Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Covid 19 éteint le Jazz

Publié le par Guillaume Lagrée

Vaillantes lectrices, vigoureux lecteurs, j'espère que vous échappez à la Covid 19 qui a déjà tué plusieurs Jazzmen de renom dont Manu Dibango, Lee Konitz & Mike Longo célébrés sur ce blog sans compter Ellis Marsalis, Wallace Roney, Henry Grimes et Bucky Pizzarelli dont je n'ai pas parlé. 

Outre la mort d'êtres qui nous sont chers, la Covid 19 tue le spectacle vivant puisqu'il est interdit de se réunir. Pour la France, la possibilité d'organiser des rassemblements culturels sera étudiée à partir de septembre 2020.

Un été sans festival de Jazz, c'est une catastrophe à la fois culturelle et économique. Pour les artistes, les producteurs, les organisateurs, les techniciens du son et de l'image et tous les corps de métier associés (hôtellerie, restauration, transport...), les spectateurs, l'Etat et les collectivités locales (perte de recettes fiscales) ...

Pour vous donner une idée de tout ce que vous allez manquer cet été, vaillantes lectrices, vigoureux lecteurs, je vous rappelle ma sélection de festivals de Jazz pour l'été 2019.

En France, le ministère de la Culture lance une enquête économique sur la situation des secteurs culturels. Je connais déjà des salles qui risquent de fermer ou de ne pas ouvrir faute d'argent. Voici le questionnaire.

Dans les mesures annoncées par le Gouvernement français pour accompagner la reprise des activités culturelles, 50 000 000€  (54 772 500 $ ou 52 967 500 CHF ou 44 719 000 £)  sont confiés au Centre National de la Musique pour soutenir l'ensemble de la filière musicale. J'ignore quelle part de cette somme parviendra aux musiciens, chanteurs, producteurs, directeurs de salles de Jazz. 

En outre, une enquête privée intitulée Culture: le monde d'après a été lancée par le Mensuel, journal français consacré aux usages numériques du secteur culturel. Vous pouvez y répondre librement, vaillantes lectrices, vigoureux lecteurs. 

Toujours en France, la SACEM a lancé le 27 mars un fonds de secours pour ses membres qu'ils soient auteurs, compositeurs ou éditeurs de musique.

Les emplois du spectacle vivant (théâtre, musique, danse) ne sont pas délocalisables, induisent de nombreux emplois derrière eux (qui irait à Marciac sans son festival de Jazz?). La relance de l'économie passe donc aussi par le soutien public et privé à ce secteur. 

De plus, un concert virtuel, même si c'est mieux que rien, c'est comme du sexe virtuel ou du sport virtuel. Un ersatz. Autant nager sans eau. " Ain't nothing like the real thing baby " (Marvin Gaye). Surtout pour le Jazz, musique d'improvisation qui se crée en même temps qu'il se joue et où l'interaction avec le public est essentielle. " Le Jazz, c'est comme les bananes. Ca se consomme sur place " (Jean-Paul Sartre).

Un concert virtuel auquel vous arrivez, conduit par des algorithmes (souriez, vous êtes pistés!) va vous conduire à confirmer votre point de vue, à ne pas vous remettre en question. C'est le même risque que les messages politiques ciblés sur Internet: vous enfermer dans un monde clos.

En musique, c'est le triomphe du courant principal (main stream in english). Lisez à ce sujet (pendant le confinement, vous avez le temps) l'excellent essai de Frédéric Martel: " Main Stream. Essai sur cette culture qui plaît à tout le monde ". Lisez aussi l'article de Mediapart (payant):  " Cinéma, musique: le Covid 19 accélère la numérisation de la culture ".

Le risque est de succomber à une culture uniforme même s'il existe des îlots de résistance comme ce blog et Couleurs Jazz Radio sur laquelle je sévis le lundi à 22h et le vendredi à 12h (heure de Paris) avec l'émission Le Jars jase Jazz, bien entendu.

" L'ennui naquit un jour de l'uniformité " (Chateaubriand). C'est pourquoi l'économie du spectacle doit se réinventer, après la fin de la pandémie, pour ne pas ennuyer et donc vous attirer toujours, vaillantes lectrices, vigoureux lecteurs. Comptons sur la créativité des acteurs de ce système car " There is no business like show business ". Cf vidéo sous cet article. 

 

Partager cet article

Repost0

Journée internationale du Jazz le jeudi 30 avril 2020 avec Couleurs Jazz Radio

Publié le par Guillaume Lagrée

Médéric Collignon par Juan Carlos HERNANDEZ

Médéric Collignon par Juan Carlos HERNANDEZ

Bienvenue au 51e abonné de ce blog. Que les Dieux et les Muses le protègent!

 

Lectrices Swing, lecteurs Blues, même si vous êtes confinés, comme la moitié des Terriens de l'espèce humaine dont votre serviteur, vous pouvez tout de même fêter la Journée Internationale du Jazz avec l'UNESCO ce jeudi 30 avril 2020.

 " Le Jazz n'est pas qu'une musique. C'est une façon de vivre, une façon d'être et de penser "

Nina Simone

Sans quitter votre lieu de confinement ni violer les normes de distanciation physique, vous pourrez assister au concert global virtuel à 21h (heure de Paris) avec en Maître de Cérémonies, Herbie Hancock (piano, claviers) entouré de, notamment, John Mac Laughlin et John Scofield aux guitares, Marcus Miller à la basse, Dee Dee Bridgewater, Cecile Mac Lorin Salvant, Dianne Reeves au chant, Joey de Francesco (orgue)...

En extrait audio au dessus de cet article, " Cantaloupe Island " d'Herbie Hancock dont le Français Claude Nougaro fit une chanson nommée " Herbie Hancock " tout simplement. 

Ensuite, à 22h (heure de Paris), vous pourrez basculer sur le concert spécial de Couleurs Jazz Radio déjà louangé sur ce blog avec le Parrain Médéric Collignon (voix, bugle, cornet), la Marraine Tricia Evy (chant) et Yvan Robilliard (piano).

Radio sur laquelle je sévis le lundi à 22h & le vendredi à 12h (heure de Paris) avec une émission nommée " Le Jars jase Jazz ", bien entendu. Thème de l'émission de mai 2020: Argentina!

En cas de conflit avec le précédent concert, sachez que le concert de Couleurs Jazz Radio sera rediffusé vendredi 1er  mai à 3h du matin (heure de Paris)  soit 21h à New York le jeudi 30 avril.

Cf photographie de Médéric Collignon au dessus de cet article et la vidéo au dessous de cet article extraite de ce concert. pour un jeu en double messieurs autour de " Caravan " de Juan Tizol, tromboniste du Duke Ellington Orchestra.

La photographie de Médéric Collignon est l'oeuvre du Fabuleux Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales. 

Partager cet article

Repost0

Dan Tepfer & Jorge Roeder en concert lundi 27 avril à 14h (heure de New York)

Publié le par Guillaume Lagrée

Dan Tepfer & Lee Konitz par Juan Carlos HERNANDEZ

Dan Tepfer & Lee Konitz par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices piano, lecteurs forte, vous vous délectâtes du duo entre Dan Tepfer (piano) & Lee Konitz (saxophone alto) de 2007 à 2019. Deux artistes maintes fois célébrés sur ce blog.

Cf photographie et extrait audio au dessus de cet article. 

Maintenant que Subconscious Lee Konitz (1927-2020) est mort, victime du Covid 19 qui enferme à domicile la moitié de l'humanité, Dan Tepfer (1982) lui a rendu hommage par un concert solo en direct depuis son appartement new yorkais lundi 20 avril à 20h (heure de Paris).

Le confinement se poursuit et Dan Tepfer renouvelle l'expérience, en duo, via la Toile, avec Jorge Roeder (contrebasse), lundi 27 avril 2020 à 20h (heure de Paris).

Rendez-vous sur la page Facebook de Dan Tepfer ce lundi 27 avril 2020 à 8h si vous êtes à Papeete, 11h si vous êtes à Los Angeles, 14h si vous êtes à New York, Washington, Montréal ou Ottawa, 15h si vous êtes à Brasilia, Cayenne ou Buenos Aires, 19h si vous êtes à Londres, Lisbonne ou Cotonou, 20h si vous êtes à Madrid, Paris, Rome, Genève ou Berlin, 21h si vous êtes à Vilnius, Mamoudzou ou Moscou.

Dans la vidéo ci-dessous, Dan Tepfer interprète seul au piano, la 15e Variation Goldberg de JS Bach à l'endroit puis à l'envers. Dan Tepfer vous l'expliquerait mieux que moi, lectrices piano, lecteurs forte. Ecoutez le d'abord. Interrogez le ensuite. 

La photographie de Dan Tepfer & Lee Konitz est l'oeuvre du Précis Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article

Repost0

Sélection de concerts de Jazz à domicile pour mai 2020

Publié le par Guillaume Lagrée

Fred Hersch par Juan Carlos Hernandez

Fred Hersch par Juan Carlos Hernandez

Lectrices Swing, lecteurs Hot, je suppose que, comme moi, vous faites partie de la moitié de l'humanité vouée au confinement pour le mois de mai 2020. Même le confinement fini, les concerts de Jazz ne peuvent avoir lieu en public.

De la salle philharmonique à la cave de Jazz, tous les lieux où se joue la musique vivante sont fermés. Pour soutenir les musiciens, c'est très simple. Achetez leur musique dans la mesure de vos capacités contributives bien sûr. 

Puisque nous ne pouvons sortir écouter la Beauté se créer en direct, faisons la venir à nous tout en restant à l'écart du Covid 19.

Pour ce faire, plusieurs solutions sont possibles.

Ecouter les concerts donnés en direct depuis leur domicile par certains musiciens comme Fred Hersch et Dan Tepfer, pianistes maintes fois célébrés sur ce blog. Rendez-vous chaque lundi à 19h (heure de Paris) sur la page Patreon de Fred Hersch pour un concert de 15-20 mn en direct (inscription: 5 ou 20$ US selon vos possibilités contributives). Pour Dan Tepfer, le concert en direct a lieu le lundi à 20h (heure de Paris) sur sa page Facebook. Photographie de Fred Hersch au dessus de cet article. 

En outre, Dan Tepfer jouera dimanche 3 mai à 15h30 (heure de New York) en direct depuis son appartement de Brooklyn ses Variations sur les Variations Goldberg de JS Bach, maintes fois acclamées sur ce blog. 

Par ailleurs, le film " The Ballad of Fred Hersch " est désormais disponible gratuitement sur Vimeo. Pendant le confinement, vous avez le temps de le savourer, lectrices Swing, lecteurs Hot.

Puisque vous ne pouvez assister aux concerts, écoutez les sur France Musique avec les émissions Jazz Club (pour le présent) et Les légendes du Jazz (pour le passé) et sur TSF Jazz avec Jazz Live. Par exemple, rendez-vous samedi 16 et dimanche 17 mai à 18h (heure de Paris) pour Miles Davis en concert au Palais Omnisports de Paris Bercy le 6 novembre 1984 dans les Légendes du Jazz sur France Musique

Ecoutez aussi FIP pour son Club Jazz quotidien de 19h à 20h (heure de Paris).

La chaîne QWEST TV créée par Quincy Jones (cf extrait audio au dessus de cet article) est en accès libre durant le confinement. De nombreux concerts de Jazz vous y attendent. Cf extrait audio au dessus de cet article.

Si vous voulez entretenir votre nostalgie, lectrices Swing, lecteurs Hot, allez sur le site de l'Institut National de l'Audiovisuel, tapez le mot clef Jazz et vous obtiendrez 1803 documents à voir et à écouter des années 1950 aux années 2000 dont la première  émission de télévision de Miles Davis, en 1957, à Paris, dans les studios de l'ORTF. Avec le confinement, non seulement vous avez du temps libre mais, en plus, l'accès à ces documents historiques est libre et gratuit durant 3 mois. Profitez pleinement d'heures de concert filmées et enregistrées à Antibes-Juan-les-Pins, Marciac, Nice, Paris, Vienne... 

Le festival Banlieues Bleues  (Seine-Saint-Denis, Ile de France, France) offre gratuitement à voir et écouter des concerts des éditions précédentes, durant une semaine. Profitez en, lectrices Swing, lecteurs Hot.

Pour l'actualité du Jazz 24h/24, écoutez sur la Toile Couleurs Jazz Radio où l'auteur de ce blog sévit dans une émission mensuelle intitulée, notez l'originalité, " Le Jars jase Jazz ". Diffusion le lundi à 22h et le vendredi à 12h (heure de Paris). Pas de podcast. Audible dans le monde entier avec une connexion à l'Internet. Une fois sur le site Internet de la radio, cliquez sur Ecouter le live radio et le programme démarre. 

En avril et mai 2020, mes 2 émissions seront consacrées à l'Argentine. De B comme Barbieri Gato à Z comme Zanelli Lalo. Couleurs Jazz Radio est une radio associative, garantie sans réclame. Elle vit de contributions volontaires. Pour les contribuables imposables en France, les dons sont déductibles de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les sociétés. 

Si vous voulez assister depuis la Toile aux concerts à New York, USA, dans Greenwich Village, pour les clubs Small's et Mezzrow, suivez ce lien. C'est payant certes mais toujours moins cher qu'un séjour dans la Grosse Pomme. De toute façon, les clubs new yorkais sont eux aussi fermés en mai 2020 pour cause de Covid 19 et il n'y a plus d'avion entre l'Europe et les USA. N'ayez donc aucun regret, lectrices Swing, lecteurs Hot, à écouter les concerts des clubs de Jazz new yorkais depuis chez vous. 

La photographie de Fred Hersch est l'oeuvre du Confiné Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales.

Puisque c'est le printemps tout de même, voici une petite merveille enregistrée en mai 1950 à New York. La Divine Sarah Vaughan chante " It might as well be spring " accompagnée par Miles Davis (trompette) , Jimmy Jones (piano) & Tony Scott (clarinette) comme solistes. Une beauté immarcescible. 

Partager cet article

Repost0

RECLAME: Thierry Maillard en concert sur la Toile samedi 25 avril à 19h

Publié le par Guillaume Lagrée

RECLAME

 

 

THIERRY MAILLARD BIG BAND

«Zappa Forever»

(Ilona Records / L’Autre Distribution)

Sortie le vendredi 19 juin 2020

(Sortie numérique le  vendredi 24 avril 2020, @nomadplay en mai 2020)

 

 

Yamaha a créé "Live From Home", une initiative de petits concerts en streaming en direct pour amener la musique directement chez vous !
Nous croyons fermement que la musique peut toujours remplir nos journées, en apportant de la positivité dans nos vies.
Nous partageons la passion de la musique !

#YamahaLiveFromHome

Après sa superbe performance la semaine passée, Thierry Maillard nous offre un nouveau Live le samedi 25 avril 2020 à 19h00 (heure de Paris) à l’occasion de la sortie de son nouvel album « Zappa Forever ». Il nous fera découvrir en exclusivité un nouveau titre. Vous nous rejoignez ?
 


Lien de la performance : https://www.facebook.com/officiel.thierrymaillard

Plus d’infos sur www.ilonarecords.com

 

Partager cet article

Repost0

RECLAME: QWEST TV la chaîne TV musicale de Quincy Jones en accès libre durant le confinement

Publié le par Guillaume Lagrée

RECLAME

Lectrices Funky, lecteurs Groovy, je vous ai annoncé la naissance de la chaîne télévisée musicale de Quincy Jones, QWEST TV. Si vous êtes confinés, comme la moitié des êtres humains de cette planète dont votre serviteur, vous avez le temps d'écouter de la bonne musique. Elle est accessible sur Qwest TV gratuitement pendant un mois. Voir conditions et programme ci-dessous.

Chaque jour, la plateforme organise à 22h (heure de Paris) des livestream sur Instagram. Des musiciens de renommée internationale ont en effet accepté de jouer en live depuis chez eux via le compte Instagram de Qwest TV. Les internautes peuvent réagir en direct durant tout le concert.

Pat Thomas, « la voix d'or de l'Afrique », Márcio Faraco, Pat Kalla, Hamilton de Holanda, le virtuose brésilien de la mandoline, Baba & Djana Sissoko ont déjà joué le jeu cette semaine.
 

Le programme de la semaine prochaine est présenté par Total Refreshment Centre, studio, salle de concert, et label indépendant à Hackney, Londres. Fondé par Lex Blondin, à l'origine des célèbres soirées à la Church of Sound mais aussi DJ et animateur radio FM dans le monde entier et propriétaire de labels. Son influence a contribué à façonner les nouvelles scènes de jazz à Paris et à Londres. Découvrez les artistes de TRC en live la semaine prochaine sur Qwest TV :

 

Lundi 20 avril 2020 - 22h00 sur Instagram : Jaimie Branch, trompettiste et compositrice originaire de Brooklyn. Une femme d'esprit politisée à ne pas manquer.  

 

Mardi 21 avril 2020 - 22h00 sur Instagram : Neue Grafik, instrumentiste, producteur et DJ entre Paris et Londres. Un incontournable de Boiler Room.

 

Mercredi 22 avril 2020 - 22h00 sur Instagram :  Akenya, chanteuse, pianiste, compositrice et arrangeur nord-américaine qui a collaboré avec Esperanza Spalding, Noname et Chance the Rapper.

 

Jeudi 23 avril 2020 - 22h00 sur Instagram : Sibusile Xaba, imprégné des traditions de la guitare Zoulou et des chants guerriers, il mélange son héritage sud-africain avec fraîcheur et audace.

 

Vendredi 24 avril 2020 - 22h00 sur Instagram : Albaster Deplume et Danalogue, Albaster Deplume, compositeur, saxophoniste et activiste londonien s'allie à Danalogue alias Dan Leavers, féru de synthétiseurs analogiques et membre du trio de Shabaka Hutching : The Comet is Coming.

 

 

Pendant toute la période de confinement, Qwest TV diffuse également tous les jours à 21h (heure de Paris) un programme phare de son catalogue, accessible depuis le compte Facebook et Youtube de la plateforme. Parmi les pépites proposées, les internautes pourront découvrir la semaine prochaine :

 

Lundi 20 avril 2020 - 21h00 sur Facebook Premiere et Youtube Premiere :

Didier Lockwood and Friends - Live in Paris

 

Mardi 21 avril 2020 - 21h00 sur Facebook Premiere et Youtube Premiere :  

Chucho Valdes & Archie Shepp: Afro-Cuban Project - Live au Festival Jazz à Porquerolles

 

Mercredi 22 avril 2020 - 21h00 sur Facebook Premiere et Youtube Premiere :  

Charles Mingus & Eric Dolphy -Archives RTBF 1965. Cf vidéo sous cet article. 

 

Jeudi 23 avril 2020 - 21h00 sur Facebook Premiere et Youtube Premiere :

Oumou Sangaré - Live au Festival Jazz Sous Les Pommiers

 

Vendredi 24 avril 2020 - 21h00 sur Facebook Premiere et Youtube Premiere :

Quincy Jones & Friends - Conducted by Jules Buckley - Live au Festival JazzOpen Stuttgart

 

Samedi 25 avril 2020 - 21h00 sur Facebook Premiere et Youtube Premiere :

Ella Fitzgerald -Archives RTBF 1957

 

Dimanche 26 avril 2020 - 21h00 sur Facebook Premiere et Youtube Premiere :

Dionne Warwick -Archives RTBF 1964

 

« Nous souhaitons offrir aux amateurs de musique la possibilité de se divertir et de remplacer leurs sorties en concerts avec une programmation dédiée pendant cette période de confinement mondial.  Nous avons aussi inclus un bouton « DONATION » sur notre page Facebook qui permet de soutenir l'association à but non lucratif Musicares qui vient en aide aux musiciens et techniciens du spectacle pendant cette période où tous les évènements sont annulés. »

Reza Ackbaraly, co-fondateur de Qwest TV

 

Afin d'aller plus loin dans la démocratisation de la musique jazz, Qwest TV propose un accès gratuit à sa plateforme pendant un mois avec le code promo « 30DAYSFREE-EUR ».

 

Pour plus d'informations sur Qwest TV, retrouvez-nous sur qwest.tv.

Partager cet article

Repost0

Dansons en mémoire de Mike Longo (1939-2020)

Publié le par Guillaume Lagrée

Lectrices Funky, lecteurs Groovy, après deux Géants du saxophone, Manu Dibango et Lee Konitz, j'ai le regret de vous annoncer le dècès, suite au Covid 19, du pianiste Mike Longo (1939-2020). 

Mike Longo était Blanc et à 20 ans il jouait dans des églises noires au sein du groupe de Julian Canonball Adderley (1928-1975). C'était inhabituel pour l'époque mais beaucoup moins risqué que l'inverse.

Mike Longo jouait terriblement Funky et superbement Groovy. Après un passage remarqué dans le Jazztet de Benny Golson (sax ténor) et Art Farmer (trompette), Dizzy Gillespie l'embaucha en 1966 comme directeur musical et seule la mort de Dizzy en 1993 put les séparer. Et encore. Mike Longo était un professeur réputé qui dispensait le savoir hérité de longues années aux côtés de ce Génie du Jazz, Dizzy Gillespie. Son conseil aux jeunes musiciens: " Swinguez dur et allez vers les gens ". De plus, Mike Longo était de confession Baha'i comme Dizzy Gillespie, jouant la musique de son Maître avec son orchestre dans la salle Dizzy Gillespie du temple Baha'i de New York. Vous trouverez aisément sur Internet ses leçons de piano et de rythme.

 

Dans la vidéo ci-dessous, enregistrée en concert à Copenhague, au Danemark, en 1968, Dizzy Gillespie, James Moody (sax ténor) et Mike Longo (piano) en grand orchestre jouent une composition de " notre brillant jeune pianiste " comme l'annonce Dizzy, " Ding a Ling " .

Rien à voir avec la chanson obscène homonyme de Chuck Berry. Dansez sur le Ding a Ling de Mike Longo, lectrices Funky, lecteurs Groovy. C'est ce qu'il y a de mieux à faire pour célébrer sa mémoire. Même en respectant les normes de distanciation physique imposées par la pandémie de Covid 19.

Partager cet article

Repost0

Tous unis contre le coronavirus avec le Duke Orchestra et la Fondation de France

Publié le par Guillaume Lagrée

Au sein d’une alliance « Tous unis contre le virus », la Fondation de France, l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris et l’Institut Pasteur ont uni leurs forces et mobilisé tous leurs réseaux. Face à l’ampleur des besoins, ils ont lancé un appel à la solidarité pour aider les soignants, les chercheurs et les personnes les plus vulnérables.

Les dons à la Fondation de France sont déductibles de vos impôts directs en France, généreuses lectrices, munificents lecteurs.

Pour les soutenir, le Duke Orchestra de Laurent Mignard, voué à la perpétuation de l'oeuvre de Duke Ellington (1899 - 1974) nous offre un moment de grâce tiré de son programme Jazzy Poppins inspiré de l'album Duke Ellington plays Mary Poppins (cf extrait audio au dessus de cet article).

Le Duke Orchestra joue depuis les lieux de confinement de chaque musicien puisque la moitié de l'humanité, dont l'auteur de cet article, est actuellement confinée. Cf vidéo sous cet article. 

Partager cet article

Repost0

In Memoriam Subconscious Lee Konitz (1927 - 2020)

Publié le par Guillaume Lagrée

Lee Konitz par Juan Carlos HERNANDEZ

Lee Konitz par Juan Carlos HERNANDEZ

Lectrices Cool, lecteurs Jazz, je partage votre chagrin à l'annonce du décès d'un Géant du Jazz, le saxophoniste alto Lee Konitz (1927 - 2020). Un deuxième Géant du saxophone victime du COVID 19 après Manu Dibango

Je rassemblerai ici mes articles et souvenirs sur ce musicien génial qui, selon ses propres termes, avait fait carrière en connaissant 7 morceaux mais en les jouant chaque fois différemment.

Les articles d'abord dans l'ordre chronologique de 2008 à 2015:

- Lee Konitz en concert à Paris en trio avec les Italiens Enrico Pieranunzi (piano) et Riccardo del Fra (contrebasse) en 2008

 - Lee Konitz en concert à Paris en duo avec Dan Tepfer (pianiste né en 1982) en 2009

- l'album " Duos with Lee " qui unit Lee Konitz & Dan Tepfer (2011)

- Un autre concert de Lee Konitz en duo avec Dan Tepfer à Paris en 2011

- Lee Konitz en concert privé avec Martial Solal (pianiste né en 1927) à Paris en 2012

- Une Conversation sur l'improvisation entre Lee Konitz et Dan Tepfer (2012)

- Lee Konitz en concert en quartet à Genève en 2014, toujours avec Dan Tepfer

- Lee Konitz en concert privé à Paris avec Martial Solal  en 2015

Lee Konitz vivait en Allemagne et aimait venir jouer à Paris. Et puis j'aime la musique de Lee Konitz d'où ces 8 articles sur 8 années. 

J'ai d'autres souvenirs de concerts de Lee Konitz, en trio à Paris avec 2 frères américains dont le nom m'échappe (contrebasse et batterie) et surtout un de mes plus beaux souvenirs de concert, Lee Konitz, Steve Swallow (guitare basse électrique), Paul Motian (batterie) dans le dortoir des moines de l'abbaye de l'Epau (72) à l'Europa Jazz Festival, édition 1999. Si vous n'avez pas eu la chance d'écouter ce trio de magiciens sonores sur scène, reportez vous à l'album " Three Guys " (1999).

Lee Konitz figurait dans mon émission de mars 2020, Le Jars Jase Jazz, sur Couleurs Jazz Radio pour le 4e et dernier épisode de mon programme BRASIL avec une version lunaire et hantée d'Insensatez (Antonio Carlos Jobim) en duo avec Gil Evans (piano). Morceau à retrouver sur l'album " Anti Heroes " enregistré en concert à New York en 1980.

Quant aux albums de Lee Konitz à écouter, il y en a tant que mon choix sera évidemment partiel et partial.

J'ai déjà cité " Duos with Lee " (2011) avec Dan Tepfer (piano). 

Comme sideman, il faut évidemment mentionner sa participation à " Birth of the Cool " de Miles Davis (1950), un album clef de votre discothèque, lectrices Cool, lecteurs Jazz.

Vous prenez n'importe quel enregistrement de Lee Konitz avec Warne Marsh (sax ténor), Stan Getz (sax ténor), Bill Evans (piano), Lennie Tristano (piano), Billy Bauer (guitare électrique) et vous savez que ce sera bon au minimum voire même excellent. Par exemple le " Live at the Half Note " (1959) avec Warne Marsh, Bill Evans, Jimmy Garrison (contrebassiste de John Coltrane de 1960 à 1967) et Paul Motian qui tutoie les sommets avec aisance. Deux oiseaux chantent sur une branche solide et mobile.

Dans cette lignée de saxophonistes Cool, il ne reste plus en activité aujourd'hui qu'un autre disciple de Lennie Tristano, qui épousa sa fille, Carol Tristano qui est aussi sa batteuse, Lenny Popkin (saxophone ténor), maintes fois célébré sur ce blog. 

Pour sortir du Cool, l'album le plus Hot de Lee Konitz est certainement " Motion " (1961) en trio avec Sonny Dallas (contrebasse) et Elvin Jones (batterie). En dehors des références habituelles, je vous suggère l'album " Thingin " (1995) enregistré en concert en Suisse avec Don Friedman (piano) et Attila Zoller (guitare électrique). Du miel pour les oreilles.

Ces douze dernières années, Lee Konitz a beaucoup joué et enregistré avec le pianiste franco-américain Dan Tepfer (1982). Voir mes articles référencés ci-dessus et la vidéo sous cet article enregistrée en concert, en 2011, où Dan et Lee soir après soir réinventent un standard " All the things You are ". 

Toutefois, pour finir cette liste d'albums recommandés de Lee Konitz, je souhaite insister sur une longue amitié, celle entre deux coetani comme disent les Italiens, Martial Solal (pianiste né en 1927) et Lee Konitz (1927-2020). Pour moi, le dialogue entre Lee Konitz et Martial Solal est aussi innovateur et fructueux que celui entre Louis Armstrong et Earl Hines ou entre Miles Davis et Herbie Hancock en leur temps. C'est un avis partiel et partial évidemment mais je le partage comme disait Monsieur Prudhomme. Outre les deux concerts privés chroniqués sur ce blog (voir ci-dessus), il existe des traces enregistrées de ces conversations instrumentales. Martial Solal est le musicien avec qui Lee Konitz a le plus joué dans ses 93 années. 

D'abord " Impressive Rome " et " European Episode " enregistrés à Rome en 1968 en quartet avec Henri Texier (contrebasse) & Daniel Humair (batterie). Aujourd'hui réédité sous forme de double album, le quartet joue des standards et des improvisations. Mais les standards donnent lieu à des improvisations sidérantes ( cf " Collage on standards " où plusieurs s'imbriquent et s'enchaînent avec maestria) et les improvisations sonnent pures comme des standards. Porté par une telle rythmique, Lee Konitz met un tigre dans son moteur. Souple et puissant.

En 1974, Lee Konitz et Martial Solal jouaient en quartet au festival de Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins avec NHOP (contrebasse) et Daniel Humair (batterie). C'est l'été, le quartet est dans la pinède Gould à Antibes-Juan-les-Pins avec vue sur la Mer Méditerranée. L'ambiance est relax, la musique complexe mais sans que l'auditeur s'en aperçoive tant il est charmé. Ils jouent des standards et une composition de Lee Konitz créée pour l'occasion, " Antibes " qui ouvre le concert. Cela s'appelle tout simplement  " Lee Konitz. Jazz a Juan " sur le label danois Steeple Chase Records. 

En 1977, Martial Solal et Lee Konitz se retrouvent en studio à Rome pour enregistrer enfin ensemble en duo. " Duplicity " est un double album dont le titre est à la mesure de l'invention et de l'humour de ses auteurs. En français, la duplicité qualifie une personne adepte du double langage, dont le comportement ne correspond pas à ses engagements. Ici elle relève du mot valise : duo + complicité = duplicité. Que des compositions personnelles. Les morceaux peuvent durer jusqu'à 18mn tant ces deux là ont à se dire, à nous dire.

S'ensuivirent des années de concert en duo, dans des salles prestigieuses comme dans des petits clubs serrés, où, chaque soir, Lee Konitz et Martial Solal réinventaient le Jazz, art de transformer le saucisson en caviar comme disait Barney Wilen. De standards éculés, ils créaient des perles rares.  Cf l'extrait audio au dessus de cet article avec  " Star Eyes " titre album d'un concert enregistré à Hambourg en 1983 par l'excellent label suisse Hat Hut. Ce soir là, Lee Konitz et Martial Solal chatouillaient les étoiles.

En 2015, Lee Konitz appela son ami Martial Solal, qui avait refermé le couvercle de son piano, en lui disant qu'il lui fallait s'y remettre car il comptait bien venir jouer avec lui en duo à Paris. Martial s'y est remis pour son ami Lee. D'où le concert privé de 2015 cité plus haut et un autre duo de Martial Solal, en 2016, avec Dave Liebman (saxophone ténor et soprano, flûte). Lee Konitz, lui, réapprit entièrement à jouer du saxophone alto après un AVC, à plus de 80 ans. Respect. 

Lee Konitz eut très vite l'intelligence de comprendre qu'il était inutile de jouer comme Charlie Parker. Il fallait créer autre chose. Du sax alto sans vibrato, sans attaque. " Something else " comme disait un autre géant du saxophone alto, Ornette Coleman (1930-2015). Il le fit, du vivant même de Charlie Parker (1920-1955), ce qui lui valut d'être élu meilleur sax alto américain devant Bird. Bird ne lui en a jamais voulu, reconnaissant la nouveauté du style de Lee Konitz. Par contre, Boris Vian (1920-1959), en France, lancé dans sa croisade pour défendre les musiciens noirs (noble cause tant ils étaient maltraités par les maisons de disques, les patrons de clubs et les imprésarios de l'époque), écrivit de fortes méchantes choses contre Lee Konitz. Lee Konitz aimait expliquer qu'il s'était échiné pendant des années à jouer Bluesy, des blue notes mais qu'il avait renoncé car après tout, il n'était pas Noir. Il décida donc de jouer sa musique, de Blanc, de Juif (Gershwin, Kern, Hammerstein, Berlin...).

Lee Konitz, comme Martial Solal, était aussi réputé pour son sens de l'humour et son goût de la provocation mais jamais méchamment et gratuitement. Il aimait dire qu'il était devenu musicien de Jazz parce qu'il suffisait de connaître 7 morceaux par coeur pour faire carrière dans ce job. D'abord, il avait un peu plus de 7 morceaux à son répertoire, ensuite, il ne les jouait jamais de la même manière mais toujours avec le même style, celui qui fait l'identité des grands musiciens comme son fidèle complice français, Martial Solal

" La mode passe, le style reste " (Coco Chanel). Lee Konitz restera. 

Dan Tepfer a joué en direct sur sa page Facebook lundi 20 avril 2020 à 14h (heure de New York) un solo en hommage à Lee Konitz. Si, comme moi, vous le manquâtes, lectrices Cool, lecteurs Jazz, vous pouvez l'écouter en différé

Dans la vidéo ci-dessous, Lee Konitz & Dan Tepfer interprètent chaque soir une version différente d'un standard rabâché, un des 7 que Lee Konitz connaissait par coeur, " All the things You are ".

La photographie de Lee Konitz est l'oeuvre du Cool Juan Carlos HERNANDEZ. Toute utilisation de cette oeuvre sans l'autorisation de son auteur constitue une violation du Code de la propriété intellectuelle passible de sanctions civiles et pénales

Partager cet article

Repost0

RECLAME: Thierry Maillard joue en ligne Zappa Forever jeudi 16 avril 2020 à 11h

Publié le par Guillaume Lagrée

RECLAME
 
 
CONCERT
Rendez-vous JEUDI 16 AVRIL 2020 à 11H (heure de Paris)
sur la page Facebook 
Thierry Maillard jouera un titre de l’album Zappa forever 
(sortie vendredi 24 avril 2020)
avec l’application nomad play
en avant première

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>