Stanley Clarke/Biréli Lagrène/ Jean-Luc Ponty " D-Stringz "

Publié le par Guillaume Lagrée

" D-Stringz "

Impulse. Universal.

Sortie le vendredi 13 novembre 2015

Jean-Luc Ponty: violon

Biréli Lagrène: guitare

Stanley Clarke: contrebasse

Steve Sheehan: percussions (n°8)

Lectrices funky, lecteurs groovy, réjouissez vous. Jean Luc Ponty, Stanley Clarke, Biréli Lagrène, 3 Géants du Jazz actuel se sont enfin réunis, sans tambour ni trompette, sans ampli ni électronique. Juste 3 instruments acoustiques, un studio, des compositions, des standards et la joie de jouer ensemble. Ces musiciens ont tellement exploré les possibilités de la fée Electricité qu'ils font bien de nous rappeler qu'ils savent s'en passer pour jouer débranché (" unplugged " in english).

Le point commun entre ces trois Citoyens du monde, outre le fait qu'ils jouent des instruments à cordes, c'est le Funk. Pas de batterie, pas de cuivres, pas d'amplification électrique et pourtant quel groove!

Qu'ils jouent des compositions comme " Stretch " de Biréli Lagrène (n°1) qui s'étire comme un gros chat ou " To and Fro " de Jean-Luc Ponty (n°2), point de départ et d'arrivée ou des standards comme " Blue Train " de John Coltrane (n°7) ou " Mercy, Mercy, Mercy " de Joe Zawinul (n°9), ils groovent monstrueusement.

Je ne dis pas qu'ils ne sont pas à l'aise sur les ballades qu'elles soient des standards ( " Too young to go steady ", n°3 et " Nuages " de Django Reinhardt, n°5 ) ou des compositions " Chilhood memories " de Jean-Luc Ponty (n°6). Ces musiciens sont des fuori classe comme disent les Italiens.

Cependant, quand il s'agit de vous donner envie de claquer des doigts, battre des pieds et onduler des hanches tout en admirant des arrangements savants et une attaque d'une précision diabolique, ce trio là est hors concours.

Merci, Merci, Merci à Stanley Clarke, Biréli Lagrène et Jean-Luc Ponty.

Commenter cet article