se doit, sur scène et en direct.  Emmenez vos enfants. Vu l'heure et la musique, ils ont le droit de danser eux aussi, sapristi!

En extrait audio, " Turn it up " (n°2). En vidéo, " We're bout to party " (n°1).

Partager cet article

Repost0

Pannonica. A tribute to Pannonica

Publié le par Guillaume Lagrée

Pannonica

A tribute to Pannonica

Cristal Records.

Sortie le vendredi 19 octobre 2018.

Personnel détaillé dans l'album

 

Lectrices féminines, lecteurs féministes, vous ne pouvez méconnaître la baronne Pannonica de Koenigswarter (1913-1988), née Rotschild. Elle aurait pu se contenter de sa vie d'héritière. Elle était née dans la soie et le satin. Son père lui donna le nom d'un papillon qu'il venait de découvrir en Europe centrale, dans l'ex Pannonie. Fille d'un banquier anglais aristocrate, elle épouse un banquier français aristocrate, le baron Jules de Koenigswarter (1904-1995). Vie mondaine entre les deux rives de la Manche. Parcours normal jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale. Le baron est Français de confession israélite. Tomber entre les griffes des nazis, très peu pour lui. Après avoir combattu lors de la campagne de France, le 20 juin 1940, il s'embarque pour Londres depuis Saint Jean de Luz avec plus d'une centaine de combattants sur un navire polonais. Le 25 juin 1940, il s'engage dans les Forces Françaises Libres. Il se bat vaillamment jusqu'en 1945: Commandeur de la Légion d'Honneur, croix de guerre 1939-1945 et Compagnon de l'ordre de la Libération. Son épouse l'accompagne: elle pilote des navires, des avions, des ambulances, assure des soins médicaux. Ensemble, ils ont 6 enfants. Après guerre, le baron quitte la banque pour la diplomatie. Toujours au service de la France. Le souci, c'est que Madame la baronne a découvert le Jazz et New York. La vie d'épouse de diplomate ne lui suffit plus. Elle veut vivre sa vie.

Elle s'installe à New York, fume des cigarettes illégales, fréquente des musiciens de Jazz noirs, souvent alcooliques et toxicomanes, sort le soir jusqu'à des heures hindoues. Bref, elle devient infréquentable pour son milieu d'origine. Son mari la laisse vivre sa vie, les Rotschild de Londres coupent les vivres à leur fille mais lui laissent tout de même deux Rolls Royce, une Bentley et une superbe maison à New York, avec vue sur l'Hudson où les musiciens vivent, mangent, boivent, fument, jouent du piano ou du tennis de table, s'occupent des chats (il y eut jusqu'à 122. La maison fut surnommée " Cat's House "). 

Charlie Parker est mort chez la baronne en 1955, Thelonious Sphere Monk s'y enferma dans le silence jusqu'à sa mort en 1982, Barry Harris y vit encore.

Muse, amie, amante, mécène, la Baronne demanda aux 300 musiciens qu'elle connaissait leurs 3 vœux les plus chers. Miles Davis fut le plus bref: " Etre blanc ". Cela donne un superbe livre de photographies et de témoignages: " Les musiciens de Jazz et leurs 3 vœux ". 

Comment les Jazzmen remercièrent-ils la Baronne pour tout l'amour et le soutien qu'elle leur apportait? En lui composant des musiques en son hommage.

Elles sont désormais réunies sur cette compilation thématique " Pannonica. A tribute to Pannonica " dont il existe deux versions: une simple avec un CD et une plus luxueuse avec 2 CD et un livret de 20 pages de photographies. 

Je ne dispose que de la version simple. Je ne saurais trop vous la recommander, lectrices féminines, lecteurs féministes. Pour la superbe photographie de la Baronne qui orne la couverture. Pour sa voix qui annonce plusieurs morceaux avec les musiciens. Une voix qui sent le tabac, l'alcool, la nuit, bref la mythologie du Jazz. Et pour la musique. C'est un véritable Who's Who du Jazz moderne qui se déroule pour la Baronne. Thelonious Monk évidemment pour son " Pannonica " (cf extrait audio sous cet article). Horace Silver pour son " Nica's Dream " (cf la version de Wes Montgomery dans la vidéo sous cet article). Mais aussi le saxophoniste alto Gigi Gryce pour son " Nica's Tempo " avec Thelonious Monk, Percy Heath et Art Blakey comme rythmique (excusez du peu!), Kenny Dorham et son " Tonica " et le " Nicaragua " de Barry Harris. 

La musique est toujours énergique et élégante comme la Baronne. Au lieu de vous fondre dans la masse de compilations commerciales qui prétendent vous faire découvrir le Jazz, rendez hommage à la Baronne Pannonica de Koenigswarter, lectrices féminines, lecteurs féministes avec cette sélection concoctée avec soin par le label français Cristal Records.  A consommer sans modération. 

Partager cet article

Repost0